IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 Night is magic - avec A. Ellitian J.-Nox


Silence is a true friend who never betrays.

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t980-jesabel-les-signes-d-intelligence-ecole-buissonniere-indiscipline-grain-de-folie-distraction-refus-d-obeir http://umbra-noctis.forumpro.fr/t940-jesabel-et-le-huitieme-jour-dieu-crea-le-chat http://umbra-noctis.forumpro.fr/t986-jesabel-if-we-ever-meet-again
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 75 Points : 873 On me connait sous le pseudo : PetitCoeur Je porte l'avatar de : Anna Silk DC : / J'ai utilisé des images de : tumblr (gif), moi (avatar), crackle bones (code sign)
J'ai : 32 ans Je travaille comme : traductrice Actuellement, je suis : en couple
Tell Me More
Got It !

Mer 25 Mar - 19:30
Night is magic
Qui ne sait que la nuit a des puissances telles, que les femmes y sont, comme les fleurs, plus belles.
Je n'ai jamais compris l'intérêt que je suscitais vis-à-vis du monde de la rédaction, les éditeurs étaient pour la plupart tous après moi. Traduire des textes dans une autre langue n'est certes pas donné à tout le monde, mais de là à être réclamé par presque tout le monde, et j'abuse à peine, il y a une différence. J'aimais mon métier, c'était certain. J'ai toujours eu un bon niveau en langue, c'était d'ailleurs ce qui m'avait permis de faire mes études dans ce domaine et de devenir ce que j'étais aujourd'hui. Je n'avais pas à me plaindre et bien que je ne suis pas une femme attirée par l'argent, je ne changerai pas de boulot; il me plaît et j'ai le salaire qui va avec, ce métier paie bien. Assez récemment, une maison d'édition avait pris contact avec moi car elle souhaiter me confier la traduction d'un livre qui devait bientôt paraître. Je n'avais pas pu refuser, je n'avais pas d'autre traduction en cours. La plupart du temps, je travaillais à la maison, mais aujourd'hui il faut bien avouer que j'en avais plutôt marre de rester enfermé. Voilà donc la raison pour laquelle j'ai passé ma journée en dehors de chez moi. Je m'étais dit que? peut-être, si je travaillais dans un café cela irait beaucoup mieux tout simplement parce que c'était un endroit convivial, un endroit où les gens entre et sort, un endroit propice pour rencontrer des amis. Tout avait pourtant bien commencé, mais au bout d'un moment, je me suis rendu compte que peu importe ce que je faisais, cela n'irait pas. Parce que le fond du problème, ce n'était pas l'endroit où je travaillais, mais la charge de travail que j'avais cumulé depuis bien trop longtemps. J'avais beau être passionné par mon travail, mais quand c'est trop... c'est trop. La meilleure solution à mon problème était donc de me couper un peu du travail, mais il ne fallait pas non plus que cela compromet ou repousse la sortie du livre que j'étais en train traduire depuis quelques semaines déjà. Ma journée de travail avait donc été très vite écourtée. Voilà bien un des avantages que j'avais : pas d'heure pour travailler, un peu comme si j'étais le patron alors qu'en réalité je ne lui suis pas. Mais je n'avais pas quelqu'un dans mon dos pour me dire quoi faire, pour me dire à quelle heure je dois commencer à travailler et à quelle heure je dois fini. À ce niveau-là, j'étais libre et cela me convenait parfaitement. Après cela on ne peut pas dire que j'avais fait grand-chose du reste de ma journée. Sans aller jusqu'à dire que j'ai passé le reste de la journée à ne rien faire, parce que c'est un peu le cas, j'étais tout de même sortie un moment, me détendre. Je suis revenu à la maison en fin de journée avant de disparaître à nouveau avant la tombée de la nuit.  Le bois, la forêt... c'était un endroit où j'aimais passer du temps. Tant sous ma forme humaine que sous ma forme animale. C'est un endroit agréable pour courir et fouler le sol, même si on peut rencontrer beaucoup de choses dans les bois. Je n'ai pas choisi cette forêt au hasard et pour cause s'était dans cet endroit que j'avais rencontré Elli, il y a maintenant trois ans. C'était une rencontre qui m'avait beaucoup marqué et qui me marquera toujours. C'était à cette même place que j'avais découvert que le lynx dont j'avais courru après était une jolie et belle femme. Je me souviens de cette rencontre comme si c'était hier. Au fond, maintenant je savais plus au moins pourquoi elle avait fui la première fois. Ce genre de chose était loin d'être facile. Faire confiance aux autres n'est pas facile, se faire des amis non plus, du moins de mon point de vue. Pour l'heure, la nuit avait commencé à tomber. J'étais au beau milieu de la forêt, sous un beau claire de lune. Je n'étais pas franchement très couverte, mais je n'avais pas froid. J'étais allongé sur le sol, les yeux rivés sur le ciel, mais néanmoins attentif à ce qui pouvait se passer autour de moi, étant à l'affût de la moindre chose qui pouvait se révéler être suspecte.

(c) sweet.lips


Dans la vie j'aime deux choses, la rose et toi. La rose pour un jour et toi pour la vie.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 32 Points : 300 On me connait sous le pseudo : KimCass - Thirteen Je porte l'avatar de : Zoie Palmer DC : Aucun J'ai utilisé des images de : KimCass - Tumblr
J'ai : 31 ans Je travaille comme : Chercheuse en virologie Actuellement, je suis : En couple
Tell Me More
Got It !

Jeu 2 Avr - 4:14
NIGHT IS MAGICJESABEL&ELLITIAN;
PEU IMPORTE CE QUI ARRIVE, JE SERAI TOUJOURS AVEC TOI
You say having feelings makes me weak, but you're weak for hiding from them.

Je suis crever, littéralement et tout simplement crever. J'avais un mal de tête pas possible en plus. Une journée qui ne voulait plus en finir. Je ne peux même pas compter le nombre de fois que j'ai regardée l'horloge murale dans le laboratoire juste en une heure. Le temps semble passé terriblement lent. Je veux sortir d'ici le plus rapidement possible. Il m'arrive parfois d'avoir ce besoin viral de juste partir loin de tout. Mon boulot, le quotidien et la routine. La seule chose que je veux dans ce temps là c'est ma petite amie et rien d'autre. Je voulais passée tout mon temps coller à elle dans le lit que nous partageons tout les soirs. C'est dans ce genre de moment que j'ai le plus peur de faire une bêtise. J'avais peur de me laisser trop aller et de cause encore du tord à quelqu'un d'autre, un autre innocent. J'avais bien caché cette partie de moi à la femme de ma vie. Si elle savait... seigneur, elle me verrait comme le monstre que je sais être. Depuis que nous sommes ensemble, je n'ai plus jamais eu d'épisode de rage intense ou de folie meurtrière sous ma forme animal. J'imagine que je pouvais dire que l'amour avait rendu mon âme moins tordu d'une certaine manière. Mais chaque fois que je me sentais devenir trop nerveuse, trop agité ou tout simplement trop fatigué, j'avais peur de perdre le contrôle. Que faire si je perdais la tête à nouveau? J'avais déjà tellement de mal à vivre avec ce que j'avais fais par le passé alors si je devais encore une fois pendre une vie... je crois que je voudrais mettre fin à mes jours. J'y avais pensée pendant un long moment. Je me vois comme plus qu'une femme qui peut devenir un lynx. Je me sens parfois plus animal que humaine. J'imagine que avoir passé autant de temps sous cette forme à pu altérer une partie de mon esprit... ou c'est peut-être les séquelles de mon enfance avec mon oncle. Je crois plus que c'est le deuxième choix que le premier.

Enfin bref, j'en avais assez de regarder des échantillons et pour une rare fois, je fus la première à mettre pied dehors du laboratoire pour rentre chez moi. Tout ce que je voulais maintenant était d'attraper ma tendre et de la forcer à venir se rouler en boule dans le lit avec moi. Je voulais qu'elle chasse mes peurs et mes démons comme elle le faisait depuis le début de notre relation. Je lui avais souvent dit qu'elle m'avait sauvée la vie, mais elle se contentait de rire en disant que j'étais excessive quand je lui disais ce genre de chose. Si elle savait comment s'était vrai. Elle était ma lumière dans les ténèbres et une grande partie de ma santé mentale. Si ma petite amie devait me quitter, je ne crois pas que je pourrais m'en remettre. J'avais trop perdue dans ma vie pour vouloir passer au travers d'un autre dur coup dans le genre. C'est pourquoi, elle ne devrait jamais savoir mon passé sombre. Je n'aimais pas mentir, mais je me devais de le faire.

Je soupirai de plaisir quand je passai la porte d'entrée de la demeure que je partageais depuis un moment avec Jesabel. L'endroit était complètement calme. Je fis le tour en l'appelant doucement. Parfois, elle pouvait être prise tellement dans son petit monde qu'elle ne m'entendait pas surtout quand elle travaillait à la maison. Mais la maison était complètement vide. Soupirant de nouveau, il ne me fallu pas bien longtemps avant de savoir où je pourrais la trouver. Dehors, la lune montait tout doucement dans le ciel. Je sortis dehors par la porte de derrière. Je me changeai dans ma forme animal et me mit à courir dans les bois. Je courais droit devant en sachant ma destination à l'avance. Jsabel serait sans aucun doute à l'endroit même où j'avais fais sa connaissance des années plutôt. Il n'était pas rare que nous nous y retrouvions après une journée de travail ou tout simplement pour profiter de cette endroit qui était spécial autant pour elle que pour moi. Je ralentis finalement étant arriver presque à destination. Je pouvais distinguer sa silhouette étendu sur le sol. Je reviens sous forme humaine et marcha vers elle. Je savais parfaitement qu'elle entendrait ma venue et je n'ai pas cachée le bruit de mes pas. Je finis pas me laisser tomber à ses côtés pour venir me coller à son corps. Son odeur et sa chaleur m'aurait fait ronronner de plaisir si j'avais été encore sous ma forme animal. Je me penchai vers elle et l'embrassa plusieurs fois dans le coup avant de parler.

« Bonsoir Bel. Je te cherchais à mon retour à la maison.»

code by lizzou × gifs by tumblr




love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t980-jesabel-les-signes-d-intelligence-ecole-buissonniere-indiscipline-grain-de-folie-distraction-refus-d-obeir http://umbra-noctis.forumpro.fr/t940-jesabel-et-le-huitieme-jour-dieu-crea-le-chat http://umbra-noctis.forumpro.fr/t986-jesabel-if-we-ever-meet-again
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 75 Points : 873 On me connait sous le pseudo : PetitCoeur Je porte l'avatar de : Anna Silk DC : / J'ai utilisé des images de : tumblr (gif), moi (avatar), crackle bones (code sign)
J'ai : 32 ans Je travaille comme : traductrice Actuellement, je suis : en couple
Tell Me More
Got It !

Sam 4 Avr - 17:38
Night is magic
Qui ne sait que la nuit a des puissances telles, que les femmes y sont, comme les fleurs, plus belles.
Parfois il nous faut du temps pour nous-même et loin de notre boulot. Actuellement, c'était mon cas. Bien que j'adorais travaillé, je commençais à saturer et ce n'était jamais bon signe. Alors autant remédié au problème lorsqu'il en ait encore temps. Trop de travail tue le travail. Tout le monde le sait, trop travaillé peut nuire à la santé et à terme devenir dangereux. Heureusement, j'avais le don de savoir quand j'en avais assez, quand j'avais trop, quand cela devient réellement trop pour moi. Mais si je travaille de trop, j'en ai été en partis l'une des premières à en être responsable. J'avais cumulé une trop grosse et trop lourde charge de travail ses derniers mois, peut-être dans l'année qui vient de s'écouler, mais heureusement je sais reconnaître que j'avais beaucoup trop travaillé. Pourtant, il va bien falloir que je finisse la traduction de ce livre, mais quand cela sera fait, c'était sûr et certain que je n'allais plus travailler pendant un bon moment afin de récupérer. De temps à autre, il m'arrivait de me lever en pleine nuit pour travailler, de peur d'être pressé par le temps et de ne pas en avoir assez pour terminer le travail en temps voulu. Je ne devrais pas, voilà qui est sûr et certain, mais que voulait vous y faire ? Je crois qu'il faudrait m'attacher, je ne sais où pour m'empêcher de me lever au beau milieu de la nuit pour travailler, encore et encore. Voilà pourquoi après en avoir eu réellement assez de travailler pour aujourd'hui et certainement pour les jours à venir, j'avais décidé d'écourter ma journée de travail. Il est vrai que je travaillais souvent à la maison, c'était un endroit approprié pour le travail que je faisais, mais il m'arrive parfois d'aller travail ailleurs. Arrêter de travailler m'avait permis de prendre l'air frais et d'aller me balader, mais toute seule ce n'était franchement pas très intéressant ni même amusant. C'était même très ennuyant, beaucoup plus qu'autre chose. Ainsi donc, même après avoir arrêté de bosser, on peut dire que je m'étais réellement ennuyé. J'aurais bien voulu aller faire un peu de shopping, mais seul ce n'était pas intéressant, loin de là.

À la fin de la journée, je me suis éclipsé dans les bois. C'était un endroit que j'appréciais particulièrement : à la fois un grand air frais et la liberté. Ayant une partie animale en moi-même, il était parfaitement logique que je me sentais bien dans cet endroit. Mais c'était aussi parce que c'était là que j'avais rencontré Elli, ma copine et la femme que j'aime. Elle était une grande partie de ma vie. Depuis que j'étais à Édimbourg, c'était comme si j'étais née ici et encore plus depuis que je partages ma vie avec Elli, depuis que nous sommes ensemble. Inverness et la vie que j'avais eu le bas n'étaient désormais plus qu'un vague mauvais souvenir. D'ailleurs, on ne peut pas dire que j'aimais être enfermée. Au contraire, je détestais ça tout simplement. La liberté était une valeur que je n'avais jamais cessé de revendiquer depuis des années. À mon sens, je n'avais jamais été libre lorsque je vivais encore à Iverness. Mon père avait toujours eu la sale manie de vouloir gérer la vie de toutes les personnes qui vivaient à la maison ; ma mère, mes deux frères et moi. De nous quatre, seul mon frère aîné avec accepter de se plier aux règles de notre père, mais en tout cas ce n'était pas mon cas. À aucun moment je n'ai regretté d'être parti pour venir m'installer ici. J'avais eu raison et j'avais fait un très bon choix. Alors que j'avais mon regard qui contemplait le ciel et la lune, quelque chose me disait que si Elli ne me trouvait pas à la maison, elle serait où chercher. Il est vrai que je ne connaissais pas grand-chose de sa vie en général parce qu'elle n'était pas le style de personne à beaucoup parlée de son passé ou de sa vie, d'ailleurs je n'avais aucune raison de l'y forcer, elle était libre d'en parler si elle le voulait, mais aussi libre de ne pas m'en parler si elle ne le voulait pas. En réalité, j'ignorais les sombres secrets qu'elle me cache. Mais une chose était sûre : elle savait sans doute que je le trouvais ici puisque nous avons l'habitude d'y être tous les deux, dans cet endroit qui était spéciale pour nous deux.

Je l'ai d'ailleurs entendu venir vers moi. Bien sûr, je n'étais pas sans savoir qu'il pouvait s'agir de quelqu'un d'autre ou d'un autre animal, mais j'étais sûr que c'était elle, je ne pouvais pas me tromper, c'était impossible. Mes pensées furent confirmer quand je sentis quelqu'un ce coller contre moi et m'embrasser dans le cou. Cela ne pouvait être qu'elle est personne d'autres. Même si j'étais toujours en train d'observer le ciel, rien ne pouvait être plus beau que la femme que j'aime. Je posa mon regard sur elle et l'embrassa sur les lèvres. Elle m'avait beaucoup manquée depuis qu'elle était partie pour travailler au labo ce matin.

« Bonsoir, Elli. Je suis contente de te voir. J'y étais ce matin et en début d'après-midi, mais je suis sorti après. J'en avais marre et surtout marre de travailler en fait, mais je savais bien que tu allés finir par me trouver. »

(c) sweet.lips


Dans la vie j'aime deux choses, la rose et toi. La rose pour un jour et toi pour la vie.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 32 Points : 300 On me connait sous le pseudo : KimCass - Thirteen Je porte l'avatar de : Zoie Palmer DC : Aucun J'ai utilisé des images de : KimCass - Tumblr
J'ai : 31 ans Je travaille comme : Chercheuse en virologie Actuellement, je suis : En couple
Tell Me More
Got It !

Mer 20 Mai - 16:02
NIGHT IS MAGICJESABEL&ELLITIAN;
PEU IMPORTE CE QUI ARRIVE, JE SERAI TOUJOURS AVEC TOI

You say having feelings makes me weak, but you're weak for hiding from them.

Comme je l’avais dit, la journée avait été longue. En fait, dernière dès que je sortais de la maison ou me retrouvais loin de ma petite amie tout me semblait difficile à vivre. Je ne sais pas si ça avait rapport avec le fait que je ne m’étais pas vraiment promené sous mon autre forme depuis un certain temps ou tout simplement parce que j’étais terriblement confortable en la présence de la femme de ma vie. Je me doutais que c’était fort possiblement un peu des deux. J’avais négligé grandement mon côté animal dans les derniers mois pour me concentrer sur mes expérience et ma famille. Je n’avais pas ressenti le besoin habituel de partir plusieurs jours dans la nature afin de passer du temps uniquement sous forme animal comme je le ressentais souvent par le passé. J’imagine que partager ma vie avec une autre personne qui elle aussi avait un côté félin aidait beaucoup à me faire sentir plus normal, moins un monstre même si elle ignorait cette partie de mon passé. J’avais toujours peur qu’elle le découvre. Une partie de moi voulait tout simplement tout lui dire, mais l’autre me disait toujours que si elle savait, elle me quitterait sans regarder derrière. Je suis un monstre malgré tout ce que je peux dire ou faire pour me prouver le contraire. Quelque part, si je n’avais pas croisée Jesabel il y a trois ans… je ne sais pas ce que je serai devenue.

Le jour de notre rencontre avait été salvateur pour moi. J’étais heureux de mettre rendu dans cette fameuse forêt pour échapper à ma vie sous forme humaine qui commençait à être difficile. Mon frère n’était jamais bien loin à cette époque. Il veillait sur moi afin de s’assurer que je ne parte pas dans une autre folie meurtrière. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir et très franchement j’étais bien heureuse de l’avoir tout prêt pour me tenir en tranquille. Autant maintenant je détestais cette partie de moi aujourd’hui, autant il y a quelques années j’étais prête à tout simplement m’abandonner à mes plus bas instincts. Je sais, je n’avais pas vraiment la tête de quelqu’un qui pourrait être un tueur, dans mon cas le terme tueur en série pourrait peut-être s’appliquer étant donné que j’avais plus de trois personnes à mon actif. Je ne m’étais pas senti particulièrement mal de tuer ses gens parce qu’ils n’étaient pas nécessairement de bonnes personnes… mais quand je voyais le mal que je causais à leur famille et bien là, je me sentais bien vite coupable de mes actions. Je ne comprenais pas comment je pouvais être si calme et pourtant si pleine de rage en même temps. Je voulais faire disparaître ma colère pour toujours et être la personne que j’étais quand Jesabel était autour de moi. Est-ce que c’était ça être un psychopathe? Est-ce que j’en étais un? À cette pensée, mon estomac se tordait et j’avais envie de pleurer. Cette peur d’être mauvaise me pourrissait bien souvent la vie. Parfois, je me réveillais en pleine nuit terrifié. J’imagine que mes cauchemars étaient tout simplement ma conscience qui me disait de tout dire à ma petite amie. Malheureusement, je suis bien trop lâche pour lui dire toute la vérité même quand elle me priait de partager mes peurs et mes angoisses avec elle. J’étais devenue doué pour trouver des excuses à l’origine de mes cauchemars. Parfois, je me demandais si elle me croyait vraiment ou si elle savait parfaitement qu’il y avait plus que de simples mauvais rêves sans valeurs.

Je me souvenais parfaitement de la première fois où je m’étais réveillée d’un mauvais rêve en sa présence. J’étais tremblante et totalement effrayée. J’avais voulu me levée et courir le plus loin possible, mais elle avait mis ses bras autour de moi. Jesabel avait chassé mes peurs avec quelques mots tendres et la chaleur de son corps. J’avais réalisé ce que c’était d’avoir un compagnon. Enfant, ma mère nous parlait souvent de comment il se sentait de vivre avec notre père. Comment l’avoir à ses côtés était agréable et paisible. Elle disait toujours qu’un jour, chacun d’entre nous vivrait la même paix avec la bonne personne. Jesabel était sans aucun doute la bonne personne pour moi. Quand je regardais dans ses yeux, je n’y voyais que son amour pour moi et j’étais heureuse de lui retourner. Elle avait mon cœur, mon âme et mon corps. Un jour, peut-être je pourrais enfin tout lui dire sans peur qu’elle me quitte.

J’étais heureuse de pouvoir venir me coller à elle dans cet endroit qui représentait notre toute première rencontre. Je me souvenais d’avoir regardé cet animal droit dans les yeux et m’être dit qu’il devait être aussi humain que moi,… enfin sans doute je plus. Puis, il ou plutôt elle avait pris forme humaine tout comme moi. Je me souvenais de la chaleur de son corps contre le mien alors que nous étions nues en pleine nature. J’avais été attiré par son regard intense, son visage angélique. Mais le moment avait rapidement prit fin. J’avais fait ce que je faisais généralement, j’avais fuie comme la lâche que j’étais au lieu de rester afin de faire connaissance avec la magnifique femme. Heureusement pour moi, elle avait fini par me retrouver. Même si j’étais terrifié de me lier à quelqu’un lors de notre rencontre, elle avait traversée toute mes barrières sans effort pour rejoindre mon cœur. J’étais maintenant heureuse qu’elle l’est fait.

« Bonsoir, Elli. Je suis contente de te voir. J'y étais ce matin et en début d'après-midi, mais je suis sorti après. J'en avais marre et surtout marre de travailler en fait, mais je savais bien que tu allés finir par me trouver. »

Enroulée confortablement autour de son corps chaud, je frottai mon nez contre son cou tout en fermant les yeux de bienêtre. J’aimais son odeur mélangé avec celui de la forêt. J’ouvris les yeux et levai la tête en souriant.

« Je peux comprendre. Je suis partie du travail dès que j’ai pu le faire. Tu me manquais bien trop et puis j’avais une envie irrésistible de me dégourdir les jambes. »

Je souris à sa dernière phrase. Je me penchai vers elle pour l’embrasser lentement et amoureusement. Avec la lune et les étoiles au-dessus de nous, tout simplement parfait et le temps semblait figer.

« C’est plutôt moi qui devrait te dire ça. Tu sais toujours me retrouver même quand moi-même je me suis perdue. »

code by lizzou × gifs by tumblr




love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t980-jesabel-les-signes-d-intelligence-ecole-buissonniere-indiscipline-grain-de-folie-distraction-refus-d-obeir http://umbra-noctis.forumpro.fr/t940-jesabel-et-le-huitieme-jour-dieu-crea-le-chat http://umbra-noctis.forumpro.fr/t986-jesabel-if-we-ever-meet-again
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 75 Points : 873 On me connait sous le pseudo : PetitCoeur Je porte l'avatar de : Anna Silk DC : / J'ai utilisé des images de : tumblr (gif), moi (avatar), crackle bones (code sign)
J'ai : 32 ans Je travaille comme : traductrice Actuellement, je suis : en couple
Tell Me More
Got It !

Jeu 21 Mai - 19:38
Night is magic
Qui ne sait que la nuit a des puissances telles, que les femmes y sont, comme les fleurs, plus belles.
Souvent, je me demandais bien qui n'allais pas avec Elli. Non pas que je la trouve bizarre, loin de moi cette idée, mais lorsqu'elle se réveille en pleine nuit après avoir fait un sous disant cauchemar sans valeur, je n'étais pas très certaine de la croire ou du moins pas sûr que ce cauchemar soit banal. Combien de fois lui avais-je dis qu'elle pouvait partager ses peurs et ses angoisses avec moi ? Plusieurs fois, et à chaque fois j'obtenais la même réponse : elle ne voulait pas ou du moins, elle ne voulait pas me dire ce qui n'allait pas. Je n'étais pas là pour la juger, premièrement ce n'est pas mon genre et secondement je l'aimais de toute mon cœur et j'estimais cela normale de m'inquiéter pour elle. Je m'inquiète pour les gens que j'aime et qui sont importants pour moi et Ellitian faisais parti de ses gens là.

Certes, j'avais cessé de m'inquiétais pour ma famille – enfin si l'on peut encore appeler cela une famille – depuis de nombreuses années, depuis que je me suis installé ici en réalité mais cela, c'était parce que je n'avais pas besoin d'un père dictateur, pas besoin d'un frère qui me tape sur les nerfs et parce que ma mère n'avait pas jugé bon de prendre de mes nouvelles depuis douze ans. Quand à mon autre frère, il avait eu la bonne idée de partir de la maison lorsqu'il était encore temps et depuis, plus de nouvelle. J'avais fais la même chose, moi aussi. J'en avais eu marre de ce père qui voulait gérer ma vie de Aà Z. Pourtant, ma mère avait mon adresse, l'adresse de mon ancien logement, là où j'habitais avant de déménager pour une maison plus grande avec Elli. Celle-ci, l'adresse actuelle, elle ne l'avait pas. Si elle n'avait pas jugé bon de prendre de mes nouvelles quand je me suis installée à Édimbourg, eh bien moi je n'ai pas jugé utile de lui donner ma nouvelle adresse. C'était donnant-donnant et puis si jamais un jour son esprit vient à s'illuminer pour prendre de mes nouvelles, il lui suffirait de chercher l'adresse dans le bottin ! Oui, c'est aussi simple que ça.

Quoi qu'il en soit, j'étais vraiment inquiète pour la femme que j'aime, je ne savais pas ce qu'elle pouvait bien me cacher, ni même ce qu'elle pense sur ma réaction si je le savais, mais je comptais aller nulle part sans elle. Je suis bien ici, c'est ma maison et j'étais heureuse avec elle, je l'aimais et l'idée de l'abandonner à elle-même ne me traverserais même pas l'esprit. Au contraire, je pense même que je ferais tout ce que je peux pour l'aider. À mon avis, c'était tout simplement impossible de l'abandonner ainsi. Ce n'était pas mon genre de laisser tomber une personne ainsi. Bien sûr, je l'avais déjà fait avec d'autres personnes, mais c'était justifier. Là, avec la belle blonde, c'était totalement différent. Cette femme faisait mon bonheur de tous les jours, je n'avais donc pas de raison pour la quitter et ceux, quoiqu'elle ait pu faire dans son passé.

J'étais confortablement allongé en attendant qu'Elli me rejoint. Si je savais qu'elle réussirait à me trouver, c'était parce que j'avais fait exprès de choisir cet endroit pour m'y poser. C'était un endroit agréable et surtout marquant pour toutes les deux. C'était l'endroit où l'on s'est rencontrée. Cette rencontre m'avait marqué comme jamais, je m'en souvenais encore comme si c'était hier. Cette rencontre avec le joli lynx que je soupçonnais d'être bien plus qu'un animal était resté à jamais graver dans ma mémoire. Je lui avais couru après sans vraiment me soucier de ce qui allait arriver ensuite, j'avais beau ne pas avoir eu de mal à l'attraper, je m'étais retrouvé sans vêtement ensuite et sur lui ou plutôt sur elle. C'était une belle femme blonde, avec de jolis yeux dorés. Des yeux qui m'avaient envoûté et j'avais voulu faire connaissance avec elle. J'avais pu sentir sa peur, je n'ai pas compris tout de suite pourquoi. C'était une chose qui m'avait été un peu incompréhensible, car je pensais que c'était de moi qu'elle avait peur et pourtant je ne suis pas une personne qui fait peur. Cependant, j'avais fini par comprendre. Vous avez beau faire tous les efforts du monde, quand vous êtes face à une personne pas douée avec les relations humaines, c'est très compliqué. Je n'étais pas douée pour son non plus, mais certainement plus douée qu'Ellitian. Je n'avais pas voulu qu'elle prenne la fuite, mais c'était ce qui s'était passé. Cela ne m'a pourtant pas empêché de la retrouver, pour faire connaissance. Depuis, c'était une belle histoire amour que nous vivons et ce depuis trois ans maintenant. Je n'ai jamais regrettais de lui avoir courrut après, ni de l'avoir retrouver lorsqu'elle enfuit. Car j'aimais tout ce je vivais aujourd'hui avec elle. Si cette rencontre ne ce serait pas produit, nous ne serions peut-être pas ensemble aujourd'hui.

Jusqu'à il y a trois ans, je ne savais pas ce que pouvait être le grand amour ni ce que l'on pourrait ressentir quand on est avec la bonne personne, avec son âme sœur et pour mon cas, la femme de sa vie. Certes, il y avait mes parents, mon père à donner trois beaux enfants à ma mère, mais il n'était pas genre d'époux et de père idéal, pas à mes yeux. Mes histoires d'amour n'étaient guère mieux. J'ai trop souvent été déçu par l'amour et mon cœur fut brisé à plusieurs reprises. Qui aurait pu penser que les femmes pouvaient être des bourreaux des cœurs ? Moi, je n'étais pas de ce genre, mais celle, dont je suis tombée amoureuse par le passé, dans mon adolescence, l'a, elles, étais. Mais avec Ellitian, c'était différent. Elle était différente des autres. Elle n'était pas comme les autres. Du bonheur à l'état pur, c'était ce que je ressentais quand j'étais avec elle. Je n'ai jamais été aussi heureuse auparavant. Elli était tout cela, mon âme soeur, mon unique grand amour, la femme de ma vie. Je ne serais dire ni comment ni pourquoi, mais je le savais que c'était la bonne personne pour moi. Elle venait de me rejoindre et de se mettre contre moi. Délicatement, je venais passer mes bras autour d'elle, comme pour la rassurer. Je voulais qu'elle se sente en sécurité, même si je savais parfaitement qu'elle s'y sentait avec moi, je n'avais aucun doute là-dessus.

« Toi aussi tu m'as manquée, tu sais. Je te comprends, cette journée m'a paru trop longue sans toi, comme tous les autres. Comment s'est passée ta journée à part cela ? »

C'était une habitude chez moi de prendre des nouvelles de sa journée quand elle rentrait du travail. Je n'étais pas très bavarde à propos de moi-même et de ma vie, mais Elli en savait certainement bien plus sur moi que je n'en sais sur elle. Je passais rapidement en revenu ma journée lorsque je l'évoquais avec elle, mais j'aimais savoir ce qu'elle avait dans la journée, à part pensée à moi et avoir hâte de rentrer pour me retrouver. Je profitais de ce moment pour lui renvoyais son baiser avec beaucoup d'amour et de tendresse.

« J'avoue.. j'ai fait exprès de choisir cet endroit pour te faciliter les choses et me trouver rapidement mais tu as raison. C'est moi qui suis la plus douée pour te retrouver. »

(c) sweet.lips


Dans la vie j'aime deux choses, la rose et toi. La rose pour un jour et toi pour la vie.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 32 Points : 300 On me connait sous le pseudo : KimCass - Thirteen Je porte l'avatar de : Zoie Palmer DC : Aucun J'ai utilisé des images de : KimCass - Tumblr
J'ai : 31 ans Je travaille comme : Chercheuse en virologie Actuellement, je suis : En couple
Tell Me More
Got It !

Jeu 25 Juin - 23:04
A. Ellitian J.-Nox a écrit:
NIGHT IS MAGICJESABEL&ELLITIAN;
PEU IMPORTE CE QUI ARRIVE, JE SERAI TOUJOURS AVEC TOI

You say having feelings makes me weak, but you're weak for hiding from them.

J'avais juste envie de me perdre dans la chaleur de son corps et oublier tout le reste. Je ne voulais pas voir son inquiétude quand je la réveillais en pleine nuit après un autre cauchemars. Je voulais être honnête et pourtant je ne pouvais pas l'être parce que j'étais terriblement lâche au fond. Je n'aimais pas parler de ma famille ou de mon passé et du coup je n'avais jamais vraiment demander sur le sien. Elle m'avait offert petits à petits des morceaux de son enfances alors j'avais voulu faire de même... mais c'était généralement difficile comme la plus part de ma vie avant qu'elle n'y entre était chaotique et sans but. Je faisais souvent les cent pas dans le salon après m'être réveiller en tentant de me convaincre que tout était fini, que rien de mal n'allait arriver. J'avais parfois peur de fermer les yeux et revenir dans le temps pour me retrouver de nouveau face à mon oncle. Son sourire me hantait même après que je lui ai arraché littéralement du visage quand je l'avais tué. Certaines personnes ne savent pas ce qu'elles sont capables de faire une fois en colère. Moi, au contraire, j'étais très consciente de la seconde partie de mon être. Je savais à quel point je pouvais devenir dangereuse pour les gens que j'aimais et qui gravitait autour de ma personne. C'était horrible de se dire que ma propre petite amie n'avait aucun doute sur la femme qui partageait son lit chaque nuit. Elle ne savait pas que cette femme était plus qu'un esprit brillant voulant trouver des remèdes aux maux qui rongeaient notre monde. Elle ne savait pas à quel point mes mains étaient couverts de sang. Elle ne savait pas que ma colère pouvait être plus destructrice que n'importe quelle tempêtes. Toutes ces petites choses qu'elle ne savait pas me terrifiait au plus haut point. Je lui cachais la partie la plus sombre de ma personne par lâcheté, par honte et par dégoût.  Qui pourrait aimer une personne comme moi s'il savait? Mon frère ainé était toujours inquiet qu'un jour la femme que j'aime apprenne toutes ses choses et qu'elle réagisse en me rejetant. Je crois qu'il savait parfaitement ce que ma réaction serait à une telle action de Jez.

Perdre la femme que j'aime et autour de qui mon monde tournait aujourd'hui me serait sans aucun doute fatal. Soit je perdrais littéralement les pédales pour me mettre à faire un véritable carnage autour de moi, soit je mettrais juste fin à ma pauvre existence pour ne plus jamais souffrir d'une autre perte. J'avais trop perdu dans ma vie et mon coeur était déjà bien amocher quand je l'avais connu. Elle serait mon coup fatal si je la perdais. J'en étais parfaitement consciente et c'est ce qui me poussait à garder tous mes secrets à l'abri. Dans les premiers temps, après qu'elle m'est retrouvée dans ce bar, j'avais été très timide et éloigner. J'avais eu peur de m'ouvrir à elle, mais Jez était tenace et avait fini par entrer dans les murs que j'avais construit soigneusement autour de ma personne. Elle avait trouvée la plus petite des fissures et était passée par là. Elle m'avait énervée au début à insister même quand je lui disais de me laisser tranquille. Maintenant, j'étais juste heureuse qu'elle ne m'est pas écoutée.  Elle avait rendu mes jours plus lumineux et partager un logement avec cette merveilleuse femme était loin d'être ennuyeux. Voir son visage le soir avant de dormir et le matin en me levant était la plus belle chose que je pouvais souhaiter. J'avais développer un côté câlin que je ne me connaissait pas avec elle. Jez m'avait transformer depuis le début de notre relation en une meilleure personne que je n'aurais jamais pu être sans son intervention.

J'étais heureuse de ne pas avoir mit beaucoup de temps pour la retrouver. J'avais été un peu nerveuse dernièrement et pouvoir me coucher dans l'endroit qui avait changer ma vie avec la femme que j'aimais me faisait le plus grand bien. Quand j'avais parlé à mon frère que j'avais quelqu'un dans ma vie, il avait semblé tellement soulager. Je ne lui en voulais pas vraiment. Depuis des années, il devait jouer les nounou avec moi afin que je ne pète pas un câble de nouveau ou pas trop souvent. Il m'avait vu agir avec Jez et il aimait à dire que j'avais finalement trouvé mon compagnon. Je préférais le terme "ma femme" mais bon, compagnon c'était bien aussi. Après tout, même sous forme animal on semblait toujours en parfaite communion. Son animal était plus grand et costaud que le mien, du coup, mon amour avait tendance à être protecteur à mon égard quand nous étions sous cette forme. Elle n'aimait pas que je la taquine pour la pousser à faire un petit combat. Elle m'avait blessée légèrement une fois et avait été tellement secouée qu'elle m'avait à peine toucher pendant presque une semaine! J'avais du usé de persuasion et de bouderie afin de finalement la pousser à me toucher à nouveau sans aucune peur. Deux ans plus tard, elle semblait toujours réticente à laisser son animal jouer avec le mien. Je n'avais plus peur d'elle. Enfin pas peur qu'elle me blesse physiquement parce que je savais qu'elle ne le ferait jamais intentionnellement. C'est la douleur psychologique que je craignais vraiment. Je chassais toutes ses pensées de ma têtes alors que je me trouvais contre son corps. Elle passa un bras autour de moi et je soupirai de plaisir à son contact. Je fermai les yeux.

« Toi aussi tu m'as manquée, tu sais. Je te comprends, cette journée m'a paru trop longue sans toi, comme tous les autres. Comment s'est passée ta journée à part cela ? »

« Je déteste quand elles semblent longue. J'ai une journée assez ordinaire. J'ai préparée des résumés sur mes dernières découvertes et supervisé des essaies. Rien d'intéressant. »

C'était toujours agréable de pouvoir discuter de nos journées une avec l'autre. J'avais l'impression d'être une femme tout ce qu'il y avait de normal durant ce genre de discutions. J'aimais me sentir normal quand je savais que nous étions tous sauf un couple normal au final.

« J'avoue.. j'ai fait exprès de choisir cet endroit pour te faciliter les choses et me trouver rapidement mais tu as raison. C'est moi qui suis la plus douée pour te retrouver. »

J'ouvris les yeux en souriant alors qu'elle m'embrassait de nouveau. Avant de lui répondre, je glissai au dessus d'elle en élançant nos doigts. Mes genoux chaque côté des ses hanches et ma poitrine contre la sienne, je l'embrassai de nouveau avec passion.

« Tu es mon nord et mon rocher. Sans toi, je ne sais pas ce que je ferais. Je t'aime tellement, J'espère que tu n'en douteras jamais une seconde. »

code by lizzou × gifs by tumblr




love is killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my destiny.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Wolpertïnger
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t980-jesabel-les-signes-d-intelligence-ecole-buissonniere-indiscipline-grain-de-folie-distraction-refus-d-obeir http://umbra-noctis.forumpro.fr/t940-jesabel-et-le-huitieme-jour-dieu-crea-le-chat http://umbra-noctis.forumpro.fr/t986-jesabel-if-we-ever-meet-again
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 06/03/2015 Nombre de messages : 75 Points : 873 On me connait sous le pseudo : PetitCoeur Je porte l'avatar de : Anna Silk DC : / J'ai utilisé des images de : tumblr (gif), moi (avatar), crackle bones (code sign)
J'ai : 32 ans Je travaille comme : traductrice Actuellement, je suis : en couple
Tell Me More
Got It !

Ven 3 Juil - 17:30
Night is magic
Qui ne sait que la nuit a des puissances telles, que les femmes y sont, comme les fleurs, plus belles.
Souvent, je me demandais ce qu'il pouvait bien se passer dans ses cauchemars. Si je ne lui demandais pas, c'était pour une raison toute simple : je savais qu'elle ne voudrait pas m'en parler. Pourtant, elle pouvait me le dire. Au contraire, j'aimerais qu'elle partage cela avec moi. J'étais consciente du fait que je ne savais presque rien de sa vie, de son passé, mais ce n'était pas ce qui m'empêchait de l'aimer. Parfois, j'avais l'impression qu'elle avait peur de quelque chose après avoir fait ses cauchemars puisqu'elle faisait les cent pas. Dans ses moments-là, je voulais simplement la rassurer et lui dire que tout ira bien, que ce n'était qu'un mauvais rêve et qu'elle vienne se recoucher avec moi, mais je n'avais pas toujours gain de cause. Parfois elle revenait d'autres fois elle continuée de faire les cent pas. En réalité, je ne savais pas de quoi elle avait peur puisqu'elle ne me le disait pas. Puisque c'était une chose que je respectais, je ne cherchais à aller plus loin pour qu'elle me le dise. Bien sûr, j'aimerais le savoir, mais si elle ne voulait pas en parler c'était son choix, je ne la forcerai pas. Si un jour elle veut en parler, elle le fera enfin je le suppose. La première fois que j'avais rencontrée Elli, ou plutôt la seconde fois après l'avoir retrouvé dans le bar, elle m'avait semblé être distante. Elle m'avait fait clairement savoir qu'elle voulait que je la laisse tranquille. Pourtant, je ne lui avais rien fait. Je voulais juste prendre du temps pour lui parler et faire connaissance. J'avais décidée de ne pas l'écouter et finalement, j'avais bien eu raison. Si je l'avais écoutés, nous ne serions peut-être pas ensemble aujourd'hui. Elli avait fini par me retrouver. J'ai fait en sorte qu'elle me trouve en venant ici. C'était un endroit qui me rappelle notre toute première rencontre et j'aimerais venir ici. Me retrouvais ici en sa compagnie, c'était encore mieux. Je me souviens très bien de cette fois où je l'avais légèrement blessé lorsque nous étions sous notre forme animal. Depuis ce jour, je ne voulais pas laisser mon léopard des neiges jouer avec son Lynx. Non pas parce que je n'aime pas quand nous jouons ensemble sous cette forme, mais parce que j'avais peur de la blesser, à nouveau. Je ne voulais pas qu'on lui fasse de mal, je ne laisserais personne lui en faire. Le fait de savoir que je pouvais moi-même la blesser lorsque je n'étais pas sous ma forme humaine était dure à supporter. Je ne voulais pas lui faire de mal parce que je l'aime énormément. Le fait que mon léopard soit plus grand et plus costaud que son Lynx m'avait rendu protecteur avec elle. Cela avait fini par déteindre sur ma personnalité humaine. Je cherchais sans cesse à la protéger lorsque je me retrouvais dans la peau de mon joli léopard, mais aussi maintenant lorsque j'étais sous ma forme humaine. J'aurais du mal à dire si elle appréciait ça ou si au contraire elle me trouvait trop collante et surprotectrice. Elle aimait bien me taquiner quand elle était sous sa forme animal, elle voulait jouer avec moi mais c'était moi qui avais du mal à accepter, pour ne pas la blesser. J'avais passée un bras autour d'elle comme pour la prendre dans mes bras même si nous étions toutes les deux allongés sur le sol. Je souriais lorsqu'elle me disait détester lorsque les journées paraissent trop longue. J'étais de son avis. Je prenais des nouvelles de sa journée, de son travail. C'était une chose que j'aimerais bien faire. Après tout c'est une femme et j'en suis une également. Nous ne sommes pas ordinaires, j'en avais bien conscience, mais aborder chaque jour ce sujet me faisait penser que nous l'étions quand même.

"Je déteste ça aussi. Ne dis pas ça, ton travail est toujours intéressant pour moi. J'adore quand tu en parle même si moi je n'y connais rien à tout ça."

Certes, je n'y connaissais rien en virologie, mais je n'aimais pas quand Elli disait qu'il n'y avait rien d'intéressant dans ce qu'elle faisait. Même si ce sont des rapports sur ces derniers recherche, j'aimais l'entendre en parlait. Je n'y connaissais absolument rien dans ce domaine mais c'était le travail de la femme que j'aime. Je ne pouvais pas avancer mon point de vue sur la chose justement parce que tout cela était hors de mon domaine, mais elle faisait du très bon boulot et je sais qu'elle aime son travail. Je la laissée venir se mettre sur moi, il n'y avait rien de dérangeant à ça. Au contraire, j'aimais sentir son corps contre le mien. C'est alors qu'elle m'embrassait de nouveau. De mon côté, j'avais beaucoup de mal à laisser nos lèvres se séparer,  mais de temps en temps, il le faut bien. Je l'embrassai de nouveau avec tendresse. Mon regard bleu plonger dans le sien, je me demandais comment elle pouvait penser que je pouvais douter de ses sentiments à mon égard.

"Jamais je ne pourrais douter de ton amour envers moi Elli. Je t'aime aussi énormément et tu le sais."

Pourquoi en douterai-je ? Cela m'avait aucun sens. Je savais qu'Elli m'aime autant qu'elle le dis et c'était pareil de mon côté. Jamais je ne pourrais douter de son amour envers moi parce que je sais qu'elle dit vrai et ça se voit.

"Tu sais quoi ? J'avais penser à quelque chose et j'aimerai en discuter avec toi."

(c) sweet.lips


Dans la vie j'aime deux choses, la rose et toi. La rose pour un jour et toi pour la vie.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

Night is magic - avec A. Ellitian J.-Nox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Wednesday Night Raw # 60
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: West Bay-