IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 Maybe you think that you can hide ? - ft. Ewen


Silence is a true friend who never betrays.

avatar

Nuckelavee
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t670-keir-i-m-preying-on-you-tonight-hunt-you-down-eat-you-alive
Identity Card
Je suis né le : 12/01/1987 Je suis en ville depuis le : 01/02/2015 Nombre de messages : 92 Points : 1465 On me connait sous le pseudo : khâl' Je porte l'avatar de : Chris Evans DC : nope J'ai utilisé des images de : Shiya (ava)
J'ai : 77 ans, 30 en apparence Je travaille comme : Policier Actuellement, je suis : Marié à la Vengeance.
Tell Me More
Got It !

Lun 30 Mar - 15:44
L’ennui, quand on avait choisi un métier aussi sordide que celui de policier pour parfaire sa vie humaine, c’était sans nul doute les horaires décalés. Certes, Keir avait toujours été une créature sombre, de celles qui ne se complaisent que dans les ténèbres, mais passer sa nuit enfermé dans un bureau minuscule à faire de la permanence téléphonique et à surveiller les quelques énergumènes que ses collègues lui avaient ramené pour une garde à vue n’avait rien de particulièrement affriolant. Surtout quand, comme aujourd’hui, il ne se passait rien de passionnant hormis ces quelques soûlards qui hurlaient à la mort dans leurs cellules de dégrisements et ces tapineuses qui lui lançaient des regards follement aguicheurs chaque fois qu’il avait le malheur de sortir de son bureau, si bien qu’il avait fini par y rester cloitré, lassé de devoir repousser les mêmes avances salaces sans cesse. Aussi, il avait vu arriver le matin avec un soulagement certain, ses prunelles bleues fixées sur l’horloge qui annoncerait la fin de son service ; à huit heures précises, il avait déjà remballé ses affaires, fermé à clef la porte de son bureau et il était passé sans se retourner, les doigts déjà posés sur la poignée de la porte de sortie quand la voix de son supérieur hiérarchique l’avait interpellé vertement. « Wallace ! » Il avait esquissé une grimace, déjà certain de la suite des événements ; cela lui arrivait tout le temps, dernièrement et, empêtré dans l’image du gentil flic qu’il essayait de se donner, il ne pouvait jamais refuser sans prendre le risque de se trahir. Il s’était retourné, haussant un sourcil interrogateur en direction de son chef. « Monsieur veut signaler un comportement suspect, il faut que tu t’en occupes. » Il n’avait même pas accordé un regard au type en question qui attendait sans doute assis sur une chaise quelque part dans un coin. « Mais Westmore… » tenta-t-il vainement de protester. Oui parce que Westmore était censé le remplacer poste pour poste, aujourd’hui. « Westmore n’est pas encore arrivé alors, tu t’en occupes. Quelque chose à ajouter ? » le coupa l’autre presque aussitôt. Dans un soupir résigné, les doigts de Keir relâchèrent doucement la poignée, retombant mollement le long de sa cuisse. « Non. » Il revient vers l’homme qui attend, le regardant à peine. « Suivez-moi, Monsieur, on va aller dans mon… » Il le reconnait au moment précis où il relève la tête, se demandant comment il a fait pour ne pas se rendre compte que c’était lui plus tôt, lui qui connaissait pourtant par cœur toutes les formes de son corps, de son allure à sa démarche. Preuve que la nuit avait laissé plus de traces que prévu. « Ewen Galloway ? » Il le dévisage, un brin surpris, une vraie surprise cette fois, non feinte comme l’étaient la plupart de ses réactions. Toutefois, il se reprend bien rapidement. Il sait fort bien pourquoi il est là, oh oui, il n’en doute pas une seconde ; il a tout de même tout préparé et millimétré comme du papier à musique depuis plusieurs semaines déjà. Et dire qu’il avait failli louper ce moment pour une vulgaire fatigue passagère… Il faudrait qu’il pense à remercier Westmore de son absence, plus tard. D’un geste de la main, il lui fait signe de le suivre, l’entrainant dans le dédale de couloirs jusqu’au bureau flanqué de son nom, qu’il rouvre à l’aide de sa clef avant de s’effacer pour le laisser rentrer le premier. « Après vous… »

Il referme la porte sur eux, se laissant tomber assis dans son siège et remettant rapidement un peu d’ordre sur le bureau mal rangé. Çà et là s’entassent des dossiers volumineux, qu’il fourre à la va-vite dans un tiroir, dégageant un peu d’espace. Là où certains de ses collègues accrochent des photos de leurs enfants, Keir lui, n’a rien épinglé d’autres que des photos de sa terre natale du Connemara, preuve s’il en est, de sa solitude. Au milieu de toutes ces images, toutefois, pendu dans un coin du tableau, un pendentif en argent en forme de cœur, de ceux qui peuvent s’ouvrir pour y conserver une photo ou une mèche de cheveux à l’intérieur. Un objet qu’il avait offert à Lucy il y avait cinquante ans et qu’elle lui avait rendu lors de leur récente rencontre. Sur le moment, il ne pense même pas à le dissimuler à sa vue, se frottant brièvement les yeux et réprimant un bâillement. « Désolé, longue nuit. » s’excuse-t-il dans un léger sourire. Il ne l’a pas recontacté depuis cette fameuse soirée à la galerie ; il n’avait pas voulu se montrer trop pressant, bien conscient que s’imposer trop vite à lui n’était pas le meilleur moyen de gagner sa confiance. Et il avait besoin de sa confiance pour obtenir ce qu’il voulait de lui, même s’il n’avait pas encore une idée bien arrêtée de ce qu’il attendait de sa personne. Il avait une fâcheuse tendance à changer d’avis toutes les cinq minutes quand il s’agissait d’Ewen ; il l’imaginait aussi bien baignant dans une mare de sang sur le sol, qu’à genoux suppliant pour sa vie et même parfois le corps tendu de désir dans son lit. Des envies contradictoires qui se succédaient à une vitesse trop rapide dans son esprit pour qu’il parvienne à choisir. « Je vous écoute, monsieur Galloway, en quoi puis-je vous aider ? » Ton cordial et terriblement professionnel ; aujourd’hui il était le policier dont il avait besoin, demain par contre…


uc
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 30 Mar - 20:55


❝Ewen x Keir

MAYBE YOU THINK THAT YOU CAN HIDE ?


Depuis quelques jours, il y a comme un truc qui me dérange. Cette sensation d'être traqué et suivit en permanence ne me quitte pas, à cela s'ajoute la cote de popularité grimpante de mon facebook, nottament de la part de certains fans un peu trop pressants... un en particulier... Et puis il y a  ces lettres et ce matin ces fleurs. comment est il parvenu à tracer mon identité et trouver mon domicile? Etre aux aguets nuit et jour me rend terriblement nerveux... et on sait bien ce que la nervosité pourrait causer. Beaucoup de dommages irréparables et nuire à mon contrôle de moi récemment acquis. Après avoir tourné en rond, hésité d'appeler Nate pour lui demander conseil, je ne voulais pas e arriver au point de faire machine arrière concernant mon contact récemment lié avec mes fans, je ne voulais pas le décevoir. Ramassant la pile de lettres et fixant avec suspicion ce bouquet de rose dans le fond de ma poubelle, je n'ai réussi a déceler une odeur familière et  identique sur ces différents objets. Peut être serait ce le signe que j'ai besoin d'aide.. de son aide.. Celui qui connait une part de on passé et ne c'est jamais posé en juge, celui qui saurait m mener sur la bonne voie, la voie légale de la chose. Je prend donc la direction du commissariat, déterminé à rencontrer Noah Westmore pour lui conter cette histoire. Dans son métier il a  du voir tout un tas de cas similaires, il doit connaitre les solutions à adopter. le petit plus? Il sait ce que je suis et ce dont je suis capable. C'est le chef de secteur qui m'accueille et m'assure que l'on va s'occuper de moi immediatement. Si je suis pressé de rencontrer Noah, mon visage se décompose à la vue de l'homme qui m'est désigné pour m'aider. Je le reconnais, sans aucun mal, l'artiste mystérieux, l'artiste sombre, cet être de la nuit qui a su éveillé tant de choses à la fois intenses et nuisbles en moi... Ai je envie d'avoir à faire à lui? Probablement pas. Mais l'orage gronde en moi, il le veut, lui et personne d'autre, il est attiré vers lui comme un aimant, le feu, le jeu, le danger... Quelque chose qui devrait nuire à mes objectifs de me contenir sur la voie de la sagesse et de la raison. Ne prononçant pas un mot, juste un simple signe de tête derrière un visage sans émotions, je te suis jusqu'a ton bureau. Poli, professionnel, bien different de l'oiseau de nuit qui a su titiller le monstre. Un regard vague sur la décoration, les piles de dossiers, ce bureau est sobre, peut être un peu triste, seul les jolis payasges irlandais et ce pendentif semble l'egayer. Ta voix me sort de ma torpeur et je te dévisage quelques instants, mes doigts comprimant le sac de papier que je tiens en main.  -  vous avez l'air d'avoir eu une rude journée... peut être peut on simplement faire semblant et je repasserais celui que je suis venu trouver ce soir. en ai je trop dit? Ou pas assez? Voila que ta curiosité semble être éveillée et me pousse à préciser.  - je peux attendre monsieur Westmore, c'était justement celui que j'étais venu trouver. Vous m'avez l'air fatigué, allez donc vous reposer... Mais quelque chose me dit que tu ne veux pas que e parte. J'incline la tête sur le côté pas vraiment certain de pouvoir te faire confiance. Je soupire profondement avant de me laisser tomber sur la chaise.    - il n'y a pas de quoi vous faire avoir une promotion vous savez? avant de poser le sac sur le bureau et le pousser de la main vers celui ci.  - voila... j'ignore par quoi commencer mais voila de quoi je suppose prouver mon point. Je crois que quelqu'un me suit... j'ignore s'il peut s'évérer dangereux mais.. de vous a moi je n'ai pas l'habitude de me laisser faire si vous voyez ce que je veux dire. un clin d'oeil complice pour sous entendre que ma nature n'est pas la plus innoffensive.. mais tout ça tu le sais n'est ce pas? Te rappelles tu de ce fameux soir?  - ah.. et je me suis permis de laisser le bouquet de douze roses rouges dans la poubelle, je n'ai ramené que la petite carte.  Je croise les bras sur a poitrine en fixant le sac de papier contenant les lettres que tu vas surement finir par déballer. - je ne suis pas un expert mais ce type ne semble pas vraiment équilibré et j'aimerais ne pas avoir à démanger ou prendre de mesures... plus poussés si vous voyez ce que je veux dire.. pour faire comprendre à ce type de me laisser en paix. Et voila Wallace tu sais tout... En esperant que ton aide me soit précieuse.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nuckelavee
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t670-keir-i-m-preying-on-you-tonight-hunt-you-down-eat-you-alive
Identity Card
Je suis né le : 12/01/1987 Je suis en ville depuis le : 01/02/2015 Nombre de messages : 92 Points : 1465 On me connait sous le pseudo : khâl' Je porte l'avatar de : Chris Evans DC : nope J'ai utilisé des images de : Shiya (ava)
J'ai : 77 ans, 30 en apparence Je travaille comme : Policier Actuellement, je suis : Marié à la Vengeance.
Tell Me More
Got It !

Ven 3 Avr - 22:14
Il l’invite à le suivre, dissimulant le mince sourire qui menace de poindre sur ses lèvres à chaque instant. Bien sûr qu’il sait pourquoi il vient ; il a tout fait pour l’attirer ici, ou presque. Certes, il ne s’était pas imaginé que le hasard le jetterait tout droit dans sa gueule, preuve que la chance avait enfin décidé de lui sourire, après huit longues années à trimer. « Vous avez l'air d'avoir eu une rude journée... peut-être peut-on simplement faire semblant et je repasserais celui que je suis venu trouver ce soir. » Oh, il y a donc ici quelqu’un que tu connais ? Quelqu’un que tu veux voir en particulier… Il hausse un sourcil interrogateur, l’incitant par là même à lui donner le nom de cette fameuse personne avec laquelle il souhaitait s’entretenir. « Je peux attendre monsieur Westmore, c'était justement celui que j'étais venu trouver. Vous m'avez l'air fatigué, allez donc vous reposer... » Westmore hein ? Déjà il réfléchit, cherchant à relier les deux sans y voir de connections plausibles. Westmore...? Qu'est-ce qu'il pouvait bien avoir à faire avec un type tel qu'Ewen. Mentalement, il le note dans un coin de son esprit, se preomettant de faire son possible pour éclaircir ça plus tard. Il lui faudrait peut-être utilisé d'un peu de persuasion, mais il saurait le fin mot de l'histoire. Keir se fend d’un petit sourire en coin, haussant les épaules avec amusement, l’invitant à s’asseoir d’un geste de la main ; je pourrais bien veiller pour les cent prochaines années pour toi, Galloway, n’en doute pas. « Il n'y a pas de quoi vous faire avoir une promotion vous savez ? » Oh qu’importe. Il se fiche pas mal des promotions et, même si on lui en proposait une, malgré son tempérament trop orageux et impulsif, sans doute la refuserait-il ; il était bien à son poste, libre de vaquer sans avoir des tonnes de paperasse à remplir. Il observe avec un air surpris le paquet qu’Ewen tend vers lui et il hausse un sourcil interrogateur. « Voila... j'ignore par quoi commencer mais voilà de quoi je suppose prouver mon point. Je crois que quelqu'un me suit... j'ignore s'il peut s'avérer dangereux mais.. de vous à moi je n'ai pas l'habitude de me laisser faire si vous voyez ce que je veux dire. » Le Faë a un petit sourire poli devant son clin d’œil. Oh, bien sûr, il n’en doutait pas ; il avait d’ailleurs presque failli l’avoir quand il avait voulu le contraindre. Il ignorait encore ce qui n’avait pas marché ce soir-là mais il remerciait la providence de lui avoir permis d’y échapper. Oui, sans nul doute, Ewen était dangereux, mais lui, il était un fin manipulateur et il pouvait l’avoir autrement que par la force. Pourquoi ne l’avait-il pas encore tué d’ailleurs, quand il s’était promis de le voir agoniser durant des années ? Sans doute parce qu’il avait envie de prendre son temps. Oui, ça devait être ça. « ah.. et je me suis permis de laisser le bouquet de douze roses rouges dans la poubelle, je n'ai ramené que la petite carte. » Keir ne peut retenir un petit rire amusé en entendant parler du bouquet : ben quoi, Ewen, elles ne te plaisent pas mes fleurs ? Bien entendu, si on lui demande, il prétextera un tout autre motif que celui-là pour son éclat de rire. « Je ne suis pas un expert mais ce type ne semble pas vraiment équilibré et j'aimerais ne pas avoir à démanger ou prendre de mesures... plus poussés si vous voyez ce que je veux dire.. Pour faire comprendre à ce type de me laisser en paix. » Le policier laisse échapper un petit soupir, haussant un sourcil moqueur. « Rouges, les roses, hein ? » Oui, c’est très con et c’est visiblement tout ce qu’il a retenu de son histoire mais il n’a pas pu s’en empêcher. Du bout des doigts il ouvre le paquet, en sort les lettres soigneusement rassemblées et prend de longues minutes pour les lire avec attention même si, bien entendu, il en connait les moindres détails puisqu’il en est l’auteur. « Il a l’air de vous aimer beaucoup… » Et ça c’était sans nul doute un putain d’euphémisme ! Il se frotte les yeux un bref instant avant d’aviser la carte que l’écrivain tient toujours entre ses mains. « Vous permettez ? » Sans attendre sa réponse, il attrape le morceau de papier, effleurant brièvement les doigts de l’homme au passage, mais faisant mine de n’avoir rien remarqué. Non, c’était bien plus drôle de le laisser cogiter sur un contact physique en faisant mine de ne pas en être affecté. Tellement plus drôle… Il tourne et retourne le morceau de carton entre ses doigts avant de le reposer sur le bureau. « Donc… même écriture, visiblement même personne… Et il semble en savoir beaucoup sur vous… » Ses prunelles bleues se plongent dans celles d’Ewen, inquisitrices, se demandant s’il soupçonne quoi que ce soit. Mais au fond, comment le pourrait-il ? « Vous avez vu quelqu’un traîné autour de votre maison, ces derniers temps ? Des choses inhabituelles ? Mises à part toutes ces déclarations enflammées, bien entendu… » Il a une moue ennuyée, semblant vraiment concerné par la sécurité de sa victime. « Ce genre de type n’arrêtent jamais, vous savez ? Pas tant qu’il ne vous possède pas ou qu’il ne vous a pas détruit pour que personne d’autre n’ait ce privilège. » Privilège ? Est-ce qu’il avait vraiment dit ça ? Peut-être bien… Mais il fait mine de n’avoir utilisé qu’un mot parmi tant d’autres, bien plus que satisfait à l’idée de laisser le Galloway cogiter. Et il ne doutait pas de réussir ce tour de force, à terme. « Je suis tout à fait disposé à croire que vous êtes capable de vous défendre mais, dans le doute… » Il marque une pause, balayant du regard les dizaines de lettres, l’air complètement sidéré par tant d’acharnement, quand en réalité, il ricane à l’intérieur. « …est-ce que votre maison est sécurisée ? Personne ne peut avoir la possibilité de s’y introduire d’une quelconque façon que ce soit ? » Il se mordille légèrement la lèvre avant de passer sa langue sur celle-ci, se retournant pour attraper le planning des différents agents pour la journée. « Ecoutez si vous me laissez votre adresse, je peux envoyer quelqu’un pass… » Sa mine s’assombrit légèrement comme il constate que personne ne sera disponible aujourd’hui. Officiellement, en tous cas. Un soupir blasé en apparence comme il semble réfléchir, passant une main rapide dans ses cheveux blonds… « Si vous voulez, je peux passer pour vérifier que tout est en ordre ? » Il le dévisage avec attention, avant de détourner timidement le regard, bien plus semblable, ce bref instant, au photographe qu’Ewen avait pu croiser à la galerie. « Je… je… Je peux aussi comprendre que vous souhaitiez quelqu’un d’autre, ça ne me vexera pas… » Il s’éclaircit la voix, visiblement mal à l’aise. « Je veux dire si… à propos de l’autre soir, je… Je peux transmettre l’affaire à un collègue… » Ses prunelles restent fixées sur les lettres, comme il semble déjà réfléchir à la suite de l’enquête, visiblement impliqué d’avance. Allez, Ewen, sois sympa. Au fond de toi, tu sais très bien que tu meurs d’envie que je reste proche…


uc
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 5 Avr - 14:01


❝Ewen x Keir

MAYBE YOU THINK THAT YOU CAN HIDE ?



Si je fronce les sourcils à sa question dont la réponse était peut être trop évidente, je ne fais qu'hocher la tête en guise de réponse. Oui Wallace je sais trop bien ce que signifie le rouge de la passion, ne pouvant réprimer une grimace désemparée lorsqu'il m'annonce que ce type à l'air de m'aimer beaucoup. Mon problème? C'est que je ne sais absolument pas de qui il s'agit et ce dont il est capable, mais je ne ressens pas de bonnes ondes à son sujet. Je te fixe attentivement alors que tu examines une à une les preuves de sa traque, avec une pointe d'appréhension j'espère que ceci ne sera pas confirmé, que tu me dises que je n'ai rien à crainde, que c'est une mauvaise blague ou un acte deseperé innofensif... mais malheureusement, ce n'est pas le cas et lorsque mes craintes se confirment à travers tes propos mon estomac se vrille sur lui même. J'assimile les informations et les questions malgré mon angoisse grandissante. Pas que ce type m'effraie, mais la peur que ces actes nuisent à ma vie et ma détermination à vivre comme le commun des mortels. Je me racle la gorge avant de répondre d'une voix basse indiquant que j'accusais le coup avec difficulté  -  hum.. je n'ai vu personne, mais j'ai bien sentit uen présence et la déasgréable sensation d'être suivi, traqué... quelque chose dans le genre. Je pensais tout d'abord à la paranoia mais.... je grimace après avoir laissé échappé un soupire de lassitude en désignant les preuves du harcelement. Sa description du profil psychologique m'effraie, ce manque de limite je le connais bien trop et craind soudainement pour mes proches, ma famille, mes amis.... ces rencontres qui jallonnent ma nouvelle vie et pourraient être en danger par ma faute, par ma présence dans la leur. Je me mord furieusement al lèvre inférieure attendant avec appréhension ces consignes et coneils sur la marche à suivre. Si ce n'est pas Noah, il en ignore pas moins sur ma véritable nature et fait lui aussi parti des forces de l'ordre destinés à protéger la population. Une inspection de mon domicile sembel faire partie de la marche à suivre et je n'oppose pas vraiment de résistance à cela, fort étonné de la tournure des choses lorsque je vois la nervosité le gagner. Un soucis d'éthique peu être? Mais ce n'est pas l'artiste que je suis venu trouver ce soir c'est bel et bien un policier qui connait son sujet et peu m'apporter de précieux conseils. Si ej susi déterminé à appliquer les consignes, je suis légerement secoué par son manque de confiance en lui à cette idée. Un sourire fin étire mes lèvres, ce n'est pas de la moquerie mais un amusement certain à son profil personnel qui prend le pas sur son professionnalisme. J'agite alors la tête de gauche à droite   - je pourrais toujours voir ceci avec monsieur Westmore si vous avez la moindre gêne à ce sujet monsieur Wallace... haussant une apéule avant d'ajouter.    - je souhaiterais être débarassé de cette affaire au plus vite... peu importe les consignes à appliquer... ajoutais je d'une voix calme avant de poser mon regard sur ces lettres. Fronçant les sourcils un instant, j'ai bien du mal à retenir la question qui me brule les lèvres à cet instant. - pensez vous qu'il soit dangereux? Ou lié à cette vague de crime qui sévit sur notre monde? demandais je alors qu'un frisson roulait l long de mon dos. Ce type était il le tueur de lycan? de Lata? De créatures comme lui et moi dont personne n'avait réussi à identifié? Mirdant furieusement ma lèvre inférieure j'hésitais à préciser ma question, mes peurs et les étaler devant un presque inconnu. Mais c'était son job après tout... il n'était pas la que pour réprimer, mais faire régner l'équilibre et la paix dans cette ville.   - qu'en est il de mes proches? Amis, famille, fréquentations? Pensez vous qu'ils courrent un danger avec ce type en liberté qui me traque comme un vulgaire lapin?  si je suis précis sur la question, je n'en suis pas pour autant moins nerveux, la réponse m'effraie, les précautions à prendre aussi. Etais je pret à fuir pour les protéger? Comment allaient ils réagir? N'était ce pas reproduire mes erreurs passées en voulant les protéger? Faisais je une nouvelle fois fausse route ou devais je affronter ma propre difficulté à m'éloigner d'eux alors que je semblais avoir evolué vers une voix plus sereine, plus colorée, plus émotive?  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nuckelavee
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t670-keir-i-m-preying-on-you-tonight-hunt-you-down-eat-you-alive
Identity Card
Je suis né le : 12/01/1987 Je suis en ville depuis le : 01/02/2015 Nombre de messages : 92 Points : 1465 On me connait sous le pseudo : khâl' Je porte l'avatar de : Chris Evans DC : nope J'ai utilisé des images de : Shiya (ava)
J'ai : 77 ans, 30 en apparence Je travaille comme : Policier Actuellement, je suis : Marié à la Vengeance.
Tell Me More
Got It !

Sam 11 Avr - 18:28
Il interroge, observe sans en avoir l’air, jouant par la suite la gêne à merveille, la déontologie de sa profession. Bien entendu, il espère sincèrement que le Galloway ne va pas lui annoncer qu’il préfère finalement voir avec Noah. Il a besoin de gagner la confiance du Latawiec et quel meilleur moyen que celui-là, cette protection et cette aide qu’il peut lui offrir ? Depuis le début, leurs premiers mots, il n’a fait que ça, jouer ce rôle pour l’amener à se perdre dans ses filets. Il a même dépensé des fortunes en timbres postes, en cadeaux en tous genres, déposés devant sa porte, et ces roses rouges qui ont sans doute finies à la poubelle, lui ont coûté un sacré paquet. Il ne faisait pas les choses à moitié, le Nuckelavee, il ne les faisait jamais. Les paroles peu rassurantes qu’il lui sert ont au moins le mérite de lui inspirer une crainte relative, une angoisse au creux de ses entrailles. C’est un bon début… « Hum.. Je n'ai vu personne, mais j'ai bien sentit une présence et la désagréable sensation d'être suivi, traqué... quelque chose dans le genre. Je pensais tout d'abord à la paranoïa mais... » Il retient le sourire qui menace de venir border ses lèvres quand il le voit désigner les objets du délit, comme autant de preuve qu’il ne s’est pas trompé. Tout cela est bien réel, Ewen, et sur le point d’arriver… Il se délecte de son malaise, ça en deviendrait presque adorable, à terme… Il hausse un sourcil devant le sourire du jeune homme quand il évoque la possibilité de laisser l’affaire à un autre. Est-ce ce que tu veux, Galloway, que je me retire, que je te laisse en paix ? « Je pourrais toujours voir ceci avec monsieur Westmore si vous avez la moindre gêne à ce sujet monsieur Wallace... » Le blond vient mordiller sa lèvre inférieure, comme s’il y réfléchissait, comme s’il considérait l’idée de laisser Westmore s’en occuper, alors qu’en réalité, il est hors de question que le Latawiec ne lui échappe. Pas après aussi longtemps, pas maintenant qu’il était si proche du but… « Je souhaiterais être débarrassé de cette affaire au plus vite... Peu importe les consignes à appliquer... » Le policier acquiesce d’un mouvement de tête, se montrant compréhensif. Bien sûr, sa réaction est normale et il fait tout pour le lui montrer. « Pensez-vous qu'il soit dangereux? Ou lié à cette vague de crime qui sévit sur notre monde ? » Le blond ne répond pas ; il n’avait pas réellement envie de s’étaler sur ce sujet et comme le lui avait si finement avancé Ewen lors de leur première rencontre, ce n’était ni le lieu ni le moment pour évoquer de telles choses. Et puis, il avait fait de son devoir de toujours rester en équilibre précaire au milieu de la balance. Il ne voulait se mêler de rien, pas même en paroles. « Qu'en est-il de mes proches ? Amis, famille, fréquentations ? Pensez-vous qu'ils courent un danger avec ce type en liberté qui me traque comme un vulgaire lapin ? » Le policier soupire, prend une lettre au hasard et la tourne et la retourne entre ses doigts comme si elle détenait le moindre semblant de réponse. « Je pense qu’il est dangereux, en effet… Cet homme a réussi à vous traquer et à vous débusquer alors même que vous aviez tout fait pour demeurer caché… » Son pseudonyme, sa discrétion, ses apparitions si peu fréquentes… « Quant à votre famille ou vos proches, sans doute serait-il mieux de mettre un peu de distance avec eux, au moins quelques temps. Il apparait clairement que ce type ne vous veut pas de mal à vous, personnellement. Mais qui sait ce dont il serait capable s’il estime que l’un de vos proches lui vole l’affection que vous devriez avoir pour lui ? » Il repose la lettre, dévisage le jeune homme avec attention. « Vous ne devriez pas le prendre à la légère… » Il rassemble les lettres en un petit tas bien régulier, les remet à leur place dans le sachet en papier, le refermant avec précaution. « Vous permettez que je les garde ? Je vais lancer une enquête à partir de ces éléments. » Il lui semble tout de même que l’écrivain n’a pas l’air fort rassuré et il sait, intérieurement, qu’il tient peut-être la faille, celle qu’il a attendu si longtemps, celle qui va lui permettre de s’engouffrer dans sa faiblesse. « Ecoutez, monsieur Galloway, je vous propose de passer à votre domicile tout de suite et de vérifier la sécurité du lieu…» II le fixe avec sérieux, masquant de son mieux qu’il n’a attendu que ça depuis maintenant huit longues années… « Et ce soir, dès que je reprends mon service, je gare ma voiture devant chez vous et je surveille les alentours… Et si je peux l’attraper, je vous en débarrasse… Ça vous va ? » Et puis, peut-être qu’il aurait pitié de le savoir seul dans sa bagnole, en pleine nuit et dans le froid et qu’il l’inviterait à entrer ? Mais il n’ose pas encore voir si loin…


uc
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 26 Avr - 14:21


❝Ewen x Keir

MAYBE YOU THINK THAT YOU CAN HIDE ?



La discussion prend une tournure inquiétante, pas que je ne puisse pas me défendre mais qu'en serait il si l'homme venait à  s'en prendre à ma famille mes amis ou... Saewine? Mon coeur se serre douloureusement à l'idée de cacher cela à Ezra, je sais qu'il pourrait probablement m'aider à ce sujet mais je ne veux encore moins l'impliquer après l'avertissement du policier concernant les intentions de ce psychopathe. Prendre mes distances avec lui serait donc le meilleur moyen de le protéger et ne pas lu dévoiler cette histoire, mais qu'en est il de Saewine? Que pouvais je bien lui dire après ces moments si agréables m'ayant fait penser que je pouvais avoir une seconde chance, avoir une vie heureuse? Etait il temps de prendre conscience que je n'en avais pas encore le droit et devais je rendre sa liberté au selkie? Mon regard se couvre d'un voile humide et salé, brulant ma cornée et s'immisçant dans ma gorge, je peine à avaler ma salive devenue soudainement amère et détourne le regard vers les lettres que le policier garde en main. Je désigne le tas de lettres d'un geste de la main pour répondre à sa question -  si ça peut vous aider.... faites donc... régler cette histoire au plus vite pour éviter les dommages collatéraux, je remet mon destin dans les mains de ce policier. Peut être que je devrais lui avouer que j'ai rencontré quelqu'un mais j'ai tellement peur des conseils qu'il me donnerait que je me ravise préférant tenter de e concentrer sur la finalité de cette histoire et sa façon de débusquer mon traqueur. Mollement, tel un pantin dénué de toute vie j'hoche la tête aux propositions qu'il me fait avant de froncer les sourcils et marquer la réflexion l'espace d'un instant. - c'est votre travail et je n'ai pas à vous dire ce que vous devez faire, mais ma villa est située en pleine campagne, loin de la route, je pense que vous aurez une meilleur visibilité depuis l'intérieur de la maison... et qui sait ce qu'il pourrait se passer s'il repère la présence de quelqu'un d'autre. je croise ton regard un instant avant de le poser sur le médaillon en argent accroché au tableau derrière ton bureau.    - vous devez savoir qu'on peut être pret à tout pour protéger ceux qui nous sont chers.. lachais je en un soupire avant de désigner le médaillon d'un geste vague de la main et me lever pour me diriger vers la porte. Une main sur la poignée je me stoppe dans mon élan en fronçant les sourcils. - attendez... je dégaine mon téléphone portable en faisant volte face et fouillant dans celui ci, un murmure s'extirpe de mes lèvres    - Luka Crowhaven...  je pointe mon portable sous les yeux du policier et désignant ma page officielle facebook.  - c'est certainement un pseudonyme, ou peut être même pas lui mais ce fan me semble envahissant... c'est peut être un indice.ajoutais je en lui remettant mon telephone entre les mains. Peut être la police avait elle également les moyens informatique suffisant pour retracer mon harceleur et je comptais tout remettre entre les mains de ce policier, même mes espoirs de pouvoir retrouver sérénité et vie normale.   
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nuckelavee
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t670-keir-i-m-preying-on-you-tonight-hunt-you-down-eat-you-alive
Identity Card
Je suis né le : 12/01/1987 Je suis en ville depuis le : 01/02/2015 Nombre de messages : 92 Points : 1465 On me connait sous le pseudo : khâl' Je porte l'avatar de : Chris Evans DC : nope J'ai utilisé des images de : Shiya (ava)
J'ai : 77 ans, 30 en apparence Je travaille comme : Policier Actuellement, je suis : Marié à la Vengeance.
Tell Me More
Got It !

Mer 20 Mai - 18:05
Il introduit la notion de menace sur les êtres qui lui sont chers, histoire de renforcer un éventuel désir de solitude, pour qu’il soit à lui, rien qu’à lui. C’était sa proie, sa vengeance, il ne laisserait personne la lui voler. Ses prunelles caressent du regard l’arête de sa mâchoire comme il lui propose de venir patrouiller autour de son domicile cette nuit, espérant secrètement qu’il finisse par l’inviter à entrer, et il chasse rapidement cette image de ses doigts en train d’agripper son joli visage pour en faire… en faire quoi au juste ? S’il avait eu très envie, au départ, de le transformer en cadavre, méconnaissable tant il l’aurait massacré, il n’était plus très sûr de ne pas désirer autre chose. Quelque chose de pire, peut-être. Pire à sa façon. Il fronce les sourcils, repousse l’idée dérangeante, préférant se concentrer sur Ewen, même si cela fait ressurgir ses fantaisies violentes. « C'est votre travail et je n'ai pas à vous dire ce que vous devez faire, mais ma villa est située en pleine campagne, loin de la route, je pense que vous aurez une meilleur visibilité depuis l'intérieur de la maison... et qui sait ce qu'il pourrait se passer s'il repère la présence de quelqu'un d'autre. » Le faë hausse un sourcil légèrement surpris ; oh vraiment ? Il l’invitait déjà ? Il réprime avec difficulté le sourire qui menace de poindre sur ses lèvres, détournant le regard vers la fenêtre comme s’il réfléchissait. « Comme vous voulez… » Il replonge son regard dans le sien avec un sourire rassurant. « Vous devez savoir qu'on peut être prêt à tout pour protéger ceux qui nous sont chers… » ajoute-t-il en désignant quelque chose derrière lui. Keir suit son regard et tombe sur le médaillon de Lucy, esquissant une moue ennuyée à l’idée qu’il ait pu voir ça. Mais qu’importe. Il se lève pour le raccompagner à la sortie. « Attendez... Luka Crowhaven... C’est certainement un pseudonyme, ou peut-être même pas lui mais ce fan me semble envahissant... C'est peut être un indice. » explique-t-il en lui donnant le téléphone. Keir ricane à l’intérieur mais à l’extérieur, son visage est des plus professionnels. Il parcourt l’appareil avec attention, avant de le lui rendre. « Gardez-le. Je préfère que vous restiez joignable, je mettrai quelqu’un sur le coup. » Il lui dédie un léger sourire, passant une main lasse sur son visage. « Je vous retrouve ce soir… »

[…]


Il avait à peine réussi à dormir tant la perspective de ce moment l’excitait. Il avait attendu ça depuis tellement longtemps qu’il craignait de faire une crise cardiaque de bonheur avant même d’entrer. Ses doigts se portent enfin à la sonnette, après de longues minutes à être resté, hésitant, sur le porche. Ca pouvait être l’aboutissement de tout et il se retrouvait soudain à se demander ce qu’il ferait ensuite ; que deviendrait sa vie s’il mettait enfin fin à cette obsession qui l‘avait taraudée depuis tant d’années ? En trouver une nouvelle semblait compliquée ; qui pourrait se montrer à la hauteur, surtout après une proie telle que Galloway ? La porte s’ouvre et il tombe nez à nez avec l’écrivain, se fendant d’un sourire poli en lui tendant la main dans une poignée ferme et virile. « Je suis désolé, j’ai un peu de retard, je faisais juste un tour dans le coin. » Ses doigts retombent mollement le long de sa cuisse, jouant à merveille l’embarras et la pudeur, quand en réalité, il était un loup déguisé en agneau. Un loup affamé. « Vous me faites visiter ? » Allez Ewen, show me everything you’ve got.


uc
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

Maybe you think that you can hide ? - ft. Ewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-