IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 She's the prettiest girl at the party ▬ Gabriella & Blue [terminé]


Silence is a true friend who never betrays.

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 7 Avr - 21:01

Ces couloirs me rendent malade. Theo m’a laissé à l’entrée. Il prétendait avoir quelques papiers à faire l’hôpital, je suis persuadé qu’il va aller en profiter pour bavarder avec ces autres docteurs et infirmières. Mais je ne suis pas jaloux, je sais qu’il ne fera rien qui puisse me faire du mal. Enfin, je le crois. Et  puis c’est moi qui le lui avais demandé. Je lui avais dit que je préférais y aller seul. Alors dans le hall, il me dit de prendre l’ascendeur, 3e étage couloir est. Il m’embrasse et devant mon air paralysé me demandait si je n’avais pas changé d’avis et voulais sa compagnie. Je lui fis non de la tête et l’invita à partir le premier. Je le regarde partir, les visiteurs affluaient à cette heure ci et je me dirigeais finalement vers l’ascenseur. Je peux le faire… Oh mon dieu… Qu’est-ce que j’ai fait à cette fille ? C’est sur, elle va me jeter ses perfusions au visage et ce serait pleinement mérité. J’ai la trouille au ventre à l’idée d’entrer dans la chambre où elle est installée. J’ai peur parce que je me sentais coupable et je l’étais. J’ai faillit tuer cette fille. Si seulement je n’avais pas accepté de monter dans ce taxi avec elle et si elle n’était pas venue me voir moi… Et cet homme… Il est mort. J’en ai fait des cauchemars atroces… Il me semble encore entendre le bruit de la détonation résonner dans ma tête. Cette explosion, la chaleur des flammes qui me sortait de mon sommeil comme l’on nous jetterait dans un bain rempli d’eau froide.

A cette idée, j’ai mis dans ma bouche ce délicieux cookie se trouvant dans la boite que je tenais dans la main bien calée contre mon torse. Je mâchouillais nerveusement en prenant place dans l’ascenseur vide. J’appuyais sur le troisième étage et les portes se referment dans un bruit machiavélique. Je regardais le cadran qui affichait les étages en mangeant un autre de ces biscuits chocolatés.

Dans le fond, j’ai senti qu’elle n’était pas morte. Comme si le fait d’avoir bu son sang me donnait ce pouvoir. J’ignore tout du lien qui uni l’ange à sa proie. Je l’ignore et je vivais tout cela de l’intérieur. L’ascenseur s’arrêta au premier étage et deux personnes s’introduisaient dans la petite pièce. J’ai jeté mon dévolu sur un autre des cookies. Au deuxième étage, une petite fille et une femme en blouse blanche montent à bord. Je mange un cookie et jette un regard furtif à la gamine avec un tuyau dans la narine qui fixait mon paquet. Je… J’ai plongé mes doigts dans le carton et d’un air craintif je lui ai tendu l’un des gâteaux. Elle le prit dans ses doigts maigrichons avec un léger sourire. Je crois que je suis en train de mourir. Je voudrais lui donner mon éternité pour qu’elle n’ait plus jamais l’air d’avoir aussi mal… Mais moi, j’ai encore mal. Je souffre tellement. Parfois, il me semble inadmissible de vivre. Je ne le mérite pas, comme je n’ai pas mérité d’avoir Théo.

Les portes s’ouvrent. Je me retrouvais dans le couloir blanc qui fit grandir mes angoisses les plus profondes. Comme je me sens mal. J’avançais lentement sur le sol ciré, décapé, désinfecté. Les murs renvoient une propreté malsaine. Je me suis mis à longer les murs. Pourvu que Théo ne ce soit pas trompé de numéro de chambre. Je grignote encore, je crois que si je ne faisais pas ça je me serais déjà enfui en courant. Et moi qui voulait devenir adulte, moi qui voulait changer. Je suis toujours ce type minable pété de trouille.

Je jette un coup d’œil au paquet et grimace légèrement. Il ne restait plus que trois biscuits. J’étais vraiment qu’un enfoiré de boulimique… Comme si je n’avais pas assez fait… J’avais dévoré son sang et maintenant les biscuits que j’avais acheté pour elle. Uniquement pour elle. J’ai déglutis avec difficulté en poussant la porte sans avoir frappé. M’introduisant silencieusement dans la pièce. Je la trouve allongé dans un lit médicalisé les yeux clos. Comme la dernière fois. Je m’apprête à partir quand je senti dans mon geste les gâteaux s’entrechoquer. J’inspirais doucement avant d’approcher excessivement lentement ; jetant parfois des coups d’œil craintif derrière moi. Comme si quelqu’un allait me bondir dessus et m’accabler d’être un horrible criminel. Je posais doucement le paquet sur la table de nuit avant de m’accroupir pour que mon visage soit à la hauteur de la barrière. Je ne sais pas si elle dort et j’ai la crainte de la déranger. J’ai soufflé « Je suis désolé… » Même si ça ne changera rien, même elle restera là, couchée dans ce lit. J’ai mal au cœur, j’ai l’impression d’être un navire au fond de l’eau. Un bateau oublié. Elle sera toujours un coquillage enfermé dans un des coffres « Je ne savais pas quoi faire. » J’ai eu peur de mourir. Je voulais vivre, même si j’ignorais encore pourquoi. J’ai fixé son profil, elle est vraiment belle. J’aurai voulu la toucher mais si je bouge, je vais m’enfuir. Une larme m’échappe et je n’arrive pas à détourné le regard. Mes lèvres se pincent avant de dire dans un murmure « Théo j’ai changé d’avis… Je n’veux pas être là… » Je ne veux pas voir un hôpital, je ne veux pas voir une femme allongé dans un lit par ma faute, comme l’on m’y avait mis autrefois. J'espère qu'il viendra me chercher.



Dernière édition par Blue L. Garthwys le Jeu 21 Mai - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 8 Avr - 10:26
Blue - Gabriella



Des examens, encore des examens et toujours des examens. Elle en avait assez de se retrouver sous des machines, tout cela parce qu'elle était réveillée d'un coma qu'elle n'aurait pas dû ! N'étaient-ils pas plutôt content de la voir en vie plutôt qu'à la morgue? En même temps elle ne savait pas elle-même si elle aurait préféré être morte plutôt qu'en vie sans une partie de sa vie. Gabriella, c'était son prénom et elle le trouvait joli, oui, mais voila, est-ce que c'était vraiment le sien? Et cet homme qui était son compagnon, elle avait du mal à le croire. Le médecin avait dû se tromper quelque part, ce n'était pas possible autrement. Il était si... Elle n'arrivait pas à définir comment cet Aidan Winghelow, mais elle savait qu'ils n'étaient pas cela eux deux. Amis, peut-être, mais rien de plus. Elle avait préféré se taire, ne voulant pas faire d'esclandre, mais elle lui poserait des questions, plus tard. Pour le moment, ils avaient décidés de la laisser tranquille, enfin et elle tentait de se reposer, mais ce n'était pas évident. Trop de choses en tête, trop d'éléments impossible à retrouver, trop de vide à combler. Peut-être qu'il serait capable de l'y aider? Elle n'osait demander, par peur?

Les yeux fermés, elle ne prêta pas attention à la porte, surement une infirmière qui viendrait prendre sa tension ou son sang, vu que c'était ce qu'il aimait faire. La perfusion, elle venait pourtant de la changer, elle était tranquille pour 4 heures, selon ce qu'elle lui avait dit. La voix lui disait quelque chose, lui faisant soulever les paupières. Elle mit un certain temps à se rendre compte de qui était là, mais ce regard à moitié effrayé, sa manière gauche de se tenir, ses grands yeux ouverts sur un monde que lui seul pouvait voir, elle lui sourit, doucement.

« bonjour toi, tu es bien Blue, c'est ça ? » demanda-t-elle doucement en tentant de se redresser, mais n'y arrivait pas. Les plâtres étaient aussi lourd, probablement plus qu'elle-même. Elle tendit son bras droit vers son visage, le lui caressant doucement, ôtant une miette sur le coin de sa bouche. « Je suis contente que tu ailles bien, tu n'as même pas une trace sur toi, c'est tant mieux. » Elle lui souriait toujours, il était bien là, ne l'avait pas abandonné. Le médecin lui avait dit qu'il l'avait sauvé de cette voiture. « Merci » murmura-t-elle, en laissant sa main retomber sur le drap de son lit «  Merci de m'avoir sorti de cette voiture. Le, le médecin m'a dit ce que tu avais fait pour moi, tu aurais pu y rester aussi, je ne saurais pas comment te remercier de ce que tu as fait. » Elle avait les larmes aux yeux, mais gardait son sourire, c'était des larmes de joie, de cela elle en était certaine, il fallait juste qu'elle maitrise ses émotions, sinon l'appareil allait sonner et le médecin allait arriver alors qu'elle allait très bien. Elle s'essuya les yeux, se mettant à rire. « Je suis désolée, je pleure alors que je suis contente, c'est nulle. » Elle inspira profondément, se faisant mal aux côtes, mais tant pis et posa une question. « Comment tu va toi? »



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 10 Avr - 1:24
Elle a ouvert les yeux et je me suis figé. Mince… Qu’est-ce que je vais faire ? Ma première idée fut de me planquer sous le lit, mais la dernière fois que je m’étais retrouvé sous le lit de quelqu’un le mur avait manqué de me casser la tête. Mais ce fut l’inverse. Ma tête à cassé le mur. Mais l’hôpital ça doit être vachement solide…  Elle me sourit et je la fixais en me liquéfiant sur place. Je me sentais terriblement mal. Elle me regardait et j’avais vraiment peur. Et finalement, sa voix douce me parvenait comme une étrange mélodie. Est-ce qu’elle chantait ? J’en avais la douce impression. J’acquiesce doucement à sa première question, je ne veux surtout pas que ma voix gâche ce doux concert. Je la fixais sans bouger alors que sa main m’approche. J’ai peur qu’elle ne me gifle, mais je l’ai tellement mérité. Ses doigts caressaient ma peau et je l’ai regardé avec curiosité. Pourquoi est-ce qu’elle faisait cela ? Je ne sais pas… Elle me remercie. Je me sentais perdu. Qu’est-ce que je fais là ? Je me fais écraser par mon propre étonnement. Elle se mit à pleurer et je me sentais de plus en plus mal. J’observais les traits fatigués de son visage. C’est que je n’ai rien. Ou plutôt, que je n’ai plus rien. Je n’ai plus mal à la jambe et je semble intact. Du moins, physiquement. J’avais atrocement mal au ventre pourtant. Si seulement elle savait à quel point.

Elle me demande comment je vais et je me sentais assez mal pour ainsi dire. Surtout d’être là. Je me relevais doucement bien que je n’aimais que très peu l’idée d’être plus grand qu’elle. Mais elle est couchée dans son lit. Je regardais ses nombreux plâtres et je me senti pâlir. Enfin, c’était impossible car j’étais déjà fort blanc. « Tu dois avoir tellement mal… Avec tout ça… » Soufflait enfin ma voix peu assurée. Je m’en voulais. Si elle savait à quel point. Elle a mal et cela est de ma faute. Je le savais. Elle ne semble pas s’en souvenir. Je fixais son joli visage malgré tout, elle ne devrait pas être là. Elle devrait être là, dans les rues à se laisser admirer par les autres. Je devrais me coucher dans ce lit à sa place. Mais l’on ne peut pas. Si l’on vivait dans mon imaginaire, les choses iraient beaucoup mieux. Parfois je m’y refugiais bien trop ; je le savais.

J’ai finalement esquissé un faible sourire. Pour tenter de consoler ses douleurs. Je pense que ça ne servait à rien. Mais j’aimais y croire, plus fort que tout. J’aimerai donner un pouvoir à mon sourire et je jurerai que je m’en servirais toujours. « Je… Je t’ai apporté… Des gâteaux… » Disais-je nerveusement en attrapant la boite dévastée par mon passage. Je soupirai faiblement, je ne suis pas capable de faire quelque chose de correct ou quelque chose de bien. Elle croit qu’elle me doit sa vie, mais rien de tout cela ne serait arrivé sans moi. « Enfin… Je… En route j’ai… » Disais-je en recoiffant ma tignasse pitoyable avant de poser la boite sur ses genoux, puis finalement je le déplaçais sur son ventre et après réflexion je la coinçais entre le coude et la hanche de la jeune femme. « Si tu n’aime pas, t’n’aura pas trop à te forcer… » Non, pas avec trois malheureux cookies. Mais qui peut ne pas apprécier un cookie ? Vraiment, je ne veux pas connaître cette personne car même moi, avec ces gouts qui se dégradent, j’en mangeais encore. Bien que parfois je pensais que je ne cherchais alors que le plaisir d’une bouche plein et d’un estomac sur le point d’éclater.

J’ai reculé d’un pas ? Joignant mes doigts devant mon pauvre ventre coupable « Je vais te laisser… Tu n’dois pas vraiment avoir envie de me parler. C’est de ma faute ce qui est arrivé. Et… Je te demande pardon. » Oui, pardonnes moi. Même si je ne le mérite pas. J’ai lentement baissé les yeux en reculant un peu plus, je prends la fuite. J’en ai bien conscience. Mais je ne suis pas courageux, je ne le serais jamais assez.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 12 Avr - 19:56
Blue - Gabriella



Partir? Mais partir où? Il était à peine arrivé et déjà il voulait s'en aller? En même temps elle le comprenait aisément, elle devait être affreuse à voir, même l'infirmière ne voulait pas lui montrer son visage. Elle sentait bien des traces dessus, surement des horreurs de balafres... Une encore aurait pu être bien, mais il lui semblait qu'elle en avait plusieurs, comme son corps était meurtri, il avait fallu en plus que son visage aussi. Elle ne se trouvait ni belle ni moche, juste banale sommes toute et avec cela, elle allait devenir un monstre de plus. Car l'apparence, malheureusement, était ce qui faisait tourner ce monde. Au moins, dans sa librairie, elle serait à l'abri des regards, dans l'ombre de ses livres. Elle baissa le menton, n'osant le regarder, il était mignon Blue, pas dans le sens où il lui aurait tapé dans l’œil à une autre époque, enfin elle le croyait sans le savoir, mais c'était en elle, elle le sentait. En fait elle aurait pu l'avoir comme ami, mais elle comprenait trop bien que sa propre apparence le rebute. Elle voulu tourner son visage de l'autre côté, mais quelque chose l'en empêchait, elle ne pensait pas qu'il pouvait être comme les autres. Les autres, oui, mais quels autres? Depuis qu'elle était réveillée, personne n'était venu la voir. Elle avait pu parler avec une jeune femme, Idess, parce qu'elle avait eut un accident, sinon, sinon elle devait être vraiment seule.

« Je comprends Blue, merci pour les gâteaux, ils ont l'air très bon, en plus j'adore les cookies. » disait-elle doucement. Elle comprenait qu'il en ait mangé, une boite complète, elle aurait été malade après et puis ici, elle n'aurait pas pu les cacher, les infirmières auraient râlé de la voir manger autre chose que leur bouillie ou soupe. « Ils sentent très bons  » continua-t-elle en prenant l'un pour le porter à son nez. Elle croqua doucement dedans, oui, il était vraiment très bon et elle ne pouvait pas lui en vouloir, pas à lui, pas à son sauveur. Sans lui elle ne serait plus ici, alors ce n'était pas parce qu'il avait faim qu'elle allait le lui reprocher. Elle en mangea la moitié et le reposa se sentant déjà trop lourde. « Je suis désolée, je ne dois pas avoir un bel aspect, je... je comprend que tu veuilles partir, c'est, enfin je... » Elle se tut et finit l'autre moitié au lieu de dire des bêtises.

« Je ne me souviens pas de tout, en fait, je sais que je tiens à toi d'une certaine manière, c'est juste que j'ai des brides... » des brides de souvenirs qui venaient par moment et d'autres totalement flous. Parfois même des pans entier disparus, mais c'était des moments incompréhensibles. Elle se souvenait de sa boutique, mais pas de son prénom ou même nom de famille. Elle revoyait un homme, qui n'était pas venu la voir et à chaque fois il lui semblait qu'un vide se formait dans son coeur. Rien n'était rêve ou réalité, c'était juste son esprit qui ne voulait pas. Des moments difficiles qu'elle avait dû oublier. Oui, c'était surement cela. Sauf qu'elle aurait aimé être entière.

« Tu pourrais me raconter comment on s'est rencontré? Parce que je, je vois comme une robe du soir, mais je ne sais pas, enfin, je, tu n'es pas obligé, c'est juste que je me sens si seule et je ne peux rien faire d'autre qu'attendre que le temps passe et qu'ils me laissent sortir, un jour. » murmura-t-elle. « Je n'ai pas mal, juste légèrement, ils me donnent tant de médicaments que je dois être une véritable pharmacie sur jambes, enfin quand je pourrais marcher. » continua-t-elle doucement. Elle ne savait pas s'il serait d'accord, mais elle avait de revoir les moments qu'(ils avaient pu avoir ensemble. Le connaissait-elle depuis longtemps ? Avait-il des liens forts ? Probablement vu qu'il s'était déplacé pour venir la voir. « Tu veux bien? » demanda-t-elle d'une toute petite voix. Elle ne comprenait pas pourquoi il lui demandait pardon, il n'avait fait que la sauver et elle le revoyait à l'arrière du taxi, avec elle, donc il ne conduisait pas. Le médecin avait dit qu'il l'avait sauvé, il s'en voulait de cela? Non, c'était impossible, mais elle ne chercha pas plus loin, elle voulait juste qu'il lui parle un peu, si cela pouvait l'aider à se souvenir...

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 14 Avr - 21:19
Elle ne me regarde pas. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Probablement était-ce parce que je n’avais rien d’intéressant à ses yeux. J’avais honte et plus je parlais, plus j’avais la sensation de m’enfoncer. Finalement, elle me remerciait pour les cookies et je dessinais un léger sourire sur mes lèvres. Si faible qu’il n’existait qu’à peine. Elle renifla l’un d’entre eux et c’est idiot, parce que je me suis déjà empiffré, mais j’avais faim… Mais la regarder faire me rendais dingue. Elle ne le terminait même pas ! Mon petit cœur se serre. Je crois que je n’aime pas gaspiller, avoir vécu temporairement dans les rues m’avait rendu si… Différent. Je ne voulais pas être matérialiste, mais je l’étais. Je ne m’intéressais qu’aux choses qui étaient belles et à personnes physiquement ravissantes. Elle était ravissante. Je me souvenais de son visage sans la moindre marque sur sa peau. Une peau si parfaite… Oh mon dieu, mais qu’est-ce que j’ai fait ? Je ne suis qu’un foutu damné. C’est là qu’elle s’excusa de son physique. Ma gorge se serre. Comment pouvait-elle penser une chose pareille ? Je crois que je dois arrêter de ne penser qu’à moi. Je me suis redressé alors qu’elle me parlait. Je jette un coup d’œil à la porte. Personne. Je suis sur que Théo n’est pas loin de toute façon. Tout ira bien.

J’acquiesce doucement, je suis venu m’asseoir à coté d’elle sur son matelas. Cela me renvoyait à bien des souvenirs… Atroces, tristes et sombres. Mes doigts sur les draps, j’ai doucement rejoins sa main pour la prendre avec douceur. Je ne sais pas si elle veut que je la touche. Je crois qu’elle n’a jamais vraiment aimé cela. « C’était le soir de noël… Tu… Tu avais une robe très jolie. Et… Tu étais vraiment… Jolie. » J’ai baissé les yeux, je suis si désolé qu’elle le soit beaucoup moins aujourd’hui. Il y avait cette odeur qui dégageait de son être ; cette odeur de mort… De sang coagulé… J’ai faiblement soupiré avant d’ajouter « C’était une grande fête et tu as dansé avec moi… Enfin… Tu t’es finalement enfuie. » Mais je ne pouvais pas lui dire pourquoi. Elle m’avait dis la seconde fois qu’elle ne m’avait pas fuis moi, mais quelqu’un d’autre. Je sais que je n’ai pas été très sympa l’autre soir dans le bar avec elle. Si elle savait comme je regrettais. « Puis… Tu es venue au bar. J’travaille là bas… Et t’as voulu me raccompagner. J’aurais du dire non… Je ne serais… Jamais monté dans cette voiture. Et toi non plus… Si… Tu ne m’avais pas attendu… Tu sais… Moi j’aime prendre le bus. » Oui, j’aime le bus. Et les voitures, à présent ça me fait peur. Mes yeux se sont mis à briller de tristesse. Je veux pleurer, mais je ne dois pas. Je ne mérite pas d’être consolé, c’est elle qui en a le plus besoin.

Mes doigts ont nerveusement caressé la peau si douce de sa main. Elle est si… Mignonne. Avec tout ce plâtre, j’espère qu’elle a bien chaud. Je voulais vraiment qu’elle soit mon amie. « Je ne sais pas ce qu’il c’est passé… J’étais tellement fatigué tu sais. Je me suis réveillé au travers de la vitre passagère et toi… J’ai cru que tu allais mourir… » Cette fois, les larmes se mirent à coupler le long de ma joue et j’eu beau m’efforcer à retenir mes sanglots ; j’étais une fois de plus : trop faible. Je me suis empressé de les effacer en relâchant sa main. Je dois me ressaisir. Pourquoi est-ce que je suis aussi minable ? J’esquisse un léger sourire avant de lui dire évasif « Tout ces soucis blanchissent mes cheveux… » C’est faux, je ne vieillirais jamais. Mais pourtant, je le sens au fond de moi. Je crois que j’étais loin de penser que la vie serait si compliquée une fois dehors. J’avais imaginé les choses tout à fait différemment… Je ne sais pas si je dois rester ici, assis sur ce lit à lui parler… Jai doucement approché mes doigts de son visage, tremblotant à l’idée de la toucher. Cela ne devait pas être permis… Mes doigts effleurent à peine sa joue. « Qu’est-ce que ça fait de ne pas se souvenir ? » J’aimerais tant ne plus me souvenir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 22 Avr - 13:29
Blue - Gabriella



Elle l'écoutait sans rien dire, finissant ce cookie qui était très bon, mais sans grand appétit en l'entendant lui dire qu'elle l'avait fuis. Elle n'osait pas lui dire qu'elle regrettait, car elle ne se souvenait pas de ce moment. Le taxi, oui, elle s'en souvenait et lorsqu'il se mit à pleurer, elle leva une main pour essuyer ses larmes. Elle était en vie et il ne devait pas pleurer, mais pour ce qui était de ne pas se souvenir, elle n'aurait su vraiment dire. Le taxi, elle le revoyait, mais en feu, pas vraiment comme elle pouvait penser. La honte la submergeait, il était si gentil en étant venu alors qu'elle l'avait fuis. Ce qu'elle ne comprenait pas, c'était le fait qu'elle soit allée à une soirée de noël. Elle ne se souvenait pas en avoir fait depuis... Elle ne savait pas du tout si c'était juste un trou dans sa mémoire ou juste la réalité qui lui faisait peur. Elle en avait assez d'être ici, mais en même temps, elle avait la trouille de savoir ce qui se passait de l'autre côté de cette porte. Redescendant sa main, elle la reposa doucement sur le lit, évitant de se faire du mal pour rien. Le médecin avait prévu dans le composé qui se trouvait à son bras de quoi l'aider dans les douleurs, même si elle en ressentait toujours. Puis reprit la main de Blue, laissant échapper une larme.

« Je ne sais pas, je.... Je suis désolée pour noël, je sais qui tu es parce que ton nom est dans ma tête avec ton image. Perdre une partie de ses souvenirs, c'est comme perdre un peu de soi, mais aussi des autres... Ce sont des gens qui m'ont dit comment je m'appelais, je ne m'en rappelle pas. Pourquoi je ne me souviens pas de mon propre prénom, alors que je sais le tien, ou même celui d'Aidan ? Je ne comprends pas, j'ai l'impression de ne pas être à ma place ici. » Elle se tut, tournant la tête vers l'extérieur sans cesser de serrer les doigts de Blue entre les siens. Elle savait qu'elle ne devait pas tenir les gens ainsi, mais c'était plus fort qu'elle. Lorsque son regard revint sur le jeune homme, ellelaissa sa joue retomber sur sa main comme un besoin primal. « J'ai peur de rester ici, mais surtout de sortir. » murmura-t-elle. Cette peur lui fit fermer les yeux, parce qu'elle ne savait pas ce qu'elle allait faire. Ses souvenirs étaient trop loin, sa mémoire avait fait un tri étrange dans sa tête. Des choses qui auraient pu être futiles étaient là, bien présents et le reste avait disparus, à tout jamais ?

« Je crois que je suis morte, quelque part, en moi » continuait-elle d'un souffle. « C'est comme si j'étais là, sans l'être vraiment, car je ne sais pas qui je suis vraiment. » Elle revit quelque chose, sans savoir quoi, était-ce juste parce qu'il en avait parlé ? La voiture, le taxi, elle savait qu'elle préférait prendre le taxi parce que... Pourquoi cela ne lui revenait pas ? Sans compter que depuis qu'elle était ici, personne n'était venu, à part lui et à son réveil, entre deux, elle était restée désespérément seule sans cesser de chercher ce qui lui manquait vraiment. Elle soupira en levant les yeux sur ses cheveux, souriant doucement. Elle avait envie de lui caresser ces cheveux, mais en même temps elle ne voulait pas abandonner sa main, de peur qu'il ne s'enfuit. C'était bête, mais elle avait peur seule, surtout lorsque la nuit tombait. Pour le moment il faisait bien jour, la nuit n'était pas prête d'arriver, mais elle viendrait, comme la veille et le jour d'avant. Elle appuya un peu plus sa joue contre la main de Blue se sentant un peu mieux, ayant tout de même l'impression que les prochains jour à venir allaient être encore plus dur.

« Tes cheveux ne sont pas blanc Blue » murmura-t-elle en continuant de sourire. « Je ne voulais pas te faire peur tu sais. Ne pas se souvenir c'est... difficile, parce que ce n'est apparemment pas un pan de ma vie complète qui a disparu, juste par ci par là, ce qui fait que je connais des gens, sans savoir d'où... Sans me rappeler qui je suis, c'est... ne pas savoir qui on es vraiment est difficile. » Elle cherchait ses mots sans réussir à les trouver. Pas qu'elle les avait oublié, juste qu'elle ne savait pas comment expliquer. Elle n'avait pas envie de penser à tout cela, elle voulait juste... la jeune femme n'en savait rien, elle avait des brides et n'avait pas peur de lui, pourtant une part d'elle-même lui disait qu'il y avait une chose qu'elle ne supportait pas en lui, sauf qu'elle ne savait pas quoi, vu que c'était lié au fait qu'il soit un ange noir et qu'elle n'avait déjà plus la notion d'être une sor'cière. « Je suis contente que tu t'en soit sorti aussi bien, je n'aurais pas aimé qu'il t'arrive quelque chose. » disait-elle en rougissant. Ce n'était pas une déclaration, loin de là, c'était juste qu'elle avait le sentiment de ne pas le lui dire assez souvent. Se connaissaient-ils vraiment bien ? Surement que oui, vu qu'ils s'étaient raccompagnés mutuellement et qu'il était là, contrairement à ceux dont elle ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve...

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 24 Avr - 20:50
Sa main est venu chasser mes larmes, je n’aurais pas du la contraindre à venir me les sécher. Mais je dois avouer que c’est agréable. Vraiment très agréable. Je laisse mes doigts entre les siens et cette fois, c’est elle qui pleura. Je l’écoutais sans bouger. Sans rien dire. Je n’avais aucun mot pour cela. Je ne savais que faire. Parce que je n’avais pas pensé à tout cela. Mais est-ce si important de connaître son nom ? Je n’aime pas vraiment le mien. Elle avait peur. La tristesse m’envahis parce que je connais cette peur quand l’on est au fond d’un lit d’hôpital. Je sais comme on s’y sent… Seul. Je m’en veux d’avoir pris la fuite, je n’aurais pas du la laisser affronter tout cela dans la solitude. J’étais vraiment devenu une personne horrible. Je n’étais jamais revenu avant ce jour, j’avais parlé à Magyar de ce qu’il c’était passé et il m’avait dis que tout serait arrangé. Je ne sais pas s’il avait dit cela pour me rassurer parce que je tremblais comme une feuille ou si la situation avait été pire encore quelques jours plus tôt… Semaines… Comment ai-je pu ? J’avais cessé de pleurer, cependant mes yeux réclamaient encore de déverser cette eau saline.

Elle se mit à rougir au moment où elle m’avoua être ravie de voir que j’allais bien. Finalement, j’ai conduis ma main libre vers sa joue pour effacer cette jolie perle. C’est froid. J’accompagne mon geste d’un léger sourire sur mes lèvres malgré mon regard triste. « Tu sais… J’aimerai vraiment oublier moi aussi. Parce que… Des fois… La vie ce n’est pas très facile. Et il y a des choses que j’aimerai effacer pour faire quelque chose de nouveau. Alors… Peut-être que tu n’étais pas quelqu’un de bien ou peut-être que l’on t’a fait quelque chose d’horrible. Si horrible… Tu ne voudrais pas t’en souvenir… » Je ne sais pas si ce que je viens de dire à un sens, j’avais parlé si vite, animé par le stress de mes propos. Je n’aime pas parler de ce que je ressens, c’est une démarche adulte. Je suis un homme n’est-ce pas ? Mais ça aussi j’aimerai l’oublier. Les responsabilités et l’impact de mes propos. Je lui adresse un pauvre sourire triste avant de me redresser ; je tente de caser mes fesses sur le matelas sans lui faire de mal. Je lui en avais fait bien assez comme cela.

« Si tu pouvais choisir… T’aimerai être quoi ? Moi par exemple… Si je pouvais tout recommencer… J’aurais un autre père et j’habiterais dans une maison comme chez Magyar et j’aurais eu un chien. Je serais allé à l’école et j’aurais vraiment un travail. Peut-être… Que je construirais des voitures. Des genres de voitures… Qui n’explosent pas… » Je ne sais pas pourquoi je disais toutes ces choses. Probablement qu’elle s’en fichait. Et moi-même, j’avais perdu le fils de ce que je voulais dire. J’avais envie de rêver c’est tout. Rêver d’autre chose. J’aime les nuits sans cauchemars, dans les bras de Theo ils s’évanouissent parfois. Je m’en vais dans un monde magnifique. J’ai envie de rêver éveillé. Ce n’est pas interdit n’est-ce pas ? Les gens font cela, les gens normaux. Ils appellent ça des projets. Je ne sais pas si l’on peut faire projet de changer le futur, mais je peux essayer de tout faire pour y parvenir ne serait-ce que dans min imagination. Un instant. Une fois.

Il n’y a vraiment pas beaucoup de place. J’ai pris le paquet de cookie et je l’ai posé sur la table de nuit. Je ne devrais pas faire ça ; mais je crois que pour rêver il est bien mieux d’être allongé. Je me fraye une petite place à coté d’elle, je crois que je suis à moitié dans le vide et c’est drôle. Je me tenais à sa main comme à ma bouée de sauvetage. J’ai faiblement souris en venant poser ma tête au creux de ma main libre « Tu pourrais porter une jolie robe, comme le soir de Noel. Et cette fois je ne te marcherais pas sur les pieds. Tu danserais avec moi ? » Quand tu te relèveras, est-ce que l’on dansera ? Parce que tu vas te relever n’est-ce pas ? Je ne veux pas que tu ne puisses plus jamais danser. Je la fixais, je ne veux pas croire qu’elle aura toujours ces plâtres et ces branchements sur ses bras. Je m’en veux d’avoir bu son sang, si elle savait… Probablement ne s’en souvenait-elle pas, alors je ne voulais pas le lui dire. Je ne veux pas être seul de nouveau au bal noir de la vie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 6 Mai - 12:07
Blue - Gabriella



Ils étaient bien lotis à pleurer à tour de rôle, comme si les larmes de l'un pouvaient appeler celles de l'autre. Elle bougea légèrement pour lui laisser plus de place à ses côtés, l'attirant un peu plus à elle, ne voulant pas qu'il tombe. Leurs deux corps meurtris se touchaient, seul le drap les séparait, mais cela lui suffisait. Gabriella avait confiance en lui, comme.... en un frère qu'elle n'avait pas. C'était un sentiment étrange, comme si le fait qu'il soit à ses côtés l'apaisait en un sens. Pas comme à son réveil avec celui qui lui tenait la main, c'était différent, pas au même niveau, mais la jeune femme ne s'en souciait guère, savourant ses instants trop rare et trop précieux à ses yeux, pour ne pas dire à son coeur.

« J'aime bien que tu sois là, » murmura-t-elle en gardant ses doigts entre les siens. Elle ne se souvenait pas la dernière fois qu'elle maintenait une main ainsi, se disant qu'il y avait quelque chose qui clochait, mais elle ne savait pas quoi. Ses yeux ne quittaient plus ces dix doigts entremêlés sur le drap blanc. « J'ai de vagues souvenirs de certaines choses, qui me semblent irréels. Ce n'est pas horrible juste... effrayant. » souffla-t-elle en venant se coller à lui, la peur au ventre. La peur de rester bloquée ici, la peur de ne pas savoir qui elle était réellement. Tous ces mots dits à son réveil n'avaient pas de sens et pourtant elle avait des blanc que personne ne pouvait combler, à part peut-être cet homme. Le reverrait-elle un jour? Elle n'en savait rien, restant silencieuse les yeux dans le vague. Blue était gentil, il lui faisait penser à autre chose qu'à sa douleur qui s'amusait à se propager par moment de son coude à son poignet et inversement, comme si une personne s'amusait à la masser de l'intérieur, broyant plus qu'il ne massait.

« Si je pouvais choisir... » commença-t-elle en s'arrêtant pour chercher. Elle ne savait pas trop, ne se souvenant pas si elle rêvait d'être une princesse étant plus jeune. Probablement que si, vu qu'elle était une petite fille, mais elle n'en était pas vraiment sure. Tournant son visage vers Blue qui se trouvait juste au dessus d'elle, elle se mordit la lèvre inférieure, se disant que si elle pouvait recommencer « Je crois que j'aimerais être une maman. C'est bête comme rêve, mais depuis que je suis dans cet hôpital je rêve sans cesse d'une petite fille aux longs cheveux. Elle s'approche de moi et j'aime sentir ses doigts sur ma joue. J'ai entendu les infirmières parler pendant qu'elles pensaient que je parlais, apparemment je ne pourrais peut-être pas avoir d'enfant, à cause d'un accident que j'aurais eut il y a un peu plus de deux ou trois ans. Peut-être que c'est pour cela que je rêve  de ce que je ne pourrais pas avoir. » murmura-t-elle en souriant légèrement. Il semblait avoir beaucoup d'envies et certaines étaient faisables, pas toutes bien sur, mais il avait encore du temps pour apprendre.

« Tu sais tu es jeune, tu pourrais encore réaliser des choses, comme vivre ailleurs, trouver un vrai travail, reprendre des cours à l'école et créer ces voitures. J'aimerais bien qu'elles n'explosent plus moi aussi, il y aurait peut-être moins d'accident, mais pour ton père, c'est impossible. » Elle revit son père lui dire au revoir et ne jamais revenir, mais elle n'arrivait pas à déterminer quand c'était. « Je crois que mon père m'a abandonné... » murmura-t-elle sans grande conviction. « tu vis chez Magyar le sage-femme? Je veux dire, il est oui, c'est ça, sage-femme ici dans cet hôpital... Il est bizarre je trouve, il dit des mots étranges... » Elle se souvenait de certaines phrase qui n'avaient pas paru réelles, encore son imagination, surement, ou pas. Penchant la tête sur le côté, elle cherchait dans ses souvenirs quelle robe elle avait bien pu porter pour qu'il veuille la revoir dedans. Elle n'en avait pas beaucoup, pas à sa connaissance. Elle essayait de revoir sa garde robe qui était assez mince, mais ne voyait pas cette robe qu'il demandait. Enfin porter une jolie robe cela devrait pouvoir se faire, elle n'était pas contre le fait d'en acheter une. « Je ne me souviens pas que tu m'ai marché sur les pieds, mais si tu veux danser avec moi, je, je suis d'accord. » disait-elle doucement. « Nous ne serons pas obligé d'attendre noël tu sais, pour danser pas besoin d'occasion particulière. Enfin, nous n'aurons qu'à fêter mon retour sur mes deux jambes si tu veux, cela te va? » demanda-t-elle en inclinant la tête en arrière afin de mieux le voir.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 9 Mai - 15:29
J’écoutais avec fascination ce qu’elle voulait comme vie. Etre maman. Cette idée me rebuta. Je n’aime pas les mamans. Cela a l’air tellement doux et finalement ça n’existe que pour les autres. Je ne veux pas qu’elle soit une maman, je ne veux vraiment pas. Mais c’est elle, elle choisi. Moi, je ne veux pas être père. Jamais. Je ne veux pas être comme lui. Je ne veux pas qu’un jour une petit chose m’appelle ‘père’. Je refuse. Je crois que de toute manière cela n’arrivera jamais, j’aime les hommes et les femmes… Je ne sais pas, je n’ai jamais essayé et cela semble si nouveau que j’en ai peur. Mais quand elle parle de cette petite fille, j’ai la sensation qu’elle ne serait pas une maman qui laisserait son enfant dans un pensionnat toute l’année. Elle ne laisserait personne faire du mal à son enfant. J’aimerai qu’elle soit ma maman. Mais c’est stupide, c’est trop tard. Je le sais. Adieu beau rêve.

C’est là qu’elle me disait que je pourrais avoir un travail et aller à l’école. J’ai la taille d’un type de trente cinq ans, je ne peux pas aller au collège avec les enfants. Je le sais bien. Pour mon père c’est impossible, j’ai légèrement tordu ma bouche. Elle me disait que son père l’avait probablement abandonné. Ce à quoi je répondais « Mon père m’a torturé pendant vingt ans. » Pourquoi je disais ça ? Je ne sais pas. Mais cela ne me fait pas souffrir, parce que je n’avais dis cela uniquement pour la consoler. Juste pour lui dire… Que cela aurait pu être pire. J’ai souris même, j’ai souris alors que je devrai saigner en dedans. Je devrais être si malheureux. Mais je veux danser. Je ne pense qu’à la danse à présent. Et elle suggéra que nous dansions avant Noel si elle se levait d’ici là. J’ai souris faiblement avant de lui répondre « J’apprendrais à danser. » Oui, je danserais si bien et je ne lui ferais pas de mal. Pas cette fois. Comment avais-je pu la faire souffrir à ce point ? J’avais si honte. Je mérite de souffrir, finalement, mon père avait peut-être bien fait. J’étais une personne si horrible.

« Tu n’auras pas besoin de robe. Moi je n’aime pas vraiment mettre une cravate, ça me serre. De toute façon, toi tu es très belle. Même avec tout ce bleu sur toi… » Oui, elle était vraiment jolie, je ne sais pas pourquoi. C’est injuste. Même moi, avec tous les efforts du monde, j’étais toujours aussi dégelasse à voir. Je soupire faiblement. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, il a y cette odeur de sang qui se dégage de ces pansements, cette odeur qui m’attire tant et bien plus encore chez elle pour y avoir gouté. Je me pinçais doucement les lèvres avant de reprendre sur un suet évoqué antérieurement « Magyar c’est un vieux barbu étrange, mais il est très gentil. Tu sais, il a même des poules dans son jardin… » En plus du fait d’être un sorcier, mais à mes yeux, le plus étrange était d’avoir des poules. Magyar m’avait également effrayé au début, mais à présent je sais qu’il ne me fera pas de mal. Du moins, j’ai réussi à lui faire confiance. J’ai faiblement soupiré en ajoutant « Il m’a aidé, j’étais perdu… J’étais dans ce cimetière et je cherchais des pommes parce que j’avais faim. Tellement faim… Et il était là et j’avais peur. Tu peux lui faire confiance. Il est bien plus gentil que moi. » Oh oui, moi j’étais une telle vilainie. J’essaye d’être… Meilleur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 10 Mai - 21:58
Blue - Gabriella



Elle laissa sa tête reposer contre le torse de Blue, posant la main sur son avant-bras, le serrant un peu. La position n'était franchement pas pratique, mais elle s'en fichait royalement, elle ressentait son désarroi face à son propre père, tandis qu'elle était apparemment dans le même cas. L'abandon n'était rien comparé à la torture, physique, mentale, peu importe. Elle ne chercha pas à en savoir plus, s'il voulait parler, il le ferait peut-être, ou peut-être pas. Elle qui venait de lui dire qu'elle aurait aimé être mère venait probablement de l'envoyer dans un mauvais souvenir. Le corps de la jeune femme trembla un peu au contact de la poitrine du jeune homme sans trop savoir pourquoi. Il lui semblait qu'il se produisait quelque chose, comme une vanne ouverte sans qu'elle ne puisse plus y échapper. Un manque, un trou à combler en elle sans savoir quoi ni même pourquoi. Il lui semblait qu'elle avait besoin de tendresse, de gestes sereins sans vraiment y trouver une explication. Elle avait beau avoir un manque dans sa mémoire, il lui semblait que c'était tout ce côté affectif qui avait disparut, à moins qu'elle ne se trompe, une fois de plus.

« Je suis désolée » murmura-t-elle contre lui une fois qu'il eut terminé de parler. « Je ne voulais pas te faire revivre cela. » continua-t-elle en cachant son visage rougissant. Il la trouvait belle même ainsi? Elle ne savait même pas à quoi elle pouvait bien ressembler, interdiction de se lever pour faire le moindre geste, tout était sous surveillance. Cela lui faisait du bien de pouvoir parler à quelqu'un qui n'était pas médecin, ni même une personne qui venait dans l'hôpital pour se faire soigner. Elle se mordit la lèvre inférieure, venant la triturer de sa main valide, la maltraitant plus qu'autre chose. « Merci, je, je ne sais pas à quoi je ressemble en fait, ils pensent que je ne suis pas capable de réaliser, mais c'est surement mieux ainsi... » expliqua-t-elle doucement. Elle déglutit en redressant la tête vers lui, sentant ses joues chaudes et rouges, il ne pouvait pas y avoir de doute. Elle ne devait pas avoir de compliment pareil, pensa-t-elle en ouvrant la bouche. « Tu sais que tu es mignon Blue et sans les bleus » affirma-t-elle en laissant échapper un sourire.

Puis son sourire se figea une seconde, se demandant si elle savait danser elle aussi. Elle avait beau fouiller dans sa mémoire, elle ne se rappelait pas vraiment, juste des brides. « Je crois que j'aimerais apprendre à danser aussi, je ne suis pas sure de savoir en fait. » continua-t-elle en fronçant les sourcils. « Et tant mieux, je veux dire, pour la robe, je crois que je n'aime pas trop ça, je me souviens que je dois avoir une armoire avec quelques jupes et pantalons de yoga? Tu sais si j'en fais? » demanda-t-elle sans lui laisser le temps de répondre, car d'autres mots provenant de sa bouche semblaient vouloir sortir à tout prix. « Magyar m'a semblé gentil, il m'a juste parlé bizarrement, avec des mots étranges. Cela m'a fait sourire, j'ai cru qu'il se prenait pour une de ces actrices qui jouent dans une série de magie, hum, je crois que c'est Charmed, tu connais? Les poules c'est bien pour les... »

Elle s'arrêta net, voyant une femme qui en égorgeait un devant ses yeux pour... elle ne sut pas, fermant les yeux envoyant l'image très loin d'elle. « oeufs » finissait-elle par dire. « Il t'as sauvé alors, toi aussi. » murmura-t-elle de nouveau en frottant son nez. « Alors il doit être bon, tu sais si tu as faim, tu peux finir les cookies, ils sont très bon, mais ils me gavent de médicaments, je ne suis pas sure de pouvoir manger correctement après tout ça. » soupira-t-elle. « Par contre je me souviens de je sais cuisiner et que je faisais souvent des gâteaux, si cela te tente, je te donne des cours de pâtisserie et tu me fais danser ? Au pire tu me regardera les faire, » demanda-t-elle une fois de plus en souriant. Elle se sentait bien, avoir une présence amicale à ses côtés lui faisait un bien fou, elle se sentait revivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 12 Mai - 13:39
Désolé… Mais il ne fallait pas, je n’avais pas besoin d’elle pour repenser sans cesse à mon père. Je n’avais qu’à revoir mon visage dans le miroir, ce nez atrocement droit. Pourquoi j’ai ce nez ? Pourquoi j’ai les cheveux noirs ? Pourquoi j’ai ses ailes… Je n’avais qu’à regarder ce p*tain de visage pour le voir ! Elle ne savait pas à quoi elle ressemblait, je la trouvais seulement… Très belle. J’aime les traits de son visage, même si sa peau n’est plus rose et de porcelaine. Je la trouve belle. Elle est mince et vraiment… Parfaite. Ses cheveux sont un peu sales, mais la couleur n’est pas sombre, c’est plein de lumière. J’aime tellement ses cheveux longs. C’est une femme, je trouve cela joli même si je n’y toucherais pas. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Je pense que ce n’est pas important. C’est là qu’elle me disait que je suis mignon. J’ai baissé les yeux. C’est faux. Je ne peux pas l’être avec ce visage là. Je ne peux pas être mignon tout comme je ne peux être quelqu’un de bien à cause de ce sang qui coule dans mes veines. De ce venin qui veut gagner mon cœur.

Elle me demande si je sais si elle fait du yoga, j’ai simplement balancé la tête de gauche à droite. En fait, je ne sais même ce que c’est du yoga. Je crois que ça doit être de la bouffe chinoise que l’on mange sans fourchette. Je n’aime pas cette nourriture. Nous parlions de Magyar. Elle parla de magie et de Charmed. Je ne connaissais pas du tout et je balançais de nouveau la tête en signe de négation. Je ne suis vraiment pas de ce monde.  Les œufs, certes. Moi j’avais surtout envie de croquer les poules mais c’était interdit ! Je n’aime pas quand des choses sont interdites. Elle parla de nourriture et après avoir hésité j’ai attrapé la boite de cookie, il n’en restait que deux après tout. « Tu ne voulais pas vraiment danser la dernière fois. Il y avait beaucoup de choses à manger pour Noel ; j’avais rempli l’assiette de Cameron. » Cameron… Je regardais la jeune femme avec cette lueur pensive qu’on les gens amoureux. Mais Cameron ne m’aime pas et cela me déchire le cœur. Il ne m’aime pas ou il serait resté avec moi. Il m’aurait emmené avec lui. Je n’en sais rien. Mais il ne m’aurait jamais laissé seul. « Tu… Tu avais prit des pommes frites et… Oh tu sais tu regardais toujours ailleurs… Comme si tu cherchais quelqu’un et quand l’on dansait tu l’as trouvé je crois. » Mais ce n’était pas moi qu’elle eu cherché. Personne ne cherche Blue.

« Cela avait l’air important pour toi. » Je ne suis important pour personne. Mais j’espère que cette personne qu’elle avait tant cherché des yeux se trouvait là, pas loin à veiller sur elle. « Quand tu te lèveras… J’aimerai aussi être… Important pour toi. » Que ce soit en dansant ou faisant des biscuits au chocolat. Je pris nerveusement l’un des cookies pour le mettre dans ma bouche. Je faisais des miettes sur ses draps blancs sans faire attention et engloutissais cette si petite chose rapidement. Puis le gout de cendres arriva dans ma bouche comme une vague grise. J’ai frissonné je tombais du lit. Lourdement, ma tête cogna dans table de nuit et je ne bougeais pas. Sonné, douloureux. J’ouvrais les yeux. J’étais tellement minable. Finalement de ma gorge s’échappa un couinement de douleur ; je suis vraiment trop gros. Je m’assois sur le sol, m’adossant à la table de nuit. J’ai vraiment trop honte pour me relever.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 13 Mai - 14:22
Blue - Gabriella



Elle aurait voulu le retenir, mais elle n'avait même pas eut le temps de lever sa main valide qu'il était déjà au sol, lui faisant oublier ce dont ils parlaient juste avant. Elle se débrouilla pour rouler sur le coté droit, heureusement que celui-ci n'avait quasiment rien eut, jusqu'à ce qu'elle réussisse à passer la tête par dessus bord. Elle n'osait tendre la main, il semblait avoir mal et surtout il n'osait pas la regarder. Elle devait avoir bougé pour qu'il tombe, il n'y avait pas d'autres moyens, c'était sa faute à elle. Plus elle y pensait et plus elle se disait qu'elle avait dû le pousser en se rapprochant de lui sans s'en rendre compte, le faisant basculer dans le vide. Elle se mordit la lèvre inférieure si fort qu'elle en sentit le sang dans sa bouche.

« Je suis désolée, je n'ai pas fait exprès, je, j'avais juste besoin de sentir quelqu'un proche de moi, ce, c'est, ce n'était pas, enfin tu vois? » tentait-elle d'expliquer. Elle l'aimait bien, elle l'aimait beaucoup, elle le ressentait en elle, comme une personne importante pour elle. Pas comme... elle avait beau chercher, elle avait juste besoin de réconfort dans cette prison qu'était sa chambre d'hopital, rien de plus. Elle se disait qu'il devait probablement avoir eut peur qu'elle ne le touche d'une certaine manière, hors c'était tout le contraire, oui, elle avait besoin de son contact, mais pas comme un amant, c'était autre chose. Elle posa le menton sur la barre en métal qui était allongée le long de son lit et laissa retomber sa main lentement vers le sol, près du visage de Blue. « Ce n'était pas intentionnel, je, je suis désolée... » murmura-t-elle en remontant sa main à sa propre bouche, se disant qu'elle était pitoyable. Le pire c'est qu'elle savait qu'elle allait rentrer chez elle, bientôt et n'arrivait pas à se débrouiller seule.

« A mon réveil, je ne savais pas qui j'étais et même encore maintenant, je ne sais pas, mais je me souvenais de toi, je veux dire j'ai, j'ai cru que tu étais mort, je... » Elle inspira profondément, essayant de parler mieux, même si c'était une véritable catastrophe. « C'est, comment dire, je ne me souvenais pas de moi, mais de toi, c'est que... que tu dois être important, je veux dire, j'ai envie que tu le sois, mais je suis maladroite, c'est nul je sais, désolée... » murmura-t-elle en se mordant un doigt, n'osant pas le regarder. Et puis les derniers mots de Blue avant qu'il ne tombe lui revinrent en mémoire. Aurait-elle vraiment cherché quelqu'un du regard histoire de l'abandonner? Elle se sentait minable et ne comprenait pas ses réactions, enfin celles d'avant. Elle avait beau cherché, ce souvenir ne lui revenait pas encore moins sur la nourriture. Il lui semblait qu'elle n'avait pas faim, même avant d'être ici, comme si elle se privait de choses. Avait-elle des problèmes d'argent? Ou d'autres qui l'amènerait peut-être à ne pas avoir envie de manger? Quelque chose en elle lui comprimait l'estomac et le fait qu'elle avait mal au coeur. Qui pouvait bien être ce Cameron? Surement une personne qui n'avait pas d'importance pour elle, mais qui semblait en avoir pour lui.

« J'ai l'impression que tu n'as pas eut une vie facile, mais peut-être que, disons que euh, je ne te propose rien de, comment dire... » elle allait dire sexuel, juste qu'elle cherchait ses mots et ne voulait pas qu'il confonde avec autre chose. Elle sentait des rougeurs se former sur son visage et détestait cela? « Je ne sais pas, mais on pourrait être amis ? » demanda-t-elle doucement. « Je, euh, je me disais que c'est ce que font les amis ? Tu sais, manger ensemble, faire des gâteaux, danser aussi, enfin je crois. On, on pourrait faire à notre manière, ça te dit? D'accord, pas aujourd'hui, mais le jour où je rentre chez moi, tu, tu voudra bien venir me voir, de temps en temps. » ajouta-t-elle rapidement. Elle ne voulait pas non plus le forcer, mais, elle avait l'impression qu'elle était paumé et lui encore plus. « Tu peux revenir t'asseoir tu sais, je promets de ne pas t'approcher si c'est ce qui te fais peur. » disait-elle si doucement qu'elle n'était pas sur qu'il puisse l'entendre. Elle restait là, à l'observer, se mordillant plus fort les lèvres, si elle pouvait, elle irait jusqu'à se torturer les mains, mais son poignet gauche la lançait d'une part et d'autre part elle n'avait pas le droit de bouger les doigts, ce qui l'ennuyait encore plus, mais elle faisait tout pour pouvoir rentrer chez elle. Ce qui lui faisait peur, c'était qu'elle ne savait pas où elle habitait.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 14 Mai - 14:57
Je restais là, assis au sol alors que sa tête apparue. Pourquoi ce lit est aussi haut perché ? Mes yeux la fixaient alors qu’elle s’excusa de m’avoir fait tomber. En fait, je ne sais pas pourquoi je suis tombé, je n’avais pas vraiment de place et je crois que c’est de ma faute avec cette histoire de cookies. Si seulement je n’étais pas à ce point obsédé par la nourriture. Je serais capable de vendre mon âme au diable pour une tablette de chocolat. J’esquisse un faible sourire quand elle me disait avoir eu besoin de quelqu’un près d’elle. Cette main pendait dans le vide, je la regardais sans oser la toucher. Peut être avait-elle mal n’est-ce pas ? Ces mots sont importants pour moi, je souriais faiblement en baissant la tête. Je crois que je suis vraiment stupide ainsi, mais cela me faisait plaisir.

Je me suis mis à genoux, grandissant ainsi quelque peu pour être à la hauteur de son visage, j’ai moi aussi posé ma tête sur le fer froid un peu plus loin de la sienne. Je remontais doucement mes doigts pour caresser ses cheveux qui semblaient quelque peu sale. Pourquoi personne ne lave ses cheveux ? Mes yeux brillaient d’émotions suite à tous ces mots. Je n’avais rien répondu, je ne savais pas quoi dire. J’aurais voulu lui dire juste merci. Mais pourquoi ? Elle ne comprendrait pas je crois. Je voulais qu’elle soit mon amie et elle avait formulé cette question que je n’osais prononcer. Si elle savait à quel point ses mots m’atteignent. Je caresse lentement ses cheveux. Je ne sais pas si je veux m’asseoir. J’ai si peur de lui faire du mal, elle a l’air si fragile. Il faut me croire, j’ai toujours voulu être quelqu’un de bien. Je n’ai jamais voulu lui faire de mal, je ne voulais qu’être comme les autres.

Je soupirais faiblement avant de lui dire « Sois mon amie… » Ma voix n’est qu’un souffle et de mon œil s’échappait une larme lourde de sens. Je souris stupidement en l’effaçant « Je ne pas beaucoup d’amis. Les gens me trouvent bizarre ; mais je ne veux pas leur faire de mal. J’ai peur de beaucoup de chose, mais je ne fais pas de mal. » Non je ne ferais rien de mal, même si cet homme étrange disait que j’étais quelqu’un de mauvais. Même s’il semblait que dans les rues sombres il était là… A me suivre… Près à me sauter dessus et me torturer. Je le sens, je n’aime pas être seul. L’homme de l’autre soir, l’homme mystérieux était là. Je le sais. J’en suis persuadé. Et je ne suis pas fou, je n’ai pas tout inventé. C’est réel. Mais là ici, avec elle. Je suis bien. Et Théo n’est pas très loin. Il me protège aussi.

Ma main quitte ses cheveux pour effleurer son visage portant encore des traces de l’accident. Je souriais toujours, relevant les yeux vers elle, j’aime beaucoup la regarder. Pour moi, elle sera toujours la plus jolie femme du soir de noël. Cette femme dans cette robe avec beaucoup de peau. Elle le sera toujours ; je n’oublierais jamais et même si un jour je deviens aussi vieux que les églises. « Je n’aime pas l’hôpital. Enfin… Je devrais. Parce que j’ai rencontré ici une personne très… Importante. Mais… Les gens ici sont terrifiants ; ils sentent la mort. Tu m’appelleras quand tu sortiras d’ici ? » J’espère qu’elle ne va pas oublier, parce que j’attendrais chaque jour que le téléphone sonne et qu’elle me dise qu’elle sort enfin de cet endroit. Je voudrais la soulever et qu’elle sorte tout de suite, mais je n’ose pas. Je veux juste qu’elle m’appelle. Qu’elle ne m’oublie pas. Comme moi j’étais revenu pour elle. Ici. Ma main quitte son visage et je me relève doucement. Elle est tout de travers dans son lit à cause de moi. Je retape son oreille et je glissais mon bras sous ses omoplates pour la replacer avec douceur au centre de son lit douillet. « J’attendrais que tu m’appelle. Et… Quand tu n’auras plus mal. Je… Je te prendrais dans mes bras. » Oui je ferais cette chose, je prendrais cette fille contre moi et je le ferais aussi fort que possible. Mes mains sont posées sur le matelas et je crois que je dois partir maintenant. La boite de biscuits est restée miraculeusement sur le lit. Il ne reste un et elle n’aura qu’à le manger quand elle se sentira prête. « Mes gâteaux préférés sont les cupcake. Ils ont plein de couleurs et ils ne se ressemblent jamais. Comme toi et moi. » Je sais, c’est une façon absurde de dire aurevoir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 20 Mai - 13:43
Blue - Gabriella



Sourire semblait lui être facile, malgré tout ce qu'elle avait vécu et surtout survécu à cet accident, grâce à lui. Elle lui en était très reconnaissante et il est si doux. Dommage qu'elle ne ressente rien de plus qu'une amitié profonde pour lui, elle le sait, le sent bien au fond d'elle-même qu'il y a déjà quelqu'un, sauf qu'elle ne sait pas qui sait, pas encore. Elle ne sait pas quoi dire, les gens ne lui paraissaient pas si méchant que cela et pourtant, dans cet hôpital, elle a comme une gêne envers une partie du personnel. Il avait raison, la mort semblait rôder à chaque coin de couloir, comme si une ombre néfaste se promenait avec les patients, attendant un simple faux pas pour l'embarquer avec elle. Son imagination lui jouait des tours et Gabriella ne cessait de chasser ses idées moroses et noires, restant fixée sur Blue.

« Je crois que je n'en ai pas beaucoup non plus, d'amis je veux dire, mais le nombre importe peu, seule la qualité compte et oui, j'ai très envie de te garder pour ami. Mais il me faut ton numéro de téléphone, le mien est cassé, il ne fonctionne plus, mais dès que je peux, je t'envoie un message d'accord? Enfin plusieurs même. » disait-elle doucement en laissant sa main sur la sienne. Si elle pouvait faire parler son téléphone, il ne devait comporter que très peu de numéros, en avait-elle vraiment au moins un dans le lot? Elle réfléchissait, mais ne savait pas. Cette perte de mémoire était si fatiguante qu'elle s'épuisait à chaque fois qu'elle fouillait un peu plus. « Je crois que personne n'aime vraiment l'hôpital » disait-elle en soupirant. « C'est un lieu où il y a tellement de monde et si peu de place, mais je sais que bientôt je sortirais, le médecin me l'a dit, il ne m'a pas donné de date précise, mais j'espère que se sera pour bientôt, parce que j'en ai marre d'être allongée. » continua-t-elle de dire en l'observant. Il était si gentil et précautionneux, elle eut envie de pleurer, mais se retint. Elle avait l'impression que son coeur allait exploser devant tant de gentillesse. Depuis combien de temps n'avait-elle pas eut ce sentiment en elle? Elle soupira en souriant, comprenant qu'il était sur le point de partir, ce qui la minait, mais elle ne voulait pas lui montrer. Ce n'était pas agréable d'entrer ici et de rester longtemps. Elle-même aurait surement eut tout autant de difficultés. Mais il était venu et elle appréçiait encore plus son geste. Maintenant qu'elle était bien calée dans son lit, elle se rendit compte qu'il l'avait soulevé comme une plume. Elle n'était pourtant pas lourde, mais avec tous les bandages et plâtres, enfin il était fort et à ce moment, elle s'était sentie en sécurité.

Hôchant la tête, elle prit conscience que c'était un rendez-vous rempli de gâteaux qui les attendaient, dès qu'elle le pourrait. « Je crois que tu es aussi gourmand que moi et j'ai hâte de pouvoir te voir à l'oeuvre, parce que ne crois pas que je ferais tout le travail concernant ton ventre. En tout cas, il me faudra de l'aide, parce que vu ce que tu manges, il faudra en faire beaucoup, d'accord? Et oui, je voudrais bien un câlin, lorsque je serais moins fragile » finissait-elle par dire doucement. enfin elle aurait pu avoir plus de câlins, il suffisait qu'il lui dise elle ne refuserait pas. Elle allait attendre avec impatience sa sortie et surtout le jour où elle pourrait passer la journée avec lui, ou l'après-midi, enfin cela lui ferait du bien, elle en était certaine. La fatigue se faisait ressentir, pourtant elle n'avait rien fait d'autre que de discuter. « Dis tu, tu voudrais bien attendre que je sois endormie pour... pour partir ? » demanda-t-elle d'une toute petite voix. Elle n'avait pas envie d'être seule à ce moment-là. C'était peut-être bête, mais elle n'avait pas envie qu'il parte avant.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 21 Mai - 18:44
La qualité compte, je ne suis pas certain d’être un ami de qualité. Je n’avais pas été sympathique avec elle, j’avais bu son sang alors qu’elle n’avait vraiment pas eu besoin de ça. Je le lui dirais peut-être… Un jour. Quand nous serions suffisamment amis pour tout ce pardonner. Elle me pardonnera n’est-ce pas ? Je me laissais une fois de plus, en proie aux doutes.  Elle me demande alors de lui donner mon numéro de téléphone. Mais je n’ai pas de crayon… Je regarde autour de moi et trouve un stylo dans le tiroir de la table de nuit. J’écrivais les chiffres par trois sur la boite de cookie avant de la poser sur la jeune femme. Le médecin avait dit qu’elle pourrait bientôt sortir. Tant mieux. Moi je ne n’attendais jamais et à chaque fois les policiers venaient me chercher. Heureusement, Noah était vraiment gentil et patient avec moi. Je la regardais derrière mes cheveux noirs, je lui disais quel était mon gâteau favoris et elle répondait qu’elle avait hâte de me voir cuisiner. Je n’ose pas lui dire que je ne sais que faire chauffer de la pizza ou mettre un hamburger au micro onde… Je n’ose pas lui dire à quel point je suis minable. Mes joues ont rosies quand elle me fit remarquer que je mangeais beaucoup. J’ai tellement honte… Je me contente d’acquiescer pour lui faire savoir que j’étais d’accord. Je n’ose pas vraiment parler.

J’ai relevé la tête à sa dernière demande. Déglutissant avec difficulté. Je jette un coup d’œil à la porte. Toujours pas de Théo… Alors j’ai lentement attrapé la chaise ; la faisant trainer par terre dans un bruit peu agréable avant de venir m’asseoir. Je lui adresse un sourire sincère. J’approchais lentement mes doigts vers elle et caressais prudemment son visage.

Elle a fermé les yeux. Je ne sais pas si c’est la fatigué ou si c’est parce qu’elle déteste cela ou son contraire. Je ne sais pas, je veux être heureux, aimé et tout ce qu’il y avait entre les deux. Je souriais faiblement. « C’est doux… » Sa peau est douce… Tellement. Un visage de femme c’est doux, ce n’est pas parsemé de poils. Le cou c’est doux. C’est tellement… Doux.

Je suis resté là encore un long moment. Je crois qu’elle dort. Elle est si calme… La porte s’ouvre et Théo apparaît dans l’encadrement de la porte. Je tournais lentement la tête alors qu’il était à ma hauteur. Sa main sur mon dos ; si douce. C’est tellement tendre tout cela. Je lui ai faiblement souris alors qu’il se penchait pour venir m’embrasser. Je passais mes bras autour de son cou et il me redressait pendant ce délicieux baiser. Je me colle à lui. Il sait ce que je ressens quand je la regarde dans ce lit. Il sait à quel point cela me fait souffrir. J’aurais voulu qu’elle sache, à quel point je me sens impuissant. Comme je voudrais tant la faire sortir d’ici. Je me dirige vers la porte avec mon ange après lui avoir murmuré être épuisé Je tournais la tête une dernière fois. . Je veux rentrer à la maison maintenant ; sans détour. Sans feu rouge. Je veux rentrer et m’allonger sur le lit avec un paquet de chips ou des biscuits. Il y a cette odeur de sang partout, je ne tiens plus et à la mine de Théo je comprends que lui aussi n’en peux plus de cet endroit. Il nous faut rentrer. Ensemble. Je veux rentrer et attendre son appel.

End :iun:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

She's the prettiest girl at the party ▬ Gabriella & Blue [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-