IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 Ecouter et être écouté (feat Blue L. Garthwys)


Silence is a true friend who never betrays.

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 24 Avr - 19:17
Suite de ce rp : http://umbra-noctis.forumpro.fr/t742p15-blood-infection-ivy-blue

Blue - ivy

Dans la voiture les conduisants à un lieu qu'elle avait découvert en faisant des recherches sur les pièges à loups, Ivy l'écoutait sans dire un mot. Que pouvait-elle bien lui dire de plus que tout ce qu'il venait d'énoncer ? Lui pardonner ? Elle n'était pas pour donner de seconde chance, le pardon était pour les faibles, elle l'avait appris bien trop tôt à son goût. Cela n'arrangeait pas forcément les choses, tout simplement parce qu'il fallait le vouloir. Et Blue avait besoin qu'on s'occupe de lui, pas qu'on lui mette n'importe quoi dans la tête pour le mettre encore plus mal. Ainsi il connaissait Slade, il était arrivé après eux et semblait connaître tout le monde, c'était étrange, mais elle savait qu'il serait gentil avec Blue. Ces fameux endroits... elle en avait fait fermer quelques uns, à croire que les humains ne savaient pas s'occuper des leurs, qu'est-ce que cela serait s'ils apprenaient que beaucoup de personnes qui les côtoyaient n'étaient pas ce qui paraissait être ? Ils seraient capables de vouloir les éradiquer, tous autant qu'ils étaient. Il semblait avoir confiance en elle, malgré leur début chaotique, d'ailleurs, elle le surveillait du coin de l’œil, il semblait si petit dans sa voiture et pourtant il était aussi grand et fort qu'elle, mais pas à l'intérieur.

« A mes yeux tu es un enfant. Je sais que cela peut paraître étrange, mais avec notre différence d'âge tu en es un, même si physiquement tu es un homme. » Commença-t-elle doucement en tournant sur sa droite. La route était plutôt déserte, même s'ils rencontraient quelques voitures. « Je n'ai pas connu mes parents, ce n'est pas que je ne m'en souvienne pas après toutes ces années, c'est juste qu'ils ont été tué lorsque j'étais très jeune. J'ai été élevé par une femme qui vendait les enfants dès qu'ils étaient capable de travailler. Je me suis retrouvé à faire toute sorte de chose pour un général des armées Italienne. A l'époque, c'était la coutume de se faire traiter comme des moins que rien... » Cela avait beau faire des siècles, elle avait encore des souvenirs vivaces. La mémoire était une chose qui ne s'enlevait pas facilement. « J'ai tué l'homme qui m'avait pris dans sa maison, enfin je crois que c'est moi qui l'ai tué. Il a tenté de me violer et c'est grâce à son fils que j'ai pu m'enfuir. Ma vie a été très longue, mais ce sont mes premiers moments de femme achevée qui ont été de mise. Ensuite je suis devenu un homme par la force des choses. Savoir se cacher, camoufler mes rondeurs, devenir un guerrier pour être vu comme un homme et enfin garder une certaine protection. » continuait-elle en ne rencontrant plus de véhicules.

Le secteur était plutot désert dans cette partie des Highlands. Cette région offrait un magnifique paysage et surtout un lieu où les créatures pouvaient vagabonder à leur aise. « J'ai été tuée sur un champ de bataille, n'ayant pas d'enfants, ni la possibilité d'en faire. J'ai eut envie d'aider et puis après tous ses siècles, j'ai largement les moyens de m'en occuper. J'ai adopté Amy en premier, elle était encore un bébé lorsque je l'ai découvert. » Elle se gara sur le bas côté, arrêtant totalement la voiture, puis retira la clé du contact, se tournant vers son passager. « Elle avait été abandonné tout bébé dans une chambre d'hôtel. Je l'ai recueilli, c'était il y à 18 ans. Quant à Slade, cela c'est fait un peu plus tard. J'avais déjà épargné des enfants qui étaient maltraité et une femme était venue me voir, m'indiquant celui où il se trouvait. Je n'y allait pas pour adopter, mais juste payer les gens pour qu'ils arrêtent et que d'autres les adopte, ce qui a été fait. Mais avec Slade, cela c'est fait naturellement. » Elle l'observa, passant sa main sur le haut de ses cheveux. « Tu as le même regard que Slade lorsque je l'ai trouvé, perdu, apeuré et bien plus encore... » murmura-t-elle en ouvrant sa portière. « Allez viens, on va marcher un peu. Ici, tu as le moyen d'être toi-même, il n'y a pas d'humains qui viennent par ici. » Elle ôta sa veste et son chemisier, restant en débardeur, les rangeant dans son coffre de voiture. « Si tu veux pouvoir te rhabiller correctement après la ballade, il vaut mieux ôter ta veste. » affirma-t-elle en laissant sortir ses ailes dans son dos tout sourire.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 27 Avr - 20:16
Je ne devrais vraiment pas être dans cette voiture. D’ailleurs, je ne devrais jamais plus monter en voiture avec qui que ce soit. La voiture roulait à une allure modérée et je regardais par la fenêtre les paysages qui défilent si vite sans me voir. Nous changions de direction quand elle me déclarait qu’à ses yeux j’étais un enfant. J’ai relevé les regards vers elle, j’ignore le sens ce ses mots. Que veut-elle me dire par là ? Je peux entendre qu’elle me considère comme un enfant, au moins c’est quelque chose sensé avoir de la valeur. Même si un enfant ne doit pas vraiment donner son avis et doit se plier à l’autorité des adultes. Est-ce que je devais obéir à Ivy ? Je devrais peut-être lui avouer que je n’ai jamais vraiment su être très obéissant. Mais je n’ai jamais été l’enfant de personne. Alors peut-être que si je me sentais comme l’être pourrais-je me montrer obéissant sans que… Que l’on me fasse de mal… Je ne veux pas souffrir, cela devrait me servir de leçon. Pourtant, quand j’imagine l’autorité, j’ai ce sentiment étrange de vouloir la défier. Ce sentiment qui m’avait toujours habité. Un esprit de conquérant propre à ma race dont j’étais que moitié de naissance. Mais ça aussi, je ne pouvais pas le savoir. Comment pourrais-je croire que je suis un battant quand je vois… Cette personne dans le miroir.

J’écoutais ses mots, ses explications. Quand je l’écoute parler, je me rendais compte que c’était vraiment quelqu’un de bien. De vraiment… Bien. Bien plus meilleure que moi. Je n’ai jamais rien fait pour les autres. Je ne pense qu’à moi. J’écoutais le récit de sa vie, elle avait vécu des choses atroces. La guerre. Et quand j’y pensais, je me sentais mal. Je m’apitoyais sur ce qui m’était arrivé. Je ne me suis pas même rendu compte que nous étions vraiment éloigné de la ville quand la voiture s’arrêta. Mon regard balaya le paysage avant de venir dans les yeux de la latawiec. Amy a été abandonnée. J’étais assez triste de le savoir. Slade… J’étais loin de penser qu’il lui était arrivé de telles choses. Je me senti mal, hanté par les démons du passé. Des coups et des morsures… Slade avait l’air si fort… Si heureux… Je refoulais mon chagrin aussi fort que possible, serrant les dents pour ne pas montrer à quel point je me sentais affecté par cette révélation. Quand elle me comparait à Slade, mon cœur se serre. J’avais peut-être le même regard que lui, mais j’étais bien moins courageux. J’avais tout cela en moins que lui. Je n’avais pas sa force…

Je n’ai rien dit, pourtant j’aurais tant voulu… Je suis sorti toujours aussi silencieux. Alors qu’elle retire sa veste pour être en débardeur. J’hésite un moment. Bon c’était stupide parce qu’elle m’a déjà vu à moitié nu et qui plus est chez elle. Alors je décide de déboutonner ma chemise avant de la jeter en vrac dans le coffre qu’elle referme. « J’pourrais revoir Amy ? » Est-ce que j’aurais le droit de l’approcher et de lui demander d’être… Mon amie… Mes yeux observent ses ailes majestueuses. Je soupire faiblement relevant les yeux vers les arbres qui nous entourent. Si seulement j’arrêtais de penser… Pourquoi Slade s’en sortait mieux que moi ? J’étais jaloux c’est vrai… J’ai honte. Et je suis jaloux.

C’était sur ce sentiment négatif que mes ailes sont apparues. Et contrairement à elle, je ne le fis pas en souriant, cela me fut particulièrement douloureux et fit presque surgir une incontrôlable pensée violente. J’ai mal… J'ai l'impression que ma peau brûle, mon teint pâle s'est renforcé, je suis comme une perle dans un coquillage qui n'a jamais vu le soleil. Puis tout se calma ; mes yeux se posent sur mon ombre, j’agite maladroitement mes ailes comme un oisillon ayant les plumes couvertes par la rosée du matin. Je me suis approché d’elle et glissé mes doigts dans sa main « C’est vraiment beau ici… » J’ai relâché aussi vite sa main et lui demander  « Est-ce que la vie c’est toujours aussi dur ? Ou… Est-ce qu’avec le temps ça change ? » J’ai peur de la réponse aussi. J’espère que je pourrais revenir ici, dans cet endroit magnifique. Je voudrais me lâcher et courir… Aller si vite sans me retourner et m’envoler. Si seulement je pouvais m’envoler. Je me suis écarté de la jeune femme, plissant légèrement les yeux alors qu’il me semblait entendre quelque chose plus loin. Est-ce que c’est la mer ? Je me suis mis à courir alors ; l’abandonnant là. Je ne sais pas trop pourquoi je fais ça, j’ai le sentiment qu’elle ne m’attrapera jamais. Je vidais mon cœur de toutes ces angoisses qui me rongent ; je ne pense plus à rien et je cours… Si vite vers le torrent, sans savoir même encore à quoi cela ressemblait réellement. Je courrais après l’eau. Je l’ai entendu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 4 Mai - 23:18
Blue - ivy

Les ailes déployées, la latawiec voyait bien qu'il semblait soucieux, et qu'il avait du mal avec sa propre transformation. C'est là qu'elle compris qu'il ne devait pas beaucoup s'en servir, tout du moins il ne devait pas se muter souvent. Pour elle qui ne sentait qu'un léger picotement après tant de siècles, il semblait souffrir le martyre. Elle ne put dire grand chose, il se mit à courir alors qu'il avait ses ailes offertes au vent. Bien, elle comprenait qu'il y avait peu de possibilités, soit il ne savait vraiment pas s'en servir, soit il ne voulait pas, soit il était trop ancré dans son enveloppe humaine ce qui faisait qu'il ne se rendait même pas compte qu'il avait pris un peu de hauteur, de muscles et de force ainsi, tout comme elle. Secouant la tête, légèrement amusée, elle ferma à clé la voiture d'un simple doigt appuyé sur la clé de contact et s'élança à sa poursuite en volant, le cherchant du regard. Elle l'entendait bien vite, ne le cherchant plus des yeux. Elle l'entendait, cela lui suffisait amplement. Ses pas étaient plus ou moins légers, plus ou moins lourds également selon où il traversait la forêt. Lorsqu'elle le vit, le torrent était assez près d'eux deux et elle vint se positionner face à lui pour qu'il évite de sauter, pour l'instant.

« Où crois-tu aller comme cela? » demanda-t-elle en souriant positionnant les mains sur les hanches l'air faussement courroucé. « Tu me poses des questions et tu files sans attendre les réponses? » questionna-t-elle en souriant, puis se mit à rire. Elle baissa ses mains et lui attrapa l'un des siennes. « Viens allons nous asseoir. Je te donne un cours de vol qualifié après. » Continua-t-elle en l'attirant face à ce qui ressemblait à une cascade un peu plus haut. Assise à même le sol, elle le força légèrement à le suivre, mais savait très bien que s'il voulait partir, ele serait déçue certes, mais le laisserais faire. Elle était là pour l'aider, pas le forcer en quoique se soit. Une aide devait être dans les deux sens, celui qui la recevait devait l'accepter de bon gré et non en ronchonnant. Elle lui lâcha la main une fois bien installée et regarda l'eau, si calme et tumultueuse en même temps. Limpide et tourbillonneuse, comment un liquide si pure pouvait donner des sentiments contradictoires? La mer avait toujours été un endroit qui la réconfortait à chaque fois qu'une mauvaise nouvelle pouvait tomber, à chaque combat affronté, à chaque coup d'épée, seule l'eau était son alliée depuis des siècles, la seule en qui elle se sentait bien plus proche que de n'importe qu'elle personne physique. Même son créateur, son père, Aidan, n'était pas si proche, parce qu'elle était une femme, tout simplement. Elle n'avait jamais tenté de l'approcher autrement que comme l'homme qu'elle présentait à cette époque et cela n'avait pas changé, même après plus de 1500 ans.

« Je vais déjà répondre à tes questions. Concernant Amy, je pense que cela sera oui, il faudra du temps avant que tu ne puisses l'approcher, surtout vu la façon dont tu l'as fait la dernière fois. » expliqua-t-elle doucement. Ce n'était pas un non, c'était certain, un oui mais pour plus tard, car elle craignait les réactions de l'un et de l'autre. « Disons que je préfèrerais au départ être présente. Ma fille est précieuse et je ne voudrais pas qu'il lui arrive malheur, que se soit toi ou un autre latawiec ou non. » continua-t-elle en pensant à son ancien petit ami qui n'avait pas hésité à profiter d'elle juste pour une popularité de lycée. Il s'en était mordu les doigts, comme tous ceux qui auraient pu s'approcher de sa fille d'un peu trop près. Elle se savait très protectrice envers ses enfants, et même ceux qui étaient dans son entourage, un peu trop, mais elle était ainsi, la vie qu'elle s'était forgée à coups d'épées ne la rendait pas non plus plus facile à vivre ou difficile. « Concernant la vie, sera-t-elle plus dure ou non? C'est à toi de tracer ta propre destinée. Je sais qu'à notre époque les problèmes ne se règlent plus en fonction de qui à le bras le plus agile et fourbe pour gagner un combat d'épées, même si les armes sont différentes. La vie a évolué, beaucoup en bien, mais également en mal. Ce n'est pas plus dure, il faut savoir accepeter sa condition d'ange noir, car c'est ce que nous sommes, des anges noirs. Nous aurions pu être plus mal lôti, comme les vampires qui ne supportaient pas le soleil, ou encore des anges tombés du ciel déchus. Nous avons nos formes, nos forces et faiblesses et ce que nous sommes, c'est nous qui le décidons. Avoir un but dans la vie aide beaucoup, à toi de voir ce que toi tu veux faire de ta vie. » Elle l'observa quelques instants, ne sachant pas s'il serait près à l'entendre, mais « Es-tu près à grandir? A te laisser t'épanouir pour devenir un homme? Tu en as la taille, l'âge, la carrure, mais dans ton esprit, tu es encore un enfant. Ton chemin sera surement pavé d'embûches, mais voit où j'en suis. Cela ne s'est pas fait en un claquement de doigts, il faut du travail, de la persévérance et un peu d'aide. » finissa-t-elle par dire. Glissant ses doigts derrière lui, elle caressa ses ailes noires, comme les siennes, mais différentes, car peu utilisées, pour le moment. « Il faudra les fortifier un peu, mais je suis sure qu'avec de l'entrainement, tu saura voler seul, très rapidement. » murmura-t-elle en souriant.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 9 Mai - 14:37
Je courrais si vite que je pensais que personne ne pourrait jamais plus m’attraper. Mais j’ai eu tord. Mon cœur bondit dans ma poitrine quand elle apparut brutalement devant moi alors que j’approchais de l’eau. Où aller ? Je me suis arrêté brusquement et dévisagé cette jeune femme si âgée. Je souris faiblement, je voulais filer oui. Elle me prit les mains, je jetais un coup d’œil au torrent. Je ne sais pas nager, mais je veux essayer avec mes ailes de poussin. Je me laissais conduire tout de même, animé par la seule promesse d’avoir un cours de vol. Je me suis assis en face d’elle. Je voulais courir, cela me démangeait atrocement. Je ne tenais pas vraiment en place, comme si toute cette énergie voulait enfin s’exprimer après avoir été tant opprimé. Mes doigts tapotent mes genoux et j’écoutais les réponses qu’elle me donnait. Elle voulait bien que je revois Amy. Mais pas immédiatement, je tentais de retenir la tristesse qui m’envahissait ; je ne sais pas pourquoi je veux voir cette jeune fille. Elle était si gentille et je voudrais la remercié de m’avoir aidé. J’aurai voulu parler avec elle, bien plus que la fois où je m’étais caché sous son lit. J’aimerai… Etre son ami.

Je me suis contenté d’acquiescer quand elle me fit savoir qu’elle voulait être présente, je ne sais pas quand cela sera possible ; mais je voudrais la voir. Elle parlait de la vie, mais je pensais encore à cette fille et la peur que j’avais ressentie pour elle. Amy. Je n’aurais pas voulu savoir qu’elle souffre. Est-ce que je veux grandir ? Je n’ai pas répondu. C’est douloureux. Mes ailes se sont légèrement secoué quand elle toucha les plumes, elles étaient si jeune que le ressentait tout, les terminaisons nerveuses encore si sensibles. Quand elle me disait que je pourrais voler, cela sonnait comme une promesse merveilleuse. J’ai plié mes bras contre moi en rassemblant mes genoux contre mon torse nu « J’ai toujours peur. La peur ça fait du mal tu sais. » Oui, la peur me poignarde, la peur me torture les entrailles. La peur m’empêche de penser et d’avancer. Je suis mort de trouille à longueur de temps. Est-ce que cela doit encore durer ? Je suppose que oui, si je ne grandi pas. Je soupire faiblement avant de lui dire « Je n’ai jamais vraiment été un enfant… » Non jamais. Comme je ne serais peut-être jamais un adulte. Je ne sais pas ce que je suis. Perturbé tout simplement.

« Je n’ai jamais joué comme les autres, ma mère… Elle ne me prenait pas dans ses bras. Je… Je ne croyais pas en dieu et la magie. J’étais méchant… J’étais une toute petite chose si… Mauvaise… » Oui j’étais une chose abjecte, une créature qui n’aurait jamais du naitre. Je le sais bien, mais qu’est-ce que j’aurais pu faire pour empêcher tout cela ? Rien. « Je suis né du mauvais père. Je n’avais pas le droit d’être un enfant. Et… J’ai… C’est dur de parler… » Mes ailes se sont repliées derrière mon dos comme si je voulais me faire minuscule, mais avec ce corps c’était impossible. Je ne sais plus ce que je ressentais… Je me sentais si perdu. J’ai baissé la tête pour l’enfermer dans mes mains « Je ne pouvais pas apprendre… » Non je n’avais pas le droit de grandir, je n’avais pas le droit de m’épanouir et d’être heureux. Et maintenant, je ne peux pas parler. Je ne peux plus. Trop d’émotions de… Colère.

J’ai relevé la tête, les canines en évidence en ouvrant brusquement mes ailes qui me semblaient trop larges pour moi. Mes mains écrasent mes tempes alors que ma voix habituellement si frêle gronda tel un fou échappé d’asile « Tu as tout mis en pièces ! Cassé ! Tout… Tout est cassé ! » Tout est anéanti. Je suis instable, plus que jamais. Sous cette forme. Je voyais de si grande ailes noires sur le dos de cette femme ; comme les siennes. Lui. Mes boyaux se tordent ; je paniquais quelque peu. Mes ailes s’agitent de façon anarchique alors que je me suis mis à reculer à même le sol. Se calmer ; respirer… Refouler cette colère… La faire… Disparaître. J’ai si peur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 24 Mai - 23:27
Blue - ivy

Elle le laissa faire, crier, s'étirer et se rendit compte qu'elle aurait dû le laisser courir. Son choix de le canaliser n'était pas le bon, pas de suite. Ivy aurait dû le laisser s'épuiser pour mieux apprendre par la suite. Elle l'observa, écoutant chaque mots prononcés, comprenant que le mal était profond, très profond. Elle allait faire tout ce qu'elle pouvait pour l'aider, et espérait que cela suffirait. Ne bougeant plus, elle attendit qu'il arrête de se faire du mal par les mots, physiquement, puis s'approcha doucement, posant une main sur l'un de ces bras.

« Le passé ne peut pas être changé, tu devra vivre avec. Un enfant n'est pas méchant, il devrait pouvoir jouer avec les autres, et apprendre. Tu n'es pas idiot, personne ne t'as juste jamais appris comment faire. L'avenir s'offre à toi. Cela ne sera pas facile, mais tu peux faire en sorte qu'il soit beau. A toi de décider, en attendant, si tu préfères courir et te dépenser, fais-le, je surveillerais tes arrières et ceux des humains qui pourraient être par ici, mais nous sommes loin pour eux. » Elle les aurait senti s'il y en avait et il lui suffisait de voler au-dessus de Blue pour le protéger du regard des autres. Les humains avaient toujours si peur de tout, qu'ils seraient capable d'envoyer l'armée raser cette magnifique nature, juste parce qu'ils auraient eut l'occasion de voir un homme ailé. Soit il serait pris pour un fou, soit justement il serait pris au sérieux et la catastrophe serait monumentale. Elle préférait ne pas penser à tout cela, prudence était mère de sureté et tandis qu'elle lui caressait doucement le bras, elle ne put s'empêcher de penser que ses parents étaient de véritables monstres. Comment une mère pouvait ne pas prendre son enfant dans ses bras? Elle en était malade, mais ne le montrait pas, elle se devait d'être forte devant lui.

Son sourire restait toujours en place, son regard doux, il en avait besoin, de cette tendresse qu'il n'avait pas connu alors qu'il était encore enfant. Et maintenant qu'il avait grandit, il en avait encore plus besoin. Elle le prit au final dans ses bras, lui caressant le dos un instant, puis se repoussa en mettant les mains sur ses épaules. Elle plongea son regard dans le sien si torturé, puis posa sa main sur sa joue. « Allez va, fonce, cours le plus vite possible et lorsque tu sera moins en colère, nous pourrons travailler sur ton premier vol » finissait-elle par dire en reculant d'un pas. Elle mit ses ailes en fonctionnement, faisant ainsi un léger vent autour d'eux deux. Elle lui apprendrait, lorsqu'il aurait moins de colère en lui, lorsqu'il serait prêt et elle voulait faire un test aujourd'hui même, car elle savait que cela lui redonnerait l'espoir d'être comme elle, comme les siens, comme les latawiec, comme l'ange noir qu'il était.

Il devait réussir à supprimer cette peur, bien entendu, ils travailleraient dessus, car cela ne s'éffaçait pas en une journée, ni même en une semaine. Il faudrait du temps pour qu'il puisse enfin s'en sortir et se mettre à vivre sans avoir peur de faire du mal ou d'avoir mal. Elle le laisserait voir sa fille, sous surveillance au début, cela serait juste un retour des choses. SA fille était l'un de ses biens les plus précieux, SON bien le plus précieux et elle ne voulait pas qu'il lui arrive quoi que se soit. Blue avait beau être un enfant dans le corps d'un homme, il était beaucoup plus fort qu'Amy et elle ne voulait prendre aucun risque. Elle connaissait les réactions des jeune lata, ayant elle-même été l'une d'entre eux. Elle aimerait tant pouvoir supprimer cette peur d'un simple coup de baguette magique, mais c'était impossible. Il devait combattre et grandir oui, mais pas n'importe comment et elle allait l'y aider.


hj:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 29 Mai - 12:22
Je me sentais assez mal de nouveau, mal dans ma tête, dans mon corps. Je hais ce corps ; je ne suis pas encore assez grand, assez fort. Je ne demandais qu’à m’épanouir, mais j’avais du mal à accepter l’idée qu’il s’agira d’un long travail. Mon petit corps transformé, je ne savais plus lequel de ces deux j’étais réellement. Elle posa sa main sur mon bras, mes yeux se perdent dans son regard avec anxiété. Que va-t-elle me faire ? J’ai si peur… Elle disait qu’un enfant n’était pas méchant, moi je l’avais été. Elle me propose d’aller courir ; je la regarde alors, calmant le battement de mes ailes, des gestes inutiles. Je fixais les lèvres de cette femme qui m’adressaient un sourire. Je me crispais un peu lorsqu’elle me prit dans ses bras, j’avais toujours une certaine appréhension avec elle depuis ce jour où je m’étais introduit chez elle et que j’en avais pris pour mon grade. Il y avait depuis jamais plus eu d’effraction de ma signature en ville. Peut-être fut-ce la leçon dont j’avais eu besoin finalement. Puis je me détendais volontiers, appréciant la douceur de cette étreinte. J’aimerai que cela ne finisse jamais. Puis finalement, elle me repoussa en douceur et je fixais la propriétaire de cette main si douce posée sur mon visage. Je me redresse alors, regardant autour de moi, les lèvres pincée. Je choisissais finalement une direction et je me suis mis à courir.

Si vite. J’en avais quelque peu envie de vomir d’abord, le paysage passait beaucoup trop vite devant mes yeux. Je me suis habitué à la vitesse, au vent sur ma peau et le souffle qui ne me manquait pas. Je courrais terriblement vite, porté par cette force que je ne métrisais pas encore. Je faisais trembler les arbres et je m’en réjouissais. Haineux de tous ces souvenirs, de tout ce mal être qui me détruisait. Je courrais si vite ; et des larmes sont devenues des échappés de la prison qu’est ma conjonctive. Revenez… Je ne veux pas pleurer… La rage me délassait peu à peu. Je sautais en contre bas et mes pieds s’enfoncent dans la terre dans la moindre douleur. J’ai bruyamment traversé un ruisseau et fait fuir de nombreux animaux. Je ne sais pas où je vais, où elle est. Je ne sais pas si je pourrais revenir. Je ne sais plus rien.

J’arrivais devant un gouffre et je me suis arrêté à temps. Au bord de celui-ci. Je gonflé mes poumons  d’air bien plus sain. Je suis bien. Je regardais le vide. Pas de quoi se tuer mais se briser un membre. Je remuais maladroitement les plumes avant de sourire pensif. Je regarde à droite et à gauche. Elle ne semble pas là. Bien sur, je ne pense pas à regarder en l’air. Comment suis-je sensé sauter ? Je veux essayer et… Personne ne peut m’en empêcher. J’avais déjà su planer une fois, mais je me suis lamentablement écrasé au sol. J’étais tombé nez à nez avec un homme animal moqueur. Théo savait-il voler ? Je l’ignore. Je n’ai jamais voulu lui poser la question de crainte d’être jaloux. Il était un Lata encore plus jeune que moi, mais je suis si minable. Je soupire faiblement. Devrais-je prendre de l’élan ? Si Nyx était là, je tenterai de l’imiter. Parce qu’il reste mon idole et représentait tout ce que je voudrais être. Et maintenant j’avais tant couru que j’avais probablement perdu Ivy. Peut-être suis-je arrivé dans une autre ville. Comment vais-je rentrer à la maison ?

Je me dégonflais. Perdant cette folie qui me poussait à vouloir me surpasser, à être déraisonnable. Rappelé par l’envie de rentrer à la maison ce soir. Je ne veux pas être abandonné ici. J’ai beau savoir au fond de moi qu’il me cherchera probablement ; je doute qu’il puisse me trouver ici. Est-ce qu’elle m’a abandonné ici ? Comme l’on abandonne un chien au bord des routes ? Avait-elle voulu que je me perdre ? « Ivy ? » Appelais-je à l’affut. Où est-elle ? J’ai peur d’être seul maintenant. Je l’avais été si longtemps. Je repliais les ailes dans mon dos ; je veux être sage. Si sage… Je le promets.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 6 Juin - 21:38
Blue - ivy

Elle le suivait de très haut, ne pouvant pas passer entre les arbres avec ses ailes, mais elle le voyait, là, juste en dessous. Elle pouvait ressentir comme de la colère, de la frustration qui émanait de lui. Les doutes étaient pour tout le monde, même elle avait des doutes sur certains points, et avec Blue, elle allait en avoir beaucoup, tâtonnant pour savoir comment faire pour le remettre en forme et sur le bon chemin. Mais elle ne lâcherait pas l'affaire, parce qu'il avait le droit à sa part de bonheur comme tout le monde et elle ferait en sorte qu'il puisse y accéder, quel que soit le temps que tout cela durera pour y parvenir. La pitié n'avait rien à voir avec le fait qu'elle veuille l'aider, elle était faite ainsi, s'occupant des plus faibles qu'elle et il y en avait eut plusieurs.

Il était vrai que depuis quelques temps, c'était plutôt des wolps, mais cela la ramenait à un temps ancien où elle avait dû s'occuper de son premier lata crée. Bien entendu, avec ce qu'Aidan lui avait fait lorsqu'elle était en pleine renaissance, Ivy savait quoi faire et comment faire, car le sang était ce qui les guidait. Ici, cela serait différent parce qu'il n'avait pas eut une véritable enfance en tant qu'humain et que cela lui rappelait la sienne d'enfance, mais aussi parce qu'il était devenu un latawiec depuis peu et pourtant il se comportait comme ce gamin qui n'y connaissait rien, tout cela à cause d'un seul homme, ou plutôt d'un seul égoïste qui voulait faire le mal. Qu'avait-il pu attendre de son fils ? Pourquoi lui avoir fait subir autant ? La jeune femme n'avait qu'une envie : remonter le temps et lui faire prendre conscience qu'il brisait une personne, sa chair, son propre sang et ensuite le tuer lentement, mais c'était impossible.

N'empêche, l'idée lui plaisait terriblement, il faudrait qu'un jour l'un d'entre eux puisse créer ce genre de machine. Ils avaient le temps de l'inventer et de la mettre en place, ensuite, elle serait à disposition de ceux qui en aurait vraiment besoin, comme Blue, ou même... non, pas pour elle-même, Ivy n'était pas d'accord. Oui, elle n'avait pas eut une vraie enfance, mais elle n'avait manqué de rien, juste d'amour. Mais c'était grâce à tout cela qu'elle était devenue ce qu'elle était et pour rien au monde elle ne changerait cela, car elle n'aurait pas sa fille avec elle, ni même son fils enfin de retour. Et elle ne serait pas présente pour cet homme juste au-dessous d'elle qui ne se sentait pas à sa place où qu'il soit. Leur rencontre ne s'était pas faite sans heurt loin de là et elle ne regrettait pas son geste, car si cela avait pu lui mettre ne serait-ce qu'un peu de plomb dans la tête, cela serait alors satisfaisant.

C'est qu'il courait vite le bougre, heureusement qu'elle avait une très bonne ouïe, car il filait très vite pour un bébé, mais la cime des arbres bougeaient sous ses pas et fracas. Elle sourit en l'entendant l'appeler, comme s'il était perdu, paumé au fin fond de cette forêt. De ses ailes, elle descendit doucement, se positionnant face à lui, restant stationnaire en plein vol, au-dessus du gouffre. Ses ailes formaient un léger vent autour d'eux. Elle l'observa en penchant la tête, se demandant ce qu'il pouvait bien penser en ce moment.

« Je suis là » murmura-t-elle en tendant la main vers lui. « Ouvre tes ailes et laisses-toi porter par le vent, je suis là pour te rattraper » assura-t-elle. Elle tendit l'autre main vers lui attendant de le voir venir vers elle. Pour passer le gouffre il n'y avait rien de tel qu'un peu d'adrénaline, mais elle ne le laisserait pas tomber. Elle s'approcha de manière à ce que la pointe de ses propres pieds se posent sur le sol, attendant qu'il arrive. Ensuite? Cela dépendrait de sa propre capacité, mais elle ne le lâcherait pas, pas aujourd'hui, il devrait prendre confiance en lui et s'il fallait pour cela qu'il s'accroche à elle durant des jours pour voler, cela se ferait ainsi, tout simplement.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 8 Juin - 21:59
Je levais la tête et elle était là. Juste au dessus de moi. Mon regard se perdait dans l’étendue impressionnante de ses ailes gigantesques et majestueuse. Je ne me rendais pas compte de l’ampleur de mes propres ailes. Elles étaient fragiles et faible ; mais tout aussi immenses. Elle était là, au dessus de moi ; le vent agitais les arbres et hérissaient mes cheveux dont quelques mèches se dandinaient devant mes yeux. Elle me tendit la main et je fixais celle-ci. Elle semblait vraiment un ange, comme dans ses religion. Cet ange qui vous guide. Je me suis mis à lentement approcher et j’évitais de regarder le vide malgré la peur qui m’animait. J’ai si peur de tomber. Elle me disait d’ouvrir mes ailes et j’obéissais. Ouvrant mes longues inutiles comme si c’était la première fois. Est-ce que je vais vraiment voler aujourd’hui ? Je me sentais tout aussi excité que terrifié. Les oiseaux ont-il peur de voler la première fois ?

Mes mains glissent doucement sur les siennes, je laissais mes doigts entourer son poignet. Est-ce que je dois sauter dans ce gouffre ? Plonger… Je vais… Je vais m’écraser c’est sur… Elle sera là, oh mais je suis probablement trop lourd pour elle ! Elle n’y arrivera jamais. J’ai la trouille. Je suis un bien triste oiseau. Un oiseau apeuré. Je ne dois pas être comme les autres. Je suis raté. Sur tous les tableaux. J’espère que mon cœur est solidement accroché. Je veux que les artères s’accrochent à mon estomac. Parce que je crois que tout mon corps ne le supportera pas. Mais je voulais tant voler. Je voulais être comme les autres. Je voulais que le ciel m’appartienne, que je puisse m’enfuir en un battement d’aile. J’ai besoin de voler, je le ressentais. C’était comme un appel vital. Quelque chose au fond de mes entrailles me dictait de le faire. Mon instinct me disait de m’envoler. De prendre… De la hauteur. Je sentais que c’était important, que je ne pourrais vivre sans voler. Comme je ne pouvais me passer de boire du sang humain. Je ne pourrais jamais m’en lasser. Alors je dois voler et je ne pourrais plus m’en passer. Je volerais si longtemps. Je volerai et je serai heureux.

Et finalement, ma voix souffla « Je suis près… » Enfin… Je crois… Je me suis approché du gouffre, mes pieds touchent le bord et je lève la tête pour la regarder. Je crois que je vais mourir. Mais j’y vais. Je veux lui faire confiance et j’ai poussé ma jambe droite pour me jeter dans le vide. A cet instant ; je n’ai plus aucune stabilité. Je suis livré à moi-même et au vent. Je le sentais passer sous mon corps et j’ai vu le vide s’entendre sous moi. Je n’ai pas trouvé la force d’hurler et pourtant j »étais terrifié. Je me suis mis à agiter mes ailes de manière anarchique. Je ne faisais nullement preuve de coordination. Mes doigts se serraient et pourtant le vide semble m’aspirer. Mes jambes se sont mises à gesticuler. Je me suis dégonflé… Je suis une vraie fiotte… J’aurais honte probablement, mais j’étais bien trop apeuré pour y penser. Je me crispais ; les lèvres entre ouvertes. Je vais m’écraser… Je vais briser le moindre de mes os contre le sol. Je vais mourir. Pourquoi j’ai sauté hein ? Elle… Elle voulait que je disparaisse. Que vais-je devenir en enfer ? Mon père m’y attendait probablement, sans quoi ce ne serait pas l’enfer. Je me débattais contre l’instabilité. Des gestes brusques et déraisonnables. J’ai beau me dire que ça n’est pas utile, j’ai bien trop peur pour arrêter. « Au secours… » ce murmure échappa enfin de ma bouche tandis que je continuais à mettre toute mon énergie pour flotter. Le vent ne me porte pas. Je suis trop lourd.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 10 Juin - 10:03
Blue - ivy


« Chut, je suis là, ne paniques pas » murmura-t-elle doucement en resserrant ses prises sur ses poignets. Il n'était pas si lourd que cela, au contraire, mais ce qui était le plus dérangeant, c'était le fait qu'il ne cessait de bouger en tout sens. « Prend ton temps pour battre tes ailes, ne pense pas encore à te maintenir dans le ciel, je le fait pour toi, laisses-les battre à leur rythme d'abord, puis tu leur imposera le tien lorsque tu te sentira près. Et cela peut se faire dans quelques jours, pas avant, d'accord? » expliqua-t-elle en prenant bien soin de parler doucement. Elle sentait qu'il avait besoin d'être au repos et la panique qu'elle pouvait lire dans ses yeux n'était pas la meilleure conseillère qui soit. Elle le sentait fragile, plus que ce qu'elle ne pouvait croire, ce monstre l'avait détruit, totalement et le remettre d'aplomb prendrait du temps, mais elle avait l'éternité devant elle pour cela.

Lentement, elle laissa une de ses mains glisser de son poignet à son coude, pour venir la placer à sa taille. Elle fit de même de l'autre côté, l'encadrant totalement. Il aurait toujours cette protection autour de lui, jusqu'à ce qu'il se sente plus à l'aise. « On va d'abord commencer ainsi, puis à chaque fois que nous nous verrons, nous nous éloigneront petite à petit, mais pour le moment, il faut de l'espace à tes ailes. » disait-elle dans un sourire. En quelques battements d'ailes, elle les propulsa bien au-dessus des arbres comme s'il ne pesait pas plus lourd qu'un fétu de paille. Elle ne le quittait pas du regard, attendant de voir un signe qu'il serait mieux. La latawiec le tenait fermement contre elle de manière à ce que leurs ailes ne se touchent pas. Cela ne poserait pas de problème à proprement parler, mais celles de Blue étaient trop peu expérimentées et risqueraient de s'abimer, ce dont elle ne voulait pas. D'où le fait qu'elle les avait placé bien au-dessus de la forêt. Elle pouvait rester ainsi durant des heures, à le tenir, le regarder faire, il fallait d'abord qu'il puisse retenir ses hurlements, car elle sentait bien qu'il était effrayé. Il fallait qu'il puisse supprimer ses émotions de peur, de frayeur. Il avait vécu tellement de temps dans le noir qu'il devait pouvoir voir la lumière sans la craindre. C'était ce qu'elle lui offrait en cet instant et tous les suivants : elle serait présente pour lui afin qu'il puisse être pleinement un ange noir.

« Fais le vide dans ton esprit, oublie le passé, et l'avenir, ne pense qu'au présent, ne pense qu'à toi seul et tes ailes, à ta volonté de vouloir être un nouveau toi. » murmurait la latawiec pour l'aider. Faire le vide, oublier, c'étaient juste des mots, facile à dire certes, plus difficile à appliquer. S'il n'y arrivait pas, elle avait d'autres solutions, comme par exemple lui donner des cours de respiration. Le souffle en lui-même ne servait à rien dans leur corps, mais le fait de les compter, de pouvoir prendre son temps pour les écouter, les inspirations, les expirations, tous ces mécanismes aidaient n'importe quel corps, qu'il soit vivant ou non. Ivy avait toujours ce sourire bienveillant, n'hésitant pas à changer d'avis sur une personne. Les circonstances parfois n'étaient pas les meilleures premières fois, mais l'avenie donnait toujours un sens à une rencontre. La preuve, avec Blue elle n'avait pas été tendre, mais il y avait les circonstances qui avaient fait que n'importe qui dans cette position aurait trouvé le mur parfaitement plus agréable que ses mains. Plus elle apprenait à le connaitre et plus elle allait s'attacher à lui, c'était indéniable. Il fallait qu'elle soit forte pour eux deux, car il allait en avoir besoin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 16 Juin - 20:59
J’avais si peur… Le vide sous mes pieds, un support inexistant. Mon regard terrifiais s’accrochais au regard de cette femme, cette créature bien plus forte que moi. Qui avait un savoir bien plus immense. Je me sentais minuscule, frêle. Je ne saurais dire ce que je ressentais, c’était bien plus que de la peur. Mes ailes se débattent en vain alors qu’elle me disait de ne pas paniquer. Comment faire autrement ? J’écoutais ses conseils tant bien que mal, je sais que je dois l’écouter. Mais j’ai peur. Je sentais qu’elle m’attrapait par la taille alors que je remuais les pieds. Je me laisse prendre entre ses mains, je ne veux pas lui faire mal, mais peut être qu’accidentellement je lui ai donné un coup. Je ne me rendais compte de rien. Je laisse échapper de ma gorge un gémissement de peur alors que je me calmais tant bien que mal. Enfermé dans ce cocon de ces bras. Je fermais les yeux quand elle nous fit voler plus haut encore. J’ouvrais les yeux, observant cette femme qui me maintenait dans les airs. Je me suis alors accroché à elle. Craignant qu’elle ne me laisse tomber à présent. Je veux tellement lui faire confiance, mais tous ces gens se sont si longtemps amusés à me détruire. A me faire du mal ; comme si je n’avais aucune valeur. Je pense souvent que c’est le cas. Que je ne compte tout simplement pas. Que l’on peut m’effacer comme l’on retourne son crayon pour user de la gomme. Je ne veux pas me faire écraser par une gomme.

Faire le vide, je me suis mis à geindre sans m’en rendre compte. J’ai si peur. Théo… Viens me chercher. Qu’est-ce qu’il m’a prit de vouloir voler ? Je ne peux pas… Je ne saurais jamais. Des larmes ont coulé le long de mes joues. Je tente de me ressaisir. Mon nouveau moi… J’ai continué d’agiter mes ailes et doucement je sens la fatigue me gagner. Je sens les forces me quitter et la crainte grandir. Puis le vide arrive. Le vide, comme sous mes pieds. Le vide est en dedans… Dans ma poitrine. Ce vide quand les autres m’abandonnent.

J’ai lentement battu des ailes ; plus par dépit. Par refus d’abandonner. Un battement dans un mouvement circulaire inutile. J’ai senti mon corps tiré vers le haut. Je l’ai senti si infime et alors que mon être entier luttait contre ses craintes. Le vide était bel et bien entré dans mon esprit. Je n’étais plus moi. J’étais elles. Mes ailes. Je ne pensais qu’à leur mouvement, comme étant la dernière chose me tenant en vie. Je sens ma tête basculer en avant et mes ailes fragiles prenaient peu à peu ce mouvement avant de s’affaiblir. Puis elles pointaient de moins en moins le ciel. Mes mains crispées sur les avant bras de la lata se sont détendues et on glissé vers ses épaules alors que mes ailes ont cessé tout mouvement. Tombante dans mon dos ; les deux grandes noires s’avouent vaincue. La peur a disparue et pourtant je sais où je suis. Je n’ai pas volé… J’ai échoué une fois de plus, voila comment je le vivais. Alors j’ai laissé les larmes couler sur mon visage tandis que je voyais bien nos corps perdre en altitude. Je suis un ange si lamentable...

Je sens la terre sous mes pieds et ceux-ci se mirent à gratter la terre en tentant de me garder sur celle-ci. Je sens la lourdeur de mon corps… « Je ne peux plus… » Je suis bien trop épuisé. Je ne veux plus user mes jambes, je veux voler. Je veux apprendre. Elle va laisser tomber, je suis vraiment minable et ces dix dernières minutes passées à me débattre avec la pesanteur prouvait à quel point je suis minable. Je me laissais complètement aller, complètement couler. Les yeux mi clos observent les traits de son visage féminin et je n’avais plus le moindre tonus musculaire « Je… Suis désolé… Je ne serais jamais… » Jamais fort, jamais comme elle. Je le voudrais tant. Mais je ne peux plus. Je m’écroulais dans ses bras. Mes yeux se ferment doucement, je suis toujours là et conscient. « Je ne peux pas voler… » Je suis puni pour l’éternité. Destiné à être médiocre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 16 Juin - 22:47
Blue - ivy

Cela avait été dur, mais pas désespéré, pas au point qu'elle renoncerait à lui apprendre. Au contraire elle savait qu'il y arriverait, il lui fallait plus de confiance en lui, voilà tout. Mais il était clair que ce n'était pas aujourd'hui qu'il volerait seul, mais cela viendrait, avec du temps. Le sol sous ses pieds, elle comprit qu'il en avait assez et savait que cela fatiguait réellement. Les ailes sont le prolongement de soi et les utiliser autant pouvait donner beaucoup de fatigue. Elle aussi était fatiguée, moins que lui, mais la journée avait été longue et il lui fallait rentrer pour s'occuper de sa fille, même si cette dernière était assez grande pour s'occuper d'elle-même.

« Ce n'est rien » murmura-t-elle en lui caressant le dos. « Je suis fière de toi, tu as réussis à les battre plus de 10 minutes, c'est énorme pour une première fois. Tu sauras voler, crois-moi, je ne vais pas te lâcher ainsi, mais por aujourd'hui, il vaut mieux s'arrêter. »  disait-elle en lui caressant la joue. Elle se recula puis les éloigna du bord du précipice. Il avait une grande force en lui, mais il ne se faisait pas confiance. En même temps vu sa façon de se comporter, vu son enfance et encore elle n'avait pas eut toutes les explications et préfèrait ne pas remuer tout ce passé tortueux. Elle l'entraina lentement plus loin, ne disant plus rien, il était fatigué, elle le voyait et le gardait contre elle, un bras passé sous ses aisselles pour le maintenir. Elle marcha sans dire un mot, juste en le tenant contre elle, avançant afin de retourner à la voiture.

« Voler n'est pas donné à tout le monde au premier coup, si tu savais le nombre de fois que j'ai tenté de m'envoler et puis un jour, cela s'est fait plus vite, plus loin, plus fort. Toi aussi, j'en suis certaine, en attendant je te ramène en ville, il te faut du repose. » Ils arrivèrent au véhicule, tandis qu'elle laissa ses ailes revenir en elle et l'adossa au coffre ouvert. «  Je vais te donner quelque chose à mettre dans ton téléphone. » Elle chercha dans son sac, fouillant dans le fond, puis en ressortit une toute petite puce. « Il s'agit d'une puce miniature gps, une sorte de balise. Tant que tu l'as dans ton téléphone, je saurais où te trouver, si elle s'éteint, donc cela signifie que ton téléphone est détruit, c'est que tu as un problème et je saurais ta dernière position, d'accord ? » Elle l'a lui donné, l'appiquant dans sa main, elle aurait toujours un oeil sur lui, pas pour le fliquer, mais plus pour sa protection. Il était si jeune et si vulnérable, n'importe qui pouvait trouver le moyen de le maltraiter. C'était pour sa propre protection rien de plus. Elle tenait à lui, comme l'un de ses enfants, et ferait la même chose pour chacun d'entre eux, d'ailleurs, c'était ce qu'elle avait fait pour sa fille. Concernant son fils, c'était un homme qui le surveillait de loin, mais pour Amy ils étaient plus nombreux.

« Ainsi si tu as le moindre problème, j'accourerais » finissait-elle par dire en souriant. Elle récupéra sa chemise et se rhabilla. Elle espèrait qu'il accepterait, ainsi, elle n'aurait pas besoin de le faire suivre et pourrait toujours venir l'aider, car maintenant, c'était exactement ce qu'elle comptait faire : l'aider à se sentir libre.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

Ecouter et être écouté (feat Blue L. Garthwys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-