IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 Lieu de paix et de sérénité [Pv : Amy et Ivy Morgan]


Silence is a true friend who never betrays.

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Dim 28 Déc - 15:31

   
Lieu de paix et de sérénité
Amy Morgan, Ivy Morgan et Alistair Siuaghan
Amy et moi, avions cinq ans de différence, et malgré le nombre d'années, je n'avais jamais vraiment ressenti de gouffre entre nous deux. Bon, cela ne fait pas longtemps que nous nous fréquentions non plus. Elle était adorable, et je me sentais agréablement bien en sa compagnie. Je ne l'aimais pas comme quelqu'un avec qui je pourrais passer ma vie, enfin si j'arrive à comprendre ce que s'est qu'éprouver de l'amour, mais je l'aimais comme si elle était une personne très proche de moi. Peut-être une petite soeur même, mais pour tout vous dire je ne sais pas trop mettre des mots sur les sentiments que je ressens. Depuis que j'ai 8 ans, j'ai appris à faire taire tous ses sentiments humains en moi. J'étais un soldat, un soldat qui suivait le troupeau sans rien dire. Drogué à la force, au combat, alimenté seulement par la haine et la domination du monde. Oui, j'étais quelqu'un de sombre ,mais même dans cet ancien contexte il m'arrivait d'avoir quelques éclaircies dans mon ciel nuageux.
En effet, j'ai sauvé une Banshee. C'était une jeune femme, une jeune femme charmante et elle me fit ressortir le côté humain qui est en moi. Un côté qu'on avait mis des années à faire taire. La famille Morgan apportait leur contribution vers mon humanité. Les deux jeunes femmes étaient ce qui ressemblait le plus à une famille pour moi. Ce sont mes premières clientes et j'avais revêtu mon côté sympathique et sociable depuis des mois déjà. Ce n'est sans trop de mal que les liens se sont formés entre nous. Cela me plaisait d'être ce jeune homme sympathique, enfin pas tout le temps. Parfois les instincts refaisaient surface et je n'avais qu'une envie s'était de me battre contre n'importe qui. Néanmoins, en quittant mon ancienne meute, je savais que cela allait être difficile. Je n'étais pas près à affronter ce monde inconnu à mes yeux. Ce ne sont pas les mêmes règles, les mêmes convenances. Le fait de rester très peu de temps dans les villes m'avait permis de ne pas m'attacher aux habitants, mais à Edminbourg tout était différant. Cela faisait presque deux mois que j'étais arrivé. Je n'étais jamais resté aussi longtemps dans une ville. Ce qui rendait la tâche plus difficile, mes sentiments faisaient surface et les gérer était difficile. Je passe d'un extrême à l'autre sans être modéré. Je peux aimer follement et dans la minute d'après détester et haïr. Les Morgan étaient celles que j'aimais. Quiconque les touchait d'une manière ou d'une autre aurait clairement à faire à moi. J'avais beau me montrer agréable à vivre, souriant, bon vivant et plaisantin, je n'en restais pas moins un homme capable de défendre les personnes auxquelles je tenais.

Elles étaient habituées au fait que je vienne passer le dimanche avec elles. Elles habitaient loin de la ville, proche de la mer et d'une forêt derrière leur maison. Cette demeure m'apaiser, elle apaisait tous mes sens et mes instincts de loup se laissaient endormir tranquillement. Elles ne connaissaient pas réellement mes intentions envers Jekiah, mon frère. Elles connaissaient la fausse histoire de ma vie. Celle où mes parents sont morts très jeunes, où j'ai été trimballé de famille d'accueil en famille d'accueil pour ensuite finir comme nomade. J'étais bien un nomade depuis plusieurs mois, néanmoins j'avais une meute avant. Je n'ai pas toujours été un loup solitaire. Mais personne ne doit être au courant de ce passage de ma vie. Oui, j'ai attiré la pitié des gens, mais mon histoire est encore plus sombre que ce qu'on pourrait penser. Je ne peux en aucun cas leur dire la vérité, que je suis à Edminbourg pour venger la mort de ma mère. Que la seule manière d'y arriver était, pour moi, la mort de mon père et de mon frère.
C'est sous forme d'un loup châtain aux yeux bleus que j'arrivais aux abords de la propriété. Depuis maintenant quelques semaines, avec Amy nous avions pris soin de cacher deux trois sacs dans la forêt pour que je n'arrive pas totalement nu chez les Morgan. Elles savaient que je préférais ma forme de loup à celle de l'humain. Je le contrôlais totalement. Du moins, c'est ce que je pensais parce qu'avec tous ses nouveaux sentiments en moi mes instincts de loup se manifestent parfois sans crier gare. Je pris soin de regarder si personne me voyait me transformer en humain avant de devenir humain à nouveau. Mon doigt fit une légère pression sur la sonnette de la demeure, celle-ci résonna dans l'habitat des deux jeunes femmes. J'étais vêtu d'un jean, un basique tee shirt noir ainsi d'une veste bordeaux.
© Poupi


Hope when you take that jump
You don't feel the fall


Dernière édition par Alistair Siuaghan le Lun 12 Jan - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 29 Déc - 15:59

Ivy avait passé la matinée à tenter de faire à manger, pour au final appeler le traiteur. Quelle idée de vouloir à tout prix faire soi-même à manger lorsque personne n’a de gout en bouche, sauf pour le chocolat. Ivy aurait pu en manger des tonnes, sans prendre un gramme et avoir autant de plaisir ou presque que de boire à la carotide d’un humain. Mais pour sa fille, elle tentait le coup, parfois, comme aujourd’hui, où elle n’avait toujours pas trouvé de cuisinière digne de ce nom pour sa fille. Elle avait passé une annonce, mais cela ne faisait qu’un mois et demi qu’elles étaient arrivées toues les deux et le bouche-à-oreille n’était pas encore en place. Ce n’était pas grave, le traiteur avait l’air bon, d’après la façon dont Amy mangeait les plats et cela lui suffisait parfaitement. Par contre, elle avait gardé une surprise pour plus tard, elle se doutait qu’un loup affamé risquait de venir. Elles étaient à peine arrivées, qu’elles avaient déjà eut un problème avec la voiture de location. Elle comptait en acheter une, surtout qu’Ivy avait l’intention de rester dans cette ville pour un bon moment. Et Alistair avait été d’une aide précieuse, un peu jeune, mais son regard reflétait énormément et s’était ce qui avait poussé Ivy à lui demander de s’occuper de la mécanique.

En y repensant bien, Ivy sentait quelque chose de sourd en lui, comme une noirceur qu’elle-même avait déjà touché, il y a très longtemps, avant de devenir ce qu’elle était, avant de ne plus être humaine. Elle savait qui il était, elle sentait sa nature et ne pouvait pas dire qu’elle ne l’aimait pas, au contraire. Elle adorait ce jeune homme, lui faisant penser à un autre de ces enfants. D’accord, c’était un homme de haute stature, mais elle le voyait comme un fils et cela lui plaisait qu’il adore sa fille. Elle savait qu’il ne tenterait rien, pour se retrouver dans le même lit que sa fille, ce qui lui avait valu le droit de venir régulièrement chez elles et puis Ivy aimait partager ce qui était dans le réfrigérateur. D’ailleurs, elle était tenté de passer le doigt sur la crème chocolaté, mais cela ne se faisait pas, enfin, pas toujours. Elle referma la boite et sortit de cette grande cuisine, comme toutes les autres pièces d’ailleurs. Elle allait monter voir sa fille, lorsqu’elle le sentit. Un sourire se fit sur son visage, finalement, il était venu et elle était déjà derrière la porte lorsque la sonnette résonnait dans l’entrée. Elle se jeta un coup d’œil rapide dans la glace, plus pour elle que pour celui qui allait entrer, ses cheveux étaient attachés en un chignon large, un jean qui portait des taches de la sculpture qu’elle avait commencé au matin et un teeshirt si large qu’il dévoilait une de ses épaules. Finalement, son corps n’avait pas changé après toutes ses années et en était contente, la ramenant un instant au fait qu’Amy changerait, forcément, sauf si… Elle se secoua et ouvrit en grand la porte d’entrée, un immense sourire aux lèvres.

« Alistair, je suis contente que tu sois venu, en plus j’espérais que tu vienne, j’ai une surprise pour tout à l’heure. » disait-elle en le prenant dans ses bras. Ivy n’avait pas de problème, pour toucher les gens, de n’importe quelle race. Etant très tactile de nature, elle laissait l’une de ses mains sur l’épaule du jeune homme. Se retournant, elle parla plus fortement. « Amy, il est arrivé ! » tirant derrière elle Alistair pour refermer la porte derrière eux. « Elle ne va pas tarder, va dans le salon, je dois finir quelque chose et je vous rejoint. » disait-elle en embrassant la joue du jeune homme. Elle avait confiance en lui, et puis, l’ouïe était l’un de ses sens le plus aiguisé, s’il se passait quelque chose elle le saurait immédiatement.



Dernière édition par Ivy Morgan le Sam 3 Jan - 23:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 29 Déc - 18:55



Alistair, Ivy & Amy



Amy savait qu'il allait venir, elle l'attendait impatiente, installée confortablement sur le rebord de sa fenêtre. Le dos contre le mur, les jambes relevées, elle s'était mise à dessiner en attendant, ou plutôt griffonner, elle n'avait pas le talent de sa mère elle demandait d'ailleurs assez souvent à cette dernière quelques conseils pour s'améliorer, les écouteurs dans les oreilles elle fredonnait en même temps la chanson qu'elle écoutait. Elle était bien ainsi, c'était simple et c'était tout ce dont elle avait besoin. Relevant la tête, regardant un instant à travers la fenêtre, elle s'approchait afin de souffler dessus et créer de la buée, s'amusant par la suite avec ses doigts à faire un petit bonhomme qui souriait, ce qui lui arrachait un sourire également. Elle repensait à cette rencontre avec Ali, c’était drôle comme le courant pouvait si vite passer entre certaines personnes et elle était heureuse qu’Ivy s’entende aussi bien avec lui, cela lui permettait de le voir encore plus souvent ! Elle le considérait comme un grand frère même si elle n’était pas sur de ce que c’était réellement puisqu’il n’y avait toujours qu’Ivy dans sa vie, mais elle aimait les changements qui étaient arrivé en déménageant dans cette nouvelle ville.

Elle sentait qu’elle allait s’y plaire, que c’était ici qu’elle allait enfin vivre son aventure, elle ne savait pas encore de quoi il s’agissait mais pour Amy la vie ne pouvait pas être plate et monotone, elle rêvait de grandes scènes, de concerts, ne faire qu’un avec le plancher sous ses pieds… Amy avait toujours été une grande rêveuse mais elle savait qu’elle y parviendrait, en attendant elle contentait de ce que la vie voulait bien lui donner. Elle sortit de sa rêverie lorsqu’elle vit une ombre bouger dans la forêt, un autre sourire encore plus grand étira ses lèvres tandis qu’elle posait brusquement son calepin, stylo et mp3 sur son lit et se précipitait vers la porte, un coup d’œil dans la glace avant de descendre, elle passait une main dans ses cheveux qu’elle avait laissé simplement détacher, c’était à ce moment-là qu’elle entendait la sonnette puis ensuite sa mère annoncer qu’il était arrivé. Amy sortit alors de sa chambre en trombe et dévalait les escaliers courant vers l’entrée.

- "Aliiii tu es arrivé !!" Lui dit-elle tandis qu’elle lui sautait au cou, le serrant un instant dans ses petits bras frêles, à force il devait avoir l’habitude c’était toujours le même genre d’accueil qu’elle lui réservait, elle était très spontanée ce qui pouvait faire partit de son charme ou le contraire… Elle déposa un bisou sur sa joue. "Comment-est-ce que tu vas ?"Lui demanda-t-elle tout en reculant légèrement, afin de le regarder ou plutôt de le scruter pour voir s’il allait bien,  ce n’était pas une mère poule mais presque, elle aimait regarder par elle-même si rien ne lui était arrivé et une fois qu’elle en était sûr, elle le serait encore une fois, le regard illuminé tellement elle était heureuse de le voir. "Il parait que maman à prévue une surprise, mais elle n’a rien voulu me dire." Ajouta-t-elle avec une mine boudeuse qui n’était absolument pas vrai, et se mettait alors à rire. "Allez viens," disait-elle en l’entraînant vers le salon, respirant la joie de vivre. Elle était presser qu’il lui raconte ce qui s’était passer dans sa vie pendant ces quelques jours ou ils s’étaient pas, pas tout non plus, juste de quoi sustenté sa soif de curiosité, en attendant elle attrapait le premier coussin qu’elle avait sous la main et lui balançait, le regardant avec un grand sourire tout innocent…

Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Sam 3 Jan - 18:51

   
Lieu de paix et de sérénité
Amy Morgan, Ivy Morgan et Alistair Siuaghan
Devrais-je leur dire ? Devrais-je leur dire que depuis le bal de Noël en ville, je ne suis pas redevenu humain. Qu'après cette soirée, mon loup avait pris le dessus à mon plus grand plaisir. Mon costume était peut-être encore même dans le parc de la ville en lambeaux dû à ma transformation. Est-ce que quelqu'un s'inquiétait de mon absence ? Bien sûr, que non. Il n'y avait personne qui pouvait s'en inquiéter, je suis un nomade sans famille. Quand je suis un loup, tout ceci me parait très loin dans mon esprit. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas laissé prendre le dessus sans chercher à le contrôler, à le maintenir. Il évitait que je souffre, faisant taire mes émotions d'humaines ne laissant que les instincts du loup prendre le dessus. J'avais besoin de ne plus ressentir ce côté humain de ma personne, je ne voulais plus souffrir ainsi. Je voulais faire taire mon coeur, éteindre mon humanité si c'était possible. Comment une personne peut vous atteindre autant ? Je n'étais pas prêt pour ce genre de relation, je n'étais pas prêt pour penser à autre chose qu'une relation d'une nuit. Ce sont ces humains, à force de les côtoyer je souhaite les mêmes choses qu'eux. Je souhaite trouver l'amour et partager ma vie avec des gens qui m'aiment. C'est peut-être pour ça que je me suis aussi vite attaché à ce Wolpertinger. J'avais souhaité sa mort, à lui et toute son espèce, qu'ils n'en restent pas un pour les sauver. C'était lors des premières heures de ma transformation, mais ma haine me quitta peu à peu que je me rapprochais de l'appel de la forêt. J'oubliais, mon coeur se soignait petit à petit comme une légère coupure. Je le sais. Je suis ridicule et chaque humain peut le confirmer. Cela allait faire plusieurs jours que je rôdais dans la forêt en tant que loup quand j'abordais la lisière de la forêt du domaine des Morgan. J'en avais même presque oublié que je pouvais être un humain aussi. J'ai tué un troupeau de biche à moi seul sans pour autant tous les manger. Je mettais battu avec quelques ours les laissant m'infliger de graves blessures pour ressentir de la douleur ailleurs que dans mon coeur. Mais c'est proche de cette maison que mon côté humain me fit revenir prendre le contrôle sur mon loup. Je devais le contrôler de nouveau, le faire taire, faire comme tous les humains et aller chercher du réconfort auprès de ceux qui s'apparente le plus à une famille : Les Morgans. Je savais qu'on était dimanche et ma venue avait alors rien d'inhabituelle.

C'est Ivy, la mère de famille qui m'ouvrit la porte avec son éternel sourire ravissant. Je laissais échapper un sourire en la voyant. Je ne connaissais pas les moindres secrets de cette famille, mais je savais qu'elle était une mère aimante et une lionne avec sa fille. Elle ne laisserait jamais personne faire de mal à Amy, moi non plus. Elle me prit dans ses bras comme une mère le ferait... Elle fit remonter certains souvenirs en moi, comme la tendresse d'une caresse ou bien le son mélodieux d'une berceuse chantait par ma mère. Pendant qu'elle m'enlaçait, mes mains se placèrent sur le haut de son dos comme un enfant qui enlace sa mère. "Bonjour Ivy", en gardant mon éternel sourire. Je n'eus pas le temps de dire autre chose qu'elle appela sa fille, l'optimiste Amy et me suggéra de me rendre dans le salon avant de m'embrasser sur la joue d'un tendre baiser. C'est ce que je comptais faire mais Amy déambula dans les escaliers pour me sauter au cou. Je l'attrapais en plein vol, en ayant l'habitude maintenant et je nous fis tourner sur nous-même. "Je n'allais pas manquer notre rendez-vous, voyons". La mère et la fille se ressemblaient beaucoup, la preuve chacune d'entre elles m'avaient embrassé sur la joue. On voit que c'est bien Ivy qui s'occupe de sa fille. "Bien", mentis-je.

Je pensais qu'en reprenant ma forme de loup j'allais être soigné de ce mal qui empoisonnait mon coeur, mais pas du tout. Il était revenu et cela faisait toujours aussi mal. Pourquoi ? Pourquoi n'avais-je pas cicatrisé comme avec les blessures physiques ? J'avais été entrainé pour agir et guérir mes blessures physiques, mais on ne m'a jamais appris à soigner mes blessures mentales. C'était donc différent. J'en regrettais même mon ancienne meute, je n'aurais jamais souffert comme ça avec eux.

Les deux femmes me parlèrent d'une surprise, ce qui attira ma curiosité. Amy n'était pas au courant aussi, seule ivy semblait être au courant. "Ta mère est pleine de surprise décidément, on va bien voir ce qu'elle nous prépare", avec un léger clin d'oeil absent. On se dirigeait dans le salon et je savais qu'elle attendait que je lui raconte ma vie à l'extérieur de ce domaine. Devrais-je en parler ? Est-ce que je me sentirais mieux de poser des mots sur ce que je ressens ? Je ne sais pas, mais d'après les humains cela aide. J'en pouvais plus de souffrir ainsi alors j'allais essayer. Je ne voulais plus ressentir ça.

Dans le salon, je ne me suis pas assis. J'avais la tête baissée et essayais de ne pas croiser le regard d'Amy. Le plus simple était de regarder par la fenêtre qui donnait sur le jardin. "Tu te souviens du garçon que je t'ai parlé ? Ce policier qui a dormi chez moi ?", je n'attendais pas de réponse. Je savais très bien qu'elle s'en rappelait. Je lui en avais parlé pendant des heures et des heures comme un adolescent avec sa meilleure amie. Oui, elle savait que je m'étais trop attaché à cet homme en une seule soirée passait ensemble. Elle savait aussi que le lendemain, je n'ai pas eu le courage de le rejoindre chez lui, en faisant demi-tour sur le pas de sa porte. "Et bien il était au bal de Noël organisé par la ville. J'y étais allé juste pour passer un bon moment et aussi pour le voir. Je voulais m'excuser de mon comportement...", je repris mon souffle.C'était dur de se rappeler les souvenirs de cette nuit, je voulais qu'elle n'est jamais eu lieu. "Je l'ai bien vu, mais j'ai vu autre chose aussi... Une chose à laquelle je n'avais pas pensé... Il est amoureux d'un autre" dis-je hésitant, mais en me retournant vers elle. J'affichais un petit sourire qui voulait dire tant pis ce n'était pas le bon. "Je l'ai alors laissé partir, sachant qu'il ne m'aimerait jamais parce que son coeur appartient à quelqu'un d'autre. Ai-je bien fait ?". Je ne savais même pas si Amy avait eu des relations avec des garçons, si elle y connaissait réellement quelque chose à tout ça. Elle était juste la seule personne à qui je pouvais en parler maintenant. Elle était plus humaine que moi, plus compréhensive avec ces choses que l'on nomme émotions ou bien sentiments. "Pourquoi ai-je mal au coeur alors que je ne saigne pas ?" c'était le regard rempli d'incompréhension que je lui posais la question. Je sais qu'elles croient que je ne suis qu'un orphelin menait de famille en famille, mais elles savent aussi que ce n'est qu'une partie de mon histoire. Certaines choses dépassaient ma compréhension et tout ce qui touchait à l'humanité en faisait partie. Je posais une main sur mon coeur comme pour le soigner, mais cela n'eut aucun effet.
© Poupi


Hope when you take that jump
You don't feel the fall


Dernière édition par Alistair Siuaghan le Lun 12 Jan - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 6 Jan - 22:01


Il y avait quelque chose qui chiffonnait Ivy, mais elle n’aurait su dire quoi. Laissant les deux jeunes entre eux, elle était retournée dans la cuisine, sortant le gâteau. Ce n’était qu’une pâtisserie, qu’ils mangeraient ensemble, pas la surprise qu’elle avait pour Alistair, même si cela en faisait partie, mais pour l’instant, elle préparait de quoi les nourrir ces deux ogres et accessoirement manger une part aussi. Le chocolat était quelque chose qui passait tout seul dans son organisme, pas de quoi fouetter un chat, même si cela la faisait penser à… La conversation lui parvenait par bride et elle arrêta de penser tout simplement, laissant ses mains en l’air.

« Merde... » murmura-t-elle pour elle-même. Non pas pour le fait qu’elle n’avait pas prévenue sa fille du cadeau qu’elle voulait faire à Ali pour tout ce qu’il avait fait depuis qu’ils se connaissaient, même si cela ne faisait pas deux mois, mais pour le fait qu’elle avait bien senti qu’il se passait quelque chose. Elle avait entendu parler de ce fameux bal, mais elles étaient en plein déménagement et préférait rester au calme durant ce laps de temps. Elle comprit facilement que c’était une peine de cœur. Mais le facilement ne convenait qu’à la compréhension de la situation. Son cœur était en peine et Ivy ressentait la douleur dans sa chair. Ali était comme un fils pour elle et savoir qu’il était malheureux parce que l’autre l’était aussi, mais d’un autre… Une équation qu’elle n’avait jamais connue, même dans toute son existence. Elle savait juste que le malheur pouvait frapper de différente manière et aujourd’hui, c’était sur l’amour.

Ivy aurait peut-être trouvé les mots pour l’aider à comprendre, mais il s’était confié à Amy et elle préférait les laisser tous les deux, pour le moment. S’il n’avait pas dit qu’il allait bien, elle aurait cherché à savoir et cela l’aurait peut-être mit dans une situation qu’il ne désirait pas. Ivy prit son temps, sortit un plateau, déposait le tout à l’intérieur et s’assit sur l’un de ces tabourets hauts de cuisine qu’elle avait fait mettre. Il y avait également une grande table avec des chaises traditionnelles autour et elle s’était placée en retrait, près de ce qui ressemblait à un comptoir. Elle souriait en pensant au fait qu’elles avaient trouvées ce qu’elles aimaient à quelques détails près. La maison, l’entourage, elle aimait ce décor, même s’il était éloigné de tout ce qu’elle avait connu, mais pour sa fille, elle ferait n’importe quoi. Son passé de guerrière ne lui manquait pas, pas tellement, elle avait autre chose à faire de ces journées et trouvait toujours un moyen pour extérioriser lorsqu’elle pensait trop. Il l’avait laissé partir… Elle ne pouvait pas y croire et pourtant il venait de l’annoncer à Amy. Les histoires de cœur faisaient toujours plus mal qu’un coup d’épée, mais ce n’était pas le moment de lui dire. Elle resta assise à contempler la lumière de l’autre côté de la grande fenêtre, se disant qu’elle n’avait pas ce problème, parce qu’elle ne s’attachait pas, pas réellement. Il y avait bien eut ce Nicolae. Cet homme avait réussit là où aucun autre n’était jamais arrivé : entrer dans son cœur, mais elle avait dû partir. Etait-il encore en vie ? Etait-il mort ? Elle chassa ses idées pour se concentrer sur les enfants dans le salon.

Ne pas saigner, ne signifiait pas forcément que l’on n’avait pas mal, au contraire, elle se souvenait de la fois où elle avait été fouettée sans que sa peau saigne, c’était mille fois douloureux, mais pas sur que cela soit une bonne image. Et puis, il ne parlait pas de physiquement, mais émotionnellement. C’était le plus douloureux. Parfois elle se disait qu’elle ressentirait la même chose si elle se laissait aller à vouloir plus qu’un coup d’un soir, ce qui n’était pas arrivé depuis… si longtemps, mais elle faisait avec. Parfois elle savait qu’elle était en manque de ce type d’amour, de ces relations qu’elle n’avait connu qu’une fois et par sa faute, elle recherchait sans le vouloir cet homme dans un ou une autre. Le cœur était un organe qui ne devrait que pomper le sang pour transmettre l’oxygène au reste du corps, mais non. Il était également cette petite chose fragile qui pouvait réduire en miette n’importe qui en une fraction de seconde.

Elle soupira, se demandant comment faire pour qu’il aille mieux. Elle n’aimait pas que ces enfants soient mal en point, d’ailleurs, le premier et dernier en date de sa fille s’en rappelait, façon de parler. Il avait rejoint ses aïeux plus rapidement que prévu, mais oser coucher avec elle juste pour un pari et le dire à tout le monde était une chose qu’il ne refera jamais. Elle préféra attendre qu’ils discutent un peu, pour le soulager avant de retourner les voir. Peut-être qu’il lui parlerait aussi, peut-être pas, mais elle le laisserait venir à elle. A grandes doses de câlins, de baisers et de paroles douces, rien n’était impossible. Ivy en profita pour aller dans son atelier voir si ce qu’elle avait prévu était sec. Elle pu regarder son œuvre et en était fière. C’était assez rare qu’elle fasse ce genre de sculpture, mais elle avait eut l’inspiration pour et puis le modèle était ce qu’elle avait gardé en mémoire. Elle laissa glisser sa main sur la courbe, oui, c’était prêt, elle saurait lui redonner le sourire d’une manière ou d’une autre. En attendant, elle prit son temps pour mettre un drap dessus, fermer les portes et retourner dans la cuisine. Elle prépara un chocolat chaud pour sa fille et la cafetière était pleine de café. Elle n’avait pas besoin de mettre une troisième tasse, cela ne la concernait pas et attendit d’être sur que tout se passe au mieux entre les deux jeunes pour revenir vers eux.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 6 Jan - 23:56
Alistair, Ivy & Amy

Amy marquait une pause sous les révélations d'Ali, elle s'était attendu à tout, elle avait même souhaitée qu'il lui parle encore de ce garçon, elle avait eu hâte qu'il lui raconte comment cela c'était arranger entre eux et maintenant? Elle se sentait bête... Parce qu'elle n'avait pas tout de suite sentie qu'il n'allait pas bien, parce qu'elle lui avait jeté ce coussin ridicule alors que lui avait besoin de se confier, et que rien ne s'était arrangé, c'était même le contraire. Elle le regardait pendant quelques secondes sans réagir, c'était son cœur à elle qui saignait en cet instant, elle ne supportait pas l'idée qu'on est pu lui faire du mal même involontairement. Elle maudissait le garçon sans même savoir qui s'était se fichant de savoir s'il était amoureux de quelqu'un d'autre ou non. D'ailleurs elle ne comprenait pas Ali était l'un des garçons le plus adorable qu'elle connaissait. Comment cet homme avait pu en choisir un autre? Mais Amy était mal placée pour parler amour pas vrai? Le seul qu'elle n’a jamais connu c'était plutôt bien fichu d'elle... Ne s'intéressant à elle uniquement parce qu'elle avait été vierge, il avait réussi son coup ça on pouvait le dire, et dire qu'elle n'avait rien vu venir jusqu'à ce qu'il l'a jette comme un vieil objet déjà utilisé.

- "Ali..."Murmurait-elle tandis qu'elle venait sans réfléchir vers lui, le prenant dans ses bras, il faisait au moins une tête et demie de plus qu'elle et elle était bien plus frêle mais elle en avait rien à faire, il avait besoin d'être consolé et elle allait être là pour lui. Amy le serrait fort tout contre elle afin de lui montrer qu'il n'était pas tout seul... Elle aurait dû y aller à cette fête, d'accord elle ne savait pas ce qu'elle aurait fait mais, une part d'elle-même aurait voulu être là pour lui, il avait dû ruminer tout cela ces derniers jours avant de venir, pourquoi n'était-il pas venu plus tôt? A moins qu'il avait désiré être tout seul pendant un moment? Amy n'osait pas le lâcher, à croire que c'était son petit cœur à elle qui venait de se briser... Enfin c'était tout comme. "Viens, viens t’asseoir avec moi. "Lui proposa-t-elle tandis qu'elle l'emmenait vers le canapé afin qu'ils s'y installent tous les deux. Elle s'asseyait sur ses genoux, les pieds repliés en dessous d'elle, restant aux côtés d'Alistair. Elle aurait bien dit à sa mère de rapporter de la glace, mais elle ne voulait pas le laisser tout seul, dommage qu'elle n'était pas douée de la télépathie.

- "Je suis désolée, j'aurais aimé que ça se passe bien entre vous deux... Et que ce que tu ressens pour lui soit réciproque." Commença-t-elle, est-ce qu'il avait eu raison de le laisser partir? Amy ne le savait pas, qu'aurait-elle fait à sa place? Elle partait du fait qu'il fallait parfois se battre pour obtenir certaine chose, mais si l'homme en question était amoureux d'un autre était-il juste de le séparer de ce dernier? "Je pense... Que tu as bien fais de le laisser partir... Si sa place est auprès de cet autre homme, il aurait été malheureux, et si... Sa place est auprès de toi, je pense qu'il finira par s'en rendre compte." Elle savait bien que ce qu'elle pouvait lui dire, ne réduirait en rien la douleur qu'il pouvait ressentir... Et elle s'en voulait de ne rien pouvoir faire, de ne pas mettre un pansement là où cela lui faisait tellement mal... De ne pas pouvoir apaiser sa peine au moins un peu... Tout ce qu'elle pouvait faire c'était d'être là pour lui, et elle essayait d'être autant présente qu'elle le pouvait en cet instant.

- "J'ai appris tout comme toi que l'amour peut faire très mal, il faut bien choisir la personne à qui confier son cœur... Car il peut en prendre soin, ou alors le réduire en miette..." Disait-elle, le sien avait été réduit en morceaux, elle avait eu du mal à recoller les morceaux cela lui avait pris du temps et elle n'aurait pas cru devenir proche d'un autre homme aussi vite, d'accord elle considérait Ali comme un frère mais c'était tout de même être proche de quelqu'un, risquer que son cœur prenne un coup, mais elle avait confiance et savait au plus profond d'elle-même que cela en valait la peine. Elle se demandait un instant ce que faisait sa mère, elle aurait aimé que cette dernière lui donne un cours pour savoir consoler la peine de cœur d'un garçon, savoir ce qu'il fallait dire, ou ce qu'il fallait faire. Amy se sentait impuissante posant simplement sa tête sur l'épaule du garçon. "Tout ce que je peux te promettre c'est que ça va aller mieux... Et je suis là pour toi. "Disait-elle dans une tentative de le rassurer, elle se demandait une fois de plus ce que faisait Ivy, jusqu'à ce que l'odeur du chocolat chaud vienne lui titiller les narines, un petit sourire triste se faisait sur le visage d'Amy, triste parce qu'elle savait que même un café ou un chocolat ne remonterait pas d'un seul coup le moral d'Ali.
Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Mar 13 Jan - 10:54


Lieu de Paix et de Sérénité
Amy & Ivy Morgan Feat. Alistair Siuaghan



   
Les sentiments humains, voilà quelque chose que je n'arrive pas à comprendre ni même à gérer d'ailleurs. Je suis un loup et pour ma part il est simple de vivre en tant tel. On laisse nos instincts monter en nous, nous envahir pour ne se fier qu'à ses sens. Notre ouïe est développée car nous restons toujours à l'écoute de ce qui se passe autour de nous, notre odorat est plus sensible pour pouvoir traquer et chasser, notre vue s'améliore afin de voir à travers la forêt elle-même comme si nous faisions qu'un. Cela nous rend plus en phase avec celle-ci jusqu'à faire partie intégrante de celle-ci. C'est pour ça que passer des jours et des jours sous ma forme de loup ne me dérange pas. Je me sens plus proche de lui que de ma forme humaine.
Je découvre le monde humain et tout ce qui va avec. La haine ainsi que l'amour sont des sentiments bien puissant. Bien plus puissant qu'un coup de patte entre les deux yeux. Des sentiments tellement forts qui pourraient bien détruire tout une armée ou bien la mener à la victoire. En moi les deux bouillonnent, se battant l'un contre l'autre pour être sur le trône. Est-ce que c'est toujours comme ça ? Est-ce que l'esprit humain doit toujours se battre contre quelque chose ? C'est peut-être juste un combat intérieur entre le bien et le mal. Il n'est peut-être question que de ça après tout. Qu'arrive-t-il aux personnes bien qui font du mal aux personnes qui le méritent ? Deviennent-elles méchantes à leur tour ? On dirait qu'il n'y a pas vraiment de règles à suivre dans ce monde-là. Tout est très arbitraire et chacun juge l'autre selon certaines convictions, principes.

Je reposais le coussin qu'elle m'avait lancé sur le canapé sans regarder Amy. Je réfléchissais à tout ceci, sans cesse sous ma forme humaine et pour éviter cela j'avais passé quelques jours sous forme animal pour m'évader. Laisser tout ça derrière moi, pour ne laisser place qu'à la terre sous mes digités, qu'au chant de la forêt qui m'appelle de part et d'autres pour ne vivre que la vie d'un loup bien plus gros qu'à l'ordinaire. Je laissais le gros trou de mon humanité mourir en paix. Amy me ramena à la réalité, plus qu'elle ne pourrait le penser. C'est une pensée pour elle, pour les Morgan's, qui m'a fait venir ici aujourd'hui et c'est son enlacement qui me fit sortir de mes pensées les plus obscures. J'enlaçais cette petite fille, elle était un trésor. Un trésor qui représente la vie, toujours avec ce sourire aux lèvres. Je serrais mon étreinte sur la plus petite de la famille, que cela soit en taille ou bien en âge. Je fis ce qu'elle me dit, me laissant porter par les choses.
Ce n'était pas moi tout ça, je ne pouvais capituler devant un tel sentiment. J'étais si fort si puissant dans ma meute, rien ne pouvait m'atteindre. J'étais l'un des loups les plus sanguinaires, les plus colériques et puissants. Comment un seul sentiment peut-il vous dévaster ?

Mon regard ne pouvait croiser celui d'Amy, je préférais de loin regarder en face du canapé. Voir de la compassion dans les yeux d'une autre personne que moi-même est quelque chose de complètement inconnue. Je ne savais pas comment j'allais réagir, ce que je ne voulais surtout pas en ce moment c'est affronter d'autres émotions. J'écoutais le son de sa voix mélodieuse, elle me disait que j'avais surement eu raison de le laisser partir toute compatissante qu'elle est. Je mis mon bras autour de son coup et mes lèvres déposèrent un baiser sur le côté de son front. Oh mais qu'est-ce ? Je sentais quelque chose sur mon visage. De la même main qui l'avait attiré vers moi pour un geste tendre, j'essuyais ma joue.
C'était de l'eau, c'était ce qu'on appelle une larme. Une larme, cela faisait bien longtemps qu'elles n'ont pas coulé. Je ne comprenais pas trop pourquoi nos yeux se mettaient à pleurer, pourquoi notre corps à besoin d'évacuer une telle chose. Ce n'est que de l'eau un peu salé après tout. Je ne laissais qu'une larme montrer le bout de son museau.

Quand Amy me parla de son histoire d'amour sans tout me dire directement, je compris qu'elle avait été déçue elle aussi. Elle avait été comme moi, une âme en peine. J'aurais voulu lui demander si la blessure de son coeur s'était cicatrisée ou si elle a toujours mal, mais je ne voulais pas lui rappeler de mauvais souvenirs. Elle n'en avait pas besoin. Je pris conscience que le bien d'Amy mettait plus important que le mien. Je ne voulais pas qu'elle souffre, pas comme ça, surtout que je sais ce que cela fait exactement à présent. Elle ne méritait en aucun cas ceci. Ma main vient alors se déposer sur la joue d'Amy pendant qu'elle dépose sa tête sur mon épaule. "Je suis là pour toi, toujours. Je t'en fais la promesse". Une promesse que je comptais bien tenir. Tout comme Amy, je présume, je sentais le chocolat venir fouetter mes narines. Un goût que j'ai découvert il y a quelque mois. C'était quelque chose de délicieux, je veux bien mener une guerre ça.

Ce qui m'importait plus que mon propre bien-être c'était certainement celui de la famille Morgan. "Ecoute Amy, je te promets d'être toujours présent peu importe ce qui se passe. Je serais toujours avec toi, toujours de ton côté." Je mettais donc mit à la regarder dans les yeux comme si cela me donnait du courage, comme si cela me donnait assez de force pour dépasser ma peine. J'avais une peine de coeur, mais en regardant Amy je compris que son avenir n'allait pas être simple. Loin de là. Elle ne sait pas d'où je viens, elle ne sait pas que là-bas on s'entraine pour tuer les gens de son espèce. Des gens que j'ai appris à détester dès mon plus jeune âge et pourtant aujourd'hui je ne peux penser à leur faire du mal. Je ne savais pas encore ce que j'allais devoir faire pour protéger Amy, mais je le ferais même si elle doit croire que je suis un traitre. "N'en doute jamais, il te t'arrivera rien" en lui déposant un nouveau baiser sur le front. J'avais envie de lui dire, de les prévenir, mais cela m'était impossible. Pas maintenant... Je voyais sa petite mine renfrognée et je lui fis un sourire timide mais sincère. "On ne laissera plus personne nous atteindre, toi et moi".

Je me levais du canapé comme si c'était fini pour la minute dramatique. Ce qui était étrange, c'est que j'arrive à ce que mes émotions passent d'un extrêmes à l'autre. De ressentir assez de haine pour tout casser et la minute d'après, faire l'amour à quelqu'un. Je passais d'un stade émotionnel à un autre en quelques secondes. C'était étrange à gérer mais cela me servait bien des fois. Comme un enfant qui oublie, car il est distrait par autre chose. Cette fois-là était Amy et son air compatissant. "Alors, tu n'as vraiment pas d'idée sur ce que nous prépare Ivy comme surprise ?" en me tournant de nouveau verre elle. "En tout cas, cela sent le chocolat à plein museau", avec un clin d'oeil.


     
(c) fiche:WILD BIRD/Ronron & gifs:gifs hunt c l o s e d


Hope when you take that jump
You don't feel the fall
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 18 Jan - 1:05




Son cœur de mère lui faisait mal en les écoutant parler. Dur de ne pas courir pour le prendre dans ses bras et les réconforter, tous les deux. Amy avait du réconfort lorsqu'elle le voulait et Ivy le lui rendait bien, mais Ali... Qui le prenait dans ses bras lorsqu'il en avait besoin ? Elle ne dirait rien, ayant très bien compris ce qui se passait, mais elle ne pouvait plus rester si longtemps absente. Si elle le pouvait, elle irait parler à cet homme et lui ferait comprendre qu'Ali est un jeune homme admirable qu'il fallait l'écouter, lui donner sa chance. Mais elle ne le ferait pas, pas de suite dans tous les cas. Le mal-être qu'il éprouvait devait d'abord se tasser un peu et par la suite, s'il restait dans cet état, là elle irait lui secouer les puces à l'autre.

Si elle le pouvait, elle re-ferait le monde à sa manière. L'amour devrait contrôler les gens, les pays, c'est ce qui devrait été en premier, sauf que tout n'était que jalousie, guerre, crimes. Pour ce dernier point elle n'était pas en reste mais le dernier en date était justifié en tout point. Il n'aurait pas user de sa fille de cette manière, ce petit con vivrait probablement, oui probablement... Les jeunes de maintenant ne faisaient que s'amuser aux dépends des autres, lamentable. Aucun d'entre eux ne savaient sur qui ils pouvaient tomber, la preuve ! A son époque, celle qui l'avait vu naître, c'était totalement différent. Les enfants apprenaient le respect en premier. Bien entendu ils savaient également se défendre, mais les enfants étaient entourés d'amour. Ivy n'avait plus de souvenirs de ses parents, mais parfois dans ses rêves, elle entendait fredonner une musique. Sa vie n'avait été que luttes, choisies ou non, mais la vie n'était faites que de cela. Il allait l'apprendre ou plutôt le comprendre car son regard, elle le connaissait très bien pour l'avoir vu dans certains de ses compagnons d'armes. Elle se secoua, il fallait bouger et les rejoindre avant qu'un silence entre les deux jeunes ne se fassent. Elle prit le plateau et sortit de la cuisine, puis entra dans le salon un sourire aux lèvres.

« j'espère que vous avez faim, auquel cas je vous séquestre dans la maison jusqu'à ce que tout soit fini. » disait elle d'un ton léger. Sa fille n'avait peut-être pas trouvé tous les mots, mais elle avait raison sur un point : il reviendrait vers Ali s'il était le bon. Après, elle pourrait toujours lui parler, à l'autre, mais ne le dirais à personne. Elle s'approcha du jeune loup et essuya une trace sur sa joue. Une trace de larme, elle aurait dût le sentir, mais l'odeur du chocolat était plus fort. Elle laissait un petit sourire et le prit dans ses bras un instant, le serrant fortement. « il faut laisser du temps. » murmura-t-elle en reculant le visage. Elle lui caressa le visage et souriait. Pas de pitié, juste de la peine pour lui et une envie de lui faire plaisir encore plus vite.

« mais avant j'aimerais te montrer quelque chose » disait-elle en lui prenant la main. « tu viens ma chérie ? C'est notre pièce, elle est presque prête et puis le chocolat est brûlant, nous avons un peu de temps. » elle enlaça Ali d'un bras et l'entraina à ses côtés. Elle ne disait rien, mais voulait d'abord lui montrer l'endroit où elle continuerait à Amy d'apprendre à se défendre. « ce n'est pas encore la surprise, mais j'aimerais que tu vois cela. Disons que tu ne comprendra peut-être pas tout, mais il s'agit de mon passé. » disait-elle en le relâchant pour ouvrir la double porte. Elle s'effaça pour le laisser entrer en premier et voir de ses yeux les pans des murs. « toutes les armes que tu vois ont toutes étaient utilisés... » elle garda le silence quelques secondes, se souvenant de chaque combat effectué avec. Des épées, des lances, javelots, lance-pierre, haches, couteaux, aiguille, arcs et flèches, boucliers, casques, armureś, fusils... il y avait des siècles d'armement devant eux. La pièce était immense, certaines de ses armes étaient dans des vitrines et d'autres accrochées à même les murs.

« et encore il doit en manquer, mais cela a été ma vie durant très très longtemps. Beaucoup de luttes et combats incessants. Mais après autant de siècles traversés je dois dire que la vie est savoureuse.» elle les observa tous les deux.
« tu as le droit de les approcher, aucun d'entre eux ne te sautera dessus. » disait elle doucement.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 24 Jan - 20:16
Alistair, Ivy & Amy


Amy s'était levée du canapé à son tour et sans rien dire elle était venue à côté de celui qu'elle considérait comme son frère, se hissa sur la pointe des pieds et vint lui déposer un baiser sur la joue pour remerciement aux promesses qu'il lui avait faites. Elle voulait y croire elle faisait confiance à Ali et elle mettait une partie de son cœur en espérant qu'il ne soit pas brisé. Elle n'avait presque rien dut sur son histoire parce que c'était lui qui avait eu besoin de soutien et non elle mais, elle appréciait le fait qu'il s'en préoccupe tout de même. Il ne le savait sans doute pas mais, c'était en partie grâce à lui qu'elle était arrivée à remonter la pente. Il lui montrait que les hommes ne pouvaient pas tous êtres des montres... Même si lui venait d'être déçu comme elle l'avait été. Elle n'eut pas le temps de répondre à sa question, sa mère venait d'entrée posant le chocolat avec le gâteau qu'elle avait préparé, au chocolat bien entendu. C'était la seule chose qu'elle savait préparer et elle le faisait à merveille.

Amy les suivaient, elle savait ce qu'Ivy allait montrer à Ali et elle sautillait presque sur place d'impatience, il en avait fallu du temps pour la reconstruire mais la jeune femme adorait ce que sa mère pouvait lui apprendre dans leur pièce, elle se sentait plus forte et puis cela permettait de passer encore un instant de complicité avec Ivy, il n'y avait pas grand-chose sur lesquelles elles ne s'entendaient pas, Amy ne saurait même pas dire sur quoi. C'est à croire qu'elle avait été destinée à être sa fille et à personne d'autre que si Ivy avait pu avoir un enfant biologique se serait Amy qu'elle aurait eu de toute façon. Une fois les portes de la salle ouverte, la Wolpertïger regardaient les armes aux murs, sa mère lui en avait conté des histoires, elle se souvenait de certaines par cœur, d'autre moins et elle était certaine qu'il y en avait d'autre encore que l'ange noire n'avait pas encore partagée avec sa fille. Amy avait soif de tout et en particulier de connaissance, elle adorait apprendre, écouter même si elle pouvait se montrer impatiente parfois.

- "Ivy va m'apprendre à me battre, tu y crois ça ?? Après je pourrais te mettre K.O." Disait-elle à Ali avec un air plus que malicieux, tandis qu'elle entrait dans la pièce sans attendre une seconde de plus, faisant un tour sur elle-même. Elle adorait le défier d'ailleurs, elle était sûr que cela serait amusant, pour le moment Amy n'avait appris qu'à se défendre au corps à corps, elle avait encore des lacunes ce n'était pas parfait, elle était très loin de mettre sa propre mère au tapis, elle n’était même pas sûr qu'un jour cela arriverait. Cependant elle était plutôt douée, un peu comme pour tout ce qu'elle entreprenait, elle avait des facilités ce qui était assez pratique elle devait l'avouée, elle finissait par s'assoir sur un tatami afin de regarder la réaction du loup, tout en lançant un regard complice à sa mère.
Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Mer 4 Fév - 19:20


Lieu de Paix et de Sérénité
Amy & Ivy Morgan Feat. Alistair Siuaghan



   
Je sais que cette jeune fille ne me prend pas pour un monstre. Elle me voit comme un jeune homme qui essaye de se faire une place dans cette vie. Elle voit ce que je lui montre malheureusement. Elle voit le Alistair Donovan et non pas le Siughan. Comment prendra-t-elle quand elle saura ? Quand elle saura que j'ai tué une dizaine de son espèce ? Aura-t-elle peur que je m'en prenne à elle ? Après tout, c'était ceux pour quoi on m'avait éduqué. Je savais provoquer la mort, qu'elle soit douce ou violente. Lente ou rapide. Je sais que cette famille me rejettera le jour où elle apprendra pour la meute de Malack. Elle me rejettera car elle y verra un loup dans la bergerie. Je sais qu'Ivy protège ses enfants comme une lionne, elle me protège aussi. Que fera-t-elle quand elle apprendra que l'un de ses enfants est le prédateur des autres ? Il y avait tellement de questions sans réponses, des questions que je ne voulais pas leur poser. Des révélations qui ne devaient jamais voir le jour.
La meute de Malack est une meute de légende pour tous les loups. Certains la connaissent, car ils ont vécu à cette époque là et d'autres voient ceci seulement comme une histoire. Mais je sais que le conseil des loups, s'est exactement que cette meute est une menace et qu'elle est bien présente. Présente pour la paix et l'harmonie de ce monde même.

Je sentis le baiser sur la joue d'Amy, celui-ci me réchauffa et je ne pus que lui sourire en me demandant si un jour j'oserais lui faire du mal. Une part de moi me disait de ne plus jamais retourner dans cette meute meurtrière, mais une autre à peur. J'ai peur, car c'est ma seule véritable famille même si elle est loin d'être parfaite. Ma vie est avec eux... Enfin je crois...
Ivy arrive dans la pièce avec un gâteau et du chocolat. C'était vraiment une mère aimante, elle me faisait penser à la mienne. C'est l'image que je m'en faisais. Je n'ai que peu de souvenirs de cette mère morte depuis des années maintenant. Je prends plaisir à l'imaginer quelques fois. Elle me chante des chansons, m'enlace et me couvre autant d'amour qu'elle le peut. Un amour que je peux comprendre du moins, car plus je passe du temps dans ce monde plus je comprends que l'idée que j'avais de l'amour était bien faible. C'est un sentiment plus fort que ce que l'on pense quand on est un guerrier. Quand Ivy m'enlaça, je savais à ce moment précis qu'elle pourrait, si c'était le cas, m'enlever cette douleur que je ressens. Elle veut juste mon bien. Sait-elle ? Se doute-t-elle du mal que j'ai causé ? "Merci... A toutes les deux."

Je lui souriais, comme si je souriais à ma propre mère. Un sourire timide mais sincère. Je savais qu'elle nous avait entendu, nous avons l'oreille fine ici. C'est un don et parfois un calvaire d'entendre aussi bien. Je me laissai guider par cette mère aimante, les bras bien tendus collés contre mon corps. On aurait pu croire que j'étais un pantin, mais c'était voulu. Je m'abandonnais totalement ici. Chez les Morgan's, je me sens en sécurité et comme si le monde extérieur était très loin. Je comprends pourquoi je viens ici chaque dimanche, cela me permet de me ressourcer. Je n'ai pas de maison à proprement parler, mais si je devais choisir un endroit je choisirais celui-ci sans hésitation.

"C'est la surprise ?" en regardant Ivy en tournant ma tête vers elle. Elle m'apprit que non, que la surprise viendrait après, c'était quelque chose de son passé. Un passé qui a surement vu plus de choses qu'on ne pourrait l'imaginer. Ivy était une Latawiec, une sorte de vampire et même si je ne connais pas son âge, je sais qu'elle a vécu pas mal d'année. Ce que je pensais se révela exacte,car en rentrant dans la pièce, je sentis quelque chose bien familier. La guerre, la violence et le combat. Le combat de toute une vie.

Je m'introduisais en premier dans la pièce à double porte de bois majestueux. Sur les murs, c'est... Ce sont des armes. Je sentais la puissance de chacune d'entre elle, comme si une aura se dégagée de chacune d'entre elles. Je m'avançais timidement dans la pièce et vit Amy me dépasser en sautillant et tournant sur elle-même. Une enfant. C'est ce que je voyais en elle. L'innocence d'une enfant. La guerre n'était pas faite pour les enfants et tandis que je voyais Amy du coin de l'oeil je regardais les armes accrochées sur le mur de droite, puis sur le mur de gauche. Il y en avait tellement. Des épées, des lances et des haches pour les plus anciennes. Des aiguilles qui font penser à des combats chinois. J'étais loin du compte, Ivy a vécu plus que ce que je pensais. Elle y a mené plus de bataille que j'en mènerais dans toute une vie. Je m'approchais doucement du mur d'en face à l'invitation d'Ivy. Je regardais chaque arme. Il y en avait certaines que je savais utiliser et d'autres pas du tout. Le guerrier en moi se réveilla. Le loup en moi avait envie d'hurler à la lune, il voulait toucher à tout ça et faire couler le sang. Mon regard était intense sur l'une des armes qui avaient en vitrines devant moi, des armes qui semblaient antiques.

Je sentais la présence des deux jeunes femmes alors que mon esprit se perdait dans des flashbacks de mon propre passé. Je me voyais me battre avec ces loups qui étaient normalement ma famille. J'entends encore les slogans de guerre se répétaient dans ma tête. Je revois le réfectoire des soldats de la meute de Malack. Je me revois gravir les échelons de cette meute. C'était des moments de gloire, des moments où j'avais ressenti une grande fierté. Mais les visions de la mort d'une dizaine de Wolpertinger se mêla à cette ancienne vision de mon passé. J'avais enlevé Mael pour que ma meute utilise son pouvoir de Banshee sur d'autres. J'avais attaqué Kennocha, battu à mort pour qu'elle arrête son plan de réunir les Wolpertinger's. Ces visions se mélangèrent à celles qui pourraient faire partie du futur. Kennocha laissa place alors à Amy dans mon souvenir, les chaînes qui retenaient Mael encerclé Ivy à présent. D'un geste brusque de la tête, je fis fuir toutes ses pensées de mon esprit.

Ce n'était pas possible, je ne pouvais pas me permettre que tout ça arrive. Jusqu'ici je n'ai fait que le mal, je regrette pas mal de mes choix, de mes actions. J'ai détourné le regard trop souvent. Je n'ai pas choisi de rentrer dans cette meute, elle m'a choisi. J'ai subi leurs idées sans réfléchir. Aujourd'hui, je suis à contre sens de leurs pensées, de leurs idées. Comment devenir un homme solide sans eux ? Comme devenir un garçon libre ? Comment devenir l'électron libre ? J'avais déjà pris la décision de les quitter pour une quête personnelle. Je suis à contre sens de leurs idées, de ce qu'ils pensent.
Je ne pouvais pas laisser faire ça. Pas à Amy, pas à Ivy ni même à Slade. Cette famille ne méritait pas de mourir. Je tournais ma tête vers elles, en les regardant chacune d'elles. Je voyais l'innocence et l'optimiste dans l'une, tandis que l'autre ne cherchait plus que la paix dans ce monde où elle semblait enfin avoir trouvé sa place, sa famille. Je regrette mes choix. Des gens m'ont tendu la main pour me remettre sur le droit chemin, j'ai vu, mais j'ai détourné le regard. Je devais à présent me remettre sur le droit chemin. "J'espère bien que tu me mettras K.O." en regardant de nouveau Amy avant de rejeter mon regard sur la vitrine remplie d'armes.

Oui, je l'espérais plus que tout. Il fallait qu'elle s'entraîne pour ça, je pourrais peut-être les aider à découvrir toutes les faiblesses des loups. Parce que peut-être qu'un jour, elles devront me tuer. Peut-être que je n'arriverais pas à me défaire de l'emprise qu'à la meute de Malack sur moi et alors je serais leur ennemi. "Ivy, tu es une guerrière ?" sans me retourner, continuant d'examiner le mur du fond. Je ne peux leur dire la vérité sur l'endroit d'où je viens. Elles me rejetteraient ou même pire. Je retournais enfin vers les deux femmes. "C'est fascinant, on dirait que tu as participé à toutes les guerres... Que tu as affronté bien plus que ce qu'Amy et moi pouvons imaginer. Je ne savais pas..." Je ne connaissais rien de son passé, mais surtout je ne savais pas que je m'attacherais à cette famille. Au début, je ne m'étais pas rapproché dans le but de m'y attacher...


     
(c) fiche:WILD BIRD/Ronron & gifs:gifs hunt c l o s e d


Hope when you take that jump
You don't feel the fall
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 14 Fév - 18:15


Elle les observait, tous les deux, sa fille avait une telle joie de vivre qui aurait dû le contaminer, mais elle voyait bien qu'il y avait autre chose dans son regard. Ali était souvent indéfinissable, elle l'adorait, comme un fils et sa maison lui était ouverte. Il n'y avait pas de mais, parce que le passé était un élément qui ne pouvait pas se modifier et que si on aimait quelqu'un, c'était dans son intégralité, le bon comme le mauvais. Elle avança jusqu'à l'une des vitrines, celle qui composait ses toutes premières armes.

« Pour l'époque, les artisans faisaient des merveilles, qui duraient bien plus longtemps que les armes de maintenant. Il y avait plus d'heures de travail et tout était fait mains... » Elle revoyait le forgeron qui avait travaillé sur cette petite épée courte. Il était le seul à avoir sut qu'elle était une femme, mlais avait préférée se taire, ses propres filles avaient été enlevées jeunes, violées et égorgées et il avait fermé les yeux sur ce qu'Isabella devait faire pour survivre. Il aimait la savoir se batre, plutôt que dépendante de cette horreur du moment. Elle rouvrit les yeux, en souriant, se tournant vers les deux jeunes gens. « J'ai 1786 ans, je sais, je ne les fait pas. Et oui, j'ai dû faire toutes les guerres ou presque de ce monde. » lâchait-elle dans un sourire. « Je t'en raconte un peu plus après si tu le veux, mais oui, je suis une très vieille guerrière, bien avant de devenir un ange noir d'ailleurs » disait-elle en laissant un sourire mystérieux sur ses lèvres.

« Venez, nous reviendrons une autre fois dans cete pièce, disons que c'est juste une mise en bouche Ali. Quant à toi ma chérie, le jour où tu saura mettre à mal un loup tel que lui... Hum, non, je n'y crois pas. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en tes capacités, mais Ali, lui, il a quelque chose en plus, que tu n'as pas...  » murmura-t-elle en fixant le lycan d'un sourire. Elle leur prit les mains et les fit sortir de cette pièce, ils reviendraient, elle le savait. Il voudrait probablement les toucher, les comprendre, peut-être même entendre toutes les histoires et Dieu savait qu'il y en avait un nombre incalculable. Elle avait senti ce qui se tramait en lui, le mot guerrier n'était pas dans toutes les bouches, il aurait pu trouver combattant, assassin, tueur, chevalier, mais guerrier était un terme utilisé par eux-même. Soit il en était un, soit il l'avait été. Cela ne la dérangeait pas, il y avait une part en lui de bon, comme en elle. Les latawiecs n'étaient pas considérés comme des vampires, mais ils consommaient pourtant du sang. Ils étaient vus comme des monstres pour certaines races, mais après tout, dans chacun d'entre eux, un peu de bon et de mauvais trainait, il suffisait juste de  laisser parler les deux et de voir lequel allait au teint de chacun. Elle espèrait qu'il avait comprit que le jour où il voudrait lui parler, à elle et uniquement à elle, Amy comprendrait, mais si par malheur elle était capturée, elle ne saurait se taire. Personne ne leur en voudrait, mais tout pouvait arriver dans ce monde. Elle le savait, avait déjà vécu depuis si longtemps qu'elle connaissait la nature humaine, pas besoin du surnaturel pour savoir que rien qu'entre eux le mal était partout. Ils avaient descendu les escaliers pour se retrouver en dessous de la maison, son atelier, tout simplement.

« Ma surprise est ici. » disait-elle en les relâchant tous les deux. « Ce n'est pas le premier que je fais, mais je me suis dit que celui-ci est le mieux. » Elle commençait à bouger d'un pied sur l'autre, puis ouvrit la porte. La plupart de ses oeuvres étaient sous un drap, les toiles retournées, les palettes de peinture fermées. Les chevalets un peu partout, des tabourets devant chacun d'entre eux. Un canapé plus loin pour lorsqu'elle voulait se reposer un peu. Elle avança jusque dans un coin de la pièce, restant devant quelque chose d'assez bas, posé sur une table, un drap blanc le recouvrant totalement. « Je l'ai terminé tout à l'heure et j'avoue ne pas avoir eut le temps de lui faire un paquet cadeau. J'ai eut l'idée en découvrant l'opéra de cette ville et surtout les objets insolites que le directeur a dans son bureau, mais passons, cela n'est pas important. » Elle se souvenait ne pas avoir parlé de tout cela à sa fille, parce qu'elle n'en voyait pas l'intêret. Elle avait passé un bon moment en sa compagnie et le travail du bois lui avait plut. Elle avait donc commencé à prendre ce dont elle avait besoin, regardé des pages et des pages de fabrication manuelle dans le bois sombre, pour enfin avoir réussit une oeuvre, sur la dizaine de commencé. La patience était une qualité qu'elle avait, car la force qu'elle mettait dedans avait été fataile aux deux premières oeuvres.

Elle souleva le drap, l'envoyant glisser en arrière, dévoilant ainsi un loup, scupté dans du bois. Ses pattes arrières étaient fléchies, tandis que celles de devant semblaient vouloir s'étirer vers le haut. Sa gueule était entrouverte, laissant apercevoir des crocs, dans une position qui portait à croire qu'il était en train d'hurler à la lune. Elle était plutôt fière du résultat, surtout la fourrure qui n'avait pas été une mince affaire. Elle l'avait fait un peu plus gros qu'un loup traditionnel, sachant que les lycans étaient plus imposants. Bien entendu, cela pouvait ne pas plaire et elle ne le prendrait pas mal. « C'est peu, mais je voulais te remercier, revoir le sourire de ma fille est un grand privilège Ali. » disait-elle en lui souriant. « Bien entendu, si cela ne te plait pas, il n'y a pas de problème, il restera ici » Elle ne voulait pas le forcer à le prendre chez lui s'il n'aimait pas.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 17 Fév - 16:49
Alistair, Ivy & Amy

Amy n'avait rien dit de plus dans la salle d'entrainement, restant assise sur le tatami regardant celui qu'elle considérait comme un frère, elle était tellement heureuse qu'il fasse partit de leur vie à toute les deux. La jeune wolpertïger avait souri en entendant l'âge de sa mère, non elle l'est faisait pas, elle était magnifique et elle était fière de ce qu'avait été, et ce qu'était sa mère, elle lui en avait raconté des histoires pas toutes bien entendu mais, souvent avant de dormir quand elle était petite parfois Amy ne voulait pas l'histoire d'un conte, elle voulait son histoire à elle... La jeune femme les avaient ensuite suivit dans l'atelier d'Ivy, elle était pressée de savoir ce qu'Ivy avait mijoté et quelle surprise elle avait fait pour Ali, elle y entrait de temps en temps mais c'était rare, elle préférait laisser son espace à Ivy, comme Amy avait le sien dans la salle de musique, chacune sa pièce pour faire ce qu'on aimait le plus, heureusement celle d'Amy était insonorisé. Lorsqu'Ivy avait enlevé le drap sur cette magnifique sculpture qu'elle venait de terminée Amy en restait sans voix devant la statue, naturellement elle savait que sa mère était douée pour le dessin, elle l'avait vu peindre, elle avait vu ses tableaux mais, elle ignorait qu'elle savait faire aussi ce genre de chose, le loup était juste magnifique...

- "C'est tellement beau..." Murmura-t-elle tout en levant la main pour aller frôle le bout du museau mais, elle arrêtait son geste avant de le toucher. Elle était certaine qu'Ali allait adorer, il ne pouvait pas en être autrement, elle ne connaissait pas le garçon sur le bout des doigts mais, elle savait tout de même certaines choses, elle échangea un regard avec Ivy et vint près d'elle afin de se glisser un moment dans ses bras, il en fallait peu pour faire sourire Amy mais ça la touchait qu'elle s'en préoccupe à ce point. Il était vrai qu'après ce qu'elle avait vécu, elle avait eu quelques tendances moroses pendant quelques instants. Changer d'air, venir s'installer ici à Edimbourg avait été une bonne décision. L'Italie lui manquait de temps en temps, elle avait forcément dû abandonner quelques amies là-bas mais, c'était ce qui était le mieux surtout pour elle. Elle espérait que sa mère s'y fasse aussi bien qu'elle de vivre ici, cela avait été son idée au départ mais, elle ne souhaitait pas que sa mère vive cela comme un sacrifice c'était une chose qu'elle n'aurait pas pu supporter...

- "Tu crois que tu pourrais me faire une panthère à moi aussi?" Demandait-elle le regard malicieux, tandis que plus elle réfléchissait et plus son sourire s'agrandissait, tandis que ses yeux si expressif reflétait toute la joie qu'elle pouvait ressentir en cet instant étant entouré des personnes qui comptaient le plus pour elle. "Avec un ange noir à coté, humm tu en penses quoi?" Demandait-elle de nouveau. "Moi je trouve que ce se serait parfait." Disait-elle tout en regardant de nouveau le loup que sa mère avait créé pour Ali. "Avec des ailes aussi magnifique que les tiennes." Ajoutait-elle dans un souffle, elle imaginait déjà tout ça dans sa petite tête, bien sur ce n'était qu’une idée, elle n'en voudrait pas à sa mère si elle ne pouvait pas le faire, elle lui donnait déjà tellement. "Alors Ali, tes premières impressions??" Demandait-elle pour taquiner le garçon, tandis qu'elle attrapait sa main doucement afin de la serrer gentiment, Amy était facilement tactile quelque chose qu'elle tenait de sa mère, peut-être l'habitude que qu'Ivy le soit avec elle tout simplement mais, cela l'aidait à aller plus facilement vers les autres et puis Amy partait du principe qu'on était jamais trop vieux pour avoir un câlin.

Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Lun 23 Fév - 20:00

   
Lieu de paix et de sérénité
Amy Morgan, Ivy Morgan et Alistair Siuaghan




J'étais loin de m'imaginais qu'Ivy avait autant d'années à son actif. Il y avait tellement d'armes dans cette pièce qu'elle pourrait équiper une petite armée redoutable. Je savais, en regardant tout ceci, qu'Amy était en sécurité auprès d'Ivy. C'était une certitude. Quand j'eus connaissance du véritable âge d'Ivy, je suis un peu surpris, mais pas sous le choque. Je savais qu'Ivy était une Lata est qu'ils sont généralement assez bien conservés dirons-nous. Ivy faisait jeune et elle allait rester comme ça encore de longues années. En voyant tout ceci, je ne pus m'empêcher de me demander si Ivy avait eu vent des rumeurs de la meute de Malack, si seulement elle y connaissait quelque chose. Pouvait-elle les battre ? Trois ou quatre loups sans soucis, mais toute la meute ? Même Ivy n'était pas imbattable, mais j'espérais bien le contraire.

Ivy protégera toujours Slade et Amy, mais malheureusement ils ne sont pas toujours à ses côtés. Si la meute de Malack met la main sur eux, je ne sais pas si les deux jeunes gens saurons se défendre contre des loups sanguinaires. Avant de partir de ma meute, j'avais eu vent qu'elle n'était pas la seule à avoir le but d'exterminer les Wolpertingers. Il y en avait plusieurs, mais chacune opérait dans son coin. Et si cette menace devenait plus grande ? Je souriais aux paroles d'Ivy. Il était évident que je voulais en savoir plus sur son passé de guerrière. Elle avait peut-être des choses à m'apprendre, surement d'ailleurs.

Un loup tel que moi ? Savait-elle ? Savait-elle que je venais d'une meute qui ne veut que la mort de ses enfants ? Si c'était le cas pourquoi me laisse-t-elle ici ? Je m'inquiétais pour rien. Ivy avait vécu de nombreuses années pour savoir quand le passé de quelqu'un avait été difficile. Peut-être qu'elle lisait en moi, beaucoup plus que je ne le voudrais réellement. Je ne pouvais me confier sur ce passé-là, je ne voulais pas y penser en la présence d'Amy... "Oh Amy, ta maman exagère" avec un clin d'oeil. "Je suis sûr qu'un jour tu me mettras à terre", avec un sourire confiant. Ivy me prit la main ainsi que celle d'Amy pour nous conduire dans une autre pièce de la maison. Je suivi le mouvement et regarder Amy du coin de l'oeil. Et je me demandais sincèrement comment j'allais pouvoir la protéger de tout ce qu'elle allait devoir vivre dans sa vie. Elle allait peut-être même devoir survivre à ma propre personne un jour où l'autre. Cela me rendait triste, plus triste que la peine que je ressentais pour Mathis, mais l'aura d'Amy était tellement aimante que je ne pouvais que sourire en la regardant.

Ivy se mit devant une grande porte tandis que je me rapprochais d'Amy. Je l'écoutais tout en étant curieux et en souriant à Amy. J'étais arrivé dans cette maison avec tellement de peine et ces deux femmes avaient réussi à me l'apaiser. Mon coeur se portait mieux, ici avec elles.Une fois dans la pièce, je compris que c'était un autre art. Il n'y avait pas d'entrainement physique, d'effort physique à fournir. Bien sûr, il y avait d'autres efforts à fournir. Ivy touchait un peu à tout d'après ce que je voyais, elle en avait le temps me direz-vous. Je fronçais les sourcils en écoutant Ivy et en la suivant du regard une fois au centre de la pièce. Je fus bouche bée en découvrant la sculpture d'Ivy. Je regardais Amy avant de m'approcher pour voir de plus près son oeuvre. "Ivy... C'est... Mais..." cela faisait plusieurs secondes, longues secondes que mon regard était posé sur le loup. Je sentais le bois sous la fourrure, je voyais très bien ce loup crier à la lune dans les montagnes. Je pouvais l'imaginer comme s'il était vraiment réel. C'était extraordinaire. J'avais l'impression d'être moins seul en tant que loup. Je savais que je n'étais pas seul, que des lycans il y en a plein à Edminbourg, mais je ne suis pas très sociable avec mon espèce faut croire. Je n'avais pas vraiment d'amis hors mis la famille Morgan. "C'est formidable" en relevant mon regard vers Ivy qui venait de se faire câliner par Amy. En regardant les deux jeunes femmes, je compris ce que c'était l'amour. Ma mère m'aurait-elle aimé ainsi ? J'entendis Amy demandait une panthère ainsi qu'un ange noir. Cela représenterait Ivy et Amy, c'est sûr.

C'est bête, mais j'avais l'impression d'avoir un nouvel ami. Quelque chose qui me rappelle mon espèce sans pour autant penser à la meute de Malack. On pouvait être différent, c'est ce que me prouve Ivy aujourd'hui. Une Latawiec qui prend soin des Wolpertingers. Il avait du bon en chacun, même en moi... Mon esprit s'évada en regardant la bête, en laissant la douceur de la fourrure se glissait entre mes doigts. Je regardais le regard de ce loup qu'Ivy avait fait si intensément. De l'espoir, voilà ce que représentait ce loup-là. C'est cette famille qui représente tout ceci, elle donne de l'espoir. L'espoir d'être quelqu'un de meilleur. Je ne me voyais plus en train de tuer des Wolpertingers, je voulais une autre vie à présent. Je voulais protéger ceux qui en avaient besoin, les personnes comme Amy ou Slade et peut-être même d'autres espèces. J'étais profondément mauvais, je ne pouvais pas devenir gentil, pour moi cela semblait impossible. Mais tant qu'Amy et Ivy seront là, tout reste alors possible...

J'entendis Amy, me rappelait de mon monde. Je sentis que mes yeux étaient légèrement mouillés, c'était ce que l'on appelle une trop forte émotion. "C'est juste parfait..."en me rapprochant des deux femmes. "C'est moi qui devrai vous remercier... A toutes les deux" en leur souriant. Je laissais Amy me prendre la main tandis que je prenais à mon tour la main d'Ivy, ce qui n'était pas à mon habitude. Je n'étais pas réputé pour être avenant physiquement. "Je ne sais pas comment je peux faire pour vous remercier, car vous m'offrez plus que ce que je n'ai jamais eu" en me tournant de nouveau vers mon nouvel ami inanimé. "Il est formidable Ivy, tu as su représenté tout ce qu'un lycan se doit d'être. Nous ne sommes pas des monstres" en me tournant de nouveau vers elle "On est juste des êtres qui ont aussi besoin d'espoir pour vivre. Un espoir que vous m'avez donné. Je ne sais pas comment vous remerciez pour ça" en baissant les yeux.

Pour elles, c'était peut-être impossible à comprendre. Impossible à imaginer même, mais j'avais perdu mon humanité, une humanité que je savais maintenant que je venais de retrouver. Tout n'était pas sous contrôle, mais ce qui est sûr c'est que je ne la laisserai  plus jamais repartir. Peu importe où je serais, je m'y accrocherais. Comme je m'accrocherais à ce souvenir-là, aux visages des deux jeunes femmes à ce jour.
© Poupi


Hope when you take that jump
You don't feel the fall
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 7 Mar - 0:42



« Une panthère? Rien que cela? » demanda-t-elle en souriant. Elle ne savait pas si elle pouvait le promettre, parce qu'elle n'avait jamais fait de tels animaix. Peut-être que cela serait plus facile, elle n'en avait pas la moindre idée. Tout ce qu'elle voyait, c'était Ali qui semblait heureux et perturbé également. « Quant à l'ange noir, je ne pense pas que cela soit une bonne idée ma chérie, c'est une représentation qui pourrait porter à confusion je pense... » En fait, elle n'en savait rien non plus. Trop d'ignorance sur elle-même, alors qu'elle avait vécu depuis si longtemps. Mais il était vrai qu'elle n'avait vu des statues d'anges célestes, pas comme eux. Leurs ailes étaient blanches comparées aux siennes. Ce qui n'était pas de la pureté à ses yeux. De toute manière se nourrir de sang, même si elle avait prit l'habitude, elle savait bien que cela n'avait rien à voir avec la pureté, juste la survie. Qui savait ce qui pouvait arriver à un lata qui s'arrêterait de boire définitivement du sang? « Je verrais ce que je peux faire... et merci à toi Ali, tu as redonné le sourire à ma petite Amy, c'est ce qu'il lui fallait. Ceci, » disait-elle en montrant la sculpture, « ce n'est rien comparé au bonheur de ma fille.»

Elle attrapa Ali par les épaules, le serrant fortement contre elle. Il y avait des choses qui n'avait pas besoin d'être dites et d'autres qui devraient sortir. Elle sentait qu'il était renfermé sur lui-même, mais il ne pouvait pas y avoir que cette histoire de petit ami qui se fichait de lui. D'ailleurs, elle avait bien envie d'aller voir là-bas, histoire de lui faire peur à cet énergumène, mais elle ne le ferait pas, par respect pour son fils. Ali était comme son fils, même si elle en avait adopté un, comme Amy. Elle se demandait ce qu'il devenait, cela faisait un mois qu'il n'avait pas donné signe de vie et cela l'agaçait fortement. Le Texas était si grand, peut-être qu'il lui était arrivé quelque chose ? Elle soupira en sentant sa tension, il savait combien les deux femmes étaient tactiles, donc c'était autre chose, sauf qu'elle ne lisait pas les pensées. Elle prit le visage du jeune loup entre ses mains et plongea son regard dans son jumeau.

« Saches que si un jour tu as besoin d'une oreille, d'une épaule, je serais toujours là, quoique ton passé soit. » Affirma-t-elle doucement. « Je ne te forcerais jamais à te dévoiler, mais un jour, lorsque cela trop fort, n'hésite pas à venir. » murmura-t-elle contre son oreille. Elle lui déposa un baiser sur la tempe et relâcha doucement ses épaules pour venir glisser ses doigts entre les siens. « Pour la sculpture, il faudra attendre encore un peu, mais tu pourra venir la chercher d'ici 48 heures, à moins que je ne vienne te l'amener, c'est toi qui décide. » disait-elle en serrant un peu plus fort ses mains. Elle le lâcha, pour venir enlacer sa fille. « Vous savez ce qui serez bien maintenant? » Un sourire se dessinait sur ses lèvres. « C'est que le dernier dans le salon sera obligé de faire la vaisselle ! » affirma-t-elle en lâchant précipitemment sa fille. Bien entendu, personne ne faisait la vaisselle, Ivy avait acheté un lave-vaisselle en arrivant dans cette maison. Mais elle ne voulait pas que la séquence émotion soit trop longue, chacun risquait de partir dans son passé et cela n'augurait rien de très joyeux.

Elle arriva la première, bien entendu dans le salon, disposant les tasses les unes à côté des autres, attendant pour verser le chocolat chaud et café. Les assiettes étaient également déposées, le gateau posé sur un plat, elle attendait patiemment assise sur l'un des fauteuils, Une jambe sur l'autre, bougeant son pied de bas vers le haut et inversement. « Lequel des deux va arriver en premier... » murmura-t-elle en souriant de plus bel. Un doigt en travers de sa bouche, elle savait qu'il faudrait du temps à Ali pour leur faire confiance et pour parler, car il avait beau être ami avec sa fille, il y avait quelque chose qui était collé à sa peau, sans qu'elle ne sache quoi. Remords ? Regrets ? Tristesse ? Des regards comme le sien, elle en avait vu et aimerait tellement pouvoir l'aider...

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 8 Mar - 13:46
Alistair, Ivy & Amy



Tout cela allait finir dans les violons mais Amy aimait les moments tendres comme ceux-là, ou spontanément on vient faire un câlin à l'autre juste parce qu'on en a besoin... Elle avait tellement d'amour à donner, et puis elle n'était pas idiote elle savait qu'il y avait quelque chose au fond d'Ali, une blessure plus grande que ce qu'il voulait bien leur raconter. Mais comme sa mère, jamais elle ne le forcerait à quoique ce soit, préférant que ce soit lui qui vienne simplement lui parler. En tout cas le moment câlin et tendresse fut finalement écourtée par sa propre mère qui avait trouvé que c'était le moment idéal pour faire une course et surtout la vaisselle? Amy se demandait ce qui avait bien pu se passer dans la tête de sa mère, elles ne faisaient pas la vaisselle... Cependant, Amy était joueuse, sa mère la connaissait bien, la jeune wolpertïger regardait alors celui qu'elle considérait comme un frère avec un regard très, très joueur. "Je te préviens, ne me laisse pas gagner!" Disait-elle avant de se volatilisé, non elle ne voulait pas de traitement de faveur, elle voulait gagner par ses propres moyens, elle se mit donc à courir ne regardant pas derrière son avantage était qu'elle connaissait vraiment la maison par cœur, et au lieu de descendre les escaliers et s'asseyait sur la rambarde et se laissa glisser jusqu'au bout, sautant quand elle arrivait à la fin. "J'ai toujours rêvé de faire ça." Disait-elle en s'amusant réellement tandis qu'il ne lui restait plus grand chose pour arriver dans le salon.

- "DEUXIEEEEEEEEEEEEEEEME !!!" Criait-elle en arrivant dans le salon, arrivant toujours en courant elle se vautra ensuite sans aucune élégance dans le canapé, riant et récupérant en même temps sa respiration, elle sentait alors toutes les odeurs de chocolat et elle n'en avait plus que pour son estomac, elle pouvait donc remarquer les tasses fumantes qui n'attendait que d'être bu et le gâteau qui lui n'attendait que d'être mangé. "Bah alors Ali, on se fait battre par les filles??" Disait-elle pour le charrier toute contente d'elle. Amy avait toujours eu l'esprit compétitif, pas jusqu'à l'excès mais elle aimait les défis. Elle se disait aussi qu'il était fort possible qu'il ne l'est pas écouter et qu'il l'ait laissé gagner mais, elle ne voulait pas l'entendre, elle lui avait demandé de jouer le jeu, elle espérait qu'il l'avait fait.

- "Il va falloir que tu vienne plus souvent." Disait-elle d'un coup les yeux toujours poser sur le gâteau. "Ainsi Ivy en ferait plus souvent." La jeune femme regarda sa mère le regard taquin, bien sur Ivy lui faisait autant de gâteau qu'elle le désirait ou presque mais, elle était d'humeur joyeuse et Amy aimait taquiner les autres. "Rien de tel pour mettre du baume au cœur." disait-elle tandis qu'elle attendait que tout le monde soit installer pour pouvoir manger, elle était impatiente oui mais, pas impolie, elle adorait tous ces dimanches ou Alistair venait chez elles, ils passaient toujours de merveilleux après-midi tous les trois, c'était l'une des première rencontre qu'elles avaient faites et sa mère avait raison, il lui avait redonné le sourire, il n'avait pas fait que cela, il lui montrait également qu'on pouvait avoir confiance en un homme... Amy avait grandi sans père, et le seul petit copain qu'elle avait eu c'était royalement foutu de sa gueule, c'était donc rassurant de voir que finalement, ils n'étaient pas tous ainsi et que certains pouvait même être adorable comme Ali, malheureusement parfois quand on était adorable c'était nous qui nous faisions avoir, mais on s'était trouvé tous les trois à présent et nous serions toujours là pour les uns et les autres!
Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Sam 21 Mar - 17:05

   
Lieu de paix et de sérénité
Amy Morgan, Ivy Morgan et Alistair Siuaghan




J'aurais voulu que le monde s'arrête maintenant, qu'il arrête de tourner, que le soleil brille pour l'éternité que mon coeur se glace à cet instant pour ne garder que ce sentiment. Ce sentiment qui remplit mon corps d'une chaleur ardente et tellement plaisante à ressentir, le bonheur ou est-ce bien de l'amour. C'était étrange d'en recevoir autant de la part d'autres personnes. Des personnes qui ne font parties de votre vie seulement depuis quelques mois et qui pourtant ont changé ma vision du monde, de la vie en elle-même. Elles me montrent que je peux attendre plus de la vie qu'un simple désir de vengeance, que je ne suis pas que ça. Je pense les aimer, toutes les deux... Peu importe si ce n'est que dans un sens, je suis prêt à les aimer comme ça. Aujourd'hui, je ne me vois plus loin d'elles. Leurs chaleurs, leurs tendresses et leurs confiances me manqueraient. Je suis peut-être devenu drogué, dépendant de leur amour inconditionnel. Je les regarde et je comprends ce que c'est d'aimer des personnes comme si elles appartenaient à sa propre famille.

Je n'ai peut-être jamais eu de frère ni de père mais dans mon histoire j'ai gagné beaucoup plus. Je voulais tellement être aimé de quelqu'un dans ce nouveau monde que je n'avais même pas fait attention que j'étais déjà aimé de deux personnes formidables. Mes sentiments envers Mathis semblent alors dérisoires d'un seul coup. Ce n'était qu'une nuit, une nuit sans réelle important. C'est comme ça que je devais le voir. Je devais tirer un trait comme je l'avais fait précédemment, comme je l'avais fait pour Chris à l'époque de la meute de Malack.

La meute de Malack pense que c'est une faiblesse que d'aimer. Mais ils avaient tout faux. Cela nous rend peut-être faible mais en contre partie on se bat avec plus de force que l'on ne peut en avoir qu'en pensant que nous sommes seulement des soldats sans attache. Je sais que j'avais déjà aimé une fois mais à l'époque je n'avais pas compris mes sentiments. Je pensais juste que c'était des instincts et que mon corps réclamait juste de la chaleur humaine. Peut-être que mon humanité n'a jamais vraiment été éteinte alors....

Ivy me sortit de mes pensées en me prenant contre elle, me serrant contre sa poitrine de mère bien aimante. Elle me parlait du bonheur d'Amy, et un sourire se dessina sur mon visage malgré moi. C'était une pensée qui me faisait prendre conscience que je peux rendre quelqu'un heureux. J'avais réussi avec Amy, je pourrais peut-être alors réussir avec quelqu'un d'autre. Une famille, peut-être. Les Morgans, l'avenir nous le dira.

Quand le regard d'Ivy se plongea dans le mien, j'eus un sentiment étrange. Mes yeux ne se détournèrent pas et j'entendais ce qu'elle me disait. Ses paroles résonnaient dans mon esprit, comme si Ivy connaissait mon passé, comme si elle lisait en moi malgré toutes les défenses que j'avais installées pour que mon jardin secret reste ainsi. J'avais parfois l'impression qu'il n'était pas obligatoire que je parle pour qu'elle me comprenne, comme ma mère l'aurait fait. Du moins, j'ose le croire. "Merci Ivy" avec un léger sourire.

Ivy lança alors un jeu, une course. Un plus grand sourire se dessina sur mon visage. Ivy parti en première suivit de sa fille. Je les avais suivi l'espace d'une seconde ou deux peut-être, mais en faisant un tour sur moi-même je me mis face à la pièce où Ivy exprimait ses divers talents. Je regardais le loup qui me représentait, comme si le loup qui sommeil actuellement en moi était bien réel. "Je sais, c'est notre passé... Mais un jour, on devra leur dire. On le leur doit..." en fermant les portes de la pièce.

J'essayais de rattraper Amy dans les couloirs de la grande maison, suivant son odeur parfumé. La maline, elle avait glissé sur la rambarde de l'escalier. D'un saut, je me retrouve en bas de l'escalier. Oui, je triche peut-être un peu en laissant l'agilité de mon loup ressortir. J'arrivais tout de même en dernier dans le grand salon de la propriété.

Je plissais un peu les yeux en regardant Amy et avec une pointe du syndrome de mauvais perdant je lui lançais ironiquement "Je suis galant" avant de lui envoyer un sourire. Mais il était clair que ce n'était qu'un moyen pour essayer de justifier ma défaite. Amy adore la compétition et c'est ce qui nous a aussi rassemblé, car tous les deux nous nous y mettons à fond pour donner le meilleur de nous-même et prouver qu'on est le meilleur. Chez Amy d'où vient ce trait de caractère, je ne pourrais le dire. Pour moi. Et bien cela vient de chez la meute de Malack, de Chris Hawkins...

En m'asseyant prêt des filles. Amy était comme hypnotisée par le gâteau et mon regard s'arrêta dessus aussi. Il avait l'air vraiment bon. "Ivy, faudra qu'un jour que tu me dises comment tu fais pour être parfaite d'en tout ! Il semble délicieux !" avec un petit étonnement. Je connaissais depuis peu Ivy, mais même si je la connaissais bien, cette femme arrivait toujours à me surprendre.

C'était un très beau cadre que nous formions tous les trois. Je savais qu'Ivy avait aussi un fils, Slade. Il était au Texas si je ne me trompe pas et d'un côté j'étais rassuré de le savoir loin d'écosse. J'avais l'impression que certaines choses allaient se passer d'ici peu, que le calme signifie juste qu'une tempête se prépare. Je protégerais cette famille, car à présent elle est la mienne. Le sang forme une famille, mais l'esprit forme la famille de coeur.

Je regardais le gâteau, mes coudes sur mes genoux. Je relevais la tête légèrement vers Ivy, puis vers Amy. J'aurais voulu que chaque dimanche ressemble à celui-ci. "Au faites Amy, tout se passe bien à l'Université ?" L'université d'Edminbourg devait être un endroit regorgeant de jeunes êtres surnaturels, après tout nous sommes dans la capitale des Faës. De plus, je voulais toujours en savoir un peu plus sur la vie d'Amy, tel un grand-frère qui protège sa petite soeur.
© Poupi


Hope when you take that jump
You don't feel the fall
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 26 Mar - 13:45


Ivy riait en voyant débouler Amy juste derrière elle, criant comme une enfant. En même temps elle en était une, même si les humains les considéraient comme des adultes à 18 ans, pour Ivy, Amy le serait toujours, son enfant. Elle l'avait éduqué du mieux et sa joie de vivre avec Ali lui faisait très plaisir. Elle adorait ce jeune homme et s'il les avait rencontrés plus tôt, elle l'aurait surement adopté lui aussi. Elle ne pouvait s'empêcher d'aider les autres, qu'ils soient wolp ou non, mais il était vrai aussi que depuis Amy, il y avait eut Slade qui avait eut besoin de son aide, plus qu'un autre car personne ne semblait le comprendre. Il était si petit, tout comme les autres enfants de cet infâme orphelinat, mais tous les enfants avaient été adoptés bon gré, car l'argent pouvait tout acheter et même l'amour d'une famille. Aucun des parents n'avaient eut le mauvais gout de les rejeter, d'une part parce qu'ils avaient eut l'argent qu'ils auraient pu avoir besoin pour leur éducation et autres, mais surtout parce qu'elle-même les avait choisis en fonction de leur capacité. L'orphelinat avait fermé ses portes définitivement et sans que personne ne le sache, elle avait fait ouvrir un autre, plus loin, sous un nom d'emprunt de manière à ce que les malheureux puissent avoir toujours un lieu pour vivre plus confortablement. L'argent ne manquait jamais pour eux ou les autres, sa fortune ne se comptait plus depuis bien longtemps. Elle avait su faire de précieux investissements et sa fortune personnelle était vieille, très ancienne, tout comme ses propres armes.

Elle se leva, enlaçant sa fille un instant puis la poussa vers la table pour qu'elle s'y installe. Puis s'approcha en souriant d'Ali pour poser ses mains sur ses épaules, « Elle a raison, tu devrais venir plus souvent, pas que le dimanche tu sais » commençait-elle en souriant de plus belle, puis s'approcha de son oreille. « Et ne boude pas, je sais qu'elle adore gagner et voit comme elle est heureuse, en plus moi aussi, j'adore que tu soit parmi nous. » murmura-t-elle en glissant son bras autour de ses épaules pour le faire avancer vers la table. « Et arrêtes de me remercier, où je vais être obligée de sortir un paquet de mouchoirs et à cause de ma fille, je crois qu'il faut que j'aille en racheter » affirma-t-elle en riant. « Installes-toi, fais comme chez toi et mangez, vous en avez besoin les jeunes » lâcha-t-elle en tirant la langue à sa fille. « Quant à toi ma chérie, je pense que tu n'aura plus rien à manger si tu continues à te moquer. » Son ton était si difficile à garder en sérieux, qu'elle ne put qu'éclater de rire. Elle bougea si vite qu'elle se retrouva face à eux deux, s'asseyant et attrapa une tasse de chocolat. Un de ses plaisirs qui ne pouvaient, avait-elle entendu dire depuis des années, que c'était impossible, mais c'était le cas. Bien entendu, n'importe qui aurait pu lui proposer du café, le gout aurait été infâme, mais pas cette dose chocolatée et pleine de couleurs. Surtout qu'elle le faisait venir des meilleurs pays de vente de cacao.

« Sinon pour répondre à ta question, je suis loin d'être parfaite, car à part le chocolat chaud et les gâteaux, il vaudrait mieux ne jamais manger quelque chose que je puisse cuisiner. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer, mais à force, j'ai un don qui ne se pratique pas en cuisine. » expliqua-t-elle en buvant une gorgée de la boisson chaude. Elle les observait en silence, appréciant ce cadre, une famille, même s'il n'y avait qu'un seul parent, cela lui suffisait amplement. Enfin, inconsciemment cela lui pesait d'être seule, car même si elle partageait tout avec sa fille, c'était bien différent et ses nuits étaient prolifique à son travail, mais sa vie lui semblait fade par moment. Perdue dans ses pensées, elle les laissa discuter entre jeunes, faisant tourner sa tasse entre ses doigts, se disant qu'au final il serait difficile de faire entrer quelqu'un dans leurs vies, surtout si c'était pour elle...

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 31 Mar - 15:02
Alistair, Ivy & Amy
Amy se faisait enfin un plaisir de prendre une part de gâteau et mordre dedans afin d'en prendre une bouché, elle en fermait les yeux tellement c'était  bon... "Le paradis, oui j'y suis enfin!" S'exclama-t-elle avant de finir par en rire, prenant aussi une gorgée de son chocolat bien chaud, Amy sa mère pour beaucoup de raison et tout ceci en faisait partie, au oui, il ne fallait pas lui demander de cuisiner autre chose mais, Amy n'avait pas besoin d'autre chose, c'était juste parfait, quoi de meilleur que le chocolat voyons ?? Elle savourait, prenant son temps pour manger tandis qu'elle écoutait Ali et sa mère, à les regarder le cadre de la parfaite famille était en place et la petite wolpertïger aimait se sentir si bien entourée, ça l'aidait à s'épanouir dans cette nouvelle ville.

- "Arrêtes, il a raison maman, tu es parfaite." Disait-elle en venant déposer un bisou sur la joue de sa mère, aillant vérifier avant bien entendu qu'elle n'avait pas de chocolat autour de la bouche, elle était consciente qu'elle n'était absolument pas objective car c'était sa mère mais, elle s'en fichait de plus elle savait qu'elle avait raison, Ivy était parfaite point final on ne pouvait pas rêver meilleure mère au monde, et elle était sûr qu'Ali pensait la même chose, elle d'ailleurs un léger coup de coude à Ali. "T'en fais pas, tu t'en remettras de te faire battre par une fille." Lançait-elle en riant de nouveau, le taquinant sans retenue reprenant ensuite une bouchée de gâteau, elle avait toujours le sourire aux lèvres. "Oui tout ce passe bien, bientôt je signerais avec un label tu vas voir et on verra ma tête sur tous les murs d'Edimbourg!" Elle plaisantait bien entendu, elle n'en était pas rendu là, ça c'était ce dont elle rêvait et dont elle n'était même pas sûr que ça se réaliserait un jour... Mais tout ça pour dire qu'elle avait de bonnes notes, c'était surement la partie de sa vie qu'elle maitrisait le mieux et qui ne partait pas en cacahuète, du moins si elle ne faisait pas la bêtise encore une fois de tombé amoureuse du plus idiot des élèves et de se faire de nouveau avoir... Non elle refusait que ça arrive une nouvelle fois, de plus elle ne voulait pas quitter cette ville maintenant qu'elles y étaient.

- "Et toi, comment ça se passe au garage? Les affaires marchent bien?" Demandait-elle avant de finir sa première part de gâteau, non Amy n'était pas du tout un vrai ventre sur patte, elle prenait donc une nouvelle part! Faisant une pause en buvant une nouvelle fois un peu de son chocolat. "Ce serait un crime, si tu me privais de pouvoir manger!" Disait-elle en regardant Ivy. "Je me détériorerais de l'intérieur, mon ventre crierait famine et tu aurais finalement la mort de ta propre fille sur la conscience... Je suis sûr que tu ne pourrais même pas vivre avec cela sur ta conscience!." Disait-elle en faisant tout ça dans la théâtralité bien sûr, rendant cela aussi terrible que ça puisse être, elle ne pouvait pas s'empêcher de rire à nouveau, la regardant avec ses petits yeux tristes qu'elle savait si bien faire pour appâté sa propre mère, Amy était un vrai bout en train quand elle le voulait et avait même parfois du mal à s'arrêter mais, ça faisait tellement du bien de rire!
Revenir en haut Aller en bas

Identity Card
Je suis en ville depuis le : 08/12/2014 Nombre de messages : 1351 Points : 5879 Je porte l'avatar de : Colton Haynes J'ai : 23 ans Je travaille comme : Garagiste Actuellement, je suis : Un con de Célibataire amoureux malgré lui de l'être le plus sauvage et violent que le monde puisse connaitre...
Tell Me More
Got It !

Mer 17 Juin - 22:49

   
Lieu de paix et de sérénité
Amy Morgan, Ivy Morgan et Alistair Siuaghan




Un après-midi bien heureux chez les Morgan's. C'était toujours le cas quand je venais ici passer la journée avec ces deux femmes surprenantes. Enfin, femmes... L'une d'entre elle avait des années et des années à son actif tandis que la deuxième se rapprocher plus d'une jeune fille innocente qu'une femme à part entière. Deux personnes qui sont entières avec moi, deux personnes qui ont su me faire confiance malgré mes mystères, mes secrets, mes troubles psychologiques... Est-ce qu'elle le voit ? Non, peut-être pas, peut-être que si. Peu m'importe, elles ne me posent aucune question alors autant profiter tant que la paix dure dans cette ville.

Je souriais à leur parole et je contemplais ce spectacle : une réelle relation entre mère et fille. Il y avait de l'amour, de la complicité et de la sincérité dans chaque regard, chaque sourire même dans chacun de leur moments de tendresses. C'est tout ça qui m'était inconnu encore il y a quelques semaines. J'ai découvert ça avec elles et je suis content qu'elles m'aient montré tout ceci. Attention, de là à être comme ça avec les autres c'est toute autre chose. Elles m'ont donné une nouvelle vision de la vie, une vie que je partage avec elle maintenant. Chaque dimanche dans une sorte de famille, entouré par ceux que j'aime surement le plus à l'heure d'aujourd'hui. Mais c'est aussi ceux qui me rappelle pourquoi je suis là: la mort de Jekiah.

"Je te le souhaite ma Amy, tu vas décrocher tous les contrats" en partageant son rêve, "mais je veux une place quelque part" en lui faisant un clin d'oeil. "Oh le garage tout baigne, mais je suis en train de réfléchir pour changer... J'en ai marre de réparer des bagnols. Il est peut-être tant de prendre une nouvelle tournure mais je vous en dirai plus la prochaine fois" avec un sourire.
A vrai dire, je n'avais pas vraiment d'idée pour le moment mais j'avais envie de faire quelque chose d'héroïque malgré ma noirceur. Peut-être voulais-je une rédemption... Mais qui démarrera après la mort de mon frère.

L'après midi continua entre rigolade, fou rire, moment de tendresse entre une mère et une fille. Des moments fun avec Amy dans le jardin ou bien dans la maison, des échanges de regards qui s'infiltrent au plus profond de votre être avec Ivy. Toute bonne chose à une fin et à la nuit tombée, je suis rentré dans mon studio en pensant encore au bien fou que cela m'avait fait de voire ces deux femmes aujourd'hui.
© Poupi


Hope when you take that jump
You don't feel the fall
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

Lieu de paix et de sérénité [Pv : Amy et Ivy Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-