IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me ▬ Nyx & Blue


Silence is a true friend who never betrays.

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 1 Mar - 13:22


- Vous ne pouvez pas entrer. – Gronde le vigil pour la énième fois. Je suis là, planté comme un crétin devant la porte de cet endroit. Nous ne sommes qu’une petite douzaine. On a l’air de chiens surexcités, j’en ai bien conscience. Je sais que c’est pathétique et que je ne devrais pas être là. Je devrais être dans le canapé à manger des curly la tête à l’envers et regarder un film avec Magyar qui ne fait plus même attention à ce que je fais. Mais je suis là, devant cette porte et je sais que lui est là. De l’autre coté. Je me sens petit et tellement inutile. Mon cœur est une pauvre chose malade qui se débat dans ma poitrine. Je sais que je dois rester en vie ; mais je ne suis pas comme cet homme de l’autre coté. Je n’ai rien d’extraordinaire. Je suis juste moi. Des gars comme moi, il y’en a plein. D’ailleurs, il y en a trois ici, le reste ce sont des gonzesses en chaleur dont les odeurs me dérangent quelque peu. On est là et on ne peut pas entrer. Lui, ne peut pas sortir. J’imagine qu’il ne sait même pas que je suis là ; que nous sommes là. Et qu’il ignore que je suis là moi, rien que pour le voir. Et parce qu’il donne de l’espoir dans mon cœur. L’espoir qu’un jour moi aussi, je devienne un ange magnifique.

Finalement ils nous demandent de reculer et je me fais complètement bouffé par les autres. Il va sortir. Ils prennent des centaines de photo et je ne sais pas à quoi ça peut bien leur servir. Moi j’avais un poster de lui et c’était beaucoup mieux ! On pouvait voir tous ces muscles et ses cheveux scintillants. Mince, pourquoi est-il si merveilleux ? Ils l’appellent tous et je suis là, je ne le vois même pas je me suis assis alors contre le mur, je verrais ses pieds peut-être… Parce que même ses pieds sont vraiment parfaits. J’ai chaud, j’ai froid. Je ne me sens pas très bien…

J’ai quitté le sol. Je ne sais pas voler pourtant. Un type me porte dans ses bras et s’écriant que quelqu’un a fait un malaise. Les autres pestent que je fais semblant. J’ai lentement ouvert les yeux et ouvert mes doigts qui tiennent si fort ce misérable objet. Un objet que j’ai cassé dans mon anxiété. Je me sentais si mou ; mon corps ne répondait plus. J’aurais voulu redresser la tête, juste pour le voir, mais je ne peux pas. « J’ai acheté ça pour toi… » Marmonnais-je alors que je prenais de plus en plus de hauteur. Est-ce que je ne pèse rien ? Suis-je à ce point insignifiant ? Mon cœur se brise un peu plus. « Ça te ressemble et ça valait l’argent que j’ai gagné aujourd’hui… » Tout ça pour une stupide figurine, pour un rien parce que je crois que je déteste cet objet à présent. Oui, il me dégoutait en tout point. « Mais ce n’est pas… Aussi beau que toi. » Comme rien ne sera jamais aussi beau que lui. Pas même un délicieux gâteau au chocolat… La hauteur, de l’air ; enfin.

J’ai brutalement redressé la tête. Il est là, juste devant moi. J’écarquille les yeux. Oh je sais que ce n’est pas la première fois que je le vois. Mais il me fait toujours l’effet d’une bombe. Je fixais son visage aux traits surréalistes. Je me souviens des anges dans la petite chapelle, ceux qui se riaient tant de moi et de ma laideur. Pourtant lui, il ne se moque pas de moi. J’ai la sensation qu’il ne le fera jamais. Il n’est pas comme ces autres anges, sa peau tatouée et ses cheveux longs et blancs. Maintenant, je vais tellement bien…

J’ai faiblement souris. Je sais que les gens comme lui ont bien mieux à faire que de regarder quelqu’un comme moi. Personne ne s’intéresse vraiment au catch, c’est un sport de brutes. Il est stupide de la part de quelqu’un si longtemps malmené de l’admirer pas vrai ? Mais je suis tellement bête. Tellement d’ailleurs que je suis là, dans les bras de quelqu’un, l’air complètement tendu. Je ne sais pas quoi faire et j’ai peur de tomber.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Dim 1 Mar - 15:05

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Un match long, qui s'est terminé en bon et du forme. Pour certains combattants, la longueur des matchs peut leur être éprouvant surtout si leur blessure leur sont importantes. Mais pour moi, la longueur m'importe peu, car les émotions que m'offrent ce sport, sont d'une force légendaire un peu comme une libération intérieure. Des personnes préfèrent se promener au bord de l'eau ou en forêt, d'autres préfèrent chanter ou danser. Chacun, avons ses propres préférences mais tout ce que je peux dire, c'est que le catch m'apporte toujours plus à chacun de mes combats. Plus d'expérience, de force autant mentale que psychique et une très grande détermination. C'est également dans les matchs, que j'essai de dévoiler ma réelle apparence le moins possible. Malgré tout, le sang d'un vampire circule dans mes veines, ce qui peut me faire oublier ma force et mon agilité supérieure à celle d'un humain.

C'est tout ce à quoi je pense en ce moment, tandis que mon regard fixe longuement la fenêtre qui donne libre vue sur un parc. Pensif, je peux entendre les cris d'hystérie des jeunes filles qui attendent derrière la porte, retenues par les sécuritas. D'ordinaire, ces cris ont tendance à plaire aux sportifs qui une fois qu'ils apparaissent devant la foule, gonflent leur buste avec un grand sourire exprimant leur prétention face au public assoiffée de leur personne. Encore une fois, je ne me vois pas être de cet avis. Car autant entendre ces cris me fait plaisir, que je peine encore à réaliser que ceux-ci me sont destinés. C'est encore légèrement pensif, que je jette un coup d'oeil à l'horloge de la pièce qui indique ma sortie dans 3 minutes. Je fixe alors un instant le ciel et laisse une pensée pour ma femme, qui doit me regarder depuis là-haut. "Même de là-haut, tu ne cesse de me faire avancer." murmurais-je à voix basse, pour moi-même.
- Il est l'heure Nyx. Vint me dire mon coach en posant sa main sur mon épaule.
- Très bien, j'arrive.

Un dernier regard et lancé vers le ciel, puis je me lève de la chaise sur laquelle je suis assis, pour me diriger vers la porte d'entrée gardée par un autre sécuritas. Mon ouïe fine me permet d'entendre l'autre interdire les fans de s'approcher. Je ne réagis pas, attendant simplement qu'un des membres de la sécurité vienne à ouvrir. L'heure pile est annoncée et un des sécus m'ouvre me faisant ainsi apparaître aux yeux de tous. Les cris d'hystéries y vont bon train, ce qui me fait serrer les dents dans l'espoir de ne pas retrouver mes tympans en lambeau. Calmement, je salue la foule et prend quelques stylos qui me sont tendus, pour signer sur les divers posters et cartes de fans. Parfois, des personnes m'interpelle, me demandant de poser pour eux pour une photo souvenir. Je le fais donc sans rechigner, ne souhaitant que faire plaisir aux personnes présentes. Tous sourient, rient et démontre leur joie. Un moment étrange mais plaisant à la fois.

J'entend alors un homme crier en alerte. Mon attention se reporte sur lui et le vois porter un jeune homme visiblement mal au point. Mon regard bleu vient fixer l'objet qu'il a dans les mains et une fois qu'il s'approche de moi, le jeune homme dans les bras sous les critiquent des autres fans, je peux capter les mots du jeune homme qui viennent me frapper en plein coeur. A cet instant, je ne peux que regretter de ne plus me sentir capable de sourire. Mon regard se veut toutefois très doux et traduit parfaitement ce que mes lèvres elles, ne peuvent témoigner. Ma main vient alors saisir la figurine à mon image, chose que je ne m'attendais pas à voir une fois de plus. Brisée dans ses mains cela vient me fendre le coeur surtout en sachant que ce jeune garçon avait visiblement mit toutes ses économies pour l'acheter. Mon regard se relève alors, pour venir transpercer le sien à moitié fermé. Mes lèvres sont immobiles, mais mon regard lui, vient lui sourire doucement.
- Je te remercie, je vais la garder et y prendre soin. Lui répondis-je doucement.

Des fans visiblement agacés par la situation, viennent à critiquer ouvertement le jeune homme qui semblait bien loin de faire semblant. Je ne réponds rien à tous ces mots et fixe l'homme qui le porte.
- Éloignez-le de la foule. Sans doute que le silence lui fera du bien.

Dis comme ça, mes paroles pouvaient être vues comme étant du je m'en foutisme et pourtant, c'est bien loin d'être le cas. Tandis que l'homme appartenant à la sécurité, vint emmener le jeune homme dans un lieu plus sûr, je continue de m'occuper des fans présents jusqu'à ce qu'un garde du corps vienne à barrer le passage afin de me laisser passer. Dix bonnes minutes vinrent s'écouler, avant que je puisse sortir de la pièce bondée. Le brouhaha s'étant enfin éteint, j'entre et traverse un long couloir, pour enfin me retrouver dans une pièce ressemblant de près à une salle de bain. La statuette offerte par le jeune homme à la main, je la pose sur un petit rebord et me regarde dans le miroir pour me débarrasser de mon maquillage de combat.
- Phil, peux-tu aller chercher de la colle ? Et est-ce-que tu sais où se trouve le garçon ? Demandais-je à mon entraîneur.
- Le garçon ? Lequel ?
- Celui qui m'a offert cette figurine. Il était mal en point et j'ai demandé à un membre de la sécurité de le mettre en lieu sûr.
- Ah celui-là !? J'ignore où il doit être. Mais j'ose imaginer qu'il doit être à l'infirmerie.

Sans même lui répondre, j'entre dans la douche et commence à me doucher sous le regard interrogateur de mon coach. Appuyé contre le mur, il regarde la figurine brisée et vient à s'éclipser, sans doute pour aller chercher ce que je lui avais demandé. Six bonnes minutes plus tard, il revient, tandis que de mon coté, je m'habille et me maquille comme à mon habitude, me faisant ainsi re devenir un habitant normal.
- Quelle idée il a eu de t'offrir une figurine brisée. C'est d'un ridicule ! Pourquoi pas un bouquet de fleur pendant qu'on y est ?

Je ne répond rien à ses paroles peu réfléchies, agacé par sa réflexion peu diplomate. Je termine simplement de me préparer et prend la colle qu'il a dans les mains tout en reprenant la figurine posée et m'en aller vers la porte d'entrée avec une certaine rapidité qui surprend Phil.
- Oh ! Mais qu'est-ce-que tu fou ?
- Je vais voir comment va ce jeune garçon et le remercier pour la statuette.
- Voilà que tu deviens sentimental toi ... Tu es malade ?
- Pas du tout, je prends juste le temps de réfléchir avant de parler. Tu devrais en prendre de la graine d'ailleurs. Allez, à plus tard !

Mon coach est un très bon ami. Alors je sais que lui parler ainsi, ne le fera pas tiquer pour deux sous. Il ne répond toutefois rien à mes dernières paroles et c'est avec rapidité que je traverse le grand hall du bâtiment pour me diriger vers l'infirmerie que je connais que fort bien. Je retrouve alors le sécuritas qui l'avait porté et lui demande l'autorisation de m'ouvrir, chose qu'il fait sans rechigner. J'entre finalement dans la pièce et vois le jeune garçon allongé dans un lit, visiblement endormi. C'est donc en silence que je re ferme la porte derrière moi et marche doucement vers lui, pour poser la figurine sur une table. Essayant de faire le moins de bruit possible, je sors la colle de ma poche et viens à re coller les morceaux de la figurine avec le plus de précision possible. De temps à autre, mon attention se reporte sur le jeune garçon, dont l'odeur me paraît bien familière. Je peux d'ores et déjà en déduire, qu'il est loin d'être un simple humain.

Quelques bonnes minutes de concentration et de travail manuel vinrent suffir, pour que la statuette ait reprit forme. A présent rétablie, je la prend avec douceur et la pose sur la table de nuit placée à coté du lit du jeune homme qui d'ailleurs, se réveille doucement.
- Alors, ça va mieux ? Tu veux boire ou manger quelque chose ?
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞


Dernière édition par Nyx Lawrence le Mar 3 Mar - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 1 Mar - 18:00
J’étais porté dans des bras, renvoyé à l’image de cet adolescent de quinze ans ; perdu dans la neige. Le froid mordant et des bras soudainement si rassurant autour de moi. Je m’étais laissé emporté dans le sommeil ; ses bras si fort qui m’entouraient. D’un jeune homme d’à peine trente ans qui faisait des heures de musculations pour ressembler à son idole. Et moi, petit gringalet ridicule ; minable. Si petit. Est-ce que l’histoire allait se répéter ? Je n’eu pourtant pas le temps de laisser l’angoisse m’envahir. Il y avait bien des visions atroces dans mon esprit et je les combattais. Je me battais, je ne me rendais pas même compte de l’ampleur de mon combat. Il semblait à mes yeux moins glorieux, moins transcendant, moins victorieux que ceux qui peuvent se faire sur le ring. Me battre contre les démons qui tendent à aspirer mon âme. Il n’y avait rien d’impressionnant là dedans. Par contre, renverser un type de cent kilos ça c’était géant ! Je crois que c’est pour cela aussi, que j’admire à ce point Nyx. Parce qu’il rend mon combat si minable que je ne peux me dire alors, que je vais y arriver. Quand ça a l’air si facile pour lui ; j’aimerai tant que ça le soit pour moi. C’est mon idole ; un exemple que j’aimerai suivre. J’aimerai me battre fermement. Les chasser au loin. Combien de fois vais-je encore pleurer ? Je veux mettre l’ours en fuite et ne plus jamais avoir peur.

J’ai mollement ouvert les yeux quand l’on me déposa sur une banquette. Je crois que je suis perdu… Où est passé mon sac à dos ? Et mes chaussures ? Je pousse ce qui semble être un couinement peu viril qui ne voulait dire qu’une chose : au secours. Mes paupières sont très lourdes ; je crois qu’elles sont en pierre. Je les fermais lentement et entendait malgré tout deux voix parler de moi ‘Tu crois qu’il a quel âge ?’ L’autre propose vingt-cinq ans ; l’autre rétorqua que non, que j’étais plus vieux que cela. Ce à quoi le second répondit railleur ‘Quoi qu’il en soit, il est vraiment trop vieux pour jouer les groupies. Il devrait laisser cela aux adolescents…’ Pincement au cœur. Aie… Ça fait vraiment du mal.

Je me suis endormi. Mes songes ont ce gout d’amertume et même si je tombe dans le noir Nyx reste dans mes pensées. Il reste si brillant et lumineux dans la pénombre. Je crois qu’ils ont raison. Que je suis trop grand pour ça. Que mon enfance, on me l’a volé et que c’est trop tard. Je crois que je dois devenir adulte, que je dois oublier l’idée de trouver la vie amusante. Je dois tellement grandir. Mais je ne veux pas, je voudrais qu’au moins une fois mon cœur trouve la vie amusante. Je voudrais qu’il la trouve si belle et qu’ainsi, quand je serais grand. Moi aussi, je pourrais me nourrir de ce souvenir pour me consoler quand il n’y aura que l’hiver dans mes yeux.

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là. J’ai lentement frotté l’arrête de mon nez avec l’intérieur de mon poigné en poussant un grognement d’inconfort. Une voix me parvint, douce et pourtant très grave. Ce son m’est si merveilleux. J’ai lentement ouvert les yeux en répondant d’une voix dont le déraillement traduisait mon anxiété « Où j’suis ? » Où m’a-t-on trainé ? Je me redresse légèrement, une explosion en guise de coupe de cheveux, la tête qui tourne et mes yeux ne savant pas vraiment où se poser. Alors ils s’accrochèrent à deux magnifiques tâches azurées… Si pur, comme le ciel l’été au travers de la vitre crasseuse de ma piaule. Deux yeux magnifiques. Cameron ? Non, ils… N’ont pas cette forme là. J’ai légèrement papillonné des yeux, comme si j’allais de nouveau m’évanouir mais je me suis solidement accroché à ses yeux là. Comment aurai-je pu le reconnaître ? Sans cette peinture et puis, qu’est-ce qu’il ferait là ? Avec moi ? N’avait-il pas d’autre personne trop musclées à aller cogner ? Oui, il avait beaucoup mieux à faire… Pourtant les traits de son visage m’apparaissent et ses cheveux si blanc… Nyx est là. Je crois que je suis mort. Je suis si mort et puisque le paradis est un endroit merveilleux et bien il est là. Parce que tous les anges doivent lui ressembler… Ne sont-ils pas, des êtres parfaits ? Lui, il l’était. Pour moi.

Je ne veux pas cligner des yeux. J’ai bien trop peur qu’il ne disparaisse. Que tout cela n’était que le fruit de mon imagination. Mais je sens mes yeux tellement secs que… Hop… Il est encore là ! Il est bien là… C’est lui.

Que pourrais-je alors bien dire ? Mon cœur qui devrait être si mort m’aurait fait mourir une bonne fois pour toute. J’appuyais plus fort sur mon coude pour relever mon buste, la bouche entre ouverte sans qu’aucun son ne puisse s’échapper de mes lèvres. Il est tellement réel. Je crois, que c’est le truc le plus dingue qui me soit arrivé ses derniers jours. Et pourtant… J’en avais vécu d’étranges choses… J’avais eu un accident de voiture dans un taxi, une fille était dans le coma et j’étais persuadé que c’était de ma faute… Aussi j’ai trouvé un caillou en forme de pénis dans la cours du manoir De Brun. Mais là, j’avais lui devant les yeux. Il était là et j’étais stupidement moi ! « Ah… Bha… Je… Je… Je… » Commençais-je très explicitement ; le pire dans tout ça, c’est que j’ai continué à bafouillé et j’ai du dire ‘je’ au moins… Sept fois de plus. J’ai tellement honte. Qu’est-ce qu’il faisait là ? A coté de moi ? Ma peau se mt à avoir une réaction étrange, parcouru de frissons. Il me fait sentir si… Fort. Oui à première vue, ça n’en avait aucunement l’air. Mais pourtant si. J’ai terminé de m’asseoir dans le lit sans cesser de le fixer. Déglutissant bruyamment avant d’enfin articuler « J’t’ai vu à la télé… » Et dieu que je passais du temps devant la télévision. C’est en tombant sur une chaine locale que j’ai vue ses combats et je crois que je ne rate jamais une occasion de l’admirer. Même quand Lily voulait à tout prix regarder autre chose. Je pense qu’elle a peur de moi quand j’insiste pour avoir quelque chose. J’en profite…

Je sais que c’est mal, mais je pourrais faire n’importe quoi pour le regarder. Et là, il était devant moi et je pouvais dire que je l’avais vu en me réveillant. C’était fou je sais… Je ne sais pas quoi lui dire, je n’ai pas songé un jour que je me retrouverais là. A discuter avec lui. Je devais avouer avoir rêvé quelque fois d’embrasser son corps et rongé de culpabilité j’avais réduis en pièces les vêtements de Cameron. S’il savait… J’ai honte !!! Je n’ose pas bouger, pas le toucher. Je vais fondre si je le touche, je vais éclater en un millions d’étoiles, je vais disparaître dans l’infinie de la blancheur de son épiderme. Je n’ai rien de spécial comme lui. Je suis juste Blue. « Tu t’es fait mal ? » Demandais-je stupéfait de voir une marque rouge sur son épaule après avoir suivit la courbe mélodieuse de ses cheveux. Je serais parfaitement ridicule dans des vêtements comme le sien, je n’avais rien d’intéressant à montrer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Lun 2 Mar - 14:49

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

- Tu es dans l'infirmerie. Répondis-je calmement au jeune homme qui semble peiner à reprendre ses esprits.

Assis tranquille sur un petit fauteuil, je garde mon attention sur le jeune homme, lui laissant le temps qu'il lui faut pour bien reprendre connaissance. Je lui demande ce dont il a besoin, mais il ne répond à aucune de mes questions. D'ordinaire, à cet instant précis, je n'insisterai pas et me contenterai de passer par-dessus cette ignorance de question. Mais là, il me paraît important qu'il vienne à manger ou à boire quelque chose, surtout qu'il ne semble pas être de le meilleur de son état. Je l'observe, calmement, et me rend compte que ma présence semble l'émouvoir ou le perturber. Dès l'instant où je l'ai vu dehors, j'ai compris qu'il était un très grand fan. Chose qui me touche et qui est en partie une des raison de ma présence ici. D'ordinaire, je ne m'attache pas aux gens et que très rarement aux fans, essayant de ne pas faire de favoritisme pour éviter les crises de jalousies et les bastons. Mais ce jeune garçon, je ne saurai dire pourquoi, mais son geste m'a touché énormément comme jamais encore, un fan n'avait réussi à me toucher. C'est une chose que je réalise, mais que je me contente de garder pour moi sans rien démontrer. Les bras croisés devant mon torse, je le regarde et écoute sa deuxième question qui a pour effet de me faire sourire, intérieurement.
- Oui et non. Disons que je suis habitué à ce genre de blessure. Lui répondis-je avec un certain amusement.

Je ne répond rien de plus, préférant rester vague dans mes paroles pour le moment. Son regard me fixe avec insistance, un peu comme si il essayait de lire en mon âme. A mon tour, j'y plonge un peu plus en profondeur. Et ce que j'y lis est plus que touchant. Son regard est rond, mais il semble perdu ... En ce jeune garçon, je peux voir l'enfant que j'ai été et l'homme que j'ai longtemps été avant de devenir ce que je suis aujourd'hui. Sans doute que c'est ça, qui m'a fait ressentir une certaine affection en son égard. Car au fond de moi, même si je suis conscient que je ne le connais pas, je ressens cette envie ou non, peut-être même ce besoin de lui venir en aide. De le soutenir, tout comme Erèbe l'avait fait avec moi, d'abord contre son gré pour finalement m'adopter.

Sans un mot, je viens me lever, laissant seulement mon long manteau noir recouvrir le dossier du fauteuil sur lequel j'étais assis. Je passe alors devant une table et prend un verre vide pour aller le remplir à la salle de bain. En quelques secondes, je reviens dans la pièce et m'approche du lit sur lequel le jeune homme reste allongé, pour m'y asseoir sur le bord. Le verre en main, je le lui tend, laissant mes deux billes bleutées ravivées par le maquillage noir qui recouvre mes yeux, le fixer avec sérieux. J'ose d'ailleurs imaginer, que me voir ainsi alors que la plupart du temps on me voit avoir les yeux recouverts de mon maquillage du ring, doit surprendre. Mais il faut un changement un tout.
- Tiens, bois. T'hydrater te fera le plus grand bien.

Je le laisse prendre le verre que je lui tends, puis je le laisse boire à son rythme, restant assis sur le bord du lit, regardant la figurine qu'il m'avait apporté. Le regard songeur mais à la fois souriant, je re dirige mon attention sur mon jeune interlocuteur, qui termine de boire son verre.
- Pendant ton sommeil, j'ai réparé la figurine que tu m'as apporté. Elle avait visiblement vécu pas mal de mésaventure. Mais avec un peu de colle, j'ai réussi à lui faire reprendre figure humaine. Je me penche et saisi la figurine que j'avais posé sur la table de nuit. Mes yeux viennent se reposer sur celle-ci, un sourire pouvant se lire dans mes prunelles bleutées, qui devaient également témoigner ma surprise face à cet objet insolite que je tiens entre mes mains. Tu me crois, si je te dis que tu viens de me faire découvrir l'existence de cette figurine ?

Dire ça pourrait lui paraître impensable mais pourtant, ce n'est que la stricte vérité. Jusqu'à présent, j'ignorais qu'il existait de telles figurines. Du moins, j'ignorais qu'il en existait à mon effigie. Ce qui vient me surprendre, mais m'amuser à la fois. Je l'observe encore quelques secondes, la tournant dans tous les sens comme pour essayer de l'analyser. Mes lèvres immobiles ne témoignent aucun sourire, mais mon regard lui, se redirigent sur le jeune homme avec douceur laissant sans doute un doux sourire s'y lire à l'intérieur. Je re pose la figurine sur la table de nuit et jette un rapide coup d'oeil sur le verre vide.
- Tu veux encore boire un peu ? Ou manger quelque chose ?

Et non, je ne lâche et ne lâcherai pas l'affaire. Pas tant que je n'aurai pas de réponse ...
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞


Dernière édition par Nyx Lawrence le Mar 3 Mar - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 2 Mar - 21:53
Nous étions dans l’infirmerie, normal. Il était blessé apparemment et il n’était certainement pas là pour moi…  Pourquoi le serait-il ? Il y avait bien assez à s’occuper de cette glorieuse personne qu’il était. Qu’en aurait-il à faire de moi ? Rien. Comme moi, je n’en avais rien à faire de moi. Habitué… J’aurais pu dire la même chose à une autre époque. Habitué à être traité comme un chien, habitué à me faire piétiner. Habitué et si mort dans le fond. Je le regarde alors, incapable de quitter son regard. Ses yeux sont somptueux, je m’y noyais volontiers. Il est magnifique. Est-ce qu’il sait à quel point il l’est ? Ses yeux semblent infini, je crois que c’est ça l’univers. C’est tellement beau, j’ai peur de m’y perdre. Des yeux magnifiques. Et c’est drôle ; j’ai l’impression qu’ils parlent. Qu’ils me disent que tout va bien. J’ai tellement envie de le croire. Je n’essaie pas même de lutter. Il peut m’emporter. Je ne me débattrais jamais contre lui. Je me laisse porter par tant de bravoure dans ses yeux.

Il se lève et disparaît. J’aurais du dire quelque chose… Je reste couché là, fixant le plafond. J’ai du rêver. C’était vraiment un chouette rêve. C’est là que je senti le matelas s’enfoncer légèrement et j’ai tourné la tête. Je n’ai pas rêvé. Quel doux soulagement. Est-ce qu’il peut entendre mon cœur battre ? J’ai si froid et si chaud. Et lui, il est tellement fort. Je sais qu’il y a peut-être un peu trop de poudre aux yeux aux matches que l’on peut voir sur l’écran. Mais j’avais besoin de tous ces rêves, j’avais besoin qu’il soit lui. J’ai lentement attrapé le verre qu’il me tendait, j’aurais bu n’importe quoi pour lui. Même du lait de rat ou de la pisse de cochon d’inde. Oui, j’aurais fait vraiment n’importe quoi qui puisse lui faire plaisir. Même si moi l’eau, ça ne m’attire pas plus que ça. Le gout du sang pourtant, n’arrivait pas à me rassasier. J’aurais pu tuer tellement j’avais soif et je tremble souvent à l’idée que ça n’arrive un jour. Ses yeux sourient, c’est idiot à dire. Mais c’est vrai, ses yeux sont vraiment incroyable. Il n’y avait pas de mots pour les décrire. Il n’y avait pas de mot pour Nyx. C’était lui et c’était déjà en soit : incroyable.

Je bus la dernière gorgée dans un bruit semblable à celui d’un siphon surmené. Il me parla de la figurine et je fus assez étonné de la voir de nouveau en un seul morceau. Je l’observe me parler et toucher ce que j’avais tant eu à cœur de lui offrir. Un frisson de joie me parcourue ; je me sens si léger. Je voudrais tellement dire quelque chose, mes mots sont avalés par sa splendeur. Ma voix serait d’une telle horreur dans ses oreilles… J’ai juste tendue le bras pour reposer le verre. Sa main manqua de toucher la mienne et je cru défaillir de nouveau. J’étais devenu tout à coup si muet. D’habitude, c’est quand je suis terrifié que je ne dis rien. Mais là, je crois que je ne veux pas m’entendre. Parce que j’ai peur de tout gâcher. Encore une fois.

A cette idée seule, mes yeux se mirent à briller de chagrin. Si seulement je pouvais être comme toi, mon héro. Si fort. Si seulement je pouvais n’être qu’une miette de tout ce que tu es. Ah oui, si seulement… J’ai détourné mon visage, de honte. « Il y avait beaucoup de choses sur toi tu sais. Je ne savais pas vraiment quoi choisir… Je sais que je ne devrais pas dépenser tout mon argent. Mais je n’ai rien de spécial comme toi ; quand je te regarde… » Quand je te regarde je veux me sentir plus fort. Je l’ai regardé en coin, passant nerveusement ma main dans ma tignasse indescriptiblement bordélique. Je n’ai pas terminé ma phrase parce que j’ai entendu ces gens. Je suis trop vieux pour ça. Est-ce que je devrais rester faible et inutile toute ma vie ? J’aimerai tellement que non et Nyx me laissait croire que je pouvais espérer mieux que ça. Je me suis lentement roulé sur le coté, lui faisant face. J’aurais pu lui dire que j’aurais voulu manger ou plutôt boire du sang. J’en avais toujours, tellement envie. Je crois qu’il ne comprendrait pas. J’ai vraiment soif pourtant.

« Qu’est-ce qu’il y à manger ? » Demandais-je finalement. Mon visage se décrispait peu à peu, j’ai même su esquisser un léger sourire, un rictus enfantin qui allait avec le reste finalement. Je n’ai l’air que d’un gosse et pourtant je suis un homme. Je devrais l’être. Je continue de le dévorer des yeux avant d’oser demander « J’peux… J’peux te toucher ? » J’en rêvais. Ma main curieuse s’était déjà faufilée juste à coté de lui mais je n’ose pas. Je me dis qu’il pourrait me casser le bras pour oser faire une chose pareille. Pourquoi devrais-je le toucher ? Pourquoi est-il là ? Je ne le mérite pas, je n’ai rien fait pour mériter sa présence. Comme je n’ai rien fait pour un jour être né en étant moi. Je me fis tremblotant, secoué par sa présence. J’avais encore du mal à réaliser. Savait-il combien de fois j’ai embrasé sa photo quand je me sentais triste ? Savait-il comme je pleurais quand l’on me cogne avec la culpabilité de le voir ensuite encaisser des coups sans geindre. Je voudrais juste mettre mon doigt sur sa peau magnifique et me rendre compte que cela n’est pas un rêve. Je me suis assis alors, les jambes repliées contre mon torse sans cesser de la dévisager. Je t’en supplie, ne t’enfuie pas. C’est tellement merveilleux ce qu’il m’arrive aujourd’hui. Je crois qu’une chose pareille, n’arrivera plus jamais dans ma vie même si celle-ci doit durer l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mar 3 Mar - 21:36

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Ce regard me fixant avec une telle insistance ... Les seuls regards qui viennent me fixer ainsi, sont mes adversaires sur le ring. Toutefois, le regard de ce jeune homme n'est pas comparable aux autres car le sien se veut fort, mais à la fois doux voir presque innocent. Le verre a été bu à la vitesse grand V. Je suis plutôt satisfait et ne me gène pas pour lui en re demander même si au fond, je ne me vois pas insister encore et encore. J'en ai profité pour me rapprocher. Non pas pour l'intimider ou autre, loin de moi cette idée et même l'envie de le faire d'ailleurs ... Mais son odeur m'intrigue et me rapprocher d'avantage, fait que je peux mieux sceller ce parfum, qui se voit être très proche du mien. Est-ce ma propre odeur que je sens ? Mon parfum ? Non, j'en suis certain. Il me vient immédiatement une pensée : si son odeur est si semblable à la mienne, c'est que nous sommes tous deux de la même race. Cette conclusion me paraît un peu hâtive, mais mon odorat ne m'a jamais trompé ou alors très peu jusqu'à maintenant et cela fait des années, que je vois et croise d'autre Latawiec. Je pense donc que toutes ces rencontres passées avec mes semblables, ont bien assez marqué ma mémoire olfactive.

Malgré ces diverses pensées, je ne m'attarde pas sur le sujet, re posant la statuette sur la table de nuit pour frôler la peau du jeune homme qui se veut froide. Mes deux billes bleues le fixe avec attention. Il y avait donc beaucoup de choses sur moi ? A l'entendre me le dire, s'est à croire qu'un rayon entier m'était consacré. Autant je n'ai jamais pu voir ces objets de mes propres yeux, que je me sens comme obligé de le croire ... Son regard témoigne tellement de choses, tellement de douceur mais aussi .... un peu d'égarement ? Je ne peux que me sentir attaché à ce jeune homme, car sans même qu'il le sache, il me ressemble beaucoup. Cette tristesse, ce manque de confiance en lui qu'il me témoigne. Pourquoi pense-t'il de lui ainsi ? Doucement, mes yeux viennent lui sourire, puis je me rapproche légèrement en me penchant en avant, le fixant profondément comme pour essayer de l'hypnotiser. Je n'en fais toutefois rien. Je me contente de le regarder, sérieusement, presque sévèrement.
- Ne dis plus jamais, que tu n'as rien de spécial. Lui dis-je calmement, avec une légère intonation de fermeté. Nous avons tous quelque chose qui nous rend unique. Nous possédons tous quelque chose qui fait de nous ce que nous sommes. Tous, sans exception et toi y compris ...

Je me recule lentement et m'installe sur le bord du lit un peu plus confortablement. Le jeune homme lui se tourne pour me faire face. Je le laisse faire, et reste assis sur le matelas, droit comme un i, un peu comme un gardien. Une de mes jambes pliées et posée sur le matelas, et l'autre tendue, me maintenant pour m'éviter de chuter. A sa question, je baisse les yeux un instant et fait une moue légèrement boudeuse, témoignant ma réflexion. Je redresse alors les yeux pour lui répondre.
- Tout dépend de ta faim. Ici, on nourrit des catcheurs et pas forcément que des catcheurs humains ...

Et allez, pourquoi pas tirez doucement les vers du nez ? Je reste persuadé, que ce jeune homme et moi sommes de la même "famille" de Latawiec. Son odeur semble vouloir me le dire mais encore une fois, je préfère avoir plus de preuve pour affirmer ma pensée. Mes pensées se voient d'ailleurs être toujours bien occupées par ses mots passés. Le peu d'estime que ce jeune homme possède pour lui, est un point qui me fait mal au coeur car au fond de moi, je sens qu'il peut être capable de beaucoup de chose. Sans doute l'a-t'on beaucoup rabaissé par le passé, ce qui est la cause d'une si faible estime. Une nouvelle fois, c'est en son regard me fixant longuement, que je peux lire toutes ces choses négatives, que j'ai ressentis par le passé. Son regard, me rappelle également celui d'Erèbe ... Car malgré sa méchanceté du début, j'ai su lire au fond de son coeur, grâce à ses yeux gris remplis d'une profonde tristesse.

La voix du jeune homme me fait sortir de mes pensées, mais à peine j'ai le temps de le regarder une nouvelle fois, qu'il baisse immédiatement le regard comme par crainte que je ne le frappe ou lui fasse quoique ce soit. Ais-je autant l'apparence d'un monstre ? Mon esprit médite un instant sur sa question et me fait une nouvelle fois sourire du regard, laissant malgré tout un petit rictus se dessiner au coin de ma bouche. Je ne répond rien dans l'immédiat et soulève simplement ma main du matelas, pour l'approcher de son visage, le forçant ainsi à me regarder en collant mon index glacé sous son menton.
- Dis-moi ... Pourquoi te voir aussi négativement ? Tu me dis que tu n'as rien de spécial comme moi. Mais qu'est-ce-qui te fais dire, que je possède quelque chose de spécial ? Je relâche son menton sans pour autant le lâcher des yeux. Je veux te montrer quelque chose que personne encore n'a pu voir et même sentir ou toucher. Je te le montre, non pas parce que c'est toi, mais parce que je pense, que savoir cela, pourrait peut-être t'aider à faire face à de nombreuses choses dans le futur.

Silencieusement, je viens saisir son poignet et poser sa main à l'emplacement où devrait se trouver mon coeur.Celui-ci, ne battant pas dans ma poitrine, témoigne mon origine, ma différence que je me fiche de montrer ou non.
- Alors ? Perçois-tu quelque chose d'anormal ?
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 4 Mar - 22:12
Sa voix me gronda d’avoir de telles pensées. Comment pouvait-il dire cela, lui qui semblait si parfait. C’était à n’y rien comprendre. Je n’y comprenais rien. Je le regarde, sa posture seule est magnifique. Il est si droit, si fier, moi mes épaules semblent déjà en avoir trop porté. J’étais jeune pourtant, pas vrai ? Je le regardais longuement avant de lui répondre enfin. Ce qui sorti de sa bouche me laissa perplexe alors. Pas que des humains. Je n’osais pourtant rien dire. Trop apeuré. Savait-il ? Non, comment le pourrait-il ? Je suis loin d’être un ange ; lui il pourrait l’être. Je ne reconnais pas encore les odeurs et je crois qu’il m’anesthésiait bien trop par sa splendeur pour que je puisse réagir, réfléchir ne serait-ce qu’une minute. Je me fis de nouveau silencieux. Comment pourrais-je lui dire, que je meurs de faim. Que j’ai soif de sang. Il ne comprendrait pas, il me trouverait si horrible. Il ne pensera jamais plus que je puisse avoir la moindre chance d’être spécial. Il ne verra qu’un monstre et je ne veux pas l’être. Mais pourtant, j’ai soif. Tout le temps. Je ne parvenais pas à me sentir rassasié, il y avait toujours cette douleur au creux de l’abdomen et cette sensation que je vais mourir si je ne tue pas. Tuer pour vivre. C’était tellement injuste.

Je voudrais le toucher. Juste une fois. Qu’il me jure alors être réel, qu’il promette que ces mots sont vrais. Si seulement j’étais vivant, si seulement mon petit cœur pourrait battre plus fort pour qu’il le sache. Mais je ne peux pas. Je ne suis qu’une coquille vide. Un tas d’os et de chair répugnante. Je suis… Sa peau touche la mienne. Je me senti transporté, comme si j’allais me vautrer dans du velours. Il est si doux, je ne l’aurais pas cru. J’ai pensé que ces mains étaient faites d’une roche solide, blanche et brillante. Oui, je l’avais pensé si solide, invisible. Sa peau est si douce. Il n’y a que son index qui me touche, je le fixe avec admiration. Un amour peut-être bien inapproprié. Mais je ne me posais pas la question à cet instant. Je fixais ses yeux si imposants. Un regard où je me noyais. C’est idiot, je m’appelle Blue. Mais quand je vois des yeux pareils ; le bleu est vraiment ma couleur préférée. Mes yeux sont si tristes à cotés des siens. Le regard de Nyx me semble un appel à l’évasion. Où il voudra d’ailleurs. Je m’en fiche. Sa main me quitte et je crois que ça me manque déjà. Je suis follement amoureux. Pas comme j’aime Cameron qui est pour moi un éclair dans un ciel dépourvu de nuages. Pas comme j’aime Theo, qui est le premier amour de ma vie. Je l’aime comme on aimerait le soleil ou un sandwich à la mayo… Je le laisse faire, je me laisse faire. Il pourrait faire tout ce qui lui plaira. Je ne lui résisterais jamais. C’est avec émotion que ma main se pose sur son torse. J’ai lentement fermé les yeux, m’efforçant de ne pas montrer le plaisir que me procure se contact au travers de son vêtement. Il semble si dur tout à coup, il semble imbattable. Un héro. Il n’avait pas besoin de domino mask pour l’être. Il ne devait être que lui. Les yeux clos, je peux sentir son… Je ne sens rien…

A sa question, je me senti brutalement réanimé. Mes paupières se soulèvent brusquement. C’est évident. Nyx, est un ange. Le plus magnifique qui soit. J’ai remué alors, sans quitter son torse. Mes jambes passent sous mes fesses et le sommier grinça légèrement, je suis à peu prés à sa hauteur. C’est très ému que je me suis courbé devant lui pour coller mon oreille sur sa paroi thoracique ; sans rien dire. Sans lui demander de permission. Rien… Je suis resté là, à écouter le silence de son être qui me renvoyait cruellement au mien qui pour ma part me résumait au vide de sens que ma vie pouvait avoir. Ma bouche entre ouverte, je fixe ce qui ne semble pas exister. Là bas au loin. J’y suis-je crois, ça y’est. « Je suis au paradis… » J’ai réussi… J’ai trompé le diable. Il ne m’aura pas. Oh, je serais un ange si magnifique… Je n’ai jamais rien demandé de plus. Aller bien. J’allais bien, c’était ça : la chose anormale. J’ai posé ma main sur mon poitrail bien moins intéressant à palper ; je n’ai pas de cœur. Je ne veux pas pleurer, ça fait tellement mal de se retenir.

Je suis au paradis avec mon ange. J’ai lentement cligné des yeux, transformant mon facies de stupéfaction en un léger sourire si serein. Je me sentais calme. Tellement calme. Il m’apaise tellement. Je me rendis compte alors que j’étais là, collé à lui. J’eus un léger sursaut, ouvrant mes yeux comme des billes avant de déglutir péniblement. Je n’aurais pas du. Je l’ai souillé…

Je me redresse péniblement, m’arrachant à cette plénitude. « Tu… T’veux… Ecouter le mien ? » Voila que je me mis à rougir de plus bel. Quel imbécile je suis ! Pourquoi ne pas lui proposer de me faire un shampoing ? Pourquoi diable voudrait-il écouter mon silence ? Ma peau blanche se teignait d’un léger rose sur mes joues. Comme j’ai honte ! Je passais une main dans mes cheveux les tirant cruellement en avant ; je me suis fait mal. J’essaie de me planque derrière ça ; je veux disparaître dans le noir… Je devrais avoir tellement plus mal que ça.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mar 17 Mar - 21:34

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

D'un simple regard, je peux lire l'émerveillement se lire dans ses pupilles. Sa main étant posée contre ma poitrine, je le laisse sentir par lui-même, les battements inexistants de mon coeur, qui sommeille depuis des millénaires dans ma cage thoracique. Ses mots viennent toutefois me surprendre, mais je ne réagis pas, me contentant simplement de lui sourire du regard.
- Il t'en faut peu pour être au paradis. Lui dis-je d'un ton calme mais qui se veut rassurant. Qu'est-ce-que j'aimerai pouvoir être comme toi ....

Une nouvelle fois, mes paroles sont dites sans intonation précise, un défaut que je possède car très souvent, on me reproche de ne pas être démonstratif ou d'être carrément vu comme étant un homme sans coeur. Quoique pour la deuxième option, ils n'ont pas tout à fait tord, car ça fait depuis ma naissance que mon corps demeure au repos. Doucement, je lâche son poignet de ma main et le laisse retirer la sienne quand bon lui semble. Cela dura quelques bonnes secondes, mais bien vite, il se retira pour venir coller son visage et en particulier son oreille contre ma poitrine, ce qui vient bien évidemment me surprendre, une fois de plus. En temps normal, sans doute que j'aurai réagis et l'aurai même repoussé. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, le repousser n'est pas du tout ce qui me traverse l'esprit. Même bien loin de là ... Respirant longuement, je laisse ma poitrine gonfler sous le visage du jeune homme qui semble apprécier la situation. Il finit malgré tout par réagir et se redresse pour me fixer avec de très grand yeux remplis de frayeur. Une nouvelle fois, je me vois être surpris. C'est dingue comme ce jeune homme, peut changer d'état en une fraction de seconde.

Silencieusement, je le fixe dans les yeux, l'interrogeant du regard en espérant qu'il comprendrait ma question. J'étais bien sûr curieux par un tel agissement. Pourquoi est-il devenu aussi anxieux, alors qu'il y a quelques secondes de ça, je le voyais sourire et être parfaitement serein. Ses lèvres viennent s'entrouvrir pour finalement me demander si je moi aussi écouter son coeur. Mes lèvres immobiles, viennent toutefois afficher un faible rictus. Mon regard lui, se veut parfaitement doux et calme comme si je m'adressais à un enfant ...
- Ecouter un coeur qui ne bat pas ? Lui demandais-je calmement avec une petite intonation taquine tout en avançant ma main pour venir toucher l'emplacement où est situé son coeur, lui aussi éteint. Tu vois, tu n'es pas le seul à être comme tu es. Tu sembles te maudire de tout ton être, mais tu n'as aucune raison de penser ainsi. Je retire ma main de sa poitrine et viens la poser sur mon genou plié et posé sur le matelas du lit. Je ne te connais pas et je ne connais pas ton passé et la ou les éventuelles raisons qui viennent à te faire te voir ainsi. Mais je reste persuadé, que tu te vois bien trop négativement.

Je continue de le fixer, mais je finis par détourner mon attention, regardant un instant l'extérieur à travers la vitre de la chambre. Mes pensées viennent alors à se perdre une nouvelle fois. Non, il n'a pas à se détester et à être aussi dur envers lui-même ... Ce jeune homme ne doit pas être aussi mauvais que je l'ai été. Il ne doit pas être aussi faible que je l'ai été et le suis encore aujourd'hui. Oui, je fais du catch et fais preuve à beaucoup de force physique. Mais le psychique dans tout ça, n'est-ce pas ce qu'il y a de plus fort en nous ? Peut-être que ce sont des choses dont il ne pense pas forcément et qui lui serait bon de savoir un jour. C'est avec grande discrétion, que je viens pousser un léger soupir, reportant mon attention sur le jeune homme qui me fait face.
- J'aimerai vraiment te dire quelque chose, mais avant toute chose, j'aimerai savoir à qui je m'adresse. Les yeux figés dans les siens, je rajoute. Comment est-ce-que tu t'appelles ?

code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 20 Mar - 8:30
Le paradis est agréable ici, il est incroyable. Je l’observais. Etonné de l’entendre dire qu’il aimerait être comme moi. Seigneur non ! Il ne devait absolument pas être comme moi ! Il était lui et être lui c’était merveilleux ! Je lui proposais ensuite d’écouter mon cœur, il me questionna, je me senti si stupide. Sa voix est douce, mais je me sentais si bête de lui avoir proposé cela. Mais sa main est tout de même venue se poser sur mon torse. Je me suis senti envahis d’une onde chaude de bonheur. Il me rassura une fois de plus, je l’observais alors qu’il ôtait déjà sa main. J’aurais voulu que le temps ne défile plus jamais. Mais il sera encore là, dans mille ans. Il sera là et je continuerais de l’admirer. Si je me voyais négativement ? J’avalais avec difficulté ma salive. Je ne sais pas, je crois que je me vois comme je suis : insignifiant. Oui je crois que je suis bon à ignorer tout simplement. Je n’ai pas la moindre importance. Je ne suis pas comme lui. Je ne suis que moi. Je suis lamentable, un ange minable. Pas comme lui, Nyx est fantastique. Un héros. Un guerrier. Oui, c’est un homme si puissant, c’est un homme non… Un ange. Un ange magnifique.

Je n’ai rien répondu, me contentant de le contempler alors qu’il regarde dehors. Il avait un air si mystique. Je le fixais avec une grande attention comme si j’aurais voulu percer son mystère. Mais je ne dois pas, personne ne le doit. J’ai faiblement soupiré d’admiration, je fus surpris lorsqu’il soupira également. Je me sentais bien, il me regarde de nouveau quand il me demanda mon nom. Je me demandais ce qu’il voulait me dire… Un secret ? Pour moi ?!

Je me suis redressé de façon un peu plus correcte. « Blue… Moi, c’est Blue… » Les gens sont souvent étonné de mon nom. Comme si c’était un canular. Mais c’est vrai, je m’appelle Blue. Pour l’éternité. Ce n’était pas aussi beau que Nyx. D’ailleurs, je me demandais si c’était là son véritable prénom. Je répondais alors d’une voix faible. « Je ne suis pas comme toi Nyx…Toi… Tu es… Bien mieux que moi. » Oui, Nyx est un être parfait et moi je suis un raté. Quelque chose qui ne valait pas d’être. Je ne valais rien. Personne ne fera jamais de statuette me ressemblant ou ne collera un poster de moi sur son mur. D’ailleurs, se serait probablement une chose atroce… J’ai nerveusement retroussé mon nez avant de poser mes yeux verts sur la dite statuette. Quand je pense que je l’avais trouvé parfaite, j’avais été bien bête. Ce n’était pas ressemblant, ce n’était pas lui. Je suis tellement pitoyable… Voila pourquoi il était bien meilleur que moi, pourquoi sa vie était plus importante que la mienne. Tout cela était clair dans mon esprit, pourtant quand je le voyais. Là, si réel. J’avais cette lueur d’espoir qu’un jour moi aussi, je puisse avoir les poussières d’un semblant d’éclat. Qu’un jour, je puisse me sentir lumineux et digne de respect. Que ne sois pas qu’une merde. Qu’un minable moi.

Je me suis gratté derrière l’oreille avant de tendre le bras pour m’emparer du verre d’eau dans lequel il ne restait qu’un misérable fond. Purée, comme j’ai soif… Je fis une légère moue déçue. J’ai soif, pourquoi ne puis-je avoir davantage ? Je veux quelque chose de pourpre. J’ai bu de façon quelque peu bruyante. J’ai honte. Je suis vraiment un malpropre. Habituellement, ça ne me dérangeait pas. Je n’étais pas d’une très grande éducation et mon hygiène était dans l’ensemble assez déplorable bien que je faisais de grands efforts ces derniers temps. Je crois que c’est l’amour qui me pousse à vouloir tenter d’être séduisant, mais j’échouerais toujours. Avec une gueule pareille…

hj : désolé c'est vrai moisi comme rep oo
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Ven 27 Mar - 21:41

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Le silence est long. Je ne sais que penser et que rajouter. Rien, rien ne vient se rajouter suite à mes mots ... Je pourrai le mettre à l'aise, le faire se sentir bien, mais que faire dans ces moments là ? Si ce n'est attendre que la réponse sorte enfin de sa bouche. Mon regard reste fixe, regardant chacun de ses gestes et chacunes de ses expressions de visage. Je viens finalement connaître son identité, Blue ...
- Blue, très joli prénom. Dis-je calmement mais sincèrement.

Avec un prénom aussi original, on pourrait venir à penser qu'il est inventé, chose qui ne me traverse même pas l'esprit, sachant que mon propre prénom est tout aussi peu commun que le sien. D'ailleurs, très souvent, les journalistes qui m'interrogent viennent à me demander quel est mon réel prénom. Je ne peux donc que me répéter, mais certains ne me croient pas, pensant qu'il s'agit seulement de mon nom de "ring". Pourtant, il n'en est rien. Mon identité est toujours la même ... Calmement, j'observe Blue qui se montre de plus en plus rabaissant et exigeant envers lui-même. Une telle sévérité envers lui-même me fait peine à voir et pourtant, une nouvelle fois, je ne peux m'empêcher de compatir à son mal être, me reconnaissant tant bien que mal en ce regard d'enfant perdu qui est le sien ... Si il savait qu'il y a bien quelques années en arrières, j'étais tout aussi perdu que lui, si ce n'est même pas encore plus ...

Une nouvelle fois, je l'observe en silence, remarquant son insistance à essayer d'attraper la dernière goutte d'eau qui reste dans le fond de son verre. Je capte alors ses dernière paroles, des paroles qui viennent me caresser le coeur mais qui viennent malgré tout faire monter en moi une vague de nostalgie. Si tu savais Blue, la réalité risquerait bien de te décevoir ... Toi qui me vois comme un héro et un homme fort, continuerais-tu de penser cela de moi si tu venais à apprendre la vérité ? La force physique, c'est ce que je démontre sur le ring. Mais la force ne tient pas que par le corps, mais aussi par l'esprit. Une force, qui s'est éteinte au fil des années mais que j'essai de maintenir en vie grâce au catch, me prouvant ainsi que je vaux quelque chose pour ne pas sombrer dans la folie. C'est en silence que je viens à penser à tout ça, relâchant un instant les yeux de Blue, pour fixer l'extérieur, un léger sourire pouvant sûrement se lire dans mes yeux.
- Qu'est-ce-que tu en sais, Blue ? Je prend un temps de pause et regarde une nouvelle fois le concerné, sérieusement. Nous avons un parcours différent et des difficultés différentes qui nous endurcis tous d'une façon différente. Tu possèdes tes forces, tout comme je possède les miennes ...

Je ne rajoute rien et viens me lever pour saisir le verre vide dans la main. Je me dirige alors une nouvelle fois vers la salle de bain et viens remplir le verre d'eau fraîche pour revenir dans la pièce silencieuse qui laisse résonner chacun de mes pas. Le verre posé sur la table de nuit, je me réinstalle sur le bord du lit et m'apprête à reprendre la parole lorsque le bruit de la porte s'ouvrant vient attirer mon attention. J'aperçois alors mon coach, visiblement impatient.
- Ah ben tu es là ! Qu'est-ce-que tu fabriques Nyx ?
- Je laisse ce jeune garçon mijoter pour ensuite le passer à la broche. ça ne se voit pas ? Répondis-je à Phil avec sarcasme tout en faisant un clin d'oeil à Blue.
- Ah ? Tu le feras cuir au four ? Me demande Phil.
- Ben disons qu'au congélateur c'est moins pratique ...

Phil vient à rire à mon sarcasme et reprend malgré tout son sérieux.
- Bon, bref de plaisanterie. Tu comptes rester là encore longtemps ou tu tiens à être enfermé jusqu'à demain ?

Dans l'immédiat, je ne répond rien, me contentant de méditer sur ses mots, le regard rieur.
- Quitte à rester enfermé, ce n'est pas ça qui va me déranger vu que je serai avec mon nouveau camarade de jeu.
- Ahah voyez-vous ça ! Alors comme j'ai compris, je rentrerai seul ce soir ...
- Tu comprends vite.

Suite à mes mots, Phil n'insiste pas et me salue tout en me délivrant une tape amicale sur l'épaule. Il salue alors Blue en un signe de tête et finit par s'éclipser, nous laissant à nouveau seul. Je re dirige alors mon attention sur Blue et laisse mes yeux lui sourire, avant de reprendre.
- C'est Phil, mon coach ... Ne t'inquiète pas, il a toujours été comme ça.

code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 30 Mar - 23:32
Blue ce n’était pas aussi charismatique que Nyx. Je n’étais qu’une tache d’encre. Mais je ne disais rien. Son compliment me touchait terriblement. Je le savais c’était tout. Mais je ne répondais rien. Il partie chercher de l’eau et je le remerciais d’un signe de tête avant de m’empresser d’avaler son contenant en soupirant faiblement de confort. Ah, j’avais si soif… J’avais encore tellement soif. Mais ça allait déjà mieux, je devais m’y faire. Je dois m’y habituer. La porte s’ouvrait de nouveau et je regardais ce nouvel arrivant qui s’adressait à Nyx de façon très familière. La réponse du catcher me fit ouvrir grands les yeux avant qu’il ne me rassure d’un clin d’œil Il fallait que j’arrête de croire aux ogres et au croque mitaine. Après un bref échange entre les deux hommes, j’avais jeté un regard étrange à l’homme qui prenait la sortie. Je n’aime pas cet homme, il parlait mal à Nyx et cela me déplaisait particulièrement. Personne n’a le droit de s’adresser ainsi à lui.

Nyx du le voir, puisqu’il me disait de ne pas m’inquiéter. Est-ce que Phil aussi était un… Un ange ? Je n’en savais rien, je gardais cette question pour moi. Est-ce qu’ils étaient ensemble ? Oh, ce n’était pas que j’étais jaloux parce que moi j’étais avec Cameron et lui, il était trop bien pour moi. Mais trop bien pour ce Phil. Je crois que personne n’est assez bien pour lui. Je me sentais mal à l’aise. Nyx était mon héros et je ne savais pas si je devais me questionner sur sa vie privé. Mais dans le fond, je culpabilisais moins tout à coup du fait que j’aimais un homme. Que je préfère les hommes tout simplement. Je pensais encore que c’était mal. Interdit. Contre les mœurs. Je pensais bien que l’église n’était pas d’accord avec ça. C’était mal. On me l’avait toujours dis. Un homme, une femme. Un mariage. Mais les autres se moquaient de moi, ils disaient que je ne me marierais jamais. Que personne ne m’aimera, que j’étais bien trop méchant. Et cela me rendait encore plus violent. Puis j’ai été calmé. Parce que l’on avait été violent avec moi. Bien plus que je ne l’avais jamais été. J’étais né à moitié Lata et c’était cette violence naturelle que j’avais laissé exprimé. Mais il m’avait violenté bien plus qu’un enfant puisse le faire avec ces petits camarades. Je me suis renié. La violence me terrifié. J’ai peur de ma propre violence. Pourtant, quand je regarde Nyx se battre, j’ai envie d’apprendre. Je voudrais me défendre. Mais j’ai peur d’être un chien d’attaque.

Mes yeux ne quittaient pas mon héros. Il est tellement beau. « On va rester ici jusque demain ? » Demandais-je finalement. J’espérais vraiment que nous allions rester ici. Même si je pensais bien qu’il avait bien mieux à faire que de rester avec moi ! J’aimerais être aussi fort que lui, j’ai trente ans et j’ai la taille d’un adolescent ; c’était tellement injuste… Je me demandais si ma vie serait différente si j’étais plus grand, plus gros… J’aurais tant voulu le savoir, pour ne pas regretter. Mais c’est trop tard, je regrette bien d’être que moi. « Qu’est-ce que tu voulais me dire Nyx ? Je… Je ne sais pas si j’sais garder un secret parce qu’on ne m’en dit jamais. Euh… J’n’ai jamais eu d’amis… Mais j’vais essayer. » Oui, pour lui je le ferais. Je ne dirais jamais qu’il était un ange. Non, je ne voudrais pas le trahir. Il ne méritait pas ça. Puis à qui le dire ? Qui voudrait me croire ? Je me suis gratté l’arrière du crane en reposant mon verre de nouveau vide à coté de la figurine et je me tournais vers lui. Il ne sera pas mon ami, enfin… Moi je serais toujours son ami… Il sera toujours mon idole ; inaccessible et si grand. Il incarne le rêve. Je soupirais faiblement en l’observant ; retroussant mon nez avant d’ajouter « Nyx… Depuis que je t’ai vu à la télévision, je me suis sentie… Bien… Parce que… Quand je te regarde, j’oublie ce que je suis. Je m’oublie et je ne regarde que toi. Et j’aime te regarder… » Je me suis nerveusement pincé les lèvres ; c’est douloureux de parler de ce que je ressens. C’est agréable aussi. J’ai peur de son jugement. J’ai peur, de ne plus jamais le revoir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Ven 10 Avr - 21:15

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Mon compliment reste sans réponse, mais malgré la tristesse qui se lit dans ses prunelles, je peux y apercevoir ce léger sourire bien caché au fond de son être ... Ne dit-on pas que les yeux se les fenêtres de l'âme ? Avec le temps, j'ai réellement fini par y croire et en est même certain à présent. Pourquoi y crois-je ? Car j'en suis la preuve vivante ... Depuis la mort des deux êtres qui m'étaient les plus cher, j'ai totalement refoulé mes émotions, ne laissant plus aucune expression se dessiner sur mon visage que ce soit pour témoigner mes sentiments ou même mes humeurs. Je me suis braqué, renfermé sur moi-même et malgré ce défaut d'introversion qui m'habite, j'ai su comprendre grâce aux yeux de mes amis, que mon regard lui, ne sait rester inexpressif contrairement à mon faciès qui lui, reste figé telle une statue de pierre.

Cependant, à la vue de ce doux sourire qui brille dans ses deux yeux d'enfant égaré, je ne peux m'empêcher de contrôler mon corps, qui me fait lever mon bras droit et diriger ma main dans sa direction pour venir frotter doucement l'arrière de sa tête telle une douce caresse affectueuse qu'un père accorde à son enfant. Ce geste vient d'ailleurs me surprendre moi-même ... Je le connais à peine et voilà que je me montre déjà tendre envers lui ? Il faut croire que je perçois en ce jeune homme quelque chose de doux, qui m'oblige à lui témoigner de l'affection comme je l'aurai fais avec mon propre fils. Est-ce cela qu'Erèbe avait ressenti pour moi à l'époque ? Je n'en sais rien, mais j'ose imaginer que ce que je ressens envers Blue et ce qu'Erèbe avait ressenti pour moi, sont deux sentiments très proches. Je suis ravi, mais j'ai peur en même temps. Peur de m'attacher à quelqu'un ...

A sa question, je baisse les yeux et laisse un léger rictus se dessiner au coin de mes lèvres pour lui répondre finalement, les yeux dans les yeux.
- Bien sûr que non. Je ne faisais que plaisanter ... Je reste un instant plongé dans son regard et reprend. Enfin, si tu te sens mieux, il ne sera pas nécessaire de rester ici.

Oui, si il va mieux. Mais il en a l'air en tout les cas ... Sa deuxième question vient alors me faire sortir de mes pensées. Ah oui, je devais lui faire part d'un secret. Je me frotte rapidement le dessus des sourcils, confus de me rendre compte que j'ai oublié ce que je voulais lui dire.
- Ah oui, le secret ... Tu as meilleure mémoire que moi, car j'ai malheureusement oublié ce que je voulais te dire. Je fixe un instant l'horizon, puis re dirige mon regard sur le concerné. Mais ne t'inquiète pas, ça me reviendra. La fatigue me fait juste un peu perdre la mémoire.

Comme quoi, même si mon apparence physique montre un certain âge, mes nombreuse perte de mémoire ne font que me confirmer que la vie continue et que les années défilent à grand pas. C'est que je ne suis plus tout jeune et mes 1800 balais passé me le disent bien assez ! Mais au moins, l'âge ne m'enlève pas certains avantages de Lata comme l'ouïe, qui me fait entendre les paroles de Blue et viennent me toucher en plein coeur autant en bien, qu'en mal. Du regard, je lui souris doucement, essayant de le remercier de cette façon pour ses mots. Cependant, la suite me fait reprendre très rapidement mon sérieux. Cette façon qu'il a de se dénigrer, je ne dirai pas que cela m'agace, mais me sentir impuissant face à autant de souffrance me mine.
- Je te remercie Blue. Mais, quelque chose me dérange dans ce que tu me dis ... Je relève les yeux et laisse mes prunelles bleues et brillantes le fixer avec une certaine insistance. Pourquoi est-ce-que tu t'oublie ? Qu'est-ce-qui fait que tu cherches à t'oublier de cette façon ?

Un instant de silence vient s'installer et prendre possession de la pièce. Peut-être ne voudra-t'il pas me répondre, chose que je comprendrai et accepterai bien évidemment. Cependant, j'espère au fond de moi qu'il me le dira, que je puisse mieux apprendre à le connaître et qui sait, lui venir en aide et lui être de bons conseils, tout comme Erèbe l'a été pour moi lorsque je me trouvais dans le même état que Blue, à l'époque ...
- Je ne te force pas à me le dire si tu ne le veux pas. Mais sache, que tu peux me faire confiance et que si te confier te ferai du bien, tu peux le faire sans aucune crainte.
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 12 Avr - 14:33
Sa main s’approchait de nouveau de moi et je me laissais faire ; il me caressait la tête et je me fis docile. Accueillant cette douce attention avec un plaisir dont j’eux bien des peines à dissimuler. J’étais vraiment inapproprié. Je ne le savais que trop. Je vis ses lèvres dessiner un léger sourire, il était vraiment… Magnifique. Je le trouvais particulièrement ravissant. S’il savait à quel point. Il est fascinant. Ses yeux bleus se plonge dans mon regard et je me laissais noyer alors qu’il me disait que nous ne resterons pas ici toute la nuit. En fait, cela ne m’aurait pas dérangé… Pas le moins du monde. Il n’avait pas bonne mémoire, et moi qui pensais que je retenais tout parce que j’étais un ange. Oui, je me rappelle de beaucoup de chose, des numéros de téléphones et des noms. C’était normal à mon sens. Enfin, je l’espère. Je ne veux pas être davantage anormal. Je veux être Je lui rendis un léger sourire. Oui, je vais bien maintenant et c’est grâce à lui. Alors je trouvais la force de lui ouvrir mon cœur et lui dire ce que je ressentais grâce à lui. Le bonheur d’échapper à moi-même.

Finalement, il ne me dira pas de secret et il semblait que c’était à moi de me confier à lui. Je me sentais assez mal. Je ne parle pas de moi, je n’aime pas ça. Je ne suis pas intéressant. Ses mots rassurants ; comment ne pas lui faire confiance ? J’ai esquissé un faible sourire, pensif. Avant de lui répondre en croisant les jambes en tailleur. Je ne savais pas vraiment comment me mettre face à lui, j’avais l’habitude de gigoter dans tous les sens et là, j’étais juste assis avec mon idole qui me parlait. A moi. J’avais encore du mal à y croire. A me dire que ses yeux se posaient sur moi et que ces mots m’étaient destinés. A moi seul et personne d’autre. Un moment, une réalité que personne ne pourra jamais voler. Quelque chose qui m’appartiendra toujours, quelque part, dans mon cœur et ma mémoire. Et alors, j’espérais que lui n’oubliera pas non plus. Parce que cela comptait vraiment pour moi. J’ai pris une silencieuse mais longue inspiration « Je… Je n’aime pas vraiment ce que la vie a fait de moi. » C’était un bon début n’est-ce pas ? J’ai baissé les yeux pour regarder mes pauvres mains inutiles. Oh non, je n’aime pas cette personne que je suis. Je voudrais l’oublier et être quelqu’un d’autre. N’importe quoi. Je pense que ce n’est pas ça le plus important. Ne pas être moi tout simplement. « J’aimerais oublier… Pour faire quelque chose de nouveau. Mais c’est impossible et même si j’essaie de faire quelque chose d’autre… Les ombres m’enlacent… Ce sont… D’atroces tentacules qui m’entrainent vers le fond. » Il va me prendre pour un demeuré c’est sur. Il n’y a pas de tentacules. J’ai relevé les yeux vers lui, mes prunelles vertes habitées par les fantômes du passé.

Je me disais que certains avaient vraiment eu la vie facile. Même si beaucoup se plaignent de leur vie. Je voudrais juste être quelqu’un d’autre. J’ajoutais d’une voix plus faible en repliant mes genoux devant moi cette fois ci. Un signe de repli sur moi plus que flagrant, je me sentais atrocement incompris « Et je n’aime pas ce qu’il y a au fond de moi. » Non je n’aime pas du tout cette violence qui m’habite. J’en suis terrifié et quand elle voulait resurgir. Non, la vérité je ne sais pas vraiment ce que je cache au fond de mon cœur et maintenant j’en ai peur. Parce que finalement je ne sais plus qui je suis. Mon regard se perdait dans ses magnifiques yeux bleus. Lui, doit savoir à quel point il est fort et il devait connaître ses limites. Lui qui se battait magnifiquement bien. Il semble avoir une telle aisance au combat, son corps formait une sorte de poésie dans un art qui avait été fait sur mesure pour lui. Et moi, recroquevillé, je suis terrifié de moi-même. Pourtant, je suis fort. Tellement fort. Je ne devrais jamais plus trembler. « Nyx… J’n’veux pas y penser… Je veux laisser la lumière de ta peau si blanche chasser les ombres. Tu chasses les ombres… » Mes yeux se sont mis à briller, seigneur que je hais les émotions. Je me sens étranglé cette fois ci. Je me sens si détruis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mer 15 Avr - 14:14

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

« Je… Je n’aime pas vraiment ce que la vie a fait de moi. »

Ce que la vie a fait de lui ? Sans doute que je ne suis pas le mieux placé pour lui dire qu'il a tord de penser ainsi, pour la simple et bonne raison que je ne le connais que depuis quelques minutes. Pourtant, au premier abord, il me paraît être un garçon bien qui n'a rien à m'envier quoique ce soit.

A ce même instant, je peux apercevoir ses deux prunelles vertes se baisser et fixer ses deux mains comme pour témoigner son impuissance face à ma personne qui d'après moi, est bien loin d'être aussi imposante que la sienne. Nous ne sommes pas si différents que ça, non, nous sommes tous les deux une seule et même race et en chacune de nos poitrine, demeure un coeur vide de vie mais pas forcément vide de sentiments et d'motions. Les Latawiecs sont des êtres peu connus, mais du peu que j'en ai entendu parler, beaucoup les voient comme étant des êtres maléfiques, malveillants voir presque comme étant des messagers du diable. Pourtant il n'en est rien. Du moins, nous ne sommes pas tous comme ça ...

« J’aimerais oublier… Pour faire quelque chose de nouveau. Mais c’est impossible et même si j’essaie de faire quelque chose d’autre… Les ombres m’enlacent… Ce sont… D’atroces tentacules qui m’entrainent vers le fond. »

J'arque un sourcil, intrigué par ses mots.
- Qu'aimerais-tu oublier ? Qui tu es ? Ce que tu es ? Lui demandais-je légèrement confus.

Ses mots sont tellement négatifs. En fait, il dit tout haut, ce que je pense tout bas depuis maintenant des siècles ... Il n'aime pas ce qui habite ses entrailles, mais si il savait que son "idole", lui aussi avait du mal à s'accepter. Comment réagirait-il ? J'ai toujours eu de la difficulté à m'accepter et surtout, je n'ai jamais pu me pardonner. Pardonner mes faiblesses, celles de n'avoir pu sauver les deux êtres qui m'étaient les plus cher. En temps que Latawiec, j'étais censé être un être doté d'une certaine puissance. Et malgré cela, j'ai réussi à perdre les deux pierres précieuses qui rendaient ma vie si riche et si belle. Perdu dans mes songes, je laisse mes yeux bleus retrouver ses deux émeraudes qui me fixe avec insistance. Ciel, que ce regard est touchant, bouleversant ... Il paraît si triste mais en même temps, cette lueur qui brille en lui est si belle. Pourquoi ne la laisse-t'il pas briller d'avantage ?
« Nyx… J’n’veux pas y penser… Je veux laisser la lumière de ta peau si blanche chasser les ombres. Tu chasses les ombres… »

Ses mots viennent me surprendre, une fois de plus. Réaliser que depuis longtemps, je chassais les ombres de l'âme de ce jeune homme sans même le savoir, vient me faire plaisir mais à la fois me troubler. Je ferai donc quelque chose de bien ? Oui, je le fais sans en avoir été conscient ... Sur le moment, je n'arrive à lui répondre, ne sachant juste pas quoi lui dire de peur de gâcher le moment ou d'éteindre la flamme qui vient à briller dans ses yeux. Je lève alors les yeux vers l'horloge de l'infirmerie et me rend compte qu'il est temps pour nous de sortir. Je re dirige alors mon attention sur Blue et lui souris doucement du regard, pour lui montrer que ses mots ont été entendu et aucunement ignoré, même si ma voix elle, ne vient mettre de suite à tout ça.
- Blue, est-ce-que tu te sens capable de te déplacer ? Il serait temps pour nous de sortir mais je t'accompagnerai jusqu'à bon port, surtout si tu es encore un peu affaibli.

ça nous permettra également de poursuivre notre discussion. Et qui sait, peut-être qu'au final, je ne rentrerai pas et me contenterai de passer la nuit dehors, allongé sur l'herbe fraîchement tondue d'un parc à contempler le ciel et les étoiles comme j'aimais le faire à l'époque avec Erèbe.
- Nous pourrons continuer notre discussion en route, si tu le veux bien.

Ma main s'étant posée sur son épaule, je le fixe encore un court instant et retire ma main pour finir par me lever du lit et enfiler mon long manteau noir, attendant que Blue prenne le temps de se relever.
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 17 Avr - 13:44
Je veux tout oublier Nyx. Je le voulais vraiment. Je ne peux pas le dire pourtant. J’y pensais encore. Je pensais à mon passé. J’aimerais ne plus jamais y penser. Je regardais Nyx et je lui parlais de moi. Ou plutôt de ce qu’il faisait sur moi. Il me rendait heureux. Il n’a pas répondu. Je n’ai pourtant pas besoin qu’il dise quoi que ce soit. Nous nous regardions et je ne sais pas si un jour nos regard seront ainsi mêler, je voudrais qu’il sache à quel point je l’aime. J’aime cet homme, cet ange. Je veux qu’il sache à quel point je l’admire à quel point ce qu’il fait est important pour moi. A quel point j’ai besoin de savoir qu’il est en forme, qu’il est fort. Qu’il est le plus fort. Il ne disait rien ; mais cela me convenait. Il chasse les ombres. Il n’a pas besoin de dire quoi que ce soit. Je n’avais qu’à penser à lui. Je n’avais qu’à le regarder et même s’il ne me voit pas… Il chasse… Quand je lisais ces propos parfois d’une grande simplicité, pourquoi me torturais-je ? Et lui, il était si fort. J’y croyais quand je pensais à lui. Croire en quoi ? En tout.

Il proposait de me raccompagner, je le regrettais. Le temps était passé si vite. Dire que je m’étais évanouie comme une fillette. J’étais vraiment pathétique, ce n’était pas Nyx qui aurait fait une chose pareille. J’acquiesce cependant avec ferveur. S’il m’accompagne, il me restait encore quelque temps à regarder ce visage à l’allure si parfaite. Oui, il était vraiment parfait. Je m’assois au bord du lit, les cheveux particulièrement décoiffé ; disons bien plus encore qu’à l’ordinaire. Je me penche pour attraper mes chaussures quelques peu usée d’avoir trop trainé dans les rues sans fins. Il est allé mettre son manteau et je relevais doucement les yeux pour l’observer. Cette silhouette incroyablement immense. Il est vraiment… Grand.

Je trouvais mon sac sur le sol. Il n’y avait pas grand-chose dedans, mais je m’empressais de l’ouvrir pour attraper une pomme. Dire que j’avais grogné après Lily qui l’eut mit dans mon sac en lui faisant cette mine de petit chiot montrant les dents. J’ai jeté mon sac sur mon épaule avant de croquer bruyamment avant de me rendre compte qu’il m’attendait. Je me suis relevé, du jus coulait sur mes doigts sans que je n’y prête attention et je suis allé mettre mes doigts collant sur son beau manteau. J’eu dégluti difficilement en le fixant. Mon dieu… Je suis sur que ce manteau coute une fortune… Qu’ai-je voulu faire comme ça hein ? Lui prendre la main ? Comme je suis un type misérable.

J’ai baissé la tête en gardant ma pomme d’une main avant de croquer nerveusement dedans. Fichu boulimique. Egoïste. Je ne lui ai même pas demandé s’il en voulait et maintenant c’était trop tard car je l’avais contaminé avec mon ignoble bouche. J’ai faiblement soupiré avant de le suivre en direction de la sortie. La statuette oubliée resta sur la table de chevet. Je n’y songeais plus, il était là. Avec moi. Cela valait tout le reste. Quand je pense que je me suis encore comporté comme un enfant, je veux me sentir en colère ; mais rien ne sortait des pores de ma peau. Puis finalement je trouvais enfin la force d’ouvrir la bouche pour lui dire « J’habite à Leith… » Je n’habitais pas vraiment là bas, qu’importe. J’ai faiblement souris ; caché derrière mes cheveux noirs où je me sentais bien plus à l’abri. C’était stupide je le sais bien. Dehors, l’air frais frappe avec violence ma peau blanche et je me sentais assez nauséeux. J’ai lâché ma pomme qui éclatait au sol dans une tache de jus. Mes doigts tremblotant alors que mes yeux fixent le néant. Je ne suis pas en train de rêver.

J’ai relevé la tête vers l’homme de grande taille qui se tenait à coté de moi ; je le regardais et je me suis senti petit… Vraiment… Minuscule… « Je ne veux pas oublier cette journée… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mer 29 Avr - 20:52

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Si seulement je pouvais lui venir en aide ... Si seulement je pouvais faire plus que ce que je fais déjà. Et pourtant, je ne fais vraiment pas grand chose, juste lui parler et être présent, ce qui semble déjà lui faire très plaisir. Ses grands yeux verts me fixent avec insistance, une insistance tellement grande, que cela en devient presque perturbant. Pourtant, je le laisse faire, aucunement dérangé par ses deux prunelles Émeraudes qui restent fixe. J'en profite d'ailleurs pour les regarder à mon tour et aperçois leur faible lueur scintillante grâce à la nuit qui nous englobe. Ces yeux ... Ils me rappellent ceux d'Erèbe. De grands yeux verts à la fois forts, mais remplis d'une profonde mélancolie qu'il n'a su chasser de son regard qu'à partir du jour où je lui ai ouvert mon coeur. Un regard qui m'est désormais lointain et qui pourtant, vient de réapparaître à travers ceux de ce jeune garçon malgré tout si différent de l'homme que j'ai connu.

Silencieux, je le regarde et finis par me lever pour enfiler ma longue veste en cuir tandis que mon jeune ami se prépare lui aussi. L'attendant vers le pas de la porte, je viens nicher mes deux mains dans chaque poche et sors de la pièce pour fixer un instant le long couloir désert, voyant finalement sa silhouette bien plus petite que la mienne s'approcher du coin de l’œil. Le son d'un fruit se faisant mordre attire cependant mon attention, me faisant ainsi diriger les yeux sur Blue sans aucune méchanceté ou agressivité. Le concerné vient alors à déglutir, me fixant presque avec effroi ce qui me fait lever un sourcil.
- Tu es prêt ? Lui demandais-je d'une voix calme et posée. Alors allons-y.

D'un signe de tête je l'invite à me suivre, sans pour autant placer un mot. L'entendant continuer à croquer dans sa pomme, je le laisse manger tranquillement, réfléchissant à ce que nous pourrions bien faire de ce restant de soirée. La porte enfin ouverte, je lève un instant les yeux au ciel et vois les multiple étoiles scintiller dans la noirceur des cieux. L'air est légèrement frais, mais très agréable à sentir sur ses joues ... Un soir idéal pour aller se poser sur la petite terrasse d'un resto et boire un café. Nous reprenons donc notre marche, ne sachant pas vraiment où est-ce-que nous allions. Il m'indique alors son lieu d'habitat. Ou du moins, m'indique le quartier sans pour autant me donner de précision. Je bois donc ses indications calmement et le regarde, laissant mes prunelles bleues scintillantes lui sourire à la place de mes lèvres figées. Mais pensant que la soirée se déroulerait un peu mieux, voilà que je vois mon jeune camarade trembler de plus belle, comme si un violent électrochoc venait de le secouer. Sa pomme lâchée, elle éclate violemment une fois en contact avec le sol. J'ai alors le réflexe immédiat de le rattraper à l'aide d'une de mes mains que je place dans son dos pour l'éviter de basculer.
- Est-ce-que tout va bien ? Tu veux qu'on s'assoit ? Lui demandais-je d'une voix calme qui se veut rassurante. Si tu as besoin qu'on se pose un moment, il faut me le dire.

J'attends quelques secondes et me laisse le relâcher une fois que je le vois se stabiliser. Ses yeux semblent perdus et fixent quelque chose que je ne peux voir de mes propres yeux. Son attention se reporte alors sur moi et c'est avec douceur, qu'il vient murmurer quelques mots, qui aux yeux de bien des personnes, cela ne signifierait rien mais qui pour moi, signifient beaucoup.
- Il n'y a pas de raison que tu l'oublies, Blue. Lui dis-je en posant ma main sur son épaule. Qu'est-ce-que tu dirais qu'on aille se chercher quelque chose à boire et qu'ensuite on aille se poser dans le parc pour continuer à profiter de la soirée ?
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 3 Mai - 22:30
Sa main dans son dos, un soutien si solide. Je crois que je ne pourrais jamais plus m’écrouler temps qu’il sera là ; à mes cotés. J’ai posé mes yeux verts sur lui, je ne sais pas ce qu’il me prend. Tout cela, je n’arrive pas à croire que c’est réel. J’ai pensé longuement avoir tout inventé. Personne ne me croira jamais, mais je n’avais personne à qui raconter cela. Oh… Peut-être Slade, même si je pense qu’il ne me croira pas ; parce qu’il est bien plus réaliste que moi.  Je n’allais pas oublier, ce n’est pas comme un rêve dont l’on ne se souvient plus en se réveillant. J’ai faiblement souris. Je ne devrais pas faire ça, mais je crois qu’injustement je préfère rester ici, avec lui plutôt que de retrouver Cameron. Je devrais avoir honte je le sais bien. Mais j’acquiesce sans hésiter à sa proposition. J’ai soif et je voudrais rester avec lui. C’est absurde je n’en doute pas. Peut être m’avait-il proposé cela simplement pour être poli, je ne connais pas encore très bien toutes ces manières. Bien que j’avais compris grâce à Lily qu’il ne fallait surtout pas roter à table et cela même si on avait terriblement envie de le faire !

Je souris faiblement à cette idole. Je voulais lui dire que c’était le plus beau jour de ma vie. C’était idiot parce que j’étais tombé dans les pommes ; mais je me sentais bien avec quelqu’un de si important. J’avais espéré un jour comme ça, ou je pourrais me sentir important moi aussi. Et même si je ne l’étais pas encore ; j’avais espoir de l’être un jour. Puisque Nyx c’était intéressé à moi. Mon raisonnement est assez étrange, mais je crois que ce sont ces pensées atypiques qui me permettent de survivre à toutes ces épreuves infâmes.

Mes yeux ne savent quitter ce visage si parfait. Je rougissais légèrement uniquement par la pensée qui précédait mes paroles. Trop tard. Et j’ai peur alors. Mais après tout, je ne le reverrais peut-être plus jamais… « Je te suivrais… N’importe où pour une minute de plus… Avec toi. » Oui, je ferais n’importe quoi, pour qu’il me regarde encore une fois ; pour qu’il me dise quelque chose à moi, que personne d’autre n’aurait pu entendre de sa bouche. Je suis fou de cet homme, de cet ange. Je voudrais le crier sur tous les toits… « Je pense à toi quand je me sens si seul. » Et ce soir, je suis avec toi. Je voudrais tout lui dire, ce qu’il y a sur mon pauvre cœur, maintenant que je réalise à quel point tout cela est vrai. Je voudrais qu’il sache qu’il est toujours avec moi d’une certaine façon, que les choses me font penser à lui. Je me pinçais légèrement les lèvres ; je ne peux pas dire toutes ces choses. Je ne peux pas dire que quand l’on me frappe parfois le soir dans les rues si noires ; je prie tous les anges du ciel pour qu’il vienne me sauver. Je prie, mais il ne vient pas. Je ne suis pas… Important.

« J’aimerai tant… Etre comme toi, savoir me battre et… Chasser les ombres. » Mais regardes moi mon héros, je suis tellement maigre et insignifiant. Je ne serais jamais aussi lumineux que toi. J’aimerai, mais je ne l’aurais jamais. Je souris faiblement, un peu tristement mais empli d’espoir. Espoir probablement infondé. J’ai tellement faim, je pourrais dévaster le frigo d’une cantine ! Je sais que cette sensation de faim n’est jamais rassasiée parce que je m’efforce à ne lui donner que rarement ce qu’il exige. Ce qui m’affaiblissait également beaucoup. J’avais Cameron, j’avais si peur de le tuer à chaque fois…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mar 12 Mai - 19:48

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Ses mots sont si touchants ... Et pourtant, Dieu seul sait combien de belles paroles j'ai pu entendre dans ma vie. Et aucunes n'avaient réussi à me toucher comme ceux prononcés par la bouche de mon jeune ami. Est-ce simplement ses mots ? Non, je pense que son regard en est aussi pour beaucoup. En fait, sans même le savoir, Blue est un garçon touchant et attachant ... Lui qui prétend être tout le contraire, être un garçon sans valeur. Si il savait à quel point il se trompe, que personne n'est sans valeur en ce monde malgré les nombreuses conneries que réussissent à réaliser la race humaine. Mon regard posé sur lui, je capte son attention et laisse mes prunelles scintillantes grâce à la noirceur de la nuit lui sourire doucement. Ma main vient alors se poser délicatement sur son épaule, appuyant légèrement pour l'inviter à me suivre.
- Alors allons-y. Nous avons encore toute la soirée devant nous. Lui dis-je d'une voix calme presque même enthousiaste.

Lentement, nous quittons notre endroit initial et nous dirigeons vers un parc complètement désert. Quelques silhouettes peuvent parfois être distincte mais les énergies sont peu présentes ce qui nous laisse à penser que l'endroit est vide. Ce soir, nous serons seuls. Seuls au monde en quelque sorte, même si c'est loin d'être le cas. Nos pas se font lents et notre marche se veut calme, ce qui me change totalement de ma journée qui a été plus que mouvementée. Mon regard reste fixe sur l'horizon, essayant de repérer au loin l'endroit où nous pourrions nous poser. Mon attention toutefois, reste fixée sur le jeune ange qui me fait part d'une chose qui à l'entente de sa voix, semble être quelque chose de profond et de secret. Mes iris scintillantes se dirigent alors sur lui, lui témoignant mon attention qui se veut très grande. Un nouveau sourire peut sans doute s'y lire à l'intérieur mais au fond, très au fond de mon être, je me force à étirer mes lèvres lui montrant ainsi un sourire très discret mais presque invisible.
- Blue, ne dis pas que tu n'es pas fort. Tu es fort. Sinon, tu ne serais pas là à me parler aujourd'hui ... J'ignore ce que tu as vécu, mais quand je regarde dans tes yeux verts, j'ose imaginer que ce que tu as traversé t'as dû être très difficile voir parfois insurmontable. Et pourtant, tu y es arrivé puisque tu es encore en vie. je stoppe malgré tout ma marche et viens me placer devant Blue à croupie afin de pouvoir être à sa hauteur. Sache une chose Blue, la force ne vient pas d'une capacité physique. Ma main se posant sur une de ses épaules, je rajoute. Elle vient d'une volonté indomptable. De celle pour laquelle tu as décidé de continuer à vivre.

Mon regard plongé dans le sien, vient témoigner le sérieux et la puissance que j'essaie de lui transmettre dans mes mots. Peut-être qu'il ne me croira pas, ou peut-être que si, mais qu'au fond de lui, il peinera à croire en cette vérité. Pour lui, je suis fort physiquement certes, parce que le catch est un sport qui demande énormément de cpacités physiques. Mais en réalité, si je n'avais dû compté que sur ma force physique, jamais je n'aurai percé comme je l'ai fais ... Le catch m'est devenu une thérapie, un moyen d'extraire ma rage, ma colère, ce que j'ai enfoui en mon être mort depuis des années. Peu voir presque personne ne sait que pour moi, le catch me sert d'échappatoire, afin de m'éviter de succomber à la douleur que j'éprouve en permanence depuis des décennies. Peut-être que ce soir, il me faudra l'avouer à une première personne ...

Ce n'est malgré tout pas le moment. Un café et une soirée forte sympathique nous attend. Je me relève donc dans un mouvement rapide et me tourne pour reprendre la marche que j'ai stoppé quelques secondes plus tôt. Notre marche nous mène alors vers un café situé à coté du parc et invite mon jeune ami à entrer afin que nous puissions commander nos boissons
- Bonsoir, j'aimerai un café noir sans sucre à emporter. Mon regard se tourne vers Blue. Et toi, que veux-tu boire Blue ? Ce soir, prends ce qui te ferais plaisir. C'est moi qui offre ...

code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 14 Mai - 14:01
Nous marchions cotes à coté, je le fixais sans vraiment regarder où je mettais les pieds. Je crois que je pourrais aller avec lui n’importe où ; même dans une boite de strip-tease. Je crois que voir des filles à moitié nue n’est vraiment pas agréable, je trouve cela vraiment étrange de danser devant autant de monde seulement en petite culotte. Mais je n’y pense pas, j’observai seulement ce visage si parfait. Nyx ? S’il savait à quel point il m’obsède. Parfois il me regard et je lui adresse ce qui doit être mon plus beau sourire. Ce qui ne devait pas être très ravissant je le regrette. C’est là que je le fis sourire, enfin je crois qu’il sourit. Je n’en suis pas si sur. Ce n’était pas aussi souligné que ce que je pouvais lui adresser ; mais j’aime croire qu’il me sourit. A moi. Il pensait que j’étais fort. Je voudrais lui dire merci. Il semble croire en moi sans que je ne sache pourquoi. Je suis encore en vie, mais à quel prix ? Oh Nyx tu sais, je ne veux pas être fou… Je ne le veux vraiment pas. Mais tout le monde me regarde comme si je l’étais bel et bien. Je ne veux pas être différent.

Nous nous immobilisions et l’ange se mit face à moi. Je me sens si bien. Je me sens… Regardé. Par un être exceptionnel. Voila ce que l’on ressent quand Nyx pose ses yeux sur vous. Je me sens tellement en sécurité. Personne ne me fera de mal n’est-ce pas ? Tant qu’il sera avec moi et tant que je penserais à lui. Les ombres resteront bien cachées. Sa main sur mon épaule, je voudrais que cela dure une éternité. Sait-il a quel point je me sens heureux ? A quel point j’ai besoin de lui. J’ai besoin de lui ; comme d’une dose de rêve dans mes cauchemars. Je ne sais pas pourquoi j’ai décidé de vivre. Je ne sais pas ce qui m’a poussé à ce choix qui semble si… Stupide. Je le fixe pourtant, je ne veux que le croire. J’aurai voulu le prendre dans mes bras et le remercier. Mais je crois qu’il détesterait cela. Il ne voudrait pas de mes bras si maigre autour de lui. Je n’ai rien dit, cogitant à ses mots. Il était vraiment quelqu’un de brillant. D’admirable. Je le regardais toujours jusqu’à ce qu’il m’entraine dans un bar où il demandait un café noir sans sucre. Ce que je veux. J’allais dire comme lui, mais le café je trouve que ça empeste vraiment… J’ai du mal à croire qu’il puisse boire une telle chose… Enfin, cela devait avoir un gout de cendres ; comme tout le reste.

Je demandais alors un chocolat chaud liégeois. Je le regarde timidement. Je suis vraiment un goinfre. Je soupirais faiblement, il doit me trouver minable. Mais rapidement nous sommes servit et je prends mon gobelet et apercevais avec ravissement la crème. Je le suivais jusqu’au parc sans rien dire, je fais attention de ne rien renverser. Une fois dans l’herbe je m’assois et renifle l’odeur de ma boisson. Uhm… Si seulement ça pouvait avoir aussi bon gout que ça ne le sent. Je relève les yeux vers lui « Merci… » Je me mordille légèrement la lèvre inférieure avant de lui dire « Tu es vraiment incroyable… » Il est même, extraordinaire. Je souris faiblement. Je ne sais pas quoi dire, je ne veux pas avoir l’air d’un dingue. Mais je crois que c’est trop tard après tout. « Est-ce que tu as souffert Nyx ? J’veux dire… Est-ce que c’est dur pour toi aussi ? Parfois… J’ai… J’ai l’impression que tu peux comprendre et… C’est comme si tu te battais… Pour moi. » Je sais que c’est absurde. Mais j’ai l’impression qu’il se bat parce que moi je ne sais pas le faire. Que ce feu qui repose au fond de ses yeux n’est autre que l’incendie qui constitue nos vies.

Je regarde ses mains tatouée et conduis timidement mes doigts immaculés sur les siens. Je ne devrais pas faire ça… La pulpe de mon index dessine le trait noir sur le sien. Est-ce que ça fait mal ? Je n’aurais jamais le courage de faire ça après toutes les aiguilles que l’on m’avait planté dans les bras pour me maintenir en vie. « Pourquoi tu as tout cela sur ton corps ? » Pourquoi si ça fait mal ? Oh bien sur, c’était magnifique. Mais pourquoi ces traits là et pas d’autres ? Je me le demandais vraiment…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Mer 20 Mai - 20:56

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

Une telle tristesse, une telle mélancolie ... Serait-il possible de réussir à effacer cela juste pour une soirée ? Le regard de mon camarade Lata me touche. Il me touche au point à ce que je ressente l'envie de le protéger, sentiment qui ne m'a plus envahit depuis fort longtemps. Cependant, je me contente de garder cette constatation silencieuse, me disant que lui faire cet aveu le troublerait bien plus qu'il ne l'est déjà. Les yeux fixes dans ceux du barman, je commande ma boisson et laisse Blue commander la sienne. Un chocolat chaud, un met sucré et remplit de douceur qui plaît habituellement à la gente féminine en cas de tristesse ... Pourquoi je pense ça ? Car le chocolat chaud était la boisson favorite de mon épouse ... A chacune de ses gorgées, elle me disait ressentir une vague de douceur et de sérénité envahir son être. Ce goût sucré et chocolaté lui plaisait énormément tout comme j'aimais énormément ses multiple baisers sucrés. C'est en silence que je reviens à la réalité et pose la somme demandée sur le comptoirs pour ressortir du café, chargé de nos boissons. A peine nos pieds touchent le béton, que mes lèvres viennent se poser sur le bord du gobelet que j'incline pour y boire une gorgée de mon café.

La marche se fait silencieuse puis, après quelques petites minutes, nous arrivons vers une grande place à l'intérieur de laquelle nous nous arrêtons pour finalement nous y installer. Le silence est toujours d'actualité, nous laissant entendre le chant des grillons et le son de la petite rivière qui arpente le parc pour aller se jeter dans un petit lac. Assis, les jambes pliées et les coudes posés sur mes genoux, je tiens mon gobelet à deux mains et fixe le ciel étoilé tout en entendant les mots de mon camarade qui me fait redescendre le visage pour fixer l'horizon avec étonnement.
- Je te remercie Blue. Lui répondis-je calmement. Même si j'avoue, ne pas vraiment savoir en quoi je suis incroyable.

Cela fait un moment déjà, que j'ai remarqué qu'à ses yeux, je semble être quelqu'un d'important ou non, de puissant. A cette idée, j'avoue ne pas encore réussir à m'y faire. Surtout que j'ignore pour quelle raison est-ce-qu'on vient à me voir ainsi. Après tout, je suis un homme parmi tant d'autres ... Alors qu'ais-je de plus ? Bien sûr, malgré mon étonnement, je peux sentir cette douce chaleur qui vient remplir mon coeur inerte. Le silence reprend bien vite place, mais au final, une question m'est posée. Une question, qui vient réveiller une multitude de souvenirs douloureux.
- Qui n'a pas souffert au moins une fois dans sa vie ? Lui demandais-je sans pour autant lâcher l'horizon des yeux. Il n'y a pas un seul jour où je me sens serein, bien. Cela fait des années que je souffre intérieurement de plusieurs choses et ... Je marque un temps de pause et reporte mon attention sur Blue. Et le catch est ce qui me permet de ne pas succomber à cette souffrance. Je le fixe quelques secondes et viens laisser mes prunelles se diriger vers le ciel noir que je contemple. Ma force physique est tirée de la douleur que je renferme depuis des décennies en mes entrailles ... Sans cette douleur, je ne serai pas où j'en suis aujourd'hui. Malgré tout, je suis ravi de savoir que mes combats libèrent également l'âme d'autres personnes. Je ne pensais pas que ça ferait cet effet là ...

En effet, je ne pensais vraiment pas que le simple fait de me voir combattre sur le ring, servirait de thérapie à certaines personnes. Cela me surprend, une nouvelle fois. Mais je suis satisfait et ravi de l'apprendre. Le sujet étant très rapidement changé, notre attention se reporte sur mes tatouages qui ont tous une très grande histoire. Le nombre que je possède est incalculable et j'espère du plus profond de mon être, que je n'aurai pas à en expliquer la signification de chacun. Et de toute manière, je ne le ferai pas. Car ils concernent tous quelque chose de personnel ...
- Il y a des personnes qui écrivent leur journée et leur vie sur les pages blanches d'un journal ou d'un livre. Avec le temps, ces livres prennent la poussière rendant les écrits pratiquement illisibles. Et bien moi, j'en ai voulu autrement. J'ai voulu symboliser des passages importants de ma vie, sous forme de dessin indélébile afin que jamais ils ne puissent être oubliés. Une nouvelle fois, mon attention se dirige sur mon jeune camarade tandis que mes lèvres elles, viennent à prendre le bord du gobelet en otage. Et toi Blue ? Que fais-tu pour te débarrasser de tes souffrances ? Ou pour soulager ton âme lorsqu'elle est en train d'arriver au bord du gouffre ? Quel est ton échappatoire ?
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 23 Mai - 10:48
Comment peut-il ignorer à quel point il est incroyable ? Je ne sais quoi lui dire, je voudrais tellement lui dire… Mais je ne sais pas comment il va réagir. Je lui demandais alors s’il avait souffert, je ne voulais pas le forcer à me parler, mais j’étais très curieux à son sujet. J’aimerai apprendre à mieux le connaître, au-delà de ces pages de papiers glacés dans les magazines. J’ai légèrement penché la tête pour observer cet homme si magnifique. Il disait ne pas se sentir bien, il n’existe pas de paix pour lui ? Je l’observais douloureusement, comme si tout s’effondrais. Comme si ce qu’il était sur le ring n’était finalement pas lui. Je ne disais rien, parce que je suis anéanti. Je ne veux pas qu’il souffre. Je veux qu’il soit ce combattant, je ne veux pas savoir qu’il va mal et ne rien pouvoir faire pour l’aider. Il parlait du catch comme une échappatoire. Je l’observai sans rien dire. Il souffrait…

Je regarde ces tatouages et cela me renvoyait à une idée de mutilation. Je sais que les tatouages ce font des avec aiguilles. L’idée seule me terrifie. Je n’aime pas les aiguilles. Ce qu’il disait de ces tatouages était vraiment fascinant. Je l’observais toujours, je n’ai jamais détourné le regard de notre conversation, je veux imprimer dans ma mémoire les moindres traits de son visage. Le mouvement de ses lèvres lorsqu’il me parlait… Je voulais lui demander l’une de ces histoires, s’il voulait bien m’en parler. Mais il me demandait ce que moi je faisais pour soulager ma douleur quand je ne peux plus la gérer. Je l’observe avec appréhension. Ce que je fais est atroce… Quand j’ai trop le mal de vivre, je vivais de façon irrationnelle. J’étais violent avec moi-même. J’agissais de façon déraisonnable. Quand j’ai trop mal, j’abandonne tout et laisse mes démons s’approprier mon corps. Je pleurais d’abord, puis je me comportais sans réfléchir. Je ne sais pas s’il comprendrait si je lui disais que mon échappatoire c’est de penser à ma mort ; de la penser et la désirer. De me comporter pour qu’elle m’emporte cette fois. J’ai sauté du haut d’une falaise ; j’ai sauté et je n’ai pas volé. Je voulais me détruire ; je le sais même si je ne l’admets pas. Je suis probablement fou. Personne n’aime les fous. J’avais Théo, ses tendres bras autour de moi pour me raccrocher à la réalité. Mais quand il n’est pas là ; quand il ne m’enferme pas dans le monde réel.

Cette fois j’ai baissé les yeux, hésitant longuement. Mes doigts déboutonnent ma chemise au niveau des poignets et je remontais le tissu pour lui dévoiler des cicatrices vestige de ma vie humaine. J’ai voulu me tuer ; et jamais plus la vie n’a été la même à mes yeux. Comme si l’on m’avait arraché à a mort et son soulagement. J’en voulais à la vie de me trainer encore de la sorte. De laisser mon petit corps souffrir de part son existence. J’ai honte, parce que je sais que ce n’est pas normal de faire ça. J’ai tout de suite masqué mon poigné avec nervosité. J’ai baissé la tête, me cachant derrière mes cheveux. J’ai peur qu’il s’en aille à cause de cela. « Parfois c’est trop douloureux dans ma tête et il n’y a qu’une seule façon pour faire que tout cela s’arrête… Une seule… Quand cela s’approche, quand mes os vont se briser en miles morceaux… Il y a ce moment où… Tout est calme. » Je soupirais faiblement, tournant le gobelet entre mes doigts froids. Il ne comprendra pas n’est-ce pas ? Il va juste penser que je suis cinglé. C’est ce qu’ils pensaient à l’hôpital, ils m’avaient mis le psychologue dans ma chambre et je m’étais contenté de le fixer alors qu’il me parlait. J’avais regardé sa bouche remuer sans jamais écouter. Ils avaient dit que j’étais probablement retardé et que j’avais besoin d’un scan cérébral ; Théo avait été le seul à me comprendre. Il disait que j’étais terrifié. Il avait eu raison.

« Je… Je ne sais pas faire de la douleur une force. La douleur ne fait… Que la douleur. » Je relève mes yeux humides vers lui, je devrais me taire maintenant. Fermer cette foutue bouche et ne parler que de lui. Pas de moi. Je ne suis pas intéressant. « Je suis fatigué de tous ces moments merveilleux, ces moments où j’oublie que je suis moi… Ces moments où… Je suis… Important. Je suis fatigué de ces espoirs et de leur disparition dans le noir. » Leur départ me laissant seul et nu. Si misérable. J’ai de nouveau baissé la tête ; je ne savais quelle audace me poussa à faire cela ; mais j’ai légèrement soulevée les fesses pour me déplacer un peu plus contre lui ; ma hanche effleura la sienne et je repliais mes genoux devant moi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Latawiec
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t826-nyx-lawrence-il-n-y-a-pas-de-gens-qui-changent-il-y-a-des-masques-qui-tombent#24939 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t798-nyx-lawrence-si-tu-veux-quelque-chose-bats-toi-point-final http://umbra-noctis.forumpro.fr/t827-nyx-lawrence-la-vie-n-est-pas-ce-qu-elle-est-elle-est-ce-que-tu-en-fait#24941
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 22/02/2015 Nombre de messages : 163 Points : 1321 On me connait sous le pseudo : Arcane Je porte l'avatar de : Chris Harms DC : Slade D. Morgan J'ai utilisé des images de : Vava by me, sign by LITTLE WOLF
J'ai : 1875 ans Je travaille comme : Videur au Devil's Arm et catcheur de renommée Actuellement, je suis : Veuf
Tell Me More
Got It !

Dim 14 Juin - 14:34

Blue L. Garthwys & Nyx Lawrence
So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me.

« Parfois c’est trop douloureux dans ma tête et il n’y a qu’une seule façon pour faire que tout cela s’arrête… Une seule… Quand cela s’approche, quand mes os vont se briser en milles morceaux… Il y a ce moment où… Tout est calme. »

Je lève discrétement un sourcil, intrigué par ses mots. Une seule façon réussit à le soulager de ses maux. Et encore, cette solution me paraît pas des plus convaincantes. A moins que ce soit juste une impression que Blue me donne en me parlant.
- Le calme ? lui demandais-je simplement. Je suis désolé, je ne suis pas sûr de bien comprendre ...

Il est vrai qu'il est resté assez vague dans ses paroles. Tout comme moi d'ailleurs, lorsque je ne souhaite ouvrir mon coeur. Je trouve sans cesse des prétextes pour ne pas dire clairement les choses ou encore, je détourne le sujet en me lançant sur un autre dans l'espoir que mon interlocuteur vienne à oublier sa question précédente. C'est silencieux que je pense à tout ça, dirigeant une nouvelle fois mon gobelet de café aux lèvres pour y ingurgiter le contenu. Mes yeux bleus fixant ses deux mains qui s'amusent avec son récipient en carton, je ne fais aucun jugement, si ce n'est qu'il me paraît stressé ou plutôt, loin d'être apaisé. Cette pensée me travaille, car j'aimerai au fond de moi, pouvoir l'aider à se détendre et le mettre à l'aise. Mais comment ?
- Je suis désolé, peut-être que parler de cela te fais du mal. Si c'est le cas, ne te force pas à me répondre. Te faire du mal est mon intention de bien loin ...

De très très loin même. Dans ma vie, j'ai suffisamment fait du mal aux gens et ressenti moi-même de puissantes douleurs pour vouloir encore en infliger aujourd'hui. En fait, même si un de mes semblables m'a enlevé la perle la plus précieuse à mon coeur, je pourrai me venger sur les autres en leur infligeant diverses douleurs pour mon simple bien-être. Certains agissent de la sorte, afin de se sentir moins seul dans leur souffrance. Mais moi, je ne suis pas ainsi et ne souhaite infliger de telles souffrances à autrui. C'est l'esprit plongé dans mes pensées, que je plonge mon regard dans le restant de liquide que contient mon gobelet maintenant entre mes deux mains. L'astre nocturne s'y reflétant, je contemple sa rondeur et quitte cette vision pour venir retrouver les prunelles de mon camarade Lata qui reflétaient toujours une si grande tristesse. Attentivement, j'écoute ses mots et ne lâche ses yeux dont je peux remarquer l'humidité prendre de l'ampleur. La lumière de la lune s'y reflétant à l'intérieur, je comprend que sa douleur doit être immense mais qu'en plus, elle ne doit pas être seule.

« Je… Je ne sais pas faire de la douleur une force. La douleur ne fait… Que la douleur. Je suis fatigué de tous ces moments merveilleux, ces moments où j’oublie que je suis moi… Ces moments où… Je suis… Important. Je suis fatigué de ces espoirs et de leur disparition dans le noir. »

A aucun moment, mon regard luisant quitta le sien. Ses mots me frappèrent en plein coeur, me faisant une nouvelle fois re plonger dans mon passé. Ce garçon, on dirait moi avant que je vienne à rencontrer Erèbe, mon père adoptif. Tout comme Blue, j'étais perdu et ne savait que faire de la douleur qui remplissait mon coeur. Aujourd'hui encore, il m'arrive de me demander ce que je pourrai faire pour me débarrasser de cette douleur qui brûle chaque jour mes entrailles. Mais à cet instant, je repense à Erèbe, à ma femme, à comment je me sentais lorsque j'étais avec eux et fait comme si j'étais à nouveau avec eux. Oui, agir ainsi est un peu comme me mentir à moi-même, puisque aucun d'eux n'est en vie.
- Je comprend ton ressenti. Je le comprend même parfaitement ... Lui répondis-je sans pour autant lâcher ses yeux des miens. Cette douleur que tes yeux démontrent, me rappelle la mienne, avant que je ne vienne à rencontrer l'homme qui m'a fait devenir ce que je suis aujourd'hui. Finalement, je quitte son regard et lève les yeux vers la lune que je contemple calmement. Il lui a fallu du temps, mais il a été le seul à réussir à me faire reprendre goût à la vie. Peut-être que ce qui te manque à toi, Blue, c'est ça. Quelqu'un à qui t'accrocher qui en plus d'être une sorte de modèle pour toi, serait aussi un peu comme un père ou une mère. Quelqu'un qui t'aimerai pour ce que tu es et qui se donnerait corps et âme pour t'aider à aller mieux. Je me tais un instant et pose mon gobelet au sol avant de re diriger mon regard sur Blue. Je ne sais pas, si tu vois ce que je veux dire ?
code by Chocolate cookie



it's where my demons hide
Accablé par la tristesse, je vins atteindre les abîmes les plus cachés de ma nostalgie. Et, je commence alors un souvenir larmoyant de cette femme, traduisant mes larmes de sang en la perte de mon joyau le plus précieux .... ∞
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

So many stars in the sky and I don't know why they have to fall on me ▬ Nyx & Blue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-