IUN DEMENAGE En savoir plus en cliquant ici
TUMBLR DE IUN Un nouvel univers plein d'horreur vient d'ouvrir ! Le visiter en cliquant ici
LYCANS Les loups solitaires ne sont plus acceptés, vous devez figurer dans une meute.
WOLPERTÏNGERS Merci de ne plus créer de wolpertïnger Loups, ou Félins, qui sont déjà en surnombres.

Partagez | 

 Un réveil hors du commun (feat Magyar et Aidan)


Silence is a true friend who never betrays.

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Sam 7 Mar - 18:35
Magyar, Aidan & Gabriella



Une semaine qu'elle était dans un état proche du végétatif. Aucune réaction, juste sa respiration qui montait et descendait, plus lentement qu'une personne normale, certes, mais elle n'avait pas besoin de machines, pour l'instant. Les médecins avaient fait parvenir ses papiers d'identité à la police, de manière à ce qu'il trouve une personne qui pourrait devenir son responsible, en cas de décès prématurée. Plus la patiente était dans un coma de ce stade et plus les terminaisons nerveuses de son cerveau se dégradaient de jour en jour. Malheureusement, la police n'avait rien découvert sur elle. Pas de famille, ce qui était normal, vu qu'elle avait changé son nom de famille en partie, pas d'amis qui la recherchaient, rien. Elle semblait totalement seule dans son monde. Le médecin qui avait réussit à la garder en vie venait tous les jours pour inspecter son état. Il avait pu lui effectuer les premiers examens, la faire platrer du genou gauche jusqu'à sa hanche, sans compter les innombrables bandages qui la ceignaient en grande partie. Son poignet gauche reposait sur son ventre, brisé en deux. Il avait bien peur que si elle arrivait à se réveiller, elle ne pourrait peut-être plus marcher correctement et encore moins se servir de sa main. Les tendons avaient pris énormément. Mais ce qui l'inquiétait le plus, c'était le fait que son corps commençait à aller mieux, même les cicatrices sur son visages se résorbaient doucement, son esprit ne semblait plus parmi eux. Toutes les machines branchées sur sa tête, son coeur, le seul poignet encore valide, montrait une activité, mais le cérébral semblait mort. La porte derrière lui s'ouvrit. Il resta assis sur le lit de la patiente, comme il avait l'habitude de faire et se tourna vers l'infirmière qui tenait un dossier à la main.

« J'ai peut-être trouvé quelque chose, mais je ne pense pas que cela va nous aider docteur. » disait-elle en lui donnant le dossier. Elle le laissa, sortant de cette chambre sans comprendre pourquoi il tenait tant à en savoir plus sur elle, puis reprit son service. Pendant ce temps, il parcourut le dossier. Elle était déjà venue dans cet hôpital, bien des années auparavant. Son mari avait été tué... Il fronça les sourcils en lisant tentative de suicide suite à la perte du foetus. Il soupira, comprenant que peut-être elle ne voulait pas revenir. Malgré tout si son corps tenait, c'était que quelque chose devait la retenir ici bas. Il était croyant, déposa une main sur le front de la patiente et sortit. C'était décidé, il allait faire mettre un avis. Quiconque aurait des renseignements sur elle, serait le bienvenu. Il fit en sorte que l'annonce paraisse dans le journal du matin, ainsi, il aurait peut-être de la chance que ce soir, quelqu'un vienne pour elle. Autrement, il ne savait pas du tout ce qu'il aurait le droit de faire avec son corps si elle devait rester en vie, mais avec assistance respiratoire ou non. Des examens étaient en cours pour voir sa compatibilité avec d'autres patients qui attendaient des organes et même si cela le répugnait, il se devait de vérifier.

Pendant ce temps...

La brume était sombre tout autour d'elle. Il n'y avait pas de lumière, juste une sorte d'autel en pleine clairière. C'était ce qu'elle avait vu en arrivant. Elle n'avait pas comprit ce qu'elle faisait ici, des arbres partout, telle une forêt et d'un coup plus rien, juste une immense clairière qui aurait dû être en couleur, mais il n'y avait que du noir et blanc et accessoirement du gris par endroit. Elle n'avait pas bougé, n'osant ni avancer, ni reculer. Elle cherchait Blue du regard, sachant qu'ils avaient eut un accident de voiture, mais elle ne le voyait pas. Elle avait beau appeler, il ne répondait pas. Elle voulu courir, mais se retrouvait coincée sans pouvoir bouger, comme spectatrice d'un corps qui ne lui appartenait plus. Portant les mains à sa gorge, elle cherchait l'air, mais se rendit compte qu'elle ne respirait pas, pas comme avant, mais avant quoi? Ses mains n'avaient rien, d'ailleurs, elle ne comprenait pas ce qu'elle faisait ici, sans blessures. Elle se souvenait pourtant avoir perdu du sang, avoir vu quelque chose, là-bas, un homme... Son père? Elle n'en avait pas souvenance. Quelque chose bloquait sa mémoire, son esprit, comme si elle était là, sans être là et puis cette brume est apparut d'un coup, sans qu'elle ne la voit venir, la submergeant totalement. Elle se mit à avoir peur, tournant sur elle-même, sentant comme des griffes lui déchirer les entrailles. Elle se débattait, sentant qu'on lui tirait les cheveux, la trainant de force au sol. Son hurlement aurait pu faire fuir des oiseaux, s'il y en avait, mais elle était seule et lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle comprit qu'elle avait rêvé tout cela. Allongée sur un socle, l'autel qu'elle avait vu plus tôt, elle voulu se redresser, mais une main vint se poser sur sa gorge. « Chut, ne bouges pas, ce ne sera pas long » murmura la voix à son oreille. Elle tourna le visage et vit la femme qui venait de lui parler. La terreur, c'était ce qui prit possession de son corps, de son être, d'elle-même. La femme face à elle souriait toujours, déposant un cercueil de verre sur Gabriella, l'enfermant à jamais. « Voila, maintenant tu es protégée » murmura l'autre. La sor'cière ne bougeait plus, pétrifiée de voir qui était de l'autre côté et ferma les yeux pour s'endormir : c'était elle, une autre elle qui avait fait son apparition. Sa conscience la protégeait du mieux qu'elle pouvait. Plus de sentiments, plus de solitude, seul l'abandon était de mise. Plus de souffrance, ni d'espoir, juste un vide immense qui ne pouvait être comblé. Il suffisait de silence, de repos et peut-être que la mort qui s'approchait serait enfin LA solution tant attendue.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Lun 9 Mar - 11:59



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Depuis quelques temps, Magyar était des plus contrariés. Le Sor’cier avait eut une longue conversation avec Blue… trois jours plus tôt exactement. Il avait eut un comportement très étrange. Enfin disons dans le cas de Blue, plus étrange encore que d’habitude… voir même relativement flippant. Il avait rôdé dans rien dire, silencieux comme une ombre. Et Blue qui se faisait discret, évitait même le salon et la TV, ne cédant pas à l’appel d’une pizza ce n’était franchement pas bon signe… Même Siobhan, n’avait pas réussit à lui tirer les vers du nez. Il avait été si fuyant ! Et puis finalement, il était venu à Magyar de lui-même, lorsqu’ils avaient été seuls au manoir et que le Sor’cier semblait calme, serein, à s’occuper des plantes de la verrière. Il lui avait parlé d’un très violent accident de taxi, d’une femme blessée, laissé pour morte… ou presque. C’était un récit très compliqué dans la bouche du Latawiec qui s’exprimait toujours d’une manière que Magyar parfois, considérait comme des charades ou des énigmes. Mais il avait comprit suffisamment de chose pour comprendre que potentiellement, Blue était à l’origine de l’accident qui avait fait cette victime malheureuse, sans compter le chauffeur. Il lui avait même avoué  avoir céder à ses instincts d’Ange Noir pour gouter au sang de la femme, directement dans l’une de ses blessures… Voila, c’était arrivé. Ce que Magyar avait craint depuis le début… ce que Siobhan avait ignoré d’entendre. Ils n’étaient pas suffisamment armé, ils ne pouvaient pas réellement comprendre la situation de Blue… ne l’ayant pas eut même vécu. Et maintenant, une jeune femme en souffrait. Blue lui avait juré qu’elle n’était pas morte… et aujourd’hui Magyar était bien décidé à le vérifier, et à réparer les actes du Latawiec s’il en était encore temps.

La veille, il avait profité de sa pause pour trifouiller dans les dossiers des patients, dans les différents services de l’hôpital. Cela n’avait rien donné. Blue ne lui avait pas donné son nom et l’hôpital d’Edimbourg était une vraie fourmilière. L’expression ‘chercher une aiguille dans une botte de foin’ prenait un sens très précis dans l’esprit du Sor’cier, qui n’avait aucune idée du service dans lequel pouvait se trouver la jeune femme… si cette dernière était toujours en vie. Mais il doutait que si la malheureuse était toujours vivante, alors elle serait dans cet hôpital, nul doute la dessus ! Il avait donc sollicité l’aide de l’une de ses amies infirmières, une femme qui semblait tout connaitre de l’hôpital, et qu’il lui parla rapidement d’une inconnue. La Jane Doe du moment, victime d’un accident… de taxi. C’était étrange finalement, comme parfois les choses pouvaient être très simples. Magyar n’avait pas eut un seul doute la concernant, cette inconnue était bel et bien la femme qui avait été en présence de Blue pendant l’accident. Plusieurs heures après cette découverte, Magyar se changeait enfin, après un accouchement en urgence qui finalement, n’avait pas été très long. La mère avait déjà eut trois enfants, et celui-ci était arrivé si vite et si facilement que Magyar lui en avait presque été reconnaissant. Il changea de blouse, en enfilant un bleu. Il avait encore une heure de disponible avant d’entamer ses visites… il fallait en profiter.

Rapidement, Magyar s’était renseigné sur la chambre et le dossier de la patiente inconnue. Elle était vraiment mal en point… dans le coma. Son corps avait subit de très multiples lésions, et il semblait que son état inquiétait son médecin à en croire son dernier rapport. Mais elle s’accrochait sans doute, puisque malgré tout elle n’était pas décédée. Une coriace, sans doute. En entrant dans sa chambre, Magyar fut frappé par plusieurs choses… D’abord, son aura. Très forte, particulière. Cette femme était une Sor’cière… Mais pas que. Il semblait que la magie la désertait. Elle était encore bien présente en elle, du moins… il en restait quelques traces, comme un résidu furtif qui l’habitait encore par intermittence. Se pouvait il que cette Sor’cière ait été maudite ? Il n’en avait rencontré qu’une fois, un homme au bord de la mort… il semblait pourrir de l’intérieur, son âme se flétrissait… c’était affreux. Mais elle, c’était différent, elle n’avait rien à voir avec ce Sor’cier maudit. C’était comme si il y avait de l’espoir encore pour elle. Mais son état physique était très préoccupant. Finalement les Sor’ciers étaient aussi fragile que les humains dans leur carcan d’os et de chair… Magyar s’approcha lentement d’elle, consultant le dossier accroché à son lit pour vérifier que des infirmiers ou des médecins ne viendraient pas l’interrompre avant un moment. Il ne savait pas encore ce qu’il pourrait faire pour elle, mais il se devait d’essayer quelque chose. Avec douceur, il passa une main sur son front… c’était là que résidait sans doute le problème… il fallait qu’elle revienne, même si cela allait être difficile et douloureux. Car s’il pouvait l’aider à guérir de ses blessures, comme il l’avait fait avec Amy, il fallait déjà qu’elle revienne à elle… et qu’on la sorte de cet hôpital.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 11 Mar - 21:05
Gabriella Magyar & Aidan
Aidan était train de bosser dans son bureau lorsque l'ont lui apporta le journal du matin, il s'en servait pour regarder les prix de l'immobilier du moment, une des choses qui permettait à son entreprise de rester dans les tendances du moment, habituellement, il ne regardait rien d'autre, les fait divers à la rigueur afin de se tenir au courant de la folie du monde dans lequel il vivait et ça s'arrêtait là, cependant un titre avait retenu son attention, un médecin qui faisait une annonce c'était plutôt rare mais surtout si c'était le nom qu'il reconnue sur le champs, il se demandait depuis quand il n'avait pas eu de nouvelle de la sor'cière, depuis la dernière fois qu'elle était venue chez lui et qu'Isi l'avait accueilli comme si elle avait la peste cela faisait... Un bon moment oui, pourquoi était-elle à l'hôpital? Cependant l'annonce ne disait pas grand-chose, il était juste à la recherche de quelqu'un qui la connaissait... Sauf qu'Aidan savait que la jeune femme n'avait personne, elle avait perdu son fiancé, ce n'était pas sa mère qui allait venir... D'ailleurs si elle tombait sur cette annonce par un quelconque hasard et faisait le rapprochement, la jeune femme aurait de sérieux ennuis... Aidan soupirait, il savait déjà qu'il allait y aller, d'une parce qu'elle l'avait aidé, elle avait refusé son argent, il pouvait faire cela pour elle, et de deux... Parce qu'il le voulait tout simplement. Il quittait donc son bureau, donnant les directives à suivre, il savait que sa sœur s'occuperait de décaler ses rendez-vous, l'hôpital n'était pas loin il y serait en peu de temps, il quittait donc les locaux de la Winghelow Entreprise Holding et se dirigeait vers sa voiture ou Finn, son conducteur, l'attendait déjà.

- "Monsieur." Disait-il en faisant un signe de tête vers Aidan, tandis que ce dernier montait du côté passager à côté de son chauffeur. "Nous allons au royal edinburgh hospital Finn." Expliquait l'ange noir, "Bien monsieur." Le reste du voyage se faisait dans le silence absolu tandis qu'Aidan se posait des tonnes de questions, à commencer par le pourquoi est-ce qu'elle se trouvait là-bas et dans quel état? Avait-elle finit par tenté de se suicider? Avait-elle eu sa vengeance à laquelle cette femme tenait tant? Il n'aurait aucune réponse pour le moment, fort heureusement, la voiture arrivait près de bâtiment, le chauffeur d'Aidan le déposa devant et partie ensuite se garer. Le latawiec entrait donc et allait à l'accueil donnant le nom de la jeune femme pour savoir dans quel service elle se trouvait, il mit du temps à obtenir une réponse, mais finalement, un seul regard froid suffis à faire accélérer le mouvement à la femme qui tenait l'accueil, il ne lui demandait pas le chemin, il allait surement trouver avant même qu'elle est fini de lui expliquer... Il arrivait enfin dans le service souhaité et trouva la chambre sans problème, il frappa, juste par politesse plus qu'autre chose et rentra sans attendre de réponse dans la chambre. Il vit un homme près du lit, et ensuite... Elle était là, sur le lit comme endormie, Aidan grimaça un instant, mais n'oubliant pas qu'il n'était pas seul, il reprit vite son visage impassible qui ne laissait voir aucun sentiment apparaître sur son visage. Elle avait souffert, beaucoup souffert...

- "Je... Bonjour, vous êtes son médecin?" Demandait-il à l'homme sans même le regarder, il ne pouvait pas détacher son regard des tonnes de bandages qu'elle avait un peu partout, impossible de savoir l'étendue des dégâts, il n'était pas médecin mais quelque chose lui disait qu'elle n'était pas simplement endormie... Une image se superposa à celle de Gabriella, c'était celle de sa femme, quand il l'avait retrouvé complètement meurtrie et blesser, il y avait eu tellement de sang sur son pauvre corps... Ici les plaies avaient surement été nettoyé, cependant il ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer dans quel état elle avait été retrouvé, le flashback était... Déroutant il envahissait ses pensées et il avait du mal à faire la différence entre le passé et le présent... Cependant il faisait de son mieux pour revenir à l'instant présent s'avançant doucement vers le lit, il s'arrêta au pied, le visage interdit, il montrait toujours rien, puis finalement, il releva le visage vers le médecin qui était avec lui dans la pièce. "Que lui-ait-il arrivé?" Demandait Aidan d'une voix neutre, il n'avait jamais aimé les hôpitaux, heureusement en tant que Lata, il avait rarement l'occasion d'y aller, sauf quand quelqu'un qu'il appréciait s'y trouvait et en presque deux millénaires, il en avait vue des personnes mourir, cependant quelque chose au fond de lui murmurait Pas elle... Elle devait vivre, elle ne voulait pas mourir et ça au fond Aidan le savait!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 13 Mar - 18:52
Magyar, Aidan & Gabriella




La chambre commençait à être envahie par des ombres néfastes pour celle qui contrôlait l'esprit de la sor'cière. Sa conscience n'était pas toute seule, mais qu'importe ce qui pouvait se passer en dehors de ces murs composés du corps de Gabriella, rien ne pourrait arrêter ce sacrifice qui était en marche. La mort est un cadeau, c'était une offrande et même si dans le cas présent elle n'était pas totalement morte, cet état de coma était parfait pour cette conscience qui ne voulait que se débarrasser de tout ce qui la brûlait de l'intérieur. La contradiction entre la suppression pure et simple de tout ce qui était néfaste et le fait qu'elle voulait la laisser mourir était importante, deux Gabriella se battaient l'une contre l'autre sans même le savoir. Est-ce que quelqu'un était avec elle dans son esprit ? Nul ne le saura jamais, à moins de venir fouiner, mais pour le moment, l'autre était allongée sur la paroi de verre, regardant la sor'cière faire semblant de dormir. Elle lui souriait, attendant qu'elle ouvre les yeux, mais la peur l'oppressait si fortement, qu'elle n'osait plus laisser échapper le moindre souffle d'air, en même temps, est-ce qu'elle respirait ?

« Non, tu ne respires pas, pas ici en tout cas, je suis même très étonnée que notre corps puisse encore respirer par lui-même, mais je pense que ce n'est qu'une question d'heures. Ce médecin est mignon je trouve, mais bien trop impliqué. D'ailleurs, pourquoi voulait-il absolument que tu reviennes? » L'autre se redressa, puis se laissa glisser le long du cercueil de verre et tapota doucement du bout des doigts la paroi pour qu'elle ouvre les yeux. Ce qu'elle fit immédiatement. « bien, j'ai toute ton attention, alors, dis-moi, il ne te rappelle rien ? » Elle fit la moue en comprenant qu'elle ne tirerait rien de Gabriella. « Bon, disons que tu n'as pas pu le voir, il n'a pas l'air vieux et en plus, depuis Vincent, nous n'avons vu personne... »

« Laisse-moi tranquille! » lacha-t-elle dans sa prison de verre. « Qu'est-ce que tu veux? Je sais bien que tu n'es pas lui, car il n'a pas la capacité de se transformer en quelqu'un d'autre, alors qui es-tu vraiment? » demanda Gabriella d'une voix étouffée. Elle ne bougeait pas, de toute manière elle ne le pouvait pas, sentant ses membres durcir un peu plus chaque minute, ou chaque heure? Comment savoir où elle était vraiment et pourquoi elle ne pouvait pas voler comme elle imaginait parfois? Elle se surprit à penser à son dernier rêve, croyant qu'il n'était que le fruit de son imagination, finalement, c'était beaucoup mieux avec lui, que là, avec son double. Elle maintenait le regard de l'autre, se demandant ce qu'elle allait subir.

« Comme si j'allais nous faire du mal, non, au contraire, je vais retirer tout ce qui peut être néfaste et après, nous verrons si nous tenons encore le chox, ce dont je ne pense pas, mais ce n'est pas grave, aprs tout Vincent et le bébé sont de l'autre côté. » L'autre lui souriait tranquillement, posant ses mains de chaque coté de la tête de Gabriella, sur la paroi de verre. « J'en ai assez que tu te pose des questions, que tu nous tue sans arrêt. Toutes tes faiblesses, je vais les supprimer et les remplacer par moi, enfin ce qui en restera. Maintenant, on y va. » Murmura-t-elle en fermant les yeux. Une légère lumière se fit sur ses paumes, aspirant quelque chose de l'esprit de Gabriella.

De l'autre côté...

« Non... »

Un simple souffle, un murmure se fit entendre dans la chambre de l'hôpital qu'elle occupait. Tel un vent léger, sa voix, son esprit, peu importe se fit entendre sans qu'elle ne se réveille. Son corps se tendait de plus en plus tandis que quelque chose la rongeait de l'intérieur, emportant ses souvenirs, sa vie, son identité. Cela ne faisait que commencer, mais la peur s'insinuait si fort en elle, que ses membres se tétanisaient, montrant des tressautements. Les appareils détectaient une anomalie dans son corps, sauf qu'ils n'arrivaient pas à déterminer où exactement. Les aiguilles commençaient à bouger de plus en plus amplement, griffonnant de noir les rubans de papiers. L'encéphalogramme montrait des pics inhabituels d'activité alors qu'il n'y en avait quasiment plus. Certains étaient bien en dehors des limites. L'électrocardiogramme enregistrait un coeur qui diminuait fortement, ne laissant plus aucun doute sur ce qui risquait d'arriver si rien n'était fait. L'alarme se déclencha si rapidement et pourtant le médecin était déjà dans la pièce avec les deux autres hommes. Il s'étonna l'espace d'un instant qu'un sage-femme soit présent, poussant l'autre d'une main habile pour vérifier que rien n'avait été débranché. Il laisa l'alarme sonner, commençant à préparer une intubation pour sa patiente, tandis qu'il entendait des bruits de course dans le couloirs. Chaque personne prit position, près à intervenir au cas où son coeur s'arrêterait une fois de plus, mais le fait de la brancher à l'appareil de respiration semblait suffisant. Il ordonna des examens complètementaires et attendit que les infirmières soient sorties pour s'approcher d'elle. Il passa une main sur son front, comme il l'avait déjà fait bien avant, vérifia qu'elle n'allait pas mourir entre ses mains et se retourna vers la porte.

« Magyar, je vous avait complètement oublié, elle n'est pas enceinte que je sache et je ne me souviens pas avoir vu votre nom sur son dossier, qu'est-ce que vous faites là? Et vous, qui êtes vous? » demanda-t-il l'air fatigué en inspectant l'homme habillé comme un de ces hommes d'affaires. « vous savez qui elle est ? » il avait fait exprès de ne rien mentionner nulle part, ni nom, ni prénom, afin d'être sur d'avoir de véritables informations sur elle et ses proches.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Mar 17 Mar - 15:18



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Cette pauvre femme… il se dégageait d’elle une énergie très particulière. Il sentait son vécu, sa souffrance. Il y avait tant de douleurs sous cette maigre carcasse. Une douleur qui ne datait pas de l’accident. La Sor’cière étendu sous son regard n’avait rien d’ordinaire. Elle était brisée. Son corps l’était, oui. Mais son esprit semblait l’être d’avantage. Son fluide magique lui-même, presque inexistant, semblait pourtant le clamer. Qu’avait elle pu vivre, traverser au cours de son existence pour émaner une énergie aussi accablante ? Elle semblait calme, et pourtant il sentait son aura se soulever. Elle était encore là, quelques parts. Perdue au tréfonds de son âme et se débattait. Pour rester, ou partir, cela Magyar n’arrivait pas à le saisir. Quand bien même, elle avait été victime d’un accident, sans doute à cause de Blue. Et maintenant que Magyar était là… alors il allait faire son possible pour l’aider. N’était il pas un Sor’cier ? Prédestiner à guider les créatures de l’ombre, à leur venir en aide ? Cette jeune femme était une sœur, et elle semblait bien mal en point. Lentement, il passa une main au dessus de son front. Par où commencer ? L’aider à rétablir les dégâts de son corps ? De son âme ? L’entreprise lui semblait vaste… cela prendrait du temps. Mais il n’eut pas même le temps de ce décidé qu’il entendit des coups hâtifs portés à l’entrée, et un homme s’engouffra dans la chambre. « Je... Bonjour, vous êtes son médecin ? » Il ne manquait plus que cela… Mais en quelques secondes, quand l’aura de l’homme lui parvint, Magyar devina qu’il était en présence d’un Latawiec. Et un Latawiec particulièrement vieux. La bonne nouvelle, s’était qu’il semblait connaitre l’inconnue.

Mais son visage était tellement neutre, impassible qu’il était difficile pour Magyar de comprendre les intentions de la créature. Il avait cependant acquiescé en silence. Non il n’était pas son médecin, mais comme allait il pouvoir expliquer sa présence, lui qui ne connaissait pas la jeune femme, et qu’il n’était pas même dans l’équipe médicale qui la suivait ! « Que lui-ait-il arrivé ? » Comme une réponse à la question du Latawiec, la jeune femme émit un son. Un son très bref, terriblement faible, mais il était certain de l’avoir entendu. « Non … » Presque immédiatement ensuite, la machinerie s’emballa. L'encéphalogramme d’abord, puis rapidement, il fut clair qu’elle s’enfonçait. Magyar jura entre ses dents… il était impuissant. Pas ici, où il ne pouvait intervenir sans se faire remarquer. Pas alors que des infirmiers et son médecin entraient en trombe dans la chambre pour venir à son secours. Reculant d’abord de plusieurs pas, il en vint ensuite à se diriger vers le Latawiec. « Ne restez pas là… venez, laissons les faire leur travail... » Il espérait simplement qu’elle tiendrait le choc, pour pouvoir l’aider ensuite… Si elle ne tenait pas, alors il ne pourrait plus rien. Il ne laissa pas le choix au Latawiec, pressant dans son dos pour le guider vers la sortie. Ils s’éloignèrent alors de la chambre, de quelques pas alors que d’autres infirmiers s’engouffraient dans la chambre. « Ecoutez, je me nomme Magyar, je ne suis pas son médecin vous devez vous en douter. Si je suis ici c’est parce qu’un … ami a été témoin de l’accident et m’en a fait part pour que j’intervienne. J’ignore qui elle est, mais je sais qu’elle est une Sor’cière, tout comme moi… je peu l’aider. La connaissez-vous bien ? » C’était une question idiote, s’il débarquait ainsi c’était qu’il la connaissait. Mais il voulait surtout le faire parler.

Seulement, le médecin revient bien vite. C’était bon signe à priori, car il laissait son équipe s’occuper de la jeune femme. Son état n’empirait pas. Et le mot qu’elle avait prononcé la raccrochait plus encore à ce monde, Magyar en était certain. Se doutant que le médecin allait se poser des questions sur sa présence auprès de l’inconnue, le Sor’cier se tourna et glissa discrètement au Latawiec. « Entrez dans mon jeu… » « Magyar, je vous avait complètement oublié, elle n'est pas enceinte que je sache et je ne me souviens pas avoir vu votre nom sur son dossier, qu'est-ce que vous faites là? Et vous, qui êtes vous ? Vous savez qui elle est ?» Magyar répondit avec assurance. « Le chef m’a demandé de vérifier des informations sur son cas. Il pense que si nous pouvons confirmer aux enquêteurs qu’elle a eut un ou plusieurs enfants, cela pourrait les aider dans la recherche de son identité… » Il resta évasif, sachant que c’était totalement faux. Mais fort heureusement tout de même asser crédible. Il laissa ensuite le médecin observer l’homme en costume, avant d’ajouter en lui lançant un regard appuyé, pour qu’il ne le trahisse pas : « Cet homme est arrivé juste avant qu’elle ne s’enfonce. Il s’agit de son compagnon, Monsieur… » Une ouverture, pour qu’il se présente. Ce qu’il espérait, c’était que le Latawiec acquiesce, qu’il dise qu’il était son compagnon ainsi il aurait un point ‘administratif’ dans cet affaire. Peut être qu’ainsi, Magyar pourrait plus sereinement intervenir auprès de l’inconnue.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 24 Mar - 22:56
Gabriella Magyar & Aidan
Un grondement s'était malgré lui échapper de sa gorge au moment où le médecin avait voulu le faire sortir de la chambre... Non pas qu'Aidan n'avait pas voulu le suivre, il était juste... En pilote automatique, ce n'était plus son cerveau qui décidait quoique ce soit et si son corps avait suivi le mouvement en suivant le médecin, l'esprit du Latawiec lui était resté dans la chambre d'hôpital de la petite sor'cière. Rien, rien ne ressortait sur son visage, aucune émotion, aucune réaction, en réalité il se demandait même s'il arrivait à tout comprendre, l'inquiétude le gagnait, il entendait les bruits des appareils, ou encore les paroles du médecin dans la salle, ou celui du sor'cier juste à côté de lui comme si tout était en sourdine, tout se déroulait au ralentis tandis qu'il fixait la porte de la chambre, se demandant ce qui allait se passer et si jamais c'était la fin pour elle? Si jamais il était arrivé au moment où elle rendait son dernier soupir? Quelque chose le gênait au fond, elle avait fait tellement pour lui, elle avait pris du temps, malgré sa santé pour l'aider et voilà qu'aujourd'hui c'était elle qui avait besoin d'aide et il ne pourrait pas l'aider? Aidan prenait sur lui pour rester tel une statue sans bouger, sans respirer, ne laissant rien ressortir... S'il laissait ce qu'il avait au fond de lui ressortir, cela ne serait pas bon, que ce soit pour lui, ou pour les personnes qui l'entourait... Il entendait vaguement l'homme à ses côtés lui parler, ses paroles rentraient dans la tête d'Aidan mais ne lui faisait pas tilt, l'ange noir était partagé entre le présent, le passé et son inquiétude qui grandissait de minute en minute sans qu'il ne sache réellement pourquoi, il en avait vue des personnes mourir pourquoi est-ce qu'une sor'cière de plus changerait quoique ce soit? Surtout qu’il ne les portait pas vraiment dans son cœur...

Ce qui sortait le latawiec de sa torpeur était une phrase que l'un des médecins sortait juste à côté de lui... Aidan pris alors conscience de tout ce qui l'entourait, de tout ce qui avait été dit qu'il avait entendu sans y faire attention, il scrutait le médecin qui c'était présenté à lui sous le nom de Magyar et qui était un sor'cier? D'accord Aidan commençait par faire un pas en arrière, sa confiance envers eux était très subjective, la seule qui l'avait gagné sans trop d'effort était cette femme sur ce lit d'hôpital... Il regardait ensuite l'autre médecin et peu à peu se remettait dans les circonstances qui l'entouraient revenant dans l'instant présent, tout ceci c'était bien entendu dérouler en une poignée de secondes tandis que l'ange noir se demandait s'il avait bien entendu ce que le médecin Magyar venait de dire... Lui, le compagnon de... Mlle Rowanwoods est-ce qu'il l'avait bien regardé? Il se demandait s'il lui arrivait de réfléchir parfois, cependant Aidan n'avait pas longtemps pour se décider, l'autre médecin allait se poser des questions s'il gardait le silence, cependant il prenait un air perturbé, ce qui pouvait paraitre tout à fait logique pour un homme qui venait de retrouver sa compagne dans le coma après une semaine de recherches...

- "Monsieur Winghelow." Répondait Aidan en serrant la main du médecin, se souvenant que l'autre homme lui avait demandé de rentrer dans son jeu, il avait eu beau n'écouter que d'une oreille, ce n'était pourtant pas tombé dans l'oreille d'un sourd et il avait tout enregistré tout de même. "J'étais en déplacement pour le travail dans un endroit qui malheureusement ne captait pas le réseau, je n'ai donc pas réussi à la joindre et quand je suis rentré..." Il ne finissait pas sa phrase, il n'arrivait pas à prendre l'air vraiment démuni comme un homme qui s'en faisait réellement pour sa femme, il ne savait ce que c'était cependant il se servait de ce qu'il avait vécu. Du fait qu'il avait déjà perdu une femme et aussi du fait qu'il était réellement inquiet pour la jeune femme. "Va-t-elle s'en sortir?" Demandait-il, "Et est-ce que quelqu'un va enfin me dire ce qui s’est passé? Un accident n'arrive jamais seul à ce que je sache." Sa voix était plutôt sèche, il ne voulait pas laisser le temps à l'autre médecin de posé trop de question et de creusé sur son histoire monté à la va vite. "Est-ce qu'on peut rentrer?" Demandait-il de nouveau montrant de l'empressement, se disant qu'avec un peu de chance cela ajouterait un peu plus de crédibilité dans son rôle et puis, il attendait de pouvoir se retrouver seul avec Magyar, même si se retrouver seul avec un sor'cier ne l'enchantait pas vraiment... Cependant un ami à lui avait été témoin de ce qui c'était passé, et il pouvait l'aider, deux élément qu'il ne pouvait vraiment pas laisser de côté... Dans quels ennuis est-ce que cette petite sor'cière c'était encore fourré... Est-ce que sa mère l'aurait finalement retrouvé? Tant de questions et aucune réponse, le Lata allait finir par prendre un médecin pour en frapper un autre si aucun des deux ne lui disait ce qu'il voulait savoir...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Ven 27 Mar - 10:41
Magyar, Aidan & Gabriella



Le médecin regardait les deux hommes durant quelques secondes, sans dire un seul mot. Quelque chose le dérangeait, le chiffonnait, il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il se positionna devant la porte, la refermant une fois que la dernière infirmière soit sortie en lui tendant le dossier, puis s'y adossa. Non, personne n'allait entrer dans cette pièce sans qu'il ne puisse leur parler, surtout à cet homme qui se disait être son compagnon. C'était sur ce point que cela le dérangeait, pas qu'il le soit dans le sens strict du terme, juste parce que son nom lui rappelait quelque chose. Il secoua la tête par la négative, puis les invita à se décaler. Entre ses couloirs, à part le personnel soignant, nul ne pouvait entrer, d'ailleurs comment cet homme avait pu? Probablement parce qu'il avait dû charmer une des infirmières, s'il la tenait celle-ci, mais bref. Il ouvrit le dossier, pour être sur d'avoir tous les éléments en sa possession et se mit enfin à répondre à toutes les questions qui venaient d'être posées.

« Vous pourrez entrer après, son corps à besoin de se reposer et que vous soyez ici, ou avec elle dans la pièce ne changera rien. Nous avons été obligé de la mettre sous respirateur artificiel, c'est ce que je craignais depuis un moment, elle ne peut plus respirer seule. » affirma-t-il d'un ton autoritaire. « Magyar, le chef n'a pas son identité, nous ne sommes que deux à le savoir, mais si vous, » disait-il en regardant l'homme costumé « êtes venu, c'est que vous savez qui elle est. Je dois vous avouer que la police à fait beaucoup de recherches en une semaine et que rien ne nous avait prédisposé à ce qu'elle est un... compagnon » grommelait-il en fouillant dans ses papiers. Il jeta un coup d'oeil aux deux hommes, se demandant bien pourquoi leur responsable avait envoyé un simple sage-femme faire des recherches. Le monde ne tournait pas rond depuis un bon moment. Il s'en rendait bien compte et poserait des questions plus tard à leur responsable. « Elle est arrivée ici suite à un accident de véhicule. Apparemment, elle était dans un taxi, avec un jeune homme qui lui a eut beaucoup plus de chance, un certain Blue... Je n'ai pas son nom de famille, désolé. Et il n'est plus dans nos murs, il est parti quelques heures à peine après leurs arrivées. Le chauffeur de taxi est mort et elle aurait dû l'être aussi s'il ne l'avait pas sorti avant que le véhicule n'explose. » disait-il d'un ton neutre. « Nous sommes arrivés sur les lieux presque vingt minutes après l'accident. J'étais de garde aux urgences et l'appel reçu était particulier. »

Il se souvenait encore de la manière dont le centre d'appel les avait prévenu qu'il valait mieux qu'un médecin aille sur place et pas juste les pompiers, car trop de victimes, il ne se souvenait plus de la suite. Tout ce dont il se souvenait, c'était le sang, partout et le fait que le jeune homme la tenait fermement dans ses bras, comme pour la bercer. Il préféra taire ce sujet, si cela se trouvait, cela pouvait être son amant. Il ne portait aucun jugement sur elle et n'avait même pas émit ces ridicules doutes à quiconque. Il se reprit rapidement. « Toujours est-il que lorsque je suis arrivé sur les lieux, elle était inconsciente et nous l'avons perdu durant près de quinze minutes. » Il observait l'homme en costume attendant une réaction, à moins qu'il ne fasse partie de ces hommes qui gardaient tout pour eux. C'était ce qui le dérangeait, il semblait pressé de retourner dans la chambre, mais c'était tout. « Nous l'avons récupéré et ramené en soins. Elle n'aurait pas dû plonger dans le coma, je ne sais pas ce qui s'est produit, tout ce que je sais, c'est qu'une infirmière a trouvé sa transfusion débranchée et que le sang ne l'alimentait plus. Une enquête est en cours sur ce point. Depuis je ne suis pas loin, car au total, elle est morte durant près de trente minutes et je dois vous avouer que je ne sais absolument pas les dégâts qu'il peut y avoir dans son cerveau.  » Il se gratta l'arrière de la tête, se demandant s'il allait réussir à la tirer d'affaire.

« Son corps à subit de très graves lésions, entre le bassin fracturé, sa hanche, jambe et genou du côté gauche sont brisés, sans parler de son poignet gauche également. Par chance ses poumons sont intacts, mais avec les bleus qu'elle a sur tout le corps, les diverses coupures, le manque de sang et d'oxygène, nous ne savons pas encore si un organe a été touché plus que nous ne le penserions. » Il referma le dossier, le reste n'était pas indiqué à l'intérieur et lui-même se ferait peut-être passé pour un fou, mais il devait lui parler d'autre chose. Il se pencha légèrement vers son compagnon. « Écoutez, les os brisés se réparent, même si cela risque de prendre du temps, il lui faudra beaucoup de rééducation pour qu'elle puisse remarcher correctement, sans béquille et si elle est gauchère, elle risque de ne plus pouvoir écrire facilement, mais ce qui m'inquiètes le plus, c'est le fait que son corps semble se réparer, mais elle ne se réveille pas. Je sais qu'elle a perdu beaucoup, elle avait été amené ici il y a quelques années et oui Magyar, elle a eut un enfant, mais l'a perdu et a tenté d'en finir. » Il soupira en se frottant le front, passant une main sur sa barbe naissante. « Si elle s'accroche, c'est surement grâce à vous, parce que son dossier, je n'ai pas le droit de vous en parler, mais elle a déjà tout perdu une fois, peut-être même plus, nous n'avons aucune information avant son arrivée ici lorsqu'elle a été retrouvé sur le corps de... » Il s'arrêta, se rendant compte que cela ne devait pas concerner cet homme.

« Je vais vous laisser du temps avec elle, n'hésitez pas à lui parler doucement, je sais que cela peut paraitre stupide, mais je suis certain qu'ils peuvent nous entendre, même dans le coma. Prenez-lui la main pour lui faire sentir votre présence, la main droite de préférence, parlez-lui de tout ce que vous pouvez, de votre avenir, peu importe, cela l'aidera, peut-être... » Il se tourna vers Magyar, posa sa main sur son épaule et l'entraina un peu plus loin pour éviter que cet homme ne l'entende parler. « Je préfère en pas lui parler tout de suite, et le laisser comprendre la situation, mais je lui laisse une heure, ensuite, je reviendrais pour lui parler du fait de savoir s'il est pour ou contre le fait de sauver d'autre vies en utilisant la sienne. J'aimerais qu'elle se réveille, mais il faudrait un miracle et je n'en ai pas vu. Vous pouvez rester avec lui? Juste histoire de le surveiller, j'ai quelque chose qui me chiffonne, et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus, d'accord? » Il se tourna vers l'homme en costume. « Monsieur Winghelow, je reviendrais d'ici une heure, j'ai malheureusement d'autres patients qui m'attendent, mais surtout n'hésitez pas à l'approcher, c'est toujours la même femme que vous aimez en dessus ces bandages et cicatrices. » disait-il en s'éloignant doucement. Il savait que certains hommes ne pouvaient pas s'approcher d'un visage aimé qui avait été abimé ainsi, les cicatrices partiraient d'elle-même avec du temps, mais peut-être pas toutes et puis sa vie ne tenait plus qu'à un fil...



De l'autre côté



La “ponction” semblait avancer, mais pas au rythme qu'elle le désirait. L'autre ne s'énervait pas ua contraire, elle avait bien senti que le corps se relâchait, sa vie était sous contrôle artificiel, il ne manquait plus grand chose pour aboutir au final. Mourir ou ne pas mourir telle était la question. Elle aurait pu se mettre à danser autour du cercueil de verre, mais pas de suite, il y avait tellement de choses à faire, à détruire, à supprimer. Le subconscient se battait avec l’inconscient et la conscience se faisait la malle, les laissant choisir qui gagnerait sur ce terrain houleux. La forme humaine de Gabriella qui se trouvait debout avait toujours les mains apposées sur le cercueil, laissant la lumière vive sortir, pour enfoncer la noirceur dans l'esprit. La brume sombre s'insinuait de telle manière qu'elle rongeait peu à peu ses souvenirs partant du plus loin, jusqu'au présent.

« Je vais m'arrêter là, pour le moment, alors dis-moi de quoi te souviens-tu?  » lui demanda-t-elle en souriant. Les yeux hagards, la femme allongée cherchait ses  souvenirs, trouvant l'accident qui l'avait plongé dans cet état. Mais également la soirée de noël, ces discussions avec William, lui qui était si gentil, pas comme Kieran. Ce dernier s'était différent, elle l'appréciait beaucoup, il semblait être là à chaque fois qu'elle en avait besoin. Elle revoyait cette nuit où sa vie fut détruite et sans pouvoir s'arrêter, elle se mit à pleurer. Ses larmes coulaient le long de son visage, glissant sur les côtés pour atterrir derrière ses oreilles. « C'est bien ce que je pensais... Nous devons continuer, mais je vais faire autrement. » soupira celle qui était debout. « Ôter les souvenirs n'est pas suffisant, certains restent vraiment bien ancrés, je vais donc te les arracher directement à la source, autant le faire vite et bien non? » Elle n'attendit pas de réponses et fit disparaitre le haut du cercueil de verre pour faire apparaitre des liens sur tout le corps allongé. « voila, déjà cela est bien mieux. Tu va souffrir un peu, mais personne ne s'en rendra compte et ensuite, nous verrons s'il faudra user d'une manière encore plus forte. » ajouta-t-elle en faisant apparaitre un athamé au côté de la tête de l'allongée. « C'est parti » Elle enfonça ses doigts dans les cheveux de Gabriella et plongea plus profondément jusqu'à les faire parvenir jusqu'à son cuir chevelu. Une légère incantation pour bâillonner sa prisonnière et elle enfonça ses doigts dans le crane, puisant à même la source des souvenirs. Le sang s'écoulait au goutte à goutte le long de ses poignets, tandis que sa victime se retrouvait à tenter de s'échapper. Des hurlements étouffés s'entendaient dans le silence pesant tandis que sa mémoire se faisait aspirer violemment...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Sam 4 Avr - 15:54



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Pendant plusieurs instants Magyar eut peur que le Latawiec ne le suive pas et pire même, qu’il le trahisse. Il avait l’air encore sous le choc, bien que son expression restait presque de glace. Même s’il avait scruté Magyar avec un regard légèrement méfiant et un mouvement de recul, le Sor’cier n’arrivait pas vraiment à se faire une idée précise de cette personne. Pouvait-il compter sur lui comme allié ?  A vrai dire il n’avait pas eut le temps d’y penser et avait joué le tout pour le tout… Mais finalement, il s’était réveillé, et s’était présenté. Et bel et bien de la manière dont Magyar l’avait souhaité même si sa réaction ne ressemblait pas à celle d’un homme effondré. Mais travaillant dans le médical, Magyar était asser bien placé pour comprendre la palette divergente des émotions et réactions devant ce genre de cas. Le médecin le comprendrait sans doute aussi… « Monsieur Winghelow. J'étais en déplacement pour le travail dans un endroit qui malheureusement ne captait pas le réseau, je n'ai donc pas réussi à la joindre et quand je suis rentré... » Magyar le laissa ensuite parler, s’inquiéter pour sa compagne et son sort bien incertain et demander s’ils pouvaient entrer… Peut être un peu prématuré étant donné la frayeur que la jeune femme venait de faire à l’équipe médicale. Le médecin prit ensuite le temps nécessaire à expliquer la situation à l’homme. Il entra dans les détails, ne lui en cachant aucun set Magyar lui-même mémorisa chaque information, chaque mot pour son propre besoin. De cette manière, il apprenait un peu de la Sor’cière, et surtout des circonstances de l’accident où avait été Blue. Il avait besoin de savoir tout cela pour lui venir en aide de suite. Le médecin n’épargna pas le Latawiec, alors que le Sor’cier lui acquiesçait de temps en temps devant l’importance pour lui de certaines informations.

Son corps réagissait bien au traitement, non son esprit… logique, en un sens si elle avait vécu durement. Sans doute avait-elle du mal, ne voulait elle pas tout à fait revenir. Pas de lésions internes, uniquement des dommages collatéraux. Cela il pourrait s’en charger plus tard, quand elle aurait reprit des forces… si. Si elle revenait. Si le Sor’cier parvenait à la faire revenir. Il pouvait avoir les pouvoirs les plus puissants, il ne vaincrait pas une volonté si elle résistait et ne souhaitait pas vivre. Magyar avait tout enregistré, et avait suivit le médecin lorsque celui-ci l’avait prit légèrement à part pour lui parler à mi-voix. « Je préfère en pas lui parler tout de suite, et le laisser comprendre la situation, mais je lui laisse une heure, ensuite, je reviendrais pour lui parler du fait de savoir s'il est pour ou contre le fait de sauver d'autre vies en utilisant la sienne. J'aimerais qu'elle se réveille, mais il faudrait un miracle et je n'en ai pas vu. Vous pouvez rester avec lui? Juste histoire de le surveiller, j'ai quelque chose qui me chiffonne, et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus, d'accord? »  Il acquiesça en silence, poussant un léger soupir devant le destin de cette jeune femme qui était à présent presque uniquement entre ses mains. L’air presque abattu pendant quelques secondes, Magyar laissa le toubib s’adresser une dernière fois au Latawiec avant de le regarder s’éloigner en silence. Il ignorait ce qui chiffonnait ainsi le médecin mais ce n’était pas son souci pour l’instant. Quand il eut disparut au détour d’un couloir, Magyar reprit enfin la parole en fixant le Latawiec. « Aller Winghelow venez avec moi… »

Une heure… ils avaient une heure pas une de plus pour faire quelque chose. Sans précipitation pourtant, Magyar s’était dirigé vers la porte pour l’ouvrir et laisser passer le Latawiec. Une fois fait, il la referma derrière lui doucement, sans bruit. « Il va falloir faire vite… Vous avez entendu comme moi, cette jeune femme est dans un sale état et nous avons eut de la chance qu’il le pose pas d’avantage de questions sur elle. Comment se nomme-t-elle ? » En parlant, Magyar avait baisser les stores, puis il s’était positionné face à la porte pour la ‘sceller’. Il prononça quelques paroles imperceptibles pour le Latawiec, avant de poser ses deux paumes sur la porte pour l’ensorceler rapidement. Peu importait qui, à présent personne ne voudrait entrer. Personne ne les dérangerait… La magie commençait à s’éveiller en lui, à nouveau. Elle flottait autour de lui, crépitait dans l’air et prenait possession de son corps. Lentement, Magyar se mettait en condition. Avant de s’approcher lentement du lit dans un nouveau soupir, dévisageant la jeune femme qu’il voulait essayer de sauver.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 8 Avr - 0:40
Gabriella Magyar & Aidan
Aidan faisait au mieux pour rester crédible, même s'il avait bien sentit que le médecin se méfiait mais, dans le pire des cas il suffirait à Aidan de l'hypnotiser... Ce qui avait retenu Aidan de lui arracher la tête? Il ne le savait pas lui-même, pourtant en quelques secondes il s'était vue avancer, la scène c'était jouée sous ses propres yeux, il s'était vue aller vers le médecin et le mordre au point de lui arracher une partie du cou... Et ce médecin lui avait parlé... Était-ce la voix du médecin qui l'avait ramené dans le présent? Il ne savait pas vraiment mais, médecin avait pu partir sans grand dommage... Jamais, au grand jamais il ne toucherait à un seul de ses cheveux, il parlait d'elle comme si c'était déjà fini... Il avait gardé un visage impassible tout le long ou il lui avait décrit toutes ses blessures, comme si l'avoir vue sur le lit de l'hôpital ne lui avait pas suffis... Kathelyn n'avait jamais été à l'hôpital cependant il avait pu voir son corps tellement abîmé, pas une parcelle de son corps n'avait été épargné, au moins ils avaient pu lui offrir une dernière cérémonie digne de ce nom... En revoyant Gabriella dans la chambre, Aidan avait de nouveau des flash-back, il dû se concentrer sur ce que disait Magyar pour pouvoir revenir parmi eux dans la pièce.

- "Gabriella, elle s'appelle Gabriella." Répondait-il tandis qu'il s'approchait d'elle, allant de l'autre côté du lit, à se droite justement, il passait une main dans ses cheveux, d'un côté elle paraissait paisible et d'un autre... Elle avait l'air de lutté, comme si elle se battait pour rester en vie, oui ça devait être cela, ou autre chose... Quelque chose poussait Aidan à vouloir aller voir à l'intérieur de sa tête et il ne savait pas pourquoi... Est-ce que les gens rêvaient lorsqu'ils étaient dans le coma? Se serait si simple à savoir... "Vous pensez réellement qu'on peut faire quelque chose?" Demandait-il, bien sûr, qu'il voulait bien l'aidée, elle avait fait de même avec sa sœur, il se sentait tout de même redevable et aucune femme ne devrait souffrir de la sorte, il soupirait un moment... "J'aimerais... Voir quel dégât a été fait dans son cerveau." Expliquait-il avant de fermé les yeux un instant et de la chercher mentalement... Sauf que le signal était bien trop faible pour pouvoir l'atteindre, c'était comme si elle s'effaçait de plus en plus et Aidan n'arriverait pas à la rejoindre ainsi... Il rouvrait les yeux, la regardant un instant, cherchant comment faire, il avait bien une idée cependant... Il se demandait s'il allait être capable de la touchée, elle n'allait pas bougée, elle était plongée dans le coma... Et pourtant cela lui coûtait beaucoup, il savait qu'elle aussi n'aimait pas le contact mais, elle n'allait pas avoir le choix. Il soufflait un instant s'approchait regardant cette main que le médecin lui avait conseillé de tenir si en effet il avait été son compagnon, compagnon ça lui faisait drôle, c'était un comble pour lui qui n'aimait pas être proche d'une femme et qui ne l'avait jamais été et comme par hasard il fallait que cela tombe sur cette sor'cière avec qui la discussion était parfois tellement difficile, sauf dans ses rêves étrangement...

Il finissait par prendre sa main, en tremblant légèrement, ce contact lui faisait bizarre, cela ne lui était pas étranger parce qu'il tenait bien souvent la main de sa sœur, mais c'était tout de même bizarre, cependant il ne fallait pas qu'il se concentre la dessus, il avait établis un lien avec elle peau contre peau de plus les mains étaient là où il y avait le plus d'énergie surtout pour une sor'cière, les mains, et l'esprit bien sûr..., Il la retrouvait sans trop de mal cette fois, cependant il semblait y avoir une barrière, pas très solide cependant il mit quelques minutes mais il finissait par la défaire doucement. Aidan ne comprenait pas ce qui se passait, il arrivait dans un endroit qui faisait froid dans le dos, il voyait des choses au loin et s'approchait doucement tandis que ce qu'il voyait au fond prenait peu à peu forme sous ses yeux, il ne comprenait pas, il restait un moment confus tandis qu'il avait deux Gabriella sous ses yeux, tandis que l'une avait... Aidan laissait s'échapper une grimace sur son visage, il n'attendait pas plus longtemps et courrait virtuellement dans l'esprit de la sor'cière afin d'aller persécuté de plein fouet celle qui avait l'air de vider la deuxième de je ne sais quoi.

- "Je ne sais ce qui se qui se passe ici, mais je te laisserais pas faire." Disait-il à celle qu'il avait fait légèrement voler sur quelques mètres, il se fichait même de l'avoir touchée pour cela, quand il devait se battre Aidan passait en mode automatique plus rien d'autre ne comptait ce n'était que des gestes pour se défendre, faire mal et rien d'autre. Il regardait l'autre Gabriella qui avait l'air d'avoir perdu connaissance, quelque chose lui disait qu'elle devait être là-même que celle qui était inconsciente dans la vrai vie... Il ne comprenait pas ce qui se passait ici, Mayar le saurait peut-être, le souci était qu'il n'avait aucun moyen de le faire venir ici... Il réfléchissait vite et tout ce qu'il pouvait faire pour le moment c'était uniquement repousser l'autre sorc'ière qui voulait s'en prendre à son double, elle venait vers lui et il la repoussait de nouveau, protéger le corps de la sorc'ière voilà ce qu'il allait faire et prier, prier pour ce le sor'cier ai la bonne idée de leur venir en aide tout de suite!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 8 Avr - 9:47
Magyar, Aidan & Gabriella



« Tiens donc... » murmura l'autre tandis qu'elle venait de se faire jeter dans le vide. Elle se redressa sans avoir besoin de se maintenir à un quelconque objet et épousseta sa robe longue et noire. Jun sourire sarcastique se fit sur son visage lorsqu'elle tenta de se rapprocher de celle qui était allongé, mais il semblait vouloir protéger ce qu'il restait d'elle. Elle lui tourna autour, ne cherchant plus à traverser le mur qu'il représentait, contourner était toujours une possibilité plus envisageable que d'abimer un pareil spécimen. Elle renifla... « Oui, c'est bien cela, un latawiec! » cracha-t-elle sans le vouloir. « Comment a-t-elle bien pu en approcher d'aussi près? » Cela lui importait peu, là où elle était, il ne pourrait rien lui faire, dommage qu'elle ne puisse pas aussi intégrer l'esprit de cet homme, mais elle savait comment y faire. « On joue les chevaliers servants ? Hum, dis-moi serait-tu le fameux Vincent ? »

Elle n'avait pas eut accès à la totalité de la mémoire de Gabriella et ne pouvait que faire des supposition, les visages et les noms étaient mélangés. « Tellement d'hommes autour d'elle et aucun qui n'a de grâce à ses yeux, cela ne m'étonne pas » Elle continua de lui tourner autour, l'enroulant d'une magie froide, sombre, détectable. « Kieran? Non cela ne vous va pas, peut-être le fameux Aidan ? » Un léger frémissement se fit du côté de la sor'cière allongée, donnant ainsi à l'autre que c'était bien cela. « Ainsi donc, vous êtes Aidan... C'est étrange, elle a des sentiments contradictoires. Elle ne semble pas vous aimer et pourtant elle a du respect pour votre race ! » cracha-t-elle de nouveau, ontrant un visage de haine. Elle reprit contenance . « Désolée, croyez-moi, je n'ai rien contre vous, juste que vous ne devriez même pas exister, insipide sangsue! » Son sourire était glacial, tandis qu'elle fermait le poing pour bloquer le latawiec. Malheureusement, cela ne semblait aps fonctionner comme elle le voulait. « Ce n'est pas grave, vous ne pouvez rien contre moi, elle sera à moi... totalement, si ce n'est pas ici, cela sera ailleurs » Elle se mit à rire comme une damnée, une folle. Un écho qui ne semblait pas le moins du monde vouloir s'arrêter.

« tu ferais mieux de t'en aller... Mère »  affirma Gabriella en ouvrant les yeux sur son autel. Cette dernière reprenait des forces sans savoir comment. Elle se leva avec précaution se positionnant devant Aidan comme pour le protéger. « Vous n'auriez pas dû venir Aidan. » disait-elle en fronçant les sourcils lui tournant le dos. «  Tu comptais faire quoi ? Me sacrifier pour un pouvoir qui ne te servira qu'à faire du mal ? » Elle recula jusqu'à sentir le torse d'Aidan dans son dos, ainsi elle savait où il était au cas où. L'autre semblait déçue, le temps d'un battement de cil et reprit sa véritable apparence. Une femme d'une cinquantaine d'années, brune, le regard acéré. Elle était aussi grande que Gabriella et se ressemblait beaucoup, ce qui en soi n'étonnait plus personne, vu que c'était la mère et la fille. Niveau caractère, elles étaient aussi tenace l'une que l'autre. Par contre autant la douceur pouvait caractériser Gabriella, autant la haine était pour son ascendance.

« J'aurais dû trouver l'apparence d'une autre personne, être toi est si... insignifiant ! » Elle sentit comme une onde la traverser, une forme de magie qui ne lui était pas inconnue. Un sourire en coin se fit lorsqu'elle releva la tête vers le lata. « Vous n'êtes pas seul... » Gronda-t-elle en tendant les bras devant elle, lançant un sort d'esprit à esprit. Elle avait bien senti un autre sorcier, si ce dernier prenait les rênes de l'extérieur, elle serait obligé de partir, mais cela ne serait que partie remise. Une ombre noire, mêlée de fumée sortait d'entre ses doigts. Elle adorait toujours autant s'amuser, les esprits étaient beaucoup plus coopératifs que la réalité et plus impressionnants surtout. La fumée les encercla, commençant à se resserrer autour du couple ainsi formé. Eléonora tentait de bloquer l'entrée de l'esprit de fille, ne voulant surtout pas qu'un sor'cier vienne fourrer son nez où il ne fallait pas. Elle était épuisée, mais comptait tenir bon, sauf qu'elle ne savait pas jusqu'à quand elle pourrait maintenir les deux sorts en même temps.

« Ne bougez pas. » Murmura Gabriella en prenant la main de l'ange, « Ne touchez à rien, si nous ne l'attaquons pas, l'ombre ne nous fera rien... enfin je crois... » disait-elle en tremblant de tout son long. Elle la sentait ramper sur ses jambes mais préférait ne rien dire, si elle ne s'attaquait qu'à elle, il pourrait retourner d'où il était venu sans encombres. Elle secoua la tête. « Vous n'auriez vraiment pas dû venir Aidan, s'il vous arrivait quelque chose, je...  » Elle ne put finir, l'ombre entrait en elle, prenant possession de ce qu'il restait de sa mémoire. Ses doigts serraient fortement ceux du lata tandis qu'elle commençait à perdre connaissance une fois de plus.



hj:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Ven 10 Avr - 16:57



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Rapidement, le Latawiec s’était approché du corps de la jeune femme. « Gabriella, elle s'appelle Gabriella. » Gabriella… il hocha la tête alors qu’il contemplait le corps de cette femme dans un soupir, réfléchissant à la manière d’agir. Il fallait faire vite, sans toucher ses blessures… si elle voulait revenir, alors elle souffrirait. Mais le Sor’cier ne pouvait pas se permettre de travailler sur la guérison de ses blessures à l’hôpital, c’était évidemment trop dangereux. Il ne fallait pas s’exposer. Qu’elle revienne à elle, qu’elle sorte de son coma, que son âme retrouve sa juste place et après seulement s’occuperait de son corps. « Vous pensez réellement qu'on peut faire quelque chose ? » Il observa quelque instant le Latawiec, qui avait quelque chose de désemparé dans la voix. C’était léger, mais bien présent. « Je ne sais pas encore… malheureusement si elle ne souhaite pas s’accrocher, alors je ne pourrais rien. » Mais il fut ensuite troublé par la demande de la créature. « J'aimerais... Voir quel dégât a été fait dans son cerveau. » Il jeta un regard méfiant, et pourtant compréhensif… Il semblait sincèrement inquiet. Alors pourquoi pas. Lui après tout la connaissait, pas Magyar. Et sans doute pourrait il l’aider, apporter certains éléments au Sor’cier qui pourrait ajuster son action. Alors il attendit, la magie en suspens dans l’air comme un millier de petites particules dansantes. Mais l’homme hésita à prendre la main de la jeune femme. Une drôle de réaction, une réticence tout à fait visible que Magyar observa cependant en silence. Il ignorait tout de ces deux personnages, de leur relation… sans doute cet étrange geste s’expliquait il ? Il resterait cependant vigilant, devant le Latawiec, et son action sur la Sor’ciere.

La suite cependant ne lui laissa pas bien le temps de cogiter indéfiniment. Presque immédiatement après avoir lancé son esprit à la rencontre de celui de Gabriella, le corps du Latawiec avait frémit, son visage s’était contracté dans une expression étrange, indescriptible. Mais qui ne laissait pas vraiment de doute quand à l’existence d’un problème au cœur même de l’âme de la Sor’cière.  Pendant quelques instants, Magyar resta interdit devant le spectacle qu’offrait le Lata. Puis il papillonna du regard, prit une grande inspiration et commença à psalmodier. Les mots, les sons qui sortaient de sa bouche ressemblaient à une mélodie interminable, monocorde. Mais à mesure qu’il les laissait sortir, la magie dans l’air tournoyait autour de lui. Toutes les cellules se retrouvaient, faisait écho aux siennes, a celles qui faisaient frémir sa peau, battaient dans son sang. L’équilibre entre l’énergie tellurique et le monde tangible sembla soudain ne plus avoir de frontière et Magyar y plongeait sans peine. La peau de ses mains picotait sous l’effet de la magie, aussi fit il bouger ses doigts alors qu’il fermait les yeux, et passait ses paumes au dessus du corps de Gabriella. Il ne savait pas encore à quoi il allait avoir à faire, comment il devrait agir. Aussi puisait-il dans son énergie, faisait-il grandir la magie en lui pour pouvoir l’utiliser à sa guise et faire face n’importe quelle situation. La puissance gonfla sous son âme, faisant grandir ses sens, si bien que lorsqu’il rouvrit les yeux il eut la sensation qu’un filtre était passé devant ses yeux et que le monde bougeait plus lentement.

Puis, il plaqua d’un geste sec sa paume sur le buste de Gabriella, à la lisière de son cou. Le mouvement n’avait pas été violent, mais cela avait tout de même été le cas car la magie s’était de se fait abattue sur la jeune femme. Elle se fraya un chemin en elle, irriguant l’espace vide de celle de Gabriella, irradiant son être et son âme à la chercher de ce qui épouvantait tant le Latawiec. Magyar la manipulait savamment, psalmodiait toujours, son autre main restant suspendu dans l’air comme pour en capter la force. Grace à ses tatouages, l’énergie tellurique n’avait aucun mal à venir se propager en lui… bien mieux que de simple talisman. L’ai autour de lui sembla vibrer, une lueur sous sa main fit briller la peau pâle de la jeune Sor’cière. Puis enfin… quelque chose le troubla. Une présence intruse, dans l’esprit de la jeune femme. La main suspens dans l’air redescendit alors vers son front, où ses doigts vinrent frôler la peau. C’était donc bel et bien là-dedans, qu’il y avait un souci. Il cessa quelques instants son séculaire refrain pour se concentrer. C’était là… juste sous ses doigts. Il les sentait à présent. Gabriella avait l’âme entachée, mais elle était une Sor’cière et son aura était particulière, il sut la reconnaitre. Magyar discerna aussi la présence du Latawiec puis… celle de l’intruse, dont il perçut immédiatement la puissance. Une autre Sor’cière, qui avait prit place dans l’esprit de Garbiella, tentait de le sceller, de le manipuler… les sorts étaient puissants. Mais l’esprit belliqueux luttait sur deux fronts, et n’était pas à sa place… « Comment est-ce possible ? » Il avait murmuré, mais activait son fluide pour désormais la combattre. Elle profitait d’une faiblesse, d’un mal qui rongeait la jeune femme pour prendre le dessus. Mais la magie de Magyar inondait l’air, et le corps de la Sor’cière… Il ignorait comment un tel prodige était possible. Malgré son expérience Magyar n’avait jamais vu un tel sort, une telle intrusion de la part d’un Sor’cier. Lentement, mais sûrement, Magyar avait fait pression sur le crâne de la jeune femme, lui insufflant la force de résister,  lui offrant la sienne.

Le Sor’cier sentait son énergie le quitter au profit de la jeune femme, alors qu’il abattait un à un les sort de l’intruse. Sans la voir, il sentait sa présence… sa puissance. C’était presque décourageant, mais il avait le dessus, car son corps à lui était présent dans la pièce et captait en personne les énergies et la magie dont il avait besoin pour se battre et détruire les sorts de l’importune. Et puis, le coup de grâce. Une onde de choc traversa le corps de Magyar, passant dans ses mains, venant se disperser dans celui de la jeune femme comme une vague roulant sous sa peau. Le sort lui aussi était puissant… Autant que l’intruse, qui se verrait éjectée, au même titre que le Latawiec. Ne subsisterait que Gabriella, dans son corps. Les mains de Magyar tremblèrent violemment, mais il tint bon, laissant sa force vitale glisser jusqu’au corps de la jeune femme. Les enchantements créés disparaitraient, tout serait neuf, vierge. Il ne resterait alors qu’elle. Son âme qui pourrait rejoindre son corps en se laissant guider par la voix du Sor’cier qui psalmodiât doucement pour qu’elle trouve son chemin.



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 14 Avr - 14:45
Gabriella Magyar & Aidan
Tout c'était dérouler tellement vite même pour le latawiec qu'était Aidan, il n'avait pas eu le temps de tout comprendre, choqué par la proximité de Gabriella même si ce n'était que dans son esprit et pourtant il ne l'avait pas repousser son instinct protecteur avait pris le dessus et lorsqu'elle avait perdu connaissance il n'avait pas eu d'autre choix que de la rattraper, il se disait que c'était comme avec Isi, il fallait simplement qu'il en prenne soin, elle n'allait rien lui faire, elle était tombée dans l'inconscience, et ça n'avait pas été vraiment le moment de réfléchir cet instant de dura que quelque instant, il l'a tenait dans ses bras, surpris par lui-même de se simple geste ça n'était vraiment pas naturel même si pourtant il aurait tenu Isibelle de la même manière mais...

Il n'eut pas le temps de se poser plus de question que cela il sentait un champs de force tellement énorme qui non seulement débarrassait Gabriella de l'esprit néfaste qui était apparemment sa mère mais, cela le mettait à la porte également, sans pouvoir rien faire de plus il se trouvait éjecter du cerveau de la sor'cière tandis que le retour à la réalité dans la chambre d'hôpital ce faisait du coup un peu plus dur, il ouvrait d'un coup les yeux, tombant directement sur le sor'cier, il eut envie de gronder n'aimant pas sa proximité mais, il se rappelait à la dernière minute pourquoi est-ce qu'il était là et se détendait doucement, il regardait un instant le sor'cier il avait l'air tout de même un peu mal en point, pas vidé de sa force totalement mais, quand même ce n'était pas le moment que quelqu’un débarque pour les attaqués, il avait du mal à croire à ce qu'il allait faire et pourtant, oui il allait poser la question.

- "Est-ce que vous allez bien?" Demandait-il en se surprenant lui-même, d'accord il s'inquiétait pour Gabriella mais il ne s'inquiétait pas pour tous les sor'cier d'Edimbourg... Si Isibelle serait, elle serait surement folle de rage, heureusement ce n'était pas le cas et elle ne verrait pas que son frère filait un coup de main à deux sor'ciers... "Est-ce qu'elle va bien?" Deuxième question dont il se doutait grandement, le sor'cier ne le savait sans doute pas encore mais, Aidan avait besoin d'être rassurer, il ne savait pas pourquoi mais, au fond il en avait besoin point final, les questions il se les poserait plus tard quand il en aurait le temps, il se rendait compte qu'il avait toujours sa main qui tenait celle de la sorc'ière et chose étonnante il n'arrivait pas à la lâcher, il sentait qu'elle respirait un peu mieux, les battements de son cœur étaient plus régulier mais, rien de tout cela voulait vraiment dire quoique ce soit...

- "Et maintenant?" Demandait-il de nouveau au sor'cier, il aurait été tout seul peut-être qu'il se serait laisser aller à parler à la petite sor'cière afin de lui demander de revenir mais, n'étant pas seul, il n'arrivait pas à baisser sa barrière et lui laisser voir cette partie de lui, à la place il regardait la jeune femme, il se demandait si le sor'cier pourrait faire quelque chose pour ses blessures mais peut-être pas ici... "Il va falloir l'emmener ailleurs, vous pensez qu'elle ne risque plus rien si on la bouge?" Il n'y aurait que lui il l'emmènerait déjà mais, il préférait demander l'avis du sor'cier même si apparemment il n'était pas médecin mais en qualité de sor'cier peut être qu'il saurait? La faire sortir serait dans tous les cas un jeu d'enfant Aidan pouvait manipuler n'importe quel esprit humain dans cet hôpital.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 21 Avr - 22:15
Magyar, Aidan & Gabriella



De la magie pure venait en aide à la sor'cière sans savoir d'où cela venait. Son corps prenait de la force, l'utilisant pour renforcer ses propres défenses, laissant le mental revenir à lui. C'était dur, très dur pour la sor'cière de revenir. Une part d'elle-même ne le voulait pas, tandis qu'une autre attendait juste une porte pour revenir. En pleine forme se serait audacieux et fou et cette part savait que cela serait impossible, mais pour le moment, les deux Gabriella se battaient mutuellement pour rester dans un monde ou dans l'autre. Pas de belle lumière au bout du tunnel, pas de nuit sombre non plus de l'autre coté, rien qui ne puisse la retenir dans un sens ou dans l'autre. Seule une douce chaleur l'attirait vers un côté sans qu'elle ne sache où cela pouvait bien être. Son corps se tendait vers des mains qui semblaient la magnétiser, sans qu'elle ne bouge réellement. Personne ne pouvait se rendre compte que le corps voulait vivre et cherchait à récupérer ce qui lui manquait d'essentiel. Une douce musique l'attirait, l'entrainant dans une danse suave et chaude, tel un automne où les feuilles tombaient en douceur sur un sol tapissé un peu plus d'un amas doré et chatoyant.

Ses yeux papillonnèrent, tandis que son corps s'arc boutait, cherchant de l'air. La tension des derniers jours étaient présentes en elle et ses muscles endoloris lui faisait pousser des gémissements de douleur. Les deux mains levées, la sor'cière cherchait quelque chose sans savoir ce que c'était. Elle recherchait le maintien que son corps avait eut, mais où et quand? D2sorientée et affaiblie, la sor'cière n'arrivait pas à savoir où elle était, cherchant de l'air qui ne venait pas. Un tube dans sa bouche l'empêchait de respirer, son instinct la poussa à le retirer de force, s'arrachant la gorge, façon de parler, mais s'abimant les cordes vocales dans la seconde, l'obligeant à gémir encore plus fort de douleur. Sa peur de se retrouver dans un lieu inconnu, coincée, impossible de bouger, elle était attachée ? Ses yeux étaient toujours dans le noir, elle ne voyait rien pour l'instant, comme aveugle cherchant à se défaire de ses liens. Un animal aurait été tout aussi terrorisé que ce qu'elle donnait comme impression. Sa respiration se faisait saccadée, tandis que sa poitrine se soulevait à un rythme effréné. Sa main rencontra quelque chose qui la calma instantanément. Son souffle se coupa tandis qu'elle inspectait ce qu'elle avait sous ses doigts. Une main, chaude qu'elle avait l'impression de connaitre sans connaitre. Difficile à expliquer, mais elle se sentait en sécurité malgré la douleur physique et mentale, malgré le fait qu'elle avait peur de l'endroit où elle était.

Ses yeux s'accoutumaient à la pièce, ce qu'elle avait pris pour un aveuglement n'était en fait qu'un résultat d'une trop longue absence de sa vision. Le noir devint flou, laissant une vision qui n'était pas nette, la palisse n'aruait pas dit mieux, mais c'était toujours mieux que rien. Elle se força à attendre de savoir qui elle regardait et était en face d'elle, tandis qu'elle serrait la main de cette personne avec la conviction qu'elle la connaissait. Plus elle se calmait et plus la douleur physique prenait le pas, mais plus sa vision prenait de la netteté jusqu'à ce qu'elle arrive à distinguer qui était là. Elle ouvrit la bouche en se disant que ce n'était pas possible, mais en soulevant sa main, elle se rendit compte qu'elle lui tenait les doigts tellement crispés qu'elle n'y crut pas une seule seconde. Elle voulu parler une fois de plus, mais sa voix n'arrivait pas comme elle voulait et dû fermer les yeux une seconde pour essayer autre chose. Elle savait qu'elle aurait dû lui relâcher les doigts, mais elle ne pouvait pas, se disant qu'elle était en train de s'accrocher à la vie, sur un homme qui l'était ou ne l'était pas. Tout était confus, les gens morts n'étaient pas debout, ou assis sur un lit. Fronçant les sourcils, elle aspira de l'air, rouvrant les yeux sur lui, puis tourna difficilement la tête à droite et à gauche. Ce qu'elle voyait était une chambre d'hopital, et la douleur devenait de plus ne plus insupportable, la faisant se crisper un peu plus.

Son corps... Elle baissa les yeux, ne voyant qu'un drap qui la recouvrait, une jambe légèrement surélevée et lourde. Elle se sentait si lourde qu'elle devait peser une tonne. Lorsqu'elle voulut soulever le drap de sa main gauche, elle se fit mal, lâchant un léger cri, comprenant que son poignet devait être cassé, au vu de ce qui le maintenait en place. Effrayée, son regard tomba sur un autre homme dans la pièce. Les cheveux longs, une barbe, elle ne le connaissait pas et ne savait pas qui il était. Le fait de pencher la tête sur le côté lui donna une migraine qui s'estompa une fois un bip enclenché. Quelques secondes plus tard, elle se sentit plus sereine, ressentant une légère douleur insignifiante. Ce qu'elle ne voyait pas derrière elle, était le système de pompe qui envoyait toutes les deux heures un peu de morphine de manière à détendre son corps, à défaut de la réveiller. Elle avait tant de questions à poser sur le pourquoi elle était ici, si mal en point, pourquoi il était là, pourquoi elle avait l'impression de vivre dans un rêve éveillé.

« Ai... Aidan, qui est-ce ? »  Croassa-t-elle en jetant un regard sur le deuxième homme. Elle cherchait autre chose à dire, mais n'y arrivait pas et au final, elle baissa les yeux sur leurs mains jointes, se demandant si c'était normal qu'il ne se recule pas et pourquoi elle s'accrochait à lui ainsi. Elle n'arrivait pas à parler correctement, à quoi bon lui dire qu'elle était désolée de le maintenir ainsi en otage? Des bruits de pas se faisaient derrière ce qui semblait être une porte, mais personne n'entrait. « ma... » murmura-t-elle sans réussir à en dire plus. Sa gorge était douloureuse et elle ne se souvenait pas de tout, en fait, elle ne se souvenait pas ce qui s'était passé pour qu'elle soit ici, elle avait beau chercher, elle ne comprenait pas, sa mémoire lui faisait défaut.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Jeu 7 Mai - 16:18



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Pendant quelques secondes, Magyar était resté silencieux après avoir cessé de psalmodier. Les yeux fermés, il cherchait l’âme de Gabriella. La présence aussi qu’il avait ressentit, mais fut soulagé de ne plus trouver aucunes traces de sa présence. Son sort avait fonctionné. Maintenant, il fallait attendre. Attendre que la jeune femme ne réagisse, ne décide. « Est-ce que vous allez bien ? » Il adressa un faible sourrire au Latawiec qui avait une mine affreusement inquiète. Lui aussi l’était, mais tentait de ne pas le montrer. A présent, il ne pouvait rien de plus pour la jeune Sor’cière. Il fallait qu’elle se batte, et trouve elle-même le chemin qu’il lui avait tracé vers la lumière. Si elle n’y parvenait pas, alors tout serait perdu. « Est-ce qu'elle va bien ? » Il poussa un soupire. Comment lui expliquer ? D’ailleurs, comment oui… Magyar se sentait exténué, vidé de son énergie et avait l’impression qu’il était prêt à s’effondrer à chaque secondes. Ce qui était sans doute le cas… S’il tenait encore debout, cela relevait du miracle. Le Sor’cier avait donné de sa propre force vitale pour que la jeune femme puisse renforcer la sienne…. Ce qui l’avait épuisé, mais Magyar espérait surtout que cela suffirait pour la faire revenir. « Et maintenant ? » Qu’est ce qu’il posait comme questions ! Magyar avait posé ôté ses mains de la peau de la jeune femme et les passaient à présent au dessus de son corps, cherchant des énergies, son aura, qui pourraient sans doute l’aiguiller quand à la bataille qui avait lieu en elle à cet instant. « Il va falloir l'emmener ailleurs, vous pensez qu'elle ne risque plus rien si on la bouge ? » Il fronça les sourcils, les yeux encore clos sous la concentration. Et enfin Magyar s’exprima. D’une fois faible, pâteuse, mais il parvint à sortir quelques mots pour répondre aux Latawiec. « Surtout pas. Elle doit rester ici. Ils ont votre identité à présent, la sienne par extension… Son réveil s’il a lieu, sera déjà suffisamment suspect. »

Même s’il savait que le réveil serait affreusement douloureux pour Gabriella, Magyar ne pourrait la soulager. Il n’en avait plus la force, et il ne voulait pas que son intervention auprès d’elle paraisse trop étrange. Cela le serait déjà suffisamment ! Plus tard, il pourrait revenir à son chevet, et l’aider à guérir physiquement. A présent il ne pourrait rien de plus. Puis soudain… une vague d’énergie frappa ses paumes, et il eut la très nette impression que les choses bougeaient enfin ! Il ouvrit les yeux, et murmura : « Elle revient. » A cet instant précis, Gabriella trouvait le chemin de son corps qui se contracta. Le réveil fut très violent, et elle arracha elle-même  son tube respiratoire. La douleur explosa dans son corps, Magyar pouvait le sentir… même si par chance bientôt elle fut apaisée par la morphine qui se distilla dans ses veines. Pendant tout ce temps, Magyar n’avait pas bougé. Il avait observé sa panique, sa terreur, mais ne fit aucuns gestes qui puissent l’aider… mais aucuns non plus qui puissent l’effrayer d’avantage. Le Sor’cier se savait à présent incapable de faire plus pour elle jusqu’à ce qu’il ‘refasse’ son énergie… ce qui prendrait du temps. Il s’était alors reculé de quelques pas, laissant le Latawiec, vraisemblablement un de ces proches bien qu’il semblait étrangement tendu… la rassurer comme il le pouvait. « Ai... Aidan, qui est-ce ? »

Cette fois, il ne prit pas la parole et se contenta de s’éloigner du lit pour aller s’effondrer sur un fauteuil destiné au visiteur. Il ne fallait pas tarder… Il faudrait bientôt prévenir l’équipe médicale pour qu’ils prennent le relais. Mais autant leur laisser un peu de temps. Même si cela ne serait pas très intime étant donné que Magyar était toujours dans les parages. Mag’ entendit la jeune Sor’cière murmurer quelque chose, sans parvenir à l’entendre. Il fallait absolument qu’il se recentre sur lui-même. Magyar sentait déjà ses mains trembler, de plus en plus fort. La fatigue s’était abattue sur lui, comme une chape de plomb. Son visage venait de pâlir, et il fermait déjà les yeux en respirant lentement. Il fallait tenir. Au moins un peu… et faire bonne figure quand il sortirait de la chambre. Même s’il était affreusement épuisé… totalement vidé de son énergie. En attendant, il laissait aussi un peu le loisir à Aidan de retrouver Gabriella, et Gabriella la possibilité de se souvenir de ce qu’il lui était arrivée, sans trop s’inquiéter de la présence d’un Sor’cier qu’elle ne connaissait pas.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 12 Mai - 15:53
Gabriella Magyar & Aidan
Même si Aidan avait voulu enlever sa main, il ne le pouvait pas vue comment la jeune femme se tenait à lui, et ce qui le surprenait encore plus c'était le fait qu'il n'avait pas envie de l'enlever... Il aimait le fait d'être son point d'ancrage en cet instant sans forcément pouvoir expliquer pourquoi... La voir se réveiller avait été plutôt impressionnant il n'avait rien pu faire en dehors de lui tenir la main ce qui avait semblé tout de même l'apaiser quelque part... Elle semblait si faible et il fallait vraiment être idiot pour ne pas comprendre qu'elle souffrait, le latawiec comprenait mieux pourquoi le médecin ne voulait pas la bouger d'ici, en plus de toute les raisons qu'il lui avait déjà donné, sur le moment il avait eu envie de protesté mais, Gabriella ne lui en avait pas vraiment laissé le temps... Il se demandait ce qu'il pouvait y avoir dans sa tête, à quoi pouvait-elle bien pensée? Elle avait l'air d'avoir pas mal de question mais, elle peinait à pouvoir les poser... Il commençait par lui serrer lui aussi la main pour lui donner le peu de réconfort qu'il pouvait, voyant que le médecin prenait de la distance il prenait alors conscience que ça allait être à lui de tout lui expliqué? Pendant un instant il se disait que le médecin n'était pas courageux mais, un regard vers lui avait suffis pour faire comprendre à Aidan qu'il n'allait pas si bien que cela... Alors le latawiec allait devoir mettre ses problèmes avec les femmes dé coté apparemment et prendre sur lui...

- "Chut... Doucement, allez-y doucement..." Murmurait-il tandis qu'il se demandait ce qu'il allait bien pouvoir lui dire, il n'avait jamais été dans ce genre de situation... Il avait été là pour Isibelle un nombre incalculable de fois mais, il ne l'avait jamais retrouvé dans un état semblable... Si la jeune femme était en vie aujourd'hui c'était surement parce qu'avec le sor'cier ils étaient arrivés à temps... Encore une fois Aidan se faisait envahir par des souvenirs, des images de son ex-femme que malheureusement il n'avait pas pu sauver... A ce demandé si le destin ne se foutait pas royalement de sa gueule, il arrivait quand il fallait pour les autres et pas pour lui... Mettant tout cela de côté il se concentrait sur le présent et celle dont il tenait la main en cet instant. "Il s'agit d'un médecin de l'hôpital et aussi d'un... Sor"cier... Il vient de vous aider à revenir parmi nous." Expliquait-il à la jeune femme, bon médecin il n'était pas sûr, il avait entendu l'autre parler du service des enfants mais Aidan n'y connaissait rien, il ne savait pas vraiment tous les repérer à l'uniforme qu'il pouvait porter, pour lui ils étaient tous médecin, infirmier ect...

- "Est-ce que vous vous souvenez de ce qui s’est passé?" Demandait-il, ils avaient besoin de commencer quelque part dans les questions et celle-ci lui était venue en tête de liste. Il ne savait pas s'il faisait les choses correctement, l'ange noir était totalement paumé, il regardait Maygar, lui qui était habituellement tellement impassible, il savait qu'en ce moment le sor'cier devait lire en lui comme dans un livre ouvert. Il se reprenait assez vite, n'aimant pas être autant transparent, attendant de voir si Gabriella se souvenait de quoique ce soit. "Est-ce que ça va aller?" Demandait-il de nouveau au sor'cier, il était pâle, très pâle... "Besoin de quelque chose?" Il n'était pas sûr de pouvoir aller lui chercher quoique ce soit vue comment la jeune femme lui tenait la main mais, il voulait être sûr que le sor'cier n'allait pas perdre conscience et les laisser en plan tous les deux, ce n'était vraiment pas le moment...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 13 Mai - 14:30
Magyar, Aidan & Gabriella



Les mots lui parvenaient sans qu'elle ne comprenne vraiment ce qu'il disait. Surtout sorcier, c'était quoi ça? Elle fouillait dans sa mémoire, voyant des images qui lui fit penser à ce qu'elle avait apparemment vu une fois dans un écran. Oui, la télévision, c'était cela. Sans qu'elle ne puisse contrôler ses réactions, son visage était perplexe quelques secondes avant qu'elle ne laisse échapper un rire cristallin qui ne dura que le temps à son corps de se rebeller. Elle s'étouffait à moitié, les larmes aux yeux tant elle ne le savait pas si amusant. Quelque chose lui cirait dans son esprit qu'il était trop près, qu'elle devait le repousser, mais une petite voix s'insinuait qu'il fallait le garder près d'elle, le temps qu'elle retrouve ses esprits. La douleur s'atténuait doucement, le bip sonore derrière elle probenait de l'appareillage injectant la morphine à petites doses. La jeune femme souleva sa main, emportant celle d'Aidan avec elle pour venir se frotter la gorge une seconde, puis les reposa ensemble sur son ventre. Elle avait l'impression que si elle le lâchait, elle retournerait en enfer et ça, elle ne le voulait pas. Son regard passa sur les deux hommes et dans les méandres de la drogue, elle arriva tout de même à constater que l'un semblait près à s'endormir, tandis que l'autre semblait inquiet. Elle dût fermer les yeux, serrant ses doigts plus fortement autour de ceux qu'elle tenait déjà et souleva ses paupières retombant sur Aidan.

« Je crois que vous regardez trop de films à la télévision » murmura-t-elle accompagnant le tout d'un sourire. « Les sorciers n'existe que dans les jolies boites qui vous endors » continua-t-elle sur le ton de la confidence. « C'est gentil de vouloir me faire rire, mais je crois qu'il ne vaut mieux pas » Elle baissa le regard sur le drap, le souleva juste un peu vers elle pour constater deux choses. La première, elle était nue, la seconde, pas totalement car son corps était entouré de bandages si nombreux qu'elle semblait être une momie. Elle soupira en lâchant le tout comprenant mieux le fait qu'elle avait mal dans tout le corps et la tête. « Je ne vous savez pas si... » Elle cherchait ses mots, ne les trouvant pas et soupira une fois de plus. Il devait avoir flashé sur l'une de ces actrices et souria de plus bel, enfin grimaça plus que souria. « Je ne suis pas l'une de ces femmes imaginaires mon cher, je suis juste... » Elle s'arrêta perplexe. Elle jurerait qu'elle connaissait leur prénom, ou l'avait su, mais le plus important, c'était le sien. Elle ne devait pas paniquer et pourtant inconsciemment sa respiration s'accéléra tandis qu'elle jetait des regards à droite à et gauche, revoyant « Je suis morte? » demandat-t-elle dans un souffle sentant sa poitrine lui faire mal. Elle cherchait toujours, son regard se baissant sur leurs mains jointes sans comprendre la signification de ce geste. Quelque chose ne collait pas dans ce tableau, quelque chose ne pouvait pas aller, mais elle serra plus fort ses doigts sur les siens, come la peur de voir échapper un rêve.

« Je me souviens avoir été voir... Blue, il travaillait, mais je, je ne sais plus pourquoi, je... » Elle forçait le barrage de sa mémoire pour trouver ce qui était à elle, rencontrant un vosage, un accident, il ne fallait pas, non, elle releva le regard, ne voyant pas d'autres lits dans la pièce et ce mit à pleurer sans pouvoir s'arrêter. « Par la déesse, il est mort, c'est bien cela? L'accident, je ne m'en souviens pas, juste que je me suis endormie, je crois et je me, suis retrouvé derrière la voiture en flamme... Une, une petite fille jouait sur le sol et un homme est venue la prendre, je...» Elle n'arrivait pas à trouver la suite, revoyant des choses, s'obligeant à fermer les yeux une fois de plus, les larmes coulant sur son visage. Sa respiration se fit saccadée lorsqu'elle prit réellement conscience qu'un homme était mort par sa faute et qu'elle ne savait pas... « Pourquoi je ne me souviens pas » demanda-t-elle en rouvrant les paupières emplies de larmes. « Pourquoi je ne me souviens pas qui je suis? » questionna-t-elle en relevant le regard sur l'homme assit face à elle. « Je m'appelle comment? » laissa-t-elle échapper dans un souffle en serrant encore plus fort ces doigts.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sor'cier
Voir le profil de l'utilisateur http://umbra-noctis.forumpro.fr/t55-magyar-alors-qui-est-fan-de-mon-corps#277 http://umbra-noctis.forumpro.fr/t31-magyar-404-not-found-error-damn http://umbra-noctis.forumpro.fr/t54-magyar-toi-moi-nous-ecrivons-l-histoire
Identity Card
Je suis en ville depuis le : 27/09/2014 Nombre de messages : 2048 Points : 16855 On me connait sous le pseudo : Superno√a Je porte l'avatar de : Jared Leto DC : Siam & Orphée J'ai utilisé des images de : Syato & Tumblr
J'ai : trente-trois ans Je travaille comme : Maïeuticien (sage-femme) Actuellement, je suis : Kennophile fiancé & père de Primy la Tigresse
Tell Me More
Got It !

Sam 23 Mai - 19:00



 


Aidan, Gabriella & Magyar
Un réveil hors du commun
Magyar se passait lentement une main sur la tempe, laissant ses doigts la masser avec délicatesse et pourtant une certaine vigueur. La magie irradiait encore ses sens, parcourait toujours sa peau, si bien que se simple geste semblait l’apaiser. Car elle l’accompagnait dans son fatigue, même s’il en avait abusé.  Comme une vieille amie qui veillait sur lui, son fluide magique ravivait la flamme qu’il avait perdue en offrant trop de lui-même à la jeune femme. Mais il ne regrettait pas, il prenait simplement conscience que la douce chaleur que diffusait sa magie dans son esprit n’était que temporairement réconfortante. Une fois sa concentration perdue, il se sentirait à nouveau vide et épuisé. Ce qui arriva bientôt, alors qu’au loin il sentait que l’on s’adressait à lui… Le Latawiec venait de parler, néanmoins Mag’ n’avait entendu qu’une bride. « Besoin de quelque chose? » Il hocha doucement la tête après quelques secondes à méditer les mots d’Aidan, comme si il avait été forcé de se concentrer pour en comprendre le sens. Il était épuisé… comme jamais sans doute dans sa vie il ne l’avait été. Ces derniers temps, les événements s’enchainaient. Et les services qu’il rendait aussi. Sa magie s’épuisait, il insistait… et aujourd’hui il avait partagé de son énergie vitale, alors que certains Sor’ciers ne se remettaient jamais de ce don de soit. Peut être alors, qu’il ne s’en remettrait lui-même jamais, mais au moins il avait suivit son instinct, et fait ce qu’il estimait être de son devoir…

Il avait finalement adressé un faible sourire au Latawiec pour le rassurer. Certes non, il n’allait pas spécialement bien, mais il s’en remettrait. La jeune femme elle, allait avoir besoin de d’avantage de soutient. Le Sor’cier les laissa converser un moment, et prit quelques secondes plus tard conscience que quelque chose n’allait pas dans les paroles de Gabriella. Se fut d’abord une sorte de boutade, alors qu’elle semblait dubitative devant le titre de Sor’cier de Magyar. Et puis elle avait continué avec un discours un peu décousu, mais c’est seulement lorsqu’elle posa une étrange question que Mag’ se concentra vraiment sur ce qu’elle disait. « Je suis morte? » Il fronça doucement les sourcils, avant de se lever en flageolant… La nausée le reprit, la fatigue aussi alors que sa magie quittait son esprit pour aller panser ses propres blessures quelque part au fond de lui. Pendant quelques secondes, il fut prit de vertige… avant d’enfin pouvoir se stabiliser et se diriger doucement vers le lit de Gabriella. Elle semblait prendre conscience de ce qui se trouvait autour d’elle, mais aussi en pleine angoisse… comme si elle cherchait un repère. Visuel, mais aussi intérieur. Loin d’être sereine, son regard exprimait à tour de rôle une multitude d’émotions, que Magyar ne pouvait comprendre. Soudainement inquiet, il jeta un œil du côté d’Aidan pour tenté de sonder sa réaction devant ce spectacle mais ne parvint pas à y lire grand-chose… « Je me souviens avoir été voir... Blue, il travaillait, mais je, je ne sais plus pourquoi, je... Par la déesse, il est mort, c'est bien cela? L'accident, je ne m'en souviens pas, juste que je me suis endormie, je crois et je me, suis retrouvé derrière la voiture en flamme... Une, une petite fille jouait sur le sol et un homme est venue la prendre, je...» Il l’écoutait en s’approchant encore, s’appuyant sur le lit pour se stabiliser au mieu, les jambes cotonneuses. Il aurait voulut parler, mais il sentait que sa voix s’étranglait par avance dans sa gorge. Et d’autre part, il voulait voir plus. Comprendre ce qui n’allait pas et tenter de le faire avant que le corps médical ne débarque dans la chambre comme une véritable armée. « Pourquoi je ne me souviens pas. Pourquoi je ne me souviens pas qui je suis ? Je m'appelle comment ?»

Magyar se sentit lui-même heurté par ces questions, et par les larmes de détresse qui brillaient dans les yeux de la jeune Sor’cière qui vraisemblablement, avait perdu quelque chose d’elle-même. Il l’observa, parfaitement démuni… avant de lancer un regard à Aidan, signifiant son impuissance. Mais de multiples doutes venaient hanter l’esprit de Magyar qui ignorait si cette probable perte de mémoire était de son fait, ou non… Si c’était physique, ou si sa magie avait altéré les souvenirs de la Sor’cière. Ou alors… si cette fameuse présence qu’il avait ressentit dans son âme quand il l’avait ramené avait un rapport avec cela. Il resta sans voix quelques instants… réalisant alors qu’elle se souvenait au moins de Blue. « Votre nom est Gabriella. Et je suis Magyar. On ne se connait pas, mais nous avons un ami commun. » Il déposa doucement sa main sur celle de la jeune femme, qui elle-même enserrait celle du Latawiec. Il avait l’impression d’être fatigué au point de ne plus savoir penser, et de ne plus savoir comment réagir face à la détresse ainsi exprimé. Une situation qu’il n’avait jamais connu, et toute l’horreur d’une perte de mémoire le giflait de plein fouet tant elle émanait de la jeune Sor’cière.

« Blue va bien… c’est lui qui m’a envoyé vous voir après l’accident. Calmez-vous, et allez y doucement… nous feront notre possible pour vous aider mais il vous faut du repos…  » Magyar resta un moment à sourire à Gabriella, essayant de ne pas laisser voir son inquiétude, ses doutes… bien que ceux-ci étaient exacerbés par la fatigue qui s’abattait un peu plus à chaque seconde sur ses épaules. Il se tourna ensuite doucement vers Aidan, conscient que bientôt, ils devraient sortir de la chambre. Il le pencha doucement vers lui pour glisser discrètement. « J’ignore ce qu’il se passe… quelque chose bloque dans son esprit. Mais je ne peu pas m’en occuper maintenant. » Une manière de s’excuser de son état, mais aussi de lui avouer qu’il ne pouvait plus rien aujourd’hui. A nouveau, il adressa un regard bienveillant à Gabriella, à qui il voulait encore parler, pour tenter de la rassurer… même si s’était sans doute vain. Mais il n’eut pas le temps de dire ou de faire d’avantage, que plusieurs infirmières faisaient irruption dans la chambre…



 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d




Excuse me for a while, turn a blind eye with a stare caught right in the middle Have you wondered for a while I have a feeling deep down You’re caught in the middle If a child cries would you not forgive them ? Yeah, I might seem so strong Yeah, I might speak so long I've never been so wrong BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 28 Mai - 17:15
Gabriella Magyar & Aidan
Aidan se décomposait au fur et à mesure que la jeune femme parlait, comprenant au fur et à mesure qu'une chose n'allait pas, que des parties lui manquait et finalement lorsqu'elle lui demanda son propre prénom il fut incapable de parler regardant l'autre médecin l'implorant presque du regard en se sentant tellement impuissant, cependant il n'était pas idiot et il se rendait bien compte que le sor'cier avait du mal à s'en remettre lui-même... Aidan n'y connaissait pas grand-chose en magie, oui il connaissait pratiquement toute leur langue dans lesquelles ils incantaient, il comprenait ce qu'ils disaient qui était la plupart du temps en latin mais ça s'arrêtait là... Aidan ne savait pas comment ça se passait en eux et il ne savait pas vraiment ce que Magyar avait dû donner en énergie pour pouvoir la sauvé... Il doutait seulement en regardant l'homme que cela avait dû beaucoup lui coûter et l'ange noir se demandait comment il avait pu être autant généreux avec une femme qu'il ne connaissait pas, c'était une sor'cière comme lui, oui d'accord mais... Était-ce suffisant? Aidan réfléchissait un moment là-dessus, se disait que oui, il donnerait surement tout ce qu'il pouvait pour sauver l'un des siens même s'il ne le connaissait pas tant que ce dernier ne faisait pas partie de ceux qui ne faisait pas honneur à leur race... plusieurs choses interpellait le Latawiec, comme le fait que le sorc'ier semblait connaitre celui qui avait apparemment été dans le même accident que Gabriella... L'ange noir hochait la tête en entendant les paroles du sor'cier, il aurait aimé pouvoir l’entraîner à l'écart pour pouvoir lui parler, cependant sa main était toujours prise en otage par la jeune femme, et même s'il ne voulait pas l'avouer, au fond de lui, il ne voulait pas la retirer non plus...

- "Je...Je ne sais pas comment cela fonctionne mais si... Si vous avez besoin d'énergie je veux bien vous donner la mienne." Disait Aidan au sor'cier juste avant que d'autre personne rentre dans la chambre, ils avaient dû être au courant que leur patiente c'était réveiller et ils s'approchaient tous du lit, si bien qu'Aidan fut obliger à contre coeur de lâcher la main dans la jeune sor'ière, se reculant et se trouvant comme Magyar, reculer dans un coin de la pièce tandis que  les infirmiers prenait la tension de Gabriella, lui posait des questions, tellement qu'à sa place Aidan aurait surement eu un malaise, il avait presque envie de leur dire d'aller tous voir ailleurs, seulement il ne pouvait pas, de plus, autre chose le préoccupait, il venait vers le magicien et parlait aussi bas qu'il pouvait mais tout de même assez audible pour le sor'cier qui n'avait pas l'ouïe aussi développer que vieux lata...

- "Vous connaissez ce Blue? Vous pouvez m'en dire un peu plus? Pourquoi est-ce qu'il y à eu besoin de faire une annonce dans un journal pour trouver quelqu'un qui la connaissait s'il était la?" Demandait-il en regardant le sor'cier dans les yeux, il peinait à comprendre ce qui c'était passé ce qu'il aurait aimé c'était que Magyar lui dise où il pourrait le trouver pour pouvoir lui poser des questions lui-même cependant Aidan ne savait pas si cela serait possible ou pas, il regardait toujours le médecin barbu et plus ça allait plus Aidan se disait qu'il allait s'écrouler... "Je ne plaisantais pas tout à l'heure si vous avez besoin d'énergie, je ne sais pas si c'est possible mais... Ou en tout cas vous feriez bien d'aller vous reposer, prendre quelque chose à manger..." Pourquoi le latawiec voulait être sur qu'il allait bien? Bonne question peut être parce qu'il avait aidé Gabriella? Ou parce qu’Aidan se foutait beaucoup moins des gens que ce qu'il voulait bien le faire croire... Il revenait doucement vers le lit essayant de capté les mots des médecins et infirmiers qui étaient autour d'elle pour savoir si cela allait aller ou non, il aurait aimé pouvoir la rassurer mais, au fond il n'était pas certain de savoir ce qu'il fallait vraiment faire pour cela...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité
Identity Card
Tell Me More
Got It !

Jeu 4 Juin - 15:39
Magyar, Aidan & Gabriella



Gabriella, elle s'appelait Gabriella, mais ce n'était pas tout, sauf qu'elle ne pouvait plus leur poser de questions, il y avait tellement de monde autour d'elle, que la panique commençait à l'envahir. Il lui était impossible de tout comprendre, sentant des mains lui prendre les siennes, se poser sur son visage, toucher ses bras et surement d'autre partie de son corps. Elle respirait plus fortement, se sentant oppressée par autant de personnes. Pourquoi était-il parti loin d'elle ? Qu'avait-elle fait pour qu'il se fasse ejecter ainsi ? Elle le cherchait du regard, les voyant tous les deux se parler comme si elle n'existait plus. L'angoisse était bien présente et cette infirmière qui ne cessait de lui prendre le visage à deux mains pour qu'un autre, ou médecin lui balançait de la lumière dans les yeux l'aveuglant. Elle n'arrivait pas à être soulagé en sachant que Blue était en vie, ce manque dans sa main était ce qui la préoccupait maintenant, cette chaleur qui lui avait fait du bien à son réveil était parti, en une seconde.

Elle se sentait impuissante face aux questions que se posaient le médecin, ça elle l'avait compris, tout comme les infirmières qui avaient une sale tête. Pas un sourire, juste de l'effarement sur le visage et dans leurs yeux de l'incrédulité. Pourquoi étaient-ils si loin? Elle eut comme un vertige, fermant les yeux pour tenter de ne plus entendre les mots que tout ce monde lui laissait entendre de plus en plus fort. Un vacarme infernal s'engouffrait dans son esprit, lui montrant des images violentes. Elle eut envie de s'enfuir, mais elle ne pouvait probablement pas sentant son corps lourd. Son bras lui faisait mal, un brassard était autour, un bruit assourdissant et une tension dite, écrite, griffonnée sur un bout de papier. De la lumière encore sur son visage, dans ses yeux. Plus le médecin posait de questions et plus elle se renfermait sur elle-même, ne voulant pas lui parler, voulant comprendre ce qui c'était passée. Elle laissait son regard errer sur la place où il était assis quelques instants plus tôt, se disant qu'elle n'aurait peut-être pas dû se réveiller lorsqu'elle voyait tout ce remue-ménage.

Son médecin ne comprenait absolument rien, comment avait-elle pu se réveiller, alors qu'il comptait la débrancher pour récupérer ses organes. Il était content qu'elle soit en vie, même si sa gorge allait la faire souffrir vu comment le tube avait été ôté, mais elle semblait en forme, pour une mourrante. Il se frotta les tempes, laissant ses infirmières prendre les mesures nécessaires et surtout rebranchant l'appareil à ses côtés, juste au cas où. Il se détourna, allant jusqu'à son collègue Magyar et cet homme qui semblait être son compagnon. Ce dernier lui paraissait froid et distant, comme peu investi dans leur relation, mais le médecin n'était pas là pour faire cas de ce qui se passait entre eux. Il s'approcha d'eux, leur intimant de sortir de la chambre. Une fois dehors, il referma la porte de manière à laisser son personnel s'occuper de la jeune femme.

« Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais elle semble s'en être sorti. Nous allons devoir la garder un certain temps, de manière à comprendre comment elle a pu se réveiller, ce qui est une bonne chose, mais nous espéront qu'il n'y a pas trop de séquelles. Dès que nous pourrons, nous la transféreront dans un autre service, mais sachez qu'elle aura besoin de beaucoup de soins à sa sortie. » Il se tourna vers Magyar, lui jetant un léger coup d'oeil. « Dites donc, ça n'a pas l'air d'aller, vous devriez aller vous reposer si vous voulez continuer à aider aux naissances. Monsieur Winghelow, l'équipe va effectuer un certain nombre d'analyses, donc votre compagne, vous ne pourrez pas la revoir dans l'immédiat. Je vous recontacterais plus tard, lorsque j'en saurais plus et surtout lorsqu'elle pourra sortir. » Il fut appelé par une infirmière pour un autre cas. Sans plus attendre, il alla dans une autre chambre d'un autre couloir, sa journée était loin d'être terminée.


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

Un réveil hors du commun (feat Magyar et Aidan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IN UMBRA NOCTIS :: Archives des RPs-